Vic-Bilh et Madiran : un Béarn de caractère

Vic-Bilh et Madiran : un Béarn de caractère
Château d'Arricau-Bordes © Tourisme Vic Bilh

Vins gouleyants du Pacherenc et du Madiran, patrimoine romain et roman, le Vic-Bilh béarnais, au nord-est de Pau, fera le bonheur des gourmands et des randonneurs curieux. Une destination pour se mettre au vert et à (re)découvrir à peu de frais, en toute tranquillité par les collines du piémont pyrénéen.

Pacherenc et madiran, les vins du Vic-Bilh

Pacherenc et madiran, les vins du Vic-Bilh
Vignoble Aydie © Tourisme Vic Bilh

Vicus vetellus, cette origine romaine donne ses lettres de noblesse au « Vieux-Pays » ou Vic-Bilh béarnais. Pacherenc ou Madiran ? Diou Biban ! La tête en tourne pour choisir son vin… Mais où sont donc les vignobles ?

Le pacherenc AOC est produit sur une aire de 300 hectares consacrés aux vins blancs, situés sur la même zone que celle du madiran AOC. Cette dernière s’étend sur 1 400 hectares aux confins du Gers, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques.

Le pacherenc AOC blanc du Vic-Bilh, sec ou moelleux, est élaboré à partir des cépages locaux : gros et petit manseng, petit courbu et arrufiac mûrissant parfois jusqu’à fin décembre grâce à la douceur du climat. Idéal pour le réveillon de la Saint-Sylvestre ! Un édit royal de 1745 en interdisait la récolte avant la mi-novembre.

Son étymologie désigne les rangées de piquets dits « pachets rencs » en béarnais qui servent d’échalas. Le blanc aux notes florales se boit frais. Il accompagne merveilleusement le foie gras, les fromages de vache et brebis et les desserts aux fruits. Mais attention à ne pas abuser du pacherenc nouveau qui coule à flots lors des vendanges !

Le madiran AOC rouge, intense et fruité, est issu à 70% du rare tannat (il n’en existe que 3 500 hectares au monde) qui trouve un terrain idéal sur le piémont pyrénéen. Ce cépage, à la réputation antioxydante, prend toute sa puissance en vieillissant. Vin de messe, vin des pèlerins de Compostelle, le madiran trouve son identité actuelle à la Révolution. Son ancien nom « maridan » évoquait la sainte Maria Dona depuis le XIe siècle. Titrant à 16°, il met en valeur les gibiers, les confits et les magrets.

Les dégustations en caveaux proposent donc souvent ces deux vins, parfois accompagnés des rosés AOC Béarn ou des IGP Comté Tolosan voisins.   

Le Vic-Bilh oriental

Le Vic-Bilh oriental
Eglise Sainte-Foy à Morlaàs © milosk50 - stock.adobe.com

Cette région ne se réduit pas à ses vins, si bons soient-ils. À 12 km au nord de Pau, Morlaàs, ville gallo-romaine et ancienne capitale (XI-XIIIe s) du Béarn, s’ouvre sur le Vic-Bilh et le chemin de Compostelle, GR 653.

Un circuit ludique et une rando-dessin sillonnent cette bourgade de charme aux places endormies. Une frise amusante de canards fait la danse autour du célèbre portail de l’église romane Sainte-Foy. Place de la Hourquie, les Morlanais lancent une lourde boule (6 kgs) en noyer sur les neuf quilles de ce jeu d’autrefois, un spectacle à ne pas manquer ! Faites un tour à la Manufacture Pyrénéenne EPV pour choisir un vêtement en tissu des Pyrénées, un arrêt à l’église d’Andoins pour ses vitraux art nouveau et à la fontaine du Paradis avant de partir sur la route de Lembeye.

Dès Maspie, les maisons basses aux génoises, lucarnes-frontons et toits de tuiles pointent sur fond de maïs et tournesols. L’ocre claire avive les chapiteaux romans de l’importante église de Simacourbe et son pigeonnier.

L’ancienne bastide de Lembeye, capitale du Vic-Bilh, se reconnaît à sa tour de l’Horloge (XIIIe s) et aux linteaux des maisons anciennes, à longer par le chemin des Hautes-Promenades. À voir, une étrange tête d’Indien au 2, rue du Bourguet.

Non loin à Lespielle, le meunier Henri Cazenave vous fait visiter le moulin de Bellegarde à blé et à maïs, environné de pelouses calcaires à orchidées.

Les petites routes pénètrent le cœur du Vic-Bilh par la tour médiévale de Corbère-Albères et les 12 fontaines de Moncaup. Remontez ensuite vers les vignobles du Madiranais et la cave coopérative de Crouseilles. On ne parle plus que cépages et cuvées, face aux Pyrénées !

Après le village fortifié d’Arrosès, les dégustations vont bon train dans les caveaux du château d’Aydie, ancienne demeure de l’écrivain béarnais Joseph Peyré.

Le Vic-Bilh occidental

Le Vic-Bilh occidental
Conchez-de-Béarn © Anne-Marie Minvielle

Aux confins du Gers et de la Bigorre, par la fontaine Sainte-Quitterie d’Aubous, on rejoint la magnifique église classée de Diusse, aux chapiteaux, tympan et mobilier remarquables. L’un des plus beaux chrismes de la région à Mont-Disse traduit le monogramme grec du Christ. Les maisons nobles (XVIIIe s) du village de Conchez-de-Béarn, le lac et le portail Renaissance de l’église de Cadillon accompagnent la descente vers le sud. La fière silhouette des échauguettes du château privé d’Arricau-Bordes (XVIe s) se détache soudain sur fond de vignobles. Le pigeonnier du château de Séméacq-Blachon n’est qu’à un vol de palombe…

À nouveau vers le nord – le Vieux-Pays est sinueux !- cette dernière boucle remonte par l’église de Lannecaube et le château romantique de Loo à Vialer jusqu’à Saint-Jean-Poudge où le sarcophage dans l’église étonne le visiteur.

Le mobilier intact et la précieuse bibliothèque du château de Mascaraàs-Haron, l’un des rares châteaux ouverts au public, font revivre le siècle des Lumières, un éblouissement inattendu dans cette campagne profonde… tout en contraste avec le Musée des Vieux Outils à Arasclet, près de l’ancienne bastide de Garlin. Vingt-cinq métiers y révèlent le savoir-faire béarnais des temps passés.

Au sud, ça sent bon le romain à Taron, dont l’église abrite des mosaïques aux décors végétaux des IV et Ve s et à Claracq où le musée Gallo-Romain propose une approche ludique des fouilles de cette villa renommée.

Le retour vers Pau se fait en traversant Thèze jusqu’au château de Viven. Les jardins sont labellisés « Jardins remarquables », l’accueil est chaleureux et les topiaires et le potager sont le cadre de nombreuses manifestations culturelles.

Adichat Vic-Bilh, adieu Vieux Pays….

7 randonnées coups de cœur dans le Vic-Bilh

7 randonnées coups de cœur dans le Vic-Bilh
Le sentier des Fontaines © Tourisme Vic Bilh

Ces randonnées sont données à titre indicatif. Voir les topoguides dans la fiche pratique.

Morlaàs, le chemin des crêtes

10 km, 3 h, rando-dessin, balisage blanc-rouge, panneaux. Depuis la place de la Hourquie, rejoindre le chemin de Grabasse. Suivre le GR 653, panorama sur les Pyrénées. Remonter vers le nord-ouest. Retour à l’est vers Morlaàs.  

Lembeye, le chemin de la Ligne

5 km, 1 h 30, panneaux. Depuis la place Marcadieu, rejoindre le chemin de la Ligne, ancienne voie de tramway Lembeye-Pau. Atteindre le chai Doléris. Remonter par la voie en sens inverse en observant les nombreux ouvrages de pierre jusqu’à Lembeye.

Moncaup, le sentier des Fontaines

11,5 km, 2 h 30, dénivelé, panneaux. Depuis la mairie, rejoindre l’église, le lavoir et la D 221. Un chemin à droite mène à la fontaine de Navarre. Continuer à travers bois vers les fontaines de Passe et du Bélier. Longer un étang vers la fontaine de Page et revenir par le calvaire de Moncaup.

 Crouseilles, entre vignes et château

2,5 km, 1 h, panneaux. Depuis le parking de l’église, remonter vers le château et sa vue sur les Pyrénées. Le chemin se poursuit à l’angle des vignes pour descendre à travers vignobles, les longer et revenir à l’église.

 Aydie, au cœur du vignoble

9 km, 2 h, panneaux. Depuis la place de l’église, rejoindre les maisons Dabadie, Curon et Laforêt. Panorama sur le vignoble. Contourner le lac versant sud et ouest jusqu’à la digue. Longer un bois vers l’ouest et revenir au sud par le château jusqu’à Aydie. 

Garlin, circuit du cœur historique

19 km,  5 h, panneaux. Depuis la place Marcadieu, rattraper la D 42. Descendre vers le lac Gabassot, longer sa rive ouest jusqu’à la digue. Remonter plein nord, traverser le Lesté. Par des pistes, suivre les bois et les prés vers le sud jusqu’à Garlin et sa mairie (château Hilton).

Fiche pratique

Retrouvez les adresses, bons plans et infos pratiques dans le Routard Pays basque, Béarn en librairie

Consulter notre guide en ligne Pays basque et Béarn

Office de tourisme Béarn Pays Basque

Office de tourisme du Vic-Bilh

Office de tourisme du Pays de Morlaas

Comment y aller ?

Le Vic-Bilh se trouve au nord-est de Pau, accessible en train depuis Paris (4h20 de TGV), Bordeaux, Toulouse et Nice. L’aéroport de Pau est relié en vol direct à d’autres aéroports français par Hop ! Air France. Trouvez votre billet d’avion.

Bonnes adresses

- L’Amandier : 6 place de la Hourquie à Morlaàs. Une bonne adresse pour déguster des plats du terroir(canard, pavé de veau béarnaise…).

- Jeu de Quilles de Neuf : place de la Hourquie à Morlaàs.

- Manufacture Pyrénéenne, 11 rue Bourdieu à Morlaàs : spécialité de vêtements en tissu des Pyrénées.

- Restaurant et chambres d’hôtes de La Tour : 29 place Marcadieu à Lembeye. Une table réjouissante dans l’une des plus jolies maisons du village. Excellent foie gras.

- Chambres d’Hôtes Le Pressoir à Aydie-Curon. Une jolie ferme rénovée au cœur des vignobles.

- Relais d’Aydie : quartier Bardou à Aydie. Tél. 05 59 04 00 09. Immanquable pour son omelette aux cèpes.

- Relais du Vigneron : 13 chemin départemental à Diusse. Tél. 05 59 04 04 52. délicieux plats faits maison.

- Restaurant L’Entrepotes: 35 route départementale 834 à Garlin. Tél. 05 59 04 77 52

Dégustations de vins : Crouseilles et Aydie

Randonnées :

. Pays de Morlaàs, 22 randos, OT de Morlaàs, 6 €

. Le Vic-Bilh, 15 randos, ST de Lembeye-Garlin, 5 €

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Pays basque et Béarn Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage