Le Québec gourmand, sur la Route des Saveurs

Le Québec gourmand, sur la Route des Saveurs
© Aurélie Michel

La gastronomie québécoise ne se résume pas à la poutine, loin de là ! Produits du terroir, fromages délicieux, viandes bio… La Belle Province est sans doute la région la plus épicurienne d’Amérique du Nord. Ici, on apprécie la bonne chère et des circuits gastronomiques la mettent en valeur. Gros plan sur la Route des Saveurs de Charlevoix, où la gourmandise est la plus belle des vertus.

Le Québec, cette belle province gourmande…

Le Québec, cette belle province gourmande…
© Aurélie Michel

Au Québec, on fait le plein de grands espaces, d’air pur… mais aussi de bons produits. Élevages extensifs, circuits courts et produits bio sont en plein développement. On trouve de nombreuses viandes et charcuteries de qualité, notamment. Et, comme nous, les Québécois – ô joie ! –  raffolent du fromage. Bref, vraiment de quoi se dépayser sans (trop) risquer le mal du pays !

On retrouve ces produits du terroir sur les marchés et dans les assiettes des restaurants, mais aussi à travers des circuits agrotouristiques. Plusieurs régions du Québec en ont mis en place, comme les Laurentides (« le Chemin du terroir ») et la région de Québec (« le Parcours Gourmand »).

Mais s’il y a bien une région pionnière en matière d’agrotourisme, c’est Charlevoix. Elle a beau être la plus petite des 22 régions touristiques du Québec, elle se révèle d’une grande générosité quand il s’agit de bien manger. C’est ici qu’est née, en 1996, la fameuse « Route des Saveurs », sous l’impulsion des chefs Dominique Truchon, Éric Bertrand, Régis Hervé et Guy Bessone.

La Route des Saveurs réunit aujourd’hui quelque 24 producteurs, 20 restaurateurs et 5 membres affiliés. Une même philosophie : l’amour des bons produits. Et, surtout, le partage ! Tous nous accueillent à bras ouverts, de Baie-Saint-Paul à La Malbaie le long du fleuve Saint-Laurent, mais aussi dans les terres. Leurs produits, on les retrouve un peu partout : chez les uns et chez les autres, à la carte des restaurants, dans les épiceries… et même jusque dans la plus petite des stations essence. C’est dire à quel point le Charlevoix est attaché à son terroir…

En parallèle, un label « Certifié Terroir Charlevoix » a vu le jour : on est ainsi sûr d’avoir affaire à des produits du cru. Mais au fait, quels produits ? Impossible de tous les citer, mais en voici déjà une belle petite sélection…

Les bons fromages de Charlevoix

Les bons fromages de Charlevoix
Production du cheddar © Philippe Cloutier - Laiterie Charlevoix

Il n’y a pas qu’en France que les fromages sont bons ; de ce côté-là, le Charlevoix nous régale.

À Baie-Saint-Paul, citons bien sûr la Laiterie Charlevoix, une institution en place depuis plus de 70 ans. Le 1608, un fromage à pâte pressée cuite, est élaboré avec du lait thermisé (chauffe moins importante que la pasteurisation). Mais, surtout, il est issu à 100 % de vaches canadiennes. Cette race, qui s’est raréfiée, est née de vaches importées de France (Normandie et Bretagne) au 17e siècle. Elle a été réimplantée dans Charlevoix en 2007.

La Laiterie Charlevoix fabrique également du Fleurmier (qui n’est pas sans rappeler notre camembert) et du cheddar en grain frais du jour, surnommé « fromage couic-couic », au Québec. Avec les frites et la sauce, il fait partie des trois ingrédients phares de la poutine, un plat on ne peut plus typique. Pour comprendre l’histoire du fromage au Québec et se familiariser avec les différentes étapes de fabrication, on jette un œil à l’intéressant « économusée du fromage » de la laiterie (gratuit).

Autre emblème de la région, 3 km plus loin : la Maison d’affinage Maurice Dufour. Que du bon ! Des fromages aussi bien au lait de vache, comme le Migneron (pâte demi-ferme) et le Ciel de Charlevoix (pâte persillée), qu’au lait de brebis (le bleu est délicieux).

Pour information, on ne trouve pas de fromages au lait cru dans le Charlevoix : il est au minimum thermisé, mais le plus souvent pasteurisé. D’ailleurs, ils ne courent plus vraiment les rues au Québec, la faute aux normes très strictes…

Foie gras du Québec et agneau de Charlevoix

Foie gras du Québec et agneau de Charlevoix
Au restaurant Chez Truchon © Aurélie Michel

En s’enfonçant un peu plus loin encore dans les terres, on tombe sur Saint-Urbain. Un coin qui fait le bonheur des amateurs de viande et de charcuteries. C’est là qu’est installée la Ferme basque, qui produit d’excellents foies gras et autres magrets de canard.

Sur les mêmes terres sont élevés les poulets et les porcs des Viandes biologiques de Charlevoix (attention, délicieux saucisson !). La Charcuterie charlevoisienne nous régale aussi ; il faut notamment goûter à leurs « cretons », les rillettes québécoises. Les buffets des hôtels en proposent dès le petit déjeuner !

Enfin, impossible de parler viande sans évoquer l’agneau de Charlevoix ! Élevé dans plusieurs fermes, il est reconnu par un label IGP (indication d’origine protégée) depuis 2009. C’était alors une grande première pour le Québec et même pour l’Amérique du Nord. Le produit est très apprécié de Dominique Truchon, chef du restaurant gastronomique Chez Truchon à La Malbaie et initiateur de la Route des Saveurs. « C’est presque un agneau de lait, il n’est pas gras et très fin au goût », précise-t-il. Comme dans tous les restaurants affiliés, son menu se doit d’indiquer le nom des fermes pour chaque produit du terroir. « Il est tellement important que les clients sachent d’où viennent les animaux ! » ajoute le chef.

Pour accompagner tout cela, les bons légumes ne manquent pas (maraîchers La Bordée des Corneilles, les jardins d’Alexandre…), ni même les champignons (pleurotes de Champignons Charlevoix, cèpes de chez Champignons Amyco…).

Cidre, bière… les alcools du Charlevoix

Cidre, bière… les alcools du Charlevoix
Cidrerie Pedneault © Aurélie Michel

Une voie magnifique – la route du Fleuve – relie les villes de Baie-Saint-Paul et de La Malbaie. Aux environs des Éboulements, L’Isle-aux-Coudres se dessine. Elle regorge de pommiers : ceux de la cidrerie artisanale Pedneault. Aux beaux jours, à vélo, on sillonne la « route du Verger », à travers les pommeraies. Et on ne repart pas sans une petite dégustation !

Il faut notamment essayer leur spécialité : le cidre de glace, élaboré à base de pommes qui ont gelé trois fois à -10 degrés. On peut s’en procurer sur place, évidemment, mais aussi dans leurs boutiques annexes (à Baie-Saint-Paul, à La Malbaie) et dans de nombreux autres points de vente (boulangeries, épiceries…).  

Après le cidre, la bière ! La Microbrasserie Charlevoix, à Baie-Saint-Paul, est une institution depuis 1998. Hop, on trempe ses lèvres dans la mousse de la « Flacatoune » (cela signifie « bière » en vieux français), une blonde délicieuse, brassée sur place comme toutes les autres. En 2018, elle a d’ailleurs reçu une médaille d’or aux Prix canadiens de la Bière.

 Plus insolite, les hauteurs de Baie-Saint-Paul donnent naissance au vin apéritif de tomate (16 % d’alcool). Baptisé Omerto, il est élaboré par Pascal Miche et sa femme à partir de variétés ancestrales de tomates. Le tout en bio.

On passe à table sur la Route des Saveurs

On passe à table sur la Route des Saveurs
© Aurélie Michel

Voici quelques adresses remarquables sur la Route des Saveurs :

- Restaurant Diapason : 1, rue Sainte-Anne à Baie-Saint-Paul. C’est l’histoire de Steve, un chef alsacien installé à Baie-Saint-Paul avec sa femme Ève, d’origine canadienne. À la carte, plein de bons produits de Charlevoix : viandes biologiques, omble chevalier de la pisciculture des Éboulements, saumon du fumoir Saint-Antoine, fromage frais Deo Gratias de chez Maurice Dufour… Attaché à ses origines, il propose aussi quelques spécialités bien de chez lui, comme la choucroute et la flammeküche (mais toujours mariées aux produits régionaux !). Un délice, de l’entrée au dessert. Compter 35-45 $ pour un repas complet (25-35 $ le midi).

- Boulangerie Pains d’exclamation!  398, rue St-Étienne à La Malbaie. Voilà plus de 15 ans que cette boulangerie artisanale régale La Malbaie. Formule idéale pour le midi : soupe maison et « grilled cheese », un sandwich chaud au fromage local de son choix (Fleurmier, Migneron…). À déguster installé à l’une des grandes tables. Également un coin boutique bien fourni en produits locaux : miel, cretons, charcuteries, fromages, café, farine…

- Le Saint-Pub, restaurant de la Microbrasserie Charlevoix : 2, rue Racine à Baie-Saint-Paul. En plein centre de Baie-Saint-Paul, le pub de la microbrasserie propose une cuisine simple, réalisée bien sûr avec des produits du coin. Leur spécialité : de la viande de bœuf fumée maison aux copeaux d’érable. On peut également commander une poutine, le plat québécois typique. Bien sûr, on accompagne le tout d’une de leur bière artisanale : Flacatoune, Vache Folle… il y a le choix.  Plats 15,95 – 21,95 $.

- L’Auberge Bistro Chez Truchon  : 1065, rue Richelieu à La Malbaie.  En 2011, le chef charlevoisien Dominique Truchon est tombé amoureux d’une magnifique auberge centenaire à La Malbaie. Depuis, il y fait des merveilles avec les produits du terroir : agneau de Charlevoix IGP, boudin noir bio maison, foie gras de la Ferme Basque, crème brûlée au lait de chèvre de La Chèvrerie de Charlevoix… Une délicieuse adresse gastronomique dans un cadre unique, avec feu de cheminée. Plats 26-36 $. Formule table d’hôtes 60 $ le soir.

- Les restaurants Le Bercail et Les Labours de l’Hôtel & Spa Le Germain Charlevoix 50, rue de la ferme, Baie-Saint-Paul. En plus d’y être bien, dans cet hôtel, on y mange bien ! Deux restaurants : le Bercail pour casser la croûte, Les Labours pour un festin plutôt gastro. Mais dans les deux cas avec de bons produits locaux. Compter 50-60 $ le repas.

- Le restaurant de l’hôtel Fairmont Le Manoir Richelieu, 181, rue Richelieu, La Malbaie Polpette de chevreau de Charlevoix, foie gras de la ferme basque déglacé au cidre des vergers Pedneault, omble-chevalier des Éboulements… difficile de faire son choix parmi tous ces bons plats du terroir. Le tout avec vue sur le fleuve Saint-Laurent. Tables d’hôtes 56 $.

Événements gastronomiques en Charlevoix :

- La Débâcle de Charlevoix. C’est l’événement annuel de la Route des Saveurs. Le temps d’une soirée très conviviale, on déguste les bons produits locaux, cuisinés par les chefs de la région. Au programme : cocktail & animation, dîner quatre services, concert et after.

- Festival « Cuisine, cinéma et confidence ». Durant trois jours au mois de novembre, il met à l’honneur l’art, la cuisine et la nature. Trois thèmes chers à la région et notamment à la ville de Baie-Saint-Paul, paradis des artistes et lieu de naissance du Cirque du Soleil.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, infos pratiques et bonnes adresses dans le Routard Québec en librairie

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide en ligne Québec

Office du tourisme du Québec 
Tourisme Charlevoix 
Route des saveurs de Charlevoix

Comment s’y rendre ?

- Vols directs depuis Paris vers Montréal et Québec avec Air Canada.
- En voiture : une heure de trajet à partir de Québec, via la route 138 Est.
- En train : au départ de la gare du Palais (Québec). Quatre heures de trajet entre fleuve et montagne jusqu’à La Malbaie.

Où dormir ? 
Voir notre sélection dans l’article Charlevoix, la magie de l’hiver

Trouvez votre hôtel dans Charlevoix.

Où acheter des souvenirs typiques ?

- Boutique de l’hôtel Le Germain à Baie-Saint-Paul : serviettes de table de la tisserande Anne-Marie Hamel, sève de bouleau, miel local, chaussettes Charlevoix Pure Laine…

- Microbrasserie de Charlevoix à Baie-Saint-Paul : on fait ici le plein de bières artisanales, comme la Vache folle, la Flacatoune…

- Magasins SAQ (société des alcools du Québec) : c’est dans ces magasins et non en supermarché qu’on peut acheter de l’alcool. On rapporte par exemple un bon gin (on vous recommande le KM12) ou un whisky au sirop d’érable.

- Confiserie Fraicheurs et saveurs, à Baie-Saint-Paul : on y trouve de ces fameux bonbons au sirop d’érable… et bien d’autres douceurs.

- Charlevoix Pure Laine : chaussettes, pantoufles, bonnets… tout est fabriqué avec de la laine récupérée sur les moutons destinés à la viande (en général, elle est malheureusement jetée). C’est beau, chaud et anti-gaspi. Une boutique à Baie-Saint-Paul. Le Musée de Charlevoix à La Malbaie et l’hôtel Le Germain à Baie-Saint-Paul vendent aussi les chaussettes.

- Boutique du Musée de Charlevoix à La Malbaie : chaussettes Charlevoix pure Laine, céramiques, textiles artisanaux, papier de la Papeterie Saint-Gilles…

- Boulangerie Pains d’Exclamation à la Malbaie : de nombreux produits locaux, charcuteries, fromages, cretons, farines, café, miel, sirop d’érable, champignons en conserves…

- Cidrerie Pedneault à La Malbaie et Baie-Saint-Paul. En plus des cidres de la maison, vaste choix de produits locaux (miel, conserves, sirop d’érable…).

Texte : Aurélie Michel

Mise en ligne :

Canada Les articles à lire

Voyage Canada

Bons Plans Voyage

Services voyage