Trek et road trip en Islande

Les pays du Nord sont réputés pour leur lumière changeante qui attire le regard du photographe. Aurélien Minozzi a su en capter toute la beauté durant un voyage de plus de 2 mois en Islande. Au travers d'une expérience engagée, d'abord au rythme de ses pas puis au fil de la route, Aurélien nous montre que les efforts sont souvent récompensés.
Pour en savoir plus, lisez l’interview d'Aurélien Minozzi.

Une nouvelle terre

Une nouvelle terre
© Aurélien Minozzi

Panorama situé à quelques kilomètres au sud du volcan Hengill. J'ai arpenté cette région désolée pendant 3 jours, aucune présence humaine si ce n'est le va et vient des hélicoptères et avions de tourisme. L'eau y est une denrée très rare due à une terre absorbante, la gorge sèche et après plusieurs heures de recherche, j'ai par chance trouvé un abreuvoir pour animaux. On s'en contentera...

Détachement glacial

Détachement glacial
© Aurélien Minozzi

Pour observer les petits icebergs, ou du moins les bourguignons (iceberg de moins d’1 mètre), il faut se rendre à Jökulsárlón, littéralement « lagune du glacier ».
Avec ses 18km², Il s’agit du plus grand lac proglaciaire d’Islande.

Lumières du nord

Lumières du nord
© Aurélien Minozzi

J'ai photographié cette aurore boréale le 4 septembre, mais j'ai eu la chance d'en apercevoir difficilement dès les premières nuits profondes du 15 août. À savoir que la saison des aurores boréales commence véritablement en septembre et se termine au mois de mars. La période idéale se situe en plein milieu de l’hiver. 

Lundi l’oiseau symbole

Lundi l’oiseau symbole
© Aurélien Minozzi

Lundi en islandais, Puffin en anglais... Le macareux (moine) est l'oiseau symbole de l'Islande.
Ils sont facilement observables à la saison des amours (printemps), puis ils commencent à s'éclipser à l'arrivée de l'été pour rejoindre l'océan. Il reste toujours quelques retardataires jusqu’à fin août. Ceux-ci ont été photographiés le 23 août tout au sud de l’île de Heimaey.
L'oiseau est très craintif, et bien plus petit qu'on ne le pense, j'ai dû m’approcher à tâtons, allongé dans l'herbe et déclenché à travers les feuillages avant qu'ils ne m’aperçoivent... et s'envolent.

Sous pression

Sous pression
© Aurélien Minozzi

L'âge du parc géothermal de Geysir est estimé entre 8.000 et 10.000 ans. Strokkur est le geyser le plus actif d'Islande, il rentre en éruption toutes les 5 à 10 minutes. À proximité se situe Geysir, le plus haut Geyser du monde qui donna son nom à tous les autres. En 1845, suite à un séisme, il atteint la taille record de 170m de haut, aujourd’hui il est malheureusement très calme. 
Le site est bondé de monde en pleine journée, passé 19h il n’y a plus personne.

Isolée du monde

Isolée du monde
© Aurélien Minozzi

L'île dispose de nombreuses églises qui sont pour la plupart isolées au beau milieu de nulle part, comme ici l’église noire Búðakirkja appartenant au hameau de Búðir.

Sur une plume

Sur une plume
© Aurélien Minozzi

La Linaigrette de Scheuchzer est une plante très commune en Islande, on la retrouve dans tous les recoins marécageux.
Celles-ci ont été photographiées à la lisière de la forêt de Tumastaðir. Oui il existe quelques rares forêts sur l’île. 

Déchirure d'écume

Déchirure d'écume
© Aurélien Minozzi

On se prélasse sans fin sur la plage noire de Vík. Enfin… presque. Avec l’une des météos les plus rudes de l’île, ce n’est pas ici que l’on peut parfaire son bronzage. Attention aux vagues, chaque année des personnes peu prudentes se font emporter. La plupart des plages sont noires en Islande. Il existe cependant quelques plages de sable jaune, voire même roux comme la plage de Rauðisandur.

Bleu sulfureux

Bleu sulfureux
© Aurélien Minozzi

Il s'agit d'une source chaude sulfureuse située dans le parc géothermal de Geysir. Ce bleu profond est dû à des organismes thermophiles qui vivent et se reproduisent dans des eaux entre 50° et 70°, voire même jusqu'à 110° pour les organismes hyperthermophiles.

Retour aux sources

Retour aux sources
© Aurélien Minozzi

Après avoir effectué 18km depuis la localité de Hvolsvöllur et traversé la forêt de Tumastaðir, me voici face à Þríhyrningur, littéralement "la montagne aux trois pics". Son ascension est assez difficile, le "chemin" sur pente abrupte est extrêmement glissant.
Une fois à mi-hauteur une source d'eau jaillit de la montagne, de quoi se ressourcer.

Le temps d’un souvenir

Le temps d’un souvenir
© Aurélien Minozzi

Cachée dans une faille, il faut oser se mouiller pour contempler les 40m de haut de la cascade de Gljúfrabúi.  Elle est située à Hamragarðar à seulement 8 minutes de marche de la cascade Seljalandsfoss.

L'autre monde

L'autre monde
© Aurélien Minozzi

Landmannalaugar signifiant littéralement « les bains chauds des gens du pays », est LA région obligatoire pour les amoureux de randonnée. Entre montagnes atypiques et fumeroles nous voilà partis vers une autre planète. 

Eau et Lumière

Eau et Lumière
© Aurélien Minozzi

Cascade bien sympathique du nom d’Ægissíðufoss située à une vingtaine de minutes de marche du camping Árhús dans la ville de Hella. Ce coin très peu touristique est vraiment plaisant ! Il est possible de descendre et de longer le court d’eau jusqu’à la cascade.

Montagne de feu

Montagne de feu
© Aurélien Minozzi

Pour un panorama tout en couleur compter 40 minutes de ferry depuis Landeyjahöfn, pour rejoindre Heimaey, la plus grande des îles Vestmann. Puis c’est parti pour l’ascension du volcan rouge d’Eldfell. Arrivé au sommet, la vue est à couper le souffle !

Le voyageur du soleil

Le voyageur du soleil
© Aurélien Minozzi

Représentation d’un drakkar viking, le Sun Voyager est une sculpture réalisée par Jón Gunnar Árnason datant de 1990.
Elle est située à Reykjavík sur le bord de l'ancien port de la ville. Ode au soleil, elle symbolise l'espoir, l'exploration, la lumière. J’ai eu assez de mal à prendre cette photo, il y a toujours un monde fou autour et sur la sculpture.

Questions à Aurélien Minozzi

Le Routard : C’était ton premier voyage en Islande, pourquoi avoir choisi cette destination ?

Aurélien Minozzi : Oui il s’agit de mon tout premier voyage en Islande, et ça ne sera certainement pas le dernier. J’ai choisi ce pays pour ses paysages très contrastés, mêlant délicatement le grandiose, l’atypique et la terrifiante dureté de dame nature. Un dépaysement total à 3h30 de Paris.

J'ai effectué un trek en autonomie, seul, uniquement au moyen de la marche (ni bus, ni stop, ni voiture...) pendant 7 semaines, en bivouaquant le plus possible, ou en campant en camping le reste du temps.
Puis j'ai rejoint des amis et nous avons fait le tour de l'île en 4x4 pendant 2 semaines. Soit un total de 9 semaines en Islande du 4 juillet au 5 septembre.

Le Routard : As-tu des coups de cœur ou des expériences qui t'ont particulièrement marqué et que tu recommanderais ?

Aurélien Minozzi : Les sources chaudes !
Au fin fond d’une vallée, aux abords d’une route, l’île est entièrement parsemée de sources chaudes, ce sont des étapes incontournables et totalement gratuites.
Être allongé dans une eau à 38°, les aurores vaguant au-dessus de sa tête… Il n’y a rien de plus beau. Le plus difficile, c’est d’en sortir !

Le trek de Landmannalaugar ! C’est tout simplement l’un des plus beaux circuits de randonnée au monde.
Point très important à prendre en considération, ça se termine par une source chaude !

Le Routard : La photographie occupe une place importante lors de tes voyages ?

Aurélien Minozzi : Quand je suis seul, elle occupe la première place. Tout tourne et est agencé autour de la photographie.

Le Routard : C'est ton métier ? As-tu un sujet et/ou un style de prédilection, essaies-tu de faire passer un message dans tes photos ?

Aurélien Minozzi : C’est pour le moment une activité secondaire, mais je ne désespère pas de pouvoir en vivre totalement un jour.
J’ai une petite prédilection pour la photographie de nature comme le paysage, l’animalier et la macrophotographie mais je ne délaisse pas les autres disciplines. Le plus important pour moi est de connaitre son sujet, d’avoir un esprit naturaliste, d’être curieux, et de pouvoir partager les connaissances acquises.
Si vous n’avez pas eu d’émotion en regardant mes photos, vous aurez au moins, je l’espère, appris quelque chose.

Le Routard : Quel équipement photographique emportes-tu en voyage ?

Aurélien Minozzi : J’emporte toujours mon Nikon D750, c’est un reflex plein format d’excellente qualité, ainsi qu’un trépied et de nombreuses batteries et cartes mémoires.
Si j’ai une voiture à disposition j’embarque toute ma panoplie d’objectif, du grand angle au téléobjectif pour l’animalier.

Dans le cas contraire, celui d’un trek en autonomie, ce qui était le cas de l’Islande, je ne prends que le strict minimum, un grand angle Tamron 15-30mm et un Nikon 70-300mm, couvrant ainsi bon nombre de sujet.
Je n’ai pas encore franchi le pas des drones, bientôt je l’espère.

Le Routard : Comment retravailles-tu tes photos ?

Aurélien Minozzi : Je développe toutes mes photos avec le module Camera Raw de Photoshop, je n’ai pas accroché avec la mise en page de Lightroom. Le traitement d’un raw est une étape importante et obligatoire qui détermine le résultat final, dévoilant ainsi la personnalité du photographe.
J’aime énormément faire ressortir les contrastes et les couleurs, au point parfois de sortir un peu du cadre réel et naturel.
Photoshop permet également de se débarrasser des éléments gênants et inesthétique, pourquoi s’en priver.

Le Routard : Quels conseils pourrais-tu donner à quelqu'un qui voudrait découvrir cette région ?

Aurélien Minozzi : Se renseigner !

L’Islande est une île isolée et sauvage, accueillant une faune et une flore terriblement fragile. On n’y fait pas ce que l’on veut.
Pour les campeurs sachez qu’il y a énormément de restriction, le camping sauvage est interdit, le bivouac reste autorisé pour les personnes non véhiculées.
L’Islande c’est un pays qui te veut du mal, entre vent pouvant atteindre les 126km/h, des températures négatives en plein été et des tempêtes de neige en altitude, il faudra bien vous équiper. J’ai croisé beaucoup trop de personne disant ne pas dormir la nuit à cause du froid, ou repartant car leur tente avait lâché.
L’île est aujourd’hui désignée comme un parc d’attraction à ciel ouvert.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est de s’écarter des sentiers. Il m’est arrivé de marcher plusieurs jours sans jamais croiser personne !  
Enfin, profitez ! Et n’oubliez pas d’emporter avec vous un masque de sommeil si vous voyager l’été.

Pour voir les autres photos d'Aurélien, consultez son site personnel, sa page Facebook, ainsi que son compte Instagram

Pour préparer votre voyage, consultez notre guide de voyage Islande, regardez toutes les photos d'Islande et posez vos questions dans le forum Islande.

Ces articles peuvent également vous intéresser :
L’Islande, sur les routes du Nord
Îles Féroé, archipel du Nord
Écosse, les Highlands grandeur nature

À voir également nos autres portfolios et toutes les photos de la communauté.

Vous aussi, montrez-nous vos plus beaux clichés.

 

Mise en ligne :

Islande Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage