Carte d'identité Hongrie

- En hongrois : Magyarország.
- Capitale : Budapest.
- Superficie : 93 029 km².
- Population : 9 897 000 hab. (dont 1,75 million à Budapest). Dénatalité de 0,35 %.
- Densité : 106 hab./km.
- Espérance de vie : 72,2 ans pour les hommes, 79,8 ans pour les femmes.
- Monnaie : le forint.
- Langue : hongrois (magyar) à 98,9 %.
- Régime : démocratie parlementaire.
- Chef de l'État : János Áder (depuis juin 2012).
- Chef du gouvernement : Viktor Orbán (depuis mai 2010, reconduit en 2014 et en 2018).
- Croissance économique : 2,5 % en 2013.
- PIB par habitant : 12 800 €.
- Inflation : 0 %.
- Taux de chômage : 6,7%.
- Indicateur de développement humain : 0,879 (43e sur 190).

- Sites classés au Patrimoine mondial de l'Unesco : Hollókö, le vieux village et son environnement (1987) ; Budapest, avec les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l'avenue Andrássy (1987 et 2002) ; les grottes de karst d’Aggtelek et du karst de Slovaquie (1995) ; l'abbaye bénédictine millénaire de Pannonhalma et son environnement naturel (1996) ; le parc national d'Hortobágy - la Puszta (1999) ; la nécropole paléochrétienne de Pécs (2000) ; le paysage culturel de Fertőd - Neusiedler See (2001) ; le paysage culturel historique de la région viticole de Tokaj (2002).

Économie

Dès 1990, la Hongrie a mis en chantier une politique de privatisation, en s'ouvrant aux capitaux étrangers. Cette libéralisation de l'économie lui a permis de s'imposer comme le principal bénéficiaire des investissements en Europe de l'Est. L'entrée dans l'Union européenne le 1er mai 2004 a marqué la fin d'une première phase de transition de l'économie mais cela n’a pas empêché la croissance de s’affaiblir. À partir de 2013, la courbe s’est infléchie avec un taux de croissance de 3,7 % en 2014, 2,5 % en 2015 et 2,9 % en 2016.

Pourtant, le pays dispose de véritables atouts : la science et la technologie sont, avec l'automobile, les éléments clés de l'économie, appuyée sur une main-d'œuvre qualifiée et moins coûteuse qu'en Europe de l'Ouest.

Avec un taux de change euro-forint avantageux, la Hongrie a réussi à attirer de gros investisseurs étrangers, notamment dans le domaine automobile.

La croissance hongroise repose essentiellement sur les exportations, notamment vers l’Allemagne. Le tourisme occupe une place modeste dans le paysage économique, avec 4 % du PIB en 2014, alors qu’il représentait le double en 2008.

Le taux de chômage a fortement baissé, jusqu’à atteindre seulement 6,4 % en 2016, mais cette embellie ne profite pas à tout le monde : beaucoup de chômeurs ont tout bonnement été radiés. Car pour réduire le déficit public, ce gouvernement très hostile à « l’assistanat » a supprimé de nombreuses aides sociales et réduit l’indemnisation du chômage : les allocations sont fixées à 30 % du salaire minimum (contre 120 % auparavant) et versées pendant 3 mois au lieu de 9.

Conséquences : le déficit public, après 10 années dans le rouge, est passé en 2013 sous le seuil des 3 % requis par l’Union européenne, et même sous les 2 % en 2015. Mais dans le même temps, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté a graduellement augmenté et dépasse désormais les 15 %...

Des taxes exceptionnelles de crise ont été introduites en 2010, dans les domaines de l’énergie, de la grande distribution et des télécommunications, afin de maintenir les objectifs de réduction du déficit budgétaire. Le taux de TVA est le plus élevé d’Europe (27 %).

L’autre fragilité de la Hongrie réside dans l’endettement des ménages pour l’immobilier et les biens de consommation. C’est le plus élevé des pays d’Europe de l’Est.

Droits de l'homme

Ancien chantre de la lutte anticommuniste, plutôt libéral à ses débuts, Viktor Orbán a fortement orienté son discours à droite, ces dernières années, et a remporté les élections de 2010 et de 2014 à force de discours populistes et ultranationalistes.
Depuis son arrivée au pouvoir, le leader du Fidesz, devenu Premier ministre, multiplie les atteintes aux libertés. Alors même qu’il assumait la présidence tournante de l’Union européenne en 2011, il a fait voter une constitution jugée liberticide par l’ONU, le Parlement européen et les ONG.

Sa volonté d’ériger un mur de barbelés aux frontières avec la Serbie et la Croatie lors de l’afflux des réfugiés à l’été et à l’automne 2015 lui a valu une volée de bois vert de la part de la presse européenne.
Avec l’autorisation donnée aux forces de l’ordre de tirer (mais de manière non létale) sur les migrants, et le refus des quotas de répartition de ceux-ci, il n’a fait que conforter son image de « Viktator », le « méchant venu de l’Est », le tout sur fond de rhétorique xénophobe, où Orbán présente les musulmans comme un danger pour la civilisation européenne.

La nouvelle constitution

Son préambule mentionne la Sainte-Couronne comme symbole de la continuité constitutionnelle de l’État et de l’unité nationale et affirme notamment que « les cadres essentiels de la vie en communauté sont la famille et la nation, les valeurs fondamentales de l’unité sont la fidélité, la foi et l’amour » et que « le fondement de la force de la communauté et de la dignité de l’Homme est le travail ». Il reconnaît légalement la « vertu unificatrice de la chrétienté pour la nation ».

Voyage Hongrie

Bons Plans Voyage Hongrie

Services voyage



Forum Hongrie

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Vos discussions préférées du forum Hongrie

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Hongrie

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Hongrie

Agenda Hongrie

Hongrie Les articles à lire