La Venise des Vénitiens

La Venise des Vénitiens
© ArTo - stock.adobe.com

En parcourant les rues de la Sérénissime, on se demande parfois où sont les Vénitiens. Si beaucoup ont fait le choix de quitter le centro storico, ils sont encore 55 000 à y vivre à l’année. La Venise des Vénitiens existe encore ! Hors des circuits touristiques, promenade dans une Venise populaire et authentique.

Les campi, ces lieux de vie

Les campi, ces lieux de vie
Campo Santa Maria Formosa © Gabriele Bignoli - stock.adobe.com

Venise ne s’apprivoise que lentement. Il faut prendre le temps de s’y perdre, emprunter une ruelle, buter sur une impasse, se tromper de pont et rebrousser chemin.

Au fil de votre promenade, prenez le temps d’observer les Vénitiens sur les campi, de larges places souvent ensoleillées. Chaque campo possède en son centre un puits, unique source d'approvisionnement en eau jusqu’au 19e siècle.

Si les campi ont perdu ce rôle communautaire depuis la construction des canalisations, ils demeurent des lieux de sociabilité. Autour d'un campo gravitent de nombreuses activités quotidiennes : le marché, le foot des enfants et le café pour se donner rendez-vous.

Les campi portent en général le nom de l'église ou du palais qui y sont situés. Certains sont particulièrement charmants. Ainsi, dans le quartier de Santa Croce, le Campo San Giaccomo dell’Orio, situé à l’abri des flux de touristes, séduit avec ses platanes, son campanile vénéto-byzantin et ses quelques terrasses de café. L’église, datant du 9e siècle, est l’un des édifices religieux les plus anciens de Venise.

Campo dei Mori © ArTo - stock.adobe.com

Dans le quartier très fréquenté de San Marco, le Campo Sant’Angelo se révèle une oasis de tranquillité après le tumulte de la place San Marco et permet d’avoir une vue unique sur le campanile incliné de Santo Stefano.

À Cannaregio, le Campo dei Mori doit son nom à une riche famille de marchands : les Mastelli. Trois statues représentant les trois frères marchands ornent le campo. L’une d’entre elles est célèbre pour son nez en fer. Vers l'église de la Madonna dell'Orto, vous trouverez la façade du palais Mastelli, reconnaissable par son relief : un dromadaire chargé de marchandises venant d’Orient.

Pour s’offrir une jolie tranche de vie vénitienne, direction le Campo Santa Margherita, situé à proximité de l’université Ca’ Foscari. Cette place du quartier de Dorsoduro est très vivante le soir. Mêlez-vous aux étudiants et intellectuels en buvant un cocktail original au Chetbar. Le matin, vous y trouverez un marché vendant poisson, fruits, légumes et vêtements, dans une ambiance presque villageoise.

Enfin, on peut même s’offrir une toile au Campo San Paulo : assistez durant l’été à une séance de cinéma en plein air, grâce au Cinema Paradiso.  

Le marché du Rialto, rendez-vous des Vénitiens

Le marché du Rialto, rendez-vous des Vénitiens
Marché du Rialto © pio3 - stock.adobe.com

À l’origine seul pont permettant de traverser le Grand Canal, le Rialto a toujours été au cœur de la vie vénitienne. C’est ici que les produits frais, les légumes et les épices étaient acheminés. Avec son célèbre marché, il est resté un rendez-vous pour les Vénitiens qui s’y retrouvent tous les week-ends.

Vers neuf heures, promenez-vous le long des étals de poissons de la Pescheria centrale. Sous la halle, les locaux vendent loup, sole, daurade, rouget et coquillages de la lagune. Au bord de l’eau, les maraîchers proposent des fruits et légumes frais tels que chicorée rouge, chou romanesco et jeunes artichauts.

Les Vénitiens aiment boire un café ou une ombra avec quelques cicchetti (amuse-gueules vénitiens) juste après le marché. Une adresse bien locale : Al Merca. On y boit un spritz debout dehors en mangeant quelques sandwichs.

Les Nostrani, les légumes de la lagune

Les Nostrani, les légumes de la lagune
Légumes de Sant'Erasmo © Nizoli - stock.adobe.com

Les vrais Vénitiens n’achètent que les « Nostrani », c’est-à-dire les légumes qui ont poussé sur l’île de Sant’ Erasmo dans la lagune. Vous pouvez demander des « Nostrani » au marché du Rialto ou choisir de les acheter directement sur la barque située Campo San Barnaba.

Ramer comme un Vénitien

Ramer comme un Vénitien
Vogalonga © Stillkost - stock.adobe.com

Aujourd’hui, les transports se font en barque motorisée, mais la passion pour la rame subsiste. Voguer sur les canaux de Venise bercé par le clapotis de la rame, c’est se donner la possibilité de mieux saisir l'identité de la Sérenissime. La voga venata, rame qui se pratique debout, sur une embarcation à fond plat, est un vrai sport vénitien.

Les clubs où les Vénitiens s’entraînent pour les courses sont nombreux. L’occasion pour eux de participer ensuite aux courses annuelles telles que la Regata storica ou la Vogalonga.

Contactez l’école de rame Venice on board pour découvrir la ville d’une autre façon.

Le Castello, Venise côté jardin

Le Castello, Venise côté jardin
Entrée du port de l'Arsenal © phant - stock.adobe.com

En dehors de la période des Biennales d’art contemporain et d’architecture, le quartier du Castello a conservé son atmosphère populaire, avec ses ruelles, ses nombreuses boutiques et osterie authentiques. Depuis les célèbres Giardini, ces jardins napoléoniens situés au bord de l’eau, la vue sur l’île de San Giorgio et le Lido est exceptionnelle !

Toujours dans le quartier, le port militaire de l’Arsenal est ouvert uniquement pendant les Mostre (Biennales). Son entrée est reconnaissable par les deux statues de lions, symboles de Venise, datant du 17e siècle, situées de chaque côté. Longez le quai jusqu’au Pavillon de l’Italie et profitez de la voiture du Golfe de la Biennale qui vous ramène à l’entrée. L’’une des plus belles promenades de Venise.

Cannaregio authentique : les Fondemente et le Ghetto

Cannaregio authentique : les Fondemente et le Ghetto
Campo del Ghetto Nuovo © Gabriele Bignoli - stock.adobe.com

Ancien quartier populaire, Cannaregio devient de plus en plus branché. En son cœur, plusieurs bars-restaurants ont ouvert sur Fondamenta della Misericordia ces dernières années, assurant une ambiance festive dès la tombée de la nuit.

Les jeunes Vénitiens et les voyageurs se retrouvent chez Al Timon. L’atout de ce lieu : la possibilité de prendre l’apéro sur l’eau ! Leur barque amarrée sur la terrasse vous attend dès 18 heures pour un verre de vin et quelques cicchetti.

À deux pas, le Paradiso perduto propose dans un décor industriel d’excellents poissons et pâtes alla granceola (araignée de mer). Des concerts de rock, jazz et musique du monde y sont organisés le week-end.

Vers 21 heures, il est temps d’aller se promener dans le Ghetto Ebraico. C’est dans ce quartier, lieu d’une ancienne fonderie (« Ghetto » signifie fonderie en vénitien), que les Juifs reçurent en 1516 la consigne de vivre en un lieu séparé et fermé. Ils y restèrent confinés jusqu’à l’occupation de Venise par Bonaparte en 1797. Reconnaissable par ses hautes maisons à quatre étages, le Ghetto recèle une perle, le Campo del Ghetto Nuovo qui, éclairé de nuit, est magnifique.

Dans cette Venise secrète, vous pouvez faire une balade nocturne sans croiser âme qui vive. Et la ville est sûre !

L'imprimerie, une tradition vénitienne toujours vivante

L'imprimerie, une tradition vénitienne toujours vivante
Imprimerie Bottega del Tintoretto © Leray Guillaume

La ville a su préserver sa tradition d’imprimerie artisanale.  Ouvert par un collectif d’artistes, la Bottega del Tintoretto est une imprimerie d’art située dans l’ancien atelier de l’artiste. Ce lieu organise des initiations aux techniques classiques de la gravure et de la lithographie. C'est aussi un laboratoire d’édition, permettant la fabrication de livres, de l’impression de texte à la reliure.

C’est grâce à ce lieu que deux auteurs, Florence Faval et Pierre Hornain, ont créé les Éditions du Dromadaire. Cette maison édite des livres pour enfants en français et en italien. Vous pourrez les trouver à Sullaluna, café-librairie proposant boissons, gâteaux faits maison et livres illustrés.

Venise, sur le quai : Fondamenta Nove et les Zattere

Venise, sur le quai : Fondamenta Nove et les Zattere
Zattere au soleil couchant © Victoria - stock.adobe.com

Au nord du quartier de Cannaregio, Fondamente Nove est le quai où se trouve la station de vaporetto qui dessert l’aéroport, toute la ville et les îles de la lagune. Les Vénitiens ont l’habitude d’y prendre un café ou manger un plat de pâtes avant ou après le travail. Les quais de la Fondamenta jouissent d’une superbe vue sur l’île de San Michele, reconnaissable par ses nombreux cyprès.

Autre quai majeur de Venise, cette fois au sud de Dorsoduro : les Zattere, à arpenter de préférence en fin de journée. Il y règne une brise qui rafraîchit l’atmosphère. Les sportifs y font leur jogging, les oisifs flânent en mangeant une glace, les artistes s’y installent pour faire des croquis.

Depuis le Chioschetto, petit kiosque apprécié des habitants du quartier pour sa terrasse au bord de l’eau, profitez de la lumière dorée en buvant une bière ou un spritz face à l’île de la Giudecca.

Dans l'atelier des gondoles de Venise

Dans l'atelier des gondoles de Venise
Chantier de construction des gondoles de San Trovaso © Kittichet - stock.adobe.com

Voilà une activité insolite : découvrir l'univers des constructeurs de gondoles, en visitant un squero. Le squero est un chantier naval de construction, d'entretien et de réparation de gondoles. Si le nombre de squeri a diminué dans la Sérénissime avec la généralisation du moteur, il en reste six. Le plus connu est celui de San Trovaso, ouvert à la visite.

C’est dans le squero qu’est fabriqué la « forcola » (fourche), la pièce maîtresse de la gondole. La forcola est le point d’appui de la rame sur une gondole. Elle subit toutes les contraintes de la manœuvre. Chaque pièce est taillée dans du noyer selon la silhouette et la manière de ramer du gondolier. Certains Vénitiens ont même une forcola chez eux qu’ils exposent telle une œuvre d’art.

La Fenice, l'opéra mythique de Venise

La Fenice, l'opéra mythique de Venise
La Fenice © olegveneto - stock.adobe.com

L’une des plus délicieuses manières de passer une soirée à Venise : assister à un spectacle dans la mythique salle de la Fenice, dans le quartier de San Marco.

Inauguré en 1792, cet opéra de style néo-classique possède une salle à cinq étages ornée de dorures. La Fenice a accueilli les plus grands opéras d’Europe, ainsi que des pièces de théâtre, des ballets et des concerts de musique classique. C’est dans ce lieu chargé d’histoire que se sont produits les grandes premières de Rigoletto et de La Traviata de Verdi. Stravinsky, Britten ou Prokofiev ont même écrit des œuvres spécifiquement pour cet opéra.

La Fenice a été détruite par des incendies ravageurs à deux reprises, en 1836 et en 1996. Lors du dernier sinistre, la ville a hésité à faire construire un opéra plus contemporain. Mais les Vénitiens étaient tellement attachés à la Fenice qu’ils ont souhaité le reconstruire à l’identique, « Dove era e come era ». (« Où il était et comme il était »). Malgré un destin houleux, la Fenice renaît à chaque fois de ses cendres et les Vénitiens s’y rendent régulièrement. D’où son nom qui signifie « Phénix » en italien…

Le Lido : Venise à la plage

Le Lido : Venise à la plage
Plage des Alberoni © Slavko Sereda - stock.adobe.com

Langue de terre s’étirant entre la lagune et la mer Adriatique, le Lido est la station balnéaire des Vénitiens. Lors des longues journées chaudes du mois d’août, les habitants s’y rendent pour pique-niquer en famille. Certains y louent même une « capanna » (cabane en tissus) pour la saison. Après le bain de mer, ils jouent souvent au buracco, jeu de carte local en prenant un café au restaurant de la plage. Appréciez l’ambiance populaire et familiale de la très jolie plage des Alberoni.

Si vous aimez le vélo, une piste longe les Murazzi, ce long mur de défense ponctué de petites digues. L’eau y est chaude et peu profonde. Les crabes y sont nombreux et des cabanes faites de bouts de bois permettent de s’abriter du soleil.

Mais le Lido, immortalisé par Luchino Visconti dans Mort à Venise, c’est surtout le lieu de la célèbre Mostra du Cinéma, créée en 1932, le plus vieux festival de cinéma au monde. De nombreux acteurs et réalisateurs s’y rendent chaque année pour promouvoir leur film. Vous pouvez acheter les places sur le site du festival. Si vous aimez voir des stars, commandez un spritz et flânez sur la terrasse de l’hôtel Excelsior avant la projection de 20 heures.

Acqua alta : Venise à marée haute

Acqua alta : Venise à marée haute
Acqua alta sur la Place Saint-Marc © nullplus - stock.adobe.com

Annoncée par le vrombissement des sirènes, l’Acqua alta est un phénomène qui a lieu durant l'automne et le début du printemps.

Le terme signifiant « hautes eaux » désigne un pic de marée qui submerge une partie de la ville. La circulation devient alors très difficile. On considère que la période d’Acqua alta s’étend de mi-septembre à mi-avril. Les eaux débordent des canaux pendant 4 h, généralement entre 10 heures et 14 heures.

Les boutiques restent cependant ouvertes. Munissez-vous d’une bonne paire de bottes et parcourez les passerelles en bois installées dans les rues pour permettre la circulation des piétons. Vous verrez, Venise n’en est que plus charmante avec un petit goût d’aventure !

Torcello : l'île aux amoureux

Torcello : l'île aux amoureux
Basilique Santa Maria Assunta sur l'île de Torcello © Martin M303 - stock.adobe.com

L’histoire dit que les premiers habitants de la lagune se seraient installés sur l’île de Torcello pour échapper aux invasions barbares. Aujourd’hui, l’île est le lieu de prédilection des jeunes mariés et promeneurs romantiques.

Après une friture de poissons, dans le jardin fleuri de l’Osteria Al ponte del Diavolo, promenez-vous sous les grenadiers et les figuiers, avant de visiter la basilique Santa Maria Assunta et ses mosaïques byzantines. Dépaysement garanti.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le Routard Venise en librairie

Consulter nos guides en ligne Venise et Italie

Office national italien du tourisme

Comment y aller ?

- En avion : Venise est reliée à Paris-CDG et d’autres aéroports français par Air France, Alitalia, Easy Jet en vol direct. Trouvez votre billet d’avion.

- En train : Thello relie Paris-Gare de Lyon à Venise en train de nuit.

Carnet d’adresses

Boire un verre dans le quartier étudiant :

Chet Bar, Dorsoduro 3684 : bar à cocktails situé dans le quartier étudiant nommé en hommage à Chet Baker. Toujours bondé à l’heure de l’apéro.

Voir un film :

Cinema Paradiso 30175, Venezia Marghera

Boire un verre et profiter de l’ambiance du marché du Rialto :

Al Merca, Campo Bella Vienna, 213. Le plus petit bar de Venise. Commandez un spritz avec quelques sandwichs ou tramezzini après votre marché.

Visiter Venise à la rame :

Venice on Board, Cannaregio 3009 G. Association permettant de visiter Venise sur une voga longa, barque typique vénitienne.  

Où dîner avec les Vénitiens ?

Al Timon : Fondamenta dei Ormesini, 2754. Adresse très prisée par les jeunes Vénitiens à l’heure de l’apéro. Excellents cichetti. Vous pouvez également rester et y manger une viande grillée.

Paradiso Perduto : Cannaregio, 2540. Excellent restaurant au décor de type industriel. Commandez les pâtes à l’araignée de mer.

Visiter une imprimerie artisanale :

La Bottega del Tintoretto : Cannaregio, 3400. Situé dans l’ancien atelier du Tintoretto, cette imprimerie artisanale permet de découvrir le travail des artistes du quartier.

Librairie Café Sullaluna : 2535, Fondamenta Misericordia. Librairie-café présentant de nombreux livres pour enfants dont certains imprimés à la main.

Se promener le long des Zattere :

Al Chioschetto : Fondamenta Zattere Al Ponte Lungo, 1406/A. Petit kiosque avec vue sur la lagune apprécié par les Vénitiens à l’heure du coucher du soleil. Pour boire une bière ou un spritz.

Visiter un atelier de fabrication de gondoles :

Squero di San Trovaso : 1097, Fondamenta Bonlini. Un des ateliers de fabrication et de réparation de gondoles les plus intéressants de Venise.

Voir un opéra :

La Fenice Campo San Fantin, 1965

Se baigner au Lido :

Bagni Alberoni : Strada nuova dei Bagni, 26. Plage familiale du Lido possédant un excellent restaurant, des lits et des parasols à louer. On s’y rend pour la journée.

Déjeuner sur l’île de Torcello :

Osteria Al Ponte del diavolo : Fondamenta dei Borgognoni, 10/11. Osteria située sous une tonnelle dans l’île très verte de Torcello. Commandez la friture de fruits de mer. Un régal.

Profiter des biennales d’art

Biennale d’Art Contemporain

Biennale d’Architecture

Biennale du Cinéma

Trouvez votre hôtel à Venise

Texte : Laure Delmoly

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage