La Nuit Blanche

La Nuit Blanche
Michelangelo Pistoletto - Sophie Robichon Mairie de Paris

Beauté et partage. Les deux maîtres mots de la Nuit Blanche. Neuf ans après son lancement, l’évènement parisien est devenu mondial, avec des ramifications s’étendant de Rio de Janeiro à Montréal, en passant par Buenos Aires ou Metz : ce sont en tout 21 villes qui relaient la manifestation.

C’est en Europe que le concept s’est le plus développé jusqu’à former un projet commun à plusieurs capitales : « Nuits Blanches Europe ». Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici un aperçu de ce que sont les Nuits Blanches, en Europe, et ailleurs… Rendez-vous à Paris, Bruxelles, Toronto et La Valette le 1er octobre prochain. Entrez donc, toute la nuit, c’est ouvert et c’est gratuit…

Une bonne idée...

Neuf ans après la première Nuit Blanche parisienne, le concept a été repris à travers le monde, des Amériques (Toronto, Montréal, Rio de Janeiro…) à l’Asie (Kyoto). Tant mieux.

L’idée de la « Nuit Blanche » est, rappelons-le, des plus séduisantes : il s’agit d’organiser dans l’espace urbain, le temps d’une nuit, des manifestations culturelles gratuites qui revisitent d'une manière originale des lieux insolites.

Parallèlement, les sites appartenant au patrimoine historique de la ville sont le théâtre d’activités culturelles de toutes sortes et les musées sont ouverts toute la nuit. En somme, la Nuit Blanche donne un regard neuf sur des lieux dont on oublie la beauté ou l’histoire.

Au détour d’une rue, dans un endroit insolite ou une institution prestigieuse, les promeneurs noctambules sont confrontés aux créations d’artistes contemporains. Et ceux-ci sont de plus en plus nombreux. Rien qu’à Paris, la Nuit Blanche a rassemblé un million et demi de curieux en 2010.

...qui s'exporte

Étant donné son succès, l’idée a franchi les frontières, et aujourd’hui, il est possible de faire un marathon culturel et noctambule à travers l’Europe. Rome, Bruxelles, Riga, Madrid et Bucarest ont rejoint Paris en 2006 sous le titre « Nuits Blanches Europe ». La manifestation déborde maintenant des frontières de l'Europe, puisque désormais 21 villes organisent des Nuits Blanches à travers le monde (Montréal, Toronto,Chicago, Miami, Kyoto...).

Le principe est simple : chacune des villes propose un thème différent pour orienter les manifestations artistiques présentées, et les autres villes membres du réseau accueillent un artiste ou une compagnie venant de l’une des capitales partenaires.

...et change la ville

Par ailleurs, les Nuits Blanches s’accompagnent d’un projet d'urbanisme lié à plus de convivialité dans la ville. Les transports collectifs nocturnes sont garantis toute la nuit, toujours en privilégiant des modes de mobilité « peu polluants » tels que le vélo, le tram ou des navettes fluviales.

L’ensemble des services nocturnes, l’éclairage, la sécurité ou la signalisation, sont mis à la disposition du public qui peut assister sans problème aux spectacles de la rue, jongleurs, installations d’art, projections ou concerts. L’idée, c’est de créer un évènement « classe, sans être élitiste », accessible à tous, et pour tous les goûts. Découvrir, se laisser surprendre, admirer : de beaux moments en perspective…

Alors, pourquoi aller dormir quand nous pouvons découvrir les images oniriques qui peupleront notre nuit ?

La Nuit Blanche à Paris (1er octobre)

Cette année, Paris, la ville mère de la Nuit Blanche, fête sa 10e édition. Le fil conducteur de cette grande promenade nocturne reprend les thématiques du temps, du rendez-vous et des rencontres. C’est que la Nuit Blanche est propice aux rencontres, entre des artistes contemporains et un public souvent profane venu découvrir un autre monde. Paris joue la carte de l’accessibilité pour chacun : les lignes 14 et 12 seront ouvertes toute la nuit pour acheminer les curieux vers les animations.

Quatre pôles majeurs sont à signaler. Le premier se situe autour de l’Hôtel de Ville (photo), le deuxième entre Batignolles et Pigalle, le troisième entre la Nouvelle Athènes et Saint-Georges, et le dernier entre Montmartre et Anvers. De quoi découvrir sous un autre jour les monuments emblématiques et singuliers de Paris, grâce à un dialogue entre les installations des artistes et les lieux investis.

La direction artistique a été confiée au même binôme qu’en 2009, à savoir Alexia Fabre et Franck Lamy. Une trentaine d’artistes contemporains de plusieurs nationalités sont invités et ont été répartis dans différents lieux, de manière à ce que leur œuvre entre en résonance avec le décor. Une chose est sûre, le Paris historique mêlé à l’art contemporain ne vous laissera pas de marbre. L’ambition est de faire de cette nuit éphémère un souvenir impérissable.

Site de la Nuit Blanche

Si vous n’êtes pas à Paris, vous pouvez suivre la manifestation sur Nuit Blanche Live

La Nuit Blanche ailleurs : Bruxelles, La Valette et Toronto

Nuit Blanche à Bruxelles (1er octobre)

Pour sa 9ème édition, Bruxelles prête de nouveau ses rues aux artistes contemporains.
Cette année, c’est autour de la place Sainte-Catherine que se trouve le point info, qui se fera une joie de vous transmettre les lieux et horaires des animations de votre choix. Un large panel d’événements est proposé : concerts, expositions, …
Pour vous y rendre, le bon plan semble d’utiliser le vélo : à côté de la Bourse, un parking pour les vélos, gratuit et surveillé, est à votre disposition. Pour les moins sportifs, sachez qu’exceptionnellement, le réseau Noctis sera gratuit le 1er octobre, jusqu’au lendemain matin 5h.
Nuit Blanche Bruxelles

Notte Bianca à La Valette (1er octobre)

Voilà 5 ans que La Valette organise elle aussi sa Nuit Blanche, avec un nom plus méditerranéen : la « Notte Bianca ». Pendant toute la nuit, la capitale de Malte va revêtir ses plus belles couleurs, et accueillir par milliers les curieux. Galeries d’art, monuments historiques et musées maltais restent ouverts jusqu’à ce que le soleil levant chasse les noctambules.
Notte Bianca Malta

Nuit Blanche à Toronto (1er octobre)

Toronto restera elle aussi éveillée jusqu’au bout de la nuit. 130 projets d’art contemporain égaieront les rues du centre-ville, divisé en 3 zones pour faciliter les visites.
Le site Internet de l’événement propose aux noctambules de composer eux-mêmes leur itinéraire en fonction des performances auxquelles ils souhaitent assister, avec possibilité de le partager avec leurs proches.
Nuit Blanche Toronto

Texte : Marina Gaultier

Mise en ligne :

Les articles à lire

Saine et métissée : la palette des saveurs vénitiennes puise dans sa richesse...

Bons Plans Voyage