Cinco de Mayo : Mexican Pride à L.A

Cinco de Mayo : Mexican Pride à L.A
© Ezekiel Tarango

Le Cinco de Mayo réunit le 5 mai de chaque année des centaines de milliers de personnes dans les rues des grandes villes américaines. Mais c’est à Los Angeles, capitale hispanique des États-Unis, que l’événement s’annonce le plus impressionnant, avec deux festivals. « On » ou « Off », à Broadway ou à Olvera Street, descendez dans la rue avec la remuante communauté mexicaine-américaine, les chicanos !

Pourquoi le Cinco de Mayo ?

Tout commence par une bataille : celle que les troupes mexicaines menées par le général Ignacio Zaragoza ont remportée sur les forces françaises à Puebla, le 5 mai 1862. En 1861, le Mexique, gouverné par Benito Juarez, suspend le paiement de sa dette extérieure, notamment envers la France. Napoléon III profite de la situation et envoie des troupes pour tenter d’installer un gouvernement au Mexique, dirigé par l’un de ses parents, Maximilien. Le 5 mai 1862, les 6 500 soldats français sont mis en échec par les troupes de Zaragoza. Même si les Mexicains perdent la guerre contre les Français quelques mois plus tard, le Cinco de Mayo, célébré comme une grande victoire, est depuis l’une des fêtes nationales du Mexique.

Aux États-Unis, c'est à la fin des années 1960 que les étudiants mexicains-américains, surnommés « chicanos », s’emparent du Cinco De Mayo pour en faire un jour de célébration de leur culture. Cette date est choisie en hommage au héros de la bataille de Puebla, le Général Zaragoza. Ce dernier est né au Texas : un beau symbole pour les chicanos, qui, tout en étant les descendants de Tenochtitlan, sont aussi des enfants de l’Oncle Sam. Les étudiants organisent alors une fête pour marquer leur différence, à l’intérieur d’un système universitaire majoritairement WASP.
Au fil des années 1970, le Cinco de Mayo sort des cercles militants pour devenir la fête de l’identité mexicaine-américaine. Depuis, cette sorte de « Chicano Pride » fait même partie de la culture populaire des États-Unis. De la même manière que la Saint-Patrick ne se limite plus aux Irlandais, le Cinco de Mayo est ouvert à tout le monde.

Los Angeles, capitale chicano

Aujourd’hui, les festivités du Cinco de Mayo se déroulent un peu partout dans le sud-ouest des États-Unis, ainsi que dans des villes abritant une grande communauté mexicaine, comme Austin, Houston, San Antonio, Chicago, Denver, Portland, Reno, St. Paul, San Diego ou New York. Mais, c’est à Los Angeles qu’a lieu le plus important Cinco de Mayo. Rien d’étonnant à cela : à L.A., dont le maire Antonio Villaraigosa est latino, plus du tiers de la population est d’origine hispanique, soit 3,6 millions d’habitants. Il s'agit de la 3e ville hispanophone d’Amérique du Nord, après Mexico et Guadalajara.

En fait, le Cinco de Mayo a tellement de succès à Los Angeles que deux grandes fêtes sont organisées sur plus d’une semaine : Fiesta Broadway, un festival officiel et plutôt commercial, organisé par la mairie et soutenu par de grandes entreprises, et la fête du rue du quartier populaire Olvera, plus authentique.

Fiesta Broadway, le plus grand Cinco de Mayo du monde

Signe de l’importance grandissante de la communauté latino, Fiesta Broadway s’est hissé, en l’espace de 15 ans, parmi les festivals les plus populaires des États-Unis. Destinée à célébrer en grande pompe le Cinco de Mayo, cette fête en forme de carnaval de rue a lieu… le 30 avril.

Plus d’un demi-million de personnes vont battre le pavé à Broadway, entre First et Olympic Streets, de 11 h à 18 h. Outre un grand défilé costumé aux couleurs du drapeau mexicain, de nombreux stands de nourriture, de boisson et d’artisanat donnent rendez-vous aux fêtards. Les stars les plus caliente de la scène mexicaine-américaine sont généralement de la partie. Après Celia Cruz, Marc Anthony ou Tito Puente, les six scènes de Fiesta Broadway accueillent cette année deux phénomènes de la culture pop mexicaine, Bronco et Gilberto Gless.

Pour les sportifs, un mini-marathon, le « Cinco de Mile » est également prévu, ainsi que des activités pour les enfants, Los Ninos Play Park, et, pour les latinas coquettes, un Fashion Square. Enfin, comme lors de toutes les grandes manifestations de rue nord-américaines, le Cinco de Mayo attire des sponsors en tous genres : boissons gazeuses, chaussures de sport et autres marques de bière…

Olvera Street, « off » et authentique

Si Fiesta Broadway se veut la manifestation officielle de la fête chicana, les célébrations les plus authentiques, mais aussi les plus traditionnelles, ont lieu dans le quartier autour d’Olvera Street. Situé à Downtown, il s’agit du berceau hispanique de Los Angeles. Même si la communauté s’est déplacée vers l’est, Olvera Street demeure le cœur de la culture chicano.

Ici, le Cinco de Mayo a gardé son aspect de fête communautaire. Les célébrations débutent le 1er mai et durent jusqu’au 5. Toutes les activités, gratuites, ont lieu sur trois grandes scènes. L’une, dédiée aux enfants, se veut pédagogique avec des spectacles racontant la fameuse bataille de Puebla ainsi que des récits tirés du folklore et de l’histoire du Mexique. Les enfants ont aussi droit aux joies de la piñata : une figure de papier mâché suspendue dans les airs et remplie de friandises qu’ils tentent de rompre avec un bâton, les yeux bandés.
Les rues sont décorées avec des drapeaux mexicains et des banderoles aux couleurs de la mère patrie (rouge, blanc et vert). Les jeunes défilent en costumes traditionnels et l’on peut voir des portraits du fameux général Zaragoza un peu partout. Cette année, le Cinco de Mayo promet d’être assez politique alors que la majorité républicaine de George W. Bush projette de voter des lois sur l’immigration plutôt répressives. Le 1er mai, la communauté latino appelle d’ailleurs à un boycott total des commerces américains. Une actualité que les dignitaires de la communauté mexicaine-américaine et le maire de L.A. devraient évoquer lors de leurs discours en espagnol.
Ensuite, la fête reprendra ses droits avec des orchestres de musique folklorique, des chansons populaires, des spectacles de mariachis et des bals populaires. Sans oublier les nombreux stands de nourriture avec de délicieux tacos al pastor, des fajitas ou du pollo al mole poblano à accompagner, comme il se doit, de tequila ou de bière… mexicaine. Buen provecho !

À voir sur le Web

- Festival Fiesta Broadway : www.fiestabroadway.la.
- Cinco de Mayo Olvera Street : www.olvera-street.com.
- Office du tourisme de Los Angeles : www.lacvb.com.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

États-Unis Les articles à lire

Voyage États-Unis

Bons Plans Voyage

Services voyage