Le Morbihan, côté terre

Le Morbihan, côté terre
© Olivia le Sidaner

Des villages pittoresques, des forteresses médiévales, de beaux jardins, des paysages bucoliques, des lieux insolites et tout un éventail de promenades à pied, à vélo ou en bateau : voilà ce qui attend le voyageur curieux qui tourne momentanément le dos à la mer pour explorer l’arrière-pays morbihannais. Avec, en prime, l’avantage de la tranquillité, la grande majorité des touristes étant aimantée par la côte et les îles.

Ici, point de vagues, mais l’eau est tout de même bien présente dans cette région traversée par le canal de Nantes à Brest, long ruban d’eau achevé en 1842, qui serpente au cœur de vertes vallées. Suivre son tracé de Redon à Pontivy, c’est se la couler douce, et aller de découverte en découverte, en mode slow.

Bon à savoir : le Routard vient de publier un nouveau guide entièrement consacré aux Canaux de Bretagne !

Balades nature au départ de Redon

Balades nature au départ de Redon
Canal de Nantes à Brest © Olivia le Sidaner

Situé à l’extrême sud du département d’Ille-et-Vilaine, Redon est le point de départ de belles balades dans le Morbihan voisin.

Vous pouvez par exemple louer un vélo au port, puis rejoindre le chemin de halage bordant le canal de Nantes à Brest, qui emprunte ici la vallée de l’Oust. Puis louer un canoë à la base de loisirs et ramer jusqu’à l’île aux Pies, classé Grand Site naturel. Une promenade rafraîchissante, qui suit les méandres de l’Oust, entre de hautes falaises de granit (prisées des grimpeurs) et les arbres (hêtres, pins maritimes…). L’occasion aussi d’observer de nombreux oiseaux (cygnes, corbeaux, geais, hérons, pics verts…).

En famille ou entre amis, il peut aussi être sympa de louer un bateau électrique ou de faire une croisière commentée à bord d’une toue cabanée, ces bateaux en bois qui naviguaient autrefois sur la Loire.

Les accros du vélo, quant à eux, ont la possibilité de pédaler de Redon à Pontivy sur la Vélodyssée, qui suit le canal de Nantes à Brest, le gros avantage des chemins de halage étant d’être plats.

Repaire des aventuriers. Location de vélo au port de Redon : 10 €/demi-journée.

Canoë Lilopi - Apach'Bihan. Base de loisirs de Saint-Vincent-sur-Oust. Location de canoë 2 à 18 places (ex. 3 places : 29 €/demi-journée).

Toue de la Vilaine. Croisière commentée à bord d’une toue cabanée (env 2 h). À partir de 6 pers (sur réservation).

Sortie familiale au Tropical Parc

Sortie familiale au Tropical Parc
Tropical Parc © Olivia le Sidaner

Pour une sortie dépaysante, rendez-vous au Tropical Parc, à Saint-Jacut-les-Pins. Passionné de plantes tropicales et amoureux de l’Asie, Erven Gicquel, le responsable des lieux, invite le visiteur au voyage.

En quelques pas, on passe de la Thaïlande à Bali, de l’Afrique à l’Australie et au Mexique, et on remonte même jusqu’à la préhistoire dans le Jardin du Jurassique et ses dinosaures animés. Succès garanti auprès des petits, qui apprécient aussi la maison musicale et ses instruments traditionnels venus d’Asie (gare aux oreilles !), la volière du Brésil et le parc animalier où se côtoient kangourous, chèvres, paons ou encore alpagas.

Parmi les curiosités de ce parc qui fourmille d’objets en tous genres, on mentionnera une collection de bois fossile datant de 200 millions d'années, au musée des minéraux.

La nouveauté cette année : le Jardin des trois rêves, chinois, avec ses pagodes et ses pavillons, son étang, ses bouddhas, et plus de 7 000 plantes (théiers, bonzaïs, azalées, rhododendrons, érables du Japon…).

Tropical ParcLaugarel, Saint-Jacut-les-Pins. 16,50 €/adulte, 11,50 €/enfant (4 à 10 ans).

La Gacilly, le fief d’Yves Rocher

La Gacilly, le fief d’Yves Rocher
Maison Yves Rocher © Olivia le Sidaner

Au nord de Redon, au cœur de la verte vallée de l’Aff, on se promène dans les charmantes ruelles fleuries de La Gacilly, « Cité des Métiers d’Art » qui compte une trentaine d’ateliers d’artisans (peintres, sculpteurs, céramistes, créateurs de bijoux…).

C’est ici que, en 1959, Yves Rocher (1930-2009) a créé son entreprise, changeant radicalement le visage et la dimension de son village natal. Sa maison familiale ne se visite pas, mais on peut retrouver une reconstitution du grenier dans lequel il a élaboré sa première crème à la Maison Yves Rocher, dont la scénographie aborde aussi les thématiques du génie des plantes et de la cosmétique végétale. 

Au nord du village, le Jardin botanique Yves Rocher abrite plus de 1 000 plantes et une agréable bambouseraie. L’été, des animations y sont organisées, notamment des activités bien-être (yoga, taï-chi, sophrologie, Pilates…). 

Dolmen des Tablettes © Olivia le Sidaner

Yves Rocher a également été à l’initiative du Festival de photos de La Gacilly, dont la 16e édition est consacrée aux pays de l’Est (« À l’Est du nouveau », jusqu’au 30 sept.). Comme chaque année, le visiteur est invité à une déambulation dans les rues de la cité, où s’affichent un millier d’images. 

Côté balades, les amoureux des mégalithes pourront aller faire un saut jusqu’au dolmen des Tablettes, construit vers 3000 avant notre ère, situé à quelques minutes à pied de l’éco-hôtel spa La Grée des Landes, créé, lui aussi, par Yves Rocher. Et pour ceux qui ont envie d’une promenade sur l’eau, des bateaux électriques sans permis sont à louer au port de plaisance.

Échappée fluviale. Location de bateaux électriques sans permis, au départ de La Gacilly. À partir de 35 €/h (5 pers). Possibilité d’aller jusqu’à l’île aux Pies (6 h A/R).

Rochefort-en-Terre, cité de caractère du Morbihan

Rochefort-en-Terre, cité de caractère du Morbihan
© Florence Piot - Fotolia

Dominant la vallée du Gueuzon, Rochefort-en-Terre collectionne les titres : non contente de faire partie des « Plus beaux villages de France », la « Petite cité de caractère » a été élue « Village préféré des Français » en 2016 !

Il faut dire que le bourg, perché sur son éperon rocheux, ne manque pas de pittoresque (ni de touristes !). En se baladant dans ses petites ruelles pavées et fleuries, on admire des maisons à pans de bois, des hôtels particuliers aux façades de granit ornementées, d’élégantes places, comme celle du Puits, au centre, et des boutiques d’artisans.

Ne pas manquer d’aller visiter l’église Notre-Dame-de-la-Tronchay, située en contrebas de la Grande-Rue. Construite au 12e s, elle fut transformée en collégiale en 1498, et remaniée au 16e s. Devant elle s’élève un magnifique calvaire du 16es.

Naïa Museum © Olivia le Sidaner

On remontera ensuite vers le parc du château, d’où l’on a une vue panoramique sur le village. De la forteresse du 12e s, il ne reste que des ruines, les remparts et le châtelet. Le manoir, aménagé au 20e s par le peintre américain Alfred Klots dans les anciennes écuries du 17e s, ne se visite pas.

En revanche, il ne faut pas manquer d’aller voir l’étonnant Naïa Museum, le Musée des arts de l’imaginaire fantastique, où l’on plonge dans l’univers onirique de 77 artistes internationaux, mêlant science-fiction, art singulier, symbolisme, esthétique steampunk et cyberpunk. Un endroit à part, qui vous emmène dans une autre dimension…

Un voyage dans le temps à Malestroit

Un voyage dans le temps à Malestroit
Malestroit © Olivia le Sidaner

Encore une « Petite cité de caractère » pleine de charme, où il fait bon se promener au gré des ruelles où s’alignent de fières façades, témoins de sa richesse passée.

Née au 11e s dans un méandre de l’Oust, Malestroit (prononcez « Malétroit ») fut en effet une florissante cité commerçante. S’il ne reste que peu de traces de ses fortifications, on admire encore nombre de demeures en granit sculpté datant du 16e s et des maisons à colombages dotées d’étages en encorbellement plus anciennes encore, arborant d’étonnantes sculptures médiévales (une truie qui file sa quenouille ou un lièvre qui joue du biniou !).

Sur la place principale (place du Bouffay), où les terrassent invitent à la détente, s’élève l’église Saint-Gilles, bâtie sur une source sacrée au 12e s et reconstruite au 16e s, à la suite d’un incendie. Elle est dotée d’une double nef et de deux clochers, et conserve encore quelques vitraux du 15e s. En 2011, à la faveur d’une restauration, des peintures exceptionnelles ont été découvertes sous la voûte, représentant des motifs très rares (un éléphant de combat, un centaure et un félin unicorne).

Ayant arpenté les rues pavées de cette jolie cité, on ira ensuite se balader le long du canal, à pied ou à vélo, à l’ombre des grands arbres qui surplombent le chemin de halage. Un endroit idéal pour flâner !

Le monde fabuleux du poète ferrailleur, à Lizio

Le monde fabuleux du poète ferrailleur, à Lizio
Musée du poète ferrailleur © Olivia le Sidaner

Tout près du joli village de Lizio, on retrouve son âme d’enfant au Musée du poète ferrailleur. Sur l’herbe, deux oies grassouillettes se dandinent devant l’une des machines oniriques fabriquées par Robert Coudray, alias le poète ferrailleur, « diplômé des hautes études buissonnières de bricoleur poète. Sponsorisé par la fée des décharges. Cinéaste de formation, tailleur de pierre par tradition, récupérateur par fascination, sculpteur par passion, éveilleur par mission. »

Cela fait une trentaine d’années que l’artiste, virtuose de la récup’ et du recyclage, bâtit son monde de fantaisie, peuplé d’automates, de funambules, de pêcheurs d’étoiles, de « machines à faire rêver », souvent volantes, de sculptures animées, de « totems de vent » et de maisons multicolores aux formes insolites, qui ne sont pas sans rappeler l’univers de Tim Burton.

Comptez au moins 2 h pour explorer les lieux, surtout si vous lisez les textes savoureux qui accompagnent les œuvres de Robert, qui ne perd pas de vue ses objectifs : faire rêver, donner du sens, sans oublier la recherche du bonheur.

Une très jolie visite, que l’on pourra conclure en buvant un verre au café ou en grignotant au resto associatif. On l’aura compris, les enfants, ici, sont aux anges.

L’Univers du poète Ferrailleur. Ouvert tlj en été (10 h 30 – 19 h), 7 €/adulte, tarif réduit : 6 €.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos utiles dans le Routard Bretagne Sud en librairie

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide en ligne Bretagne

Lire aussi notre article sur les canaux de Bretagne

Comité départemental du tourisme du Morbihan

Comité régional du tourisme de Bretagne

Comment y aller, se déplacer ?

- En train : env 2 h 30 pour rejoindre Redon depuis Paris, 4 h de Lille, 4 h 30 de Lyon en TGV.

- En voiture : de Paris, comptez environ 4 h 20 de route jusqu’à Redon, 1 h 15 de Nantes et 4 h 30 de Bordeaux

Sur place, pour se déplacer, le plus pratique est de louer une voiture.

Il existe également un réseau de cars (BreizhGo) desservant les villes de Redon, Rochefort-en-Terre, Malestroit, Josselin, Pontivy.

Quelques idées de visites :

Céramique à Saint-Jean-la-Poterie

Comme son nom l’indique, le petit village de Saint-Jean-la-Poterie, près de Redon, s’est spécialisé dans poterie il y a fort longtemps. On y fabriquait déjà des pots il y a 1000 ans. Aujourd’hui, des expos temporaires présentent les œuvres des céramistes contemporains qui s’y sont établis, perpétuant cette tradition millénaire dont l’histoire est retracée au Patiau (Centre d'art et d'histoire céramique).

Jardin comestible

Sur la commune de Ploërmel, Hélène et Daniel Deniaud-Powell se sont lancés dans une belle aventure en 2014 : créer un jardin gustatif, baptisé Des Heures dehors. Adeptes de la permaculture, ils avaient envie de se reconnecter avec la nature. C’est aujourd’hui chose faite et, dans leur jardin (d’Éden), ils cultivent toutes sortes de plantes comestibles (prisées par les chefs des restos gastronomiques de la région). Lors d’ateliers (certains dimanches de l’été, sur réservation), les visiteurs sont invités à une « cueillette sauvage ». L’occasion d’initier ses papilles à des saveurs inconnues, celles de plantes aussi étonnantes que le mouron des oiseaux, l’oxalis, la cardamine hérissée ou le nombril de Vénus.

L’abbaye Notre-Dame de Timadeuc

Entre Josselin et Pontivy, vous pouvez faire halte à l’abbaye cistercienne de Timadeuc, fondée en 1841 et où vivent aujourd’hui une vingtaine de moines, dont la vie est présentée dans un petit film. Ces derniers fabriquent artisanalement de bonnes pâtes de fruits, en vente à la boutique. L’abbaye accueille aussi les hôtes qui souhaitent y séjourner pour se recueillir, méditer ou faire une retraite.

Où dormir, où manger ?

- La Grée des Landes : Cournon, 56200 La Gacilly. Sur les hauteurs de La Gacilly, l’éco-hôtel spa Yves Rocher (labellisé Green Globe et Ecolabel européen) offre une véritable parenthèse de bien-être en pleine nature. Les chambres, toutes de plain-pied, sont ouvertes sur la lande. Séjour à partir de 211 € pour 2 pers (1 nuit, petit déj bio et local, accès aux espaces bien-être et fitness et à la piscine). Nombreuses activités wellness (yoga, Yogi Walkie, sophrologie, Pilates…) et soins beauté au spa. Au restaurant gastronomique Les Jardins sauvages, on déguste une cuisine raffinée, bio et locavore, concoctée par le chef Fabien Manzoni. Menu Graminée (midi) à 30 €. Menu La Grée des Landes : 42 €.

- Le 14 St-Michel : 14 rue Saint-Michel à Josselin. Pleine de charme, cette maison d’hôtes est idéalement située au centre de la cité médiévale de Josselin. Jolie déco, accueil sympathique, calme impérial et petit déjeuner délicieux. Également table d’hôtes sur réservation (32 €). Nuitée pour 2 personnes : à partir de 72 € (petit déj inclus). Une belle adresse.

- Les Enfants Gat’thé : 24, rue La Fayette à La Gacilly. Au cœur du village, dans une grande maison en pierre construite entre le 16e et le 19e siècle, les produits locaux et de saison sont à l’honneur dans ce resto qui revendique sa démarche éco-responsable. Réservez si vous voulez une place en terrasse. Menu récréation (midi, entrée-plat-dessert) : 15,80 €, menu végétarien : 22 €, menu découverte à partir de 26 €. Un excellent rapport qualité-prix.

- Le Végétarium : Le Bout du Pont à La Gacilly. Le restaurant de la Maison Yves Rocher sert une cuisine fraîche, avec notamment des plats végétariens et végans. Plats : 15 €, entrée-plat-dessert : 26 €.  

- La Marine : 8, rue du Canal à Josselin. Installée au bord de l’Oust, cette crêperie offre une vue imprenable sur le château, depuis la terrasse. Très bonnes galettes, préparées avec des produits frais et locaux. Complète à 6,50 €. Spécialités entre 7,90 € et 12,40 €.

- L’Akène : 10, rue du Jeu de Paume à Redon. Cette crêperie joue la tradition, et c’est réussi ! Complète à 6,50 €. Spécialités au sarrasin entre 6,80 € et 9,30 €. On recommande.

- Ciné Café : 12, quai Jean Bart à Redon. Donnant sur le port de Redon, le Ciné Café, le resto du Ciné Manivel, sert des tartes et des tartines végétariennes et bio, des glaces locales et autres desserts, en privilégiant les producteurs locaux. Et en plus, c’est très bon. Menu à partir de 9,50 €.

Trouvez votre hôtel dans le Morbihan

Texte : Olivia le Sidaner

Mise en ligne :

Bretagne Les articles à lire

Voyage Bretagne

Bons Plans Voyage

Services voyage