Comminges-Luchon : la Haute-Garonne, côté Pyrénées

Comminges-Luchon : la Haute-Garonne, côté Pyrénées
Lac d’Espingo © joseph_hilfiger - Adobe Stock

Le Pays Comminges Pyrénées se situe au sud du département de la Haute-Garonne, à une centaine de kilomètres de Toulouse. Cette région aux collines boisées, aux hauts sommets et aux jolies vallées s’étend des coteaux de Gascogne à la frontière espagnole. Au programme : découverte du plus grand réseau spéléologique de France, rafting sur la Garonne et randonnée dans les Pyrénées centrales. Et pour se remettre, séance relaxation dans l’unique hammam d’Europe, à Luchon, la célèbre station thermale.

Vallée de l’Arbas : au pays de l’ours et de la spéléo

Vallée de l’Arbas : au pays de l’ours et de la spéléo
Spéléo © Aurélie Michel

Dans la vallée de l’Arbas, au sud de la Haute-Garonne et à une trentaine de kilomètres de Saint-Bertrand-de-Comminges, les paysages du piémont pyrénéen dessinent déjà un joli massif qui culmine à 1 610 m d’altitude (pic de Paloumère). Un beau cadre pour randonner...

Marcheurs, rendez-vous à la Fontaine de l’ours, départ de nombreuses randos. L’ours ? Eh oui, nous sommes dans son pays ! Depuis 1996, 9 ours ont été réintroduits dans les Pyrénées centrales. Avant d’être décimés par la chasse, ils vivaient ici, depuis très longtemps. En 1963, des spéléologues ont retrouvé un squelette d’ours des cavernes vieux d’au moins 25 000 ans !

En parlant de spéléologie, c’est aussi ici que se trouve le plus grand réseau spéléologique de France. Il a pris le nom de Félix Trombe, un célèbre spéléologue français. Très complexe, il s’étend sur quelque 115 km de galeries et compte une trentaine de gouffres, une cinquantaine d’entrées et 1 018 m de dénivelé.

Non loin de là, à Aspet, la grotte de Terre-Blanque offre déjà une belle introduction à l’exploration des cavités souterraines. Allez, on enfile la combinaison et le baudrier, on allume la lampe LED de son casque et c’est parti ! Accompagné d’un professionnel, on évolue dans ces basfonds argileux, au son de la petite rivière souterraine.

Dans ce royaume de stalactites, les passages se font parfois très étroits, nous contraignant à ramper. « Chatières », dans le jargon des spéléologues. On peut vous assurer qu’ils portent bien leur nom. Parfois, une grande salle apparaît et, durant quelques instants, on retrouve la position debout. De cet autre monde, on ressort boueux, mais heureux !

Pour se remettre de ses émotions, rien de tel qu’une pause contemplative au Labyrinthe Créagire, tout près, à Sengouagnet. Ce jardin poétique, bichonné par une sympathique équipe de bénévoles, accueille des œuvres d’art contemporain et des spectacles durant l’été. Le thème de cette année : « Assieds-toi ». On en a bien besoin, avant de s’attaquer aux Pyrénées !

Pays luchonnais : entre Garonne et Pyrénées

Pays luchonnais : entre Garonne et Pyrénées
Rafting © Aurélie Michel

Plus on se rapproche du sud de la Haute-Garonne et donc de la frontière espagnole, plus les Pyrénées se font imposantes.

Non loin de Saint Béat, à Fos, la Garonne, née dans les Pyrénées espagnoles (sa source se situe sous le pic d’Aneto, 3 404 m) fait son entrée en France. Elle traverse bien sûr tout le département de la Haute-Garonne, puis de Toulouse elle file rejoindre Bordeaux et l’Atlantique.

Autant dire que dans le coin, les sports d’eau vive sont légion ! Pour voguer au fil du fleuve emblématique du Sud-Ouest, rendez-vous notamment au lac de Géry, à Saint-Béat. Hop, tous à bord d’un raft, pour une excursion sur la Garonne française. Que de sensations, durant ces 10 km ! Surtout quand le radeau pneumatique arrive sur un rapide… Pour un parcours plus sportif et encore plus sensationnel, rendez-vous sur la Garonne espagnole, où ont lieu des lâchers d’eau.

Direction maintenant le Pays luchonnais. Ici, on pourrait ajouter un « très » devant « Haute-Garonne ». En effet, le coin connaît la plus grosse concentration de sommets de 3 000 m et plus, dans les Pyrénées. Point culminant : le pic de Perdiguère, à 3 222 m.

Village de Cirès © Aurélie Michel

Pour les admirer, plusieurs options. La première : le GR10, la fameuse grande randonnée qui traverse toute la chaîne des Pyrénées et, sur son passage, la Haute-Garonne. Elle offre des panoramas d’exception sur ces géants.

Il existe sinon de nombreuses randonnées au départ de l’Hospice de France, une auberge de montagne située à 1 400 m d’altitude. Autre solution, nettement moins éprouvante : rejoindre le plateau Superbagnères (véritable balcon des Pyrénées) en télécabine, au départ de Luchon.

La ville thermale de Luchon est entourée de vallées, plus belles les unes que les autres. Dans la vallée d’Oueil, la jolie D51 serpente entre les paysages montagneux jusqu’au Port de Balès (1 755 m), de village en village : Saint-Paul-d’Oueil, Mayrègne, Cirès, Bourg-d’Oueil

Dans la jolie vallée d’Astau, une randonnée incontournable et accessible au plus grand nombre nous mène au lac d’Oô, à 1 504 m d’altitude. Au départ des Granges d’Astau, il faut compter environ 1 h 30 pour l’atteindre.

Là-haut, une impressionnante cascade de 275 m se jette dans le lac. On y trouve un refuge, ouvert de mai à fin octobre. On peut s’arrêter là ou pousser plus loin, pour rejoindre, plus haut, le lac d’Espingo (également un refuge).

Luchon, ça coule de source...

Luchon, ça coule de source...
Thermes de Luchon © Aurélie Michel

Bagnères-de-Luchon, Luchon tout court, « Reine des Pyrénées »… Appelez-la comme vous voudrez, mais surtout, ne passez pas à côté de ses eaux thermales. Ce sont certainement les plus sulfurées de toutes les Pyrénées, et leur température atteint les 72 °C !

Leur réputation n’est plus à faire. Les Romains, déjà, les exploitaient pour leurs mille vertus thérapeutiques, des problèmes respiratoires aux maux de dos. Le relais a été pris bien des siècles plus tard, au 18siècle, par le baron d’Étigny, intendant de Gascogne. En 1759, il tombe amoureux de Luchon et la transforme en une prestigieuse station thermale. L’artère principale de Luchon, qui conduit aux thermes, porte d’ailleurs son nom (allée d’Étigny). Elle abrite de magnifiques demeures qui rappellent l’époque glorieuse de la ville.

Pour en profiter, il faut se rendre au Centre Luchon Forme et Bien-être. Dans la piscine centrale, éclairée par la lumière naturelle des grandes verrières, on se relaxe sous les douches cols de cygne (elles font grand bien à la nuque et aux épaules) et dans les lits à bulles. Le tout à base d’eau thermale, évidemment !

Puis, direction le vaporarium, pour un bain de vapeur 100 % naturel dans les entrailles de la montagne. Ces 150 m de galeries souterraines constituent le seul et unique hammam naturel d’Europe !

Comment ça marche ? Rien de plus simple : l’eau thermale, très chaude, filtre à travers les parois. Résultat : une chaleur douce et humide – entre 35 et 45 °C – vient nous enivrer, nous décontracter et enlever nos toxines. La peau douce, le corps et l’esprit légers, on ressort de là tout détendu. Comment ça, une douche, avant de repartir ? Malheureux, surtout pas ! Ce serait anéantir les bienfaits de l’eau thermale…

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, infos pratiques et adresses dans le Routard Midi toulousain, Pyrénées, Gascogne en librairie.

Consultez notre guide en ligne Midi-Pyrénées

Office de tourisme de Haute-Garonne

Office de tourisme de Luchon

Comment y aller ?

Vols quotidiens avec Air France et HOP ! vers Toulouse Blagnac ou Tarbes-Lourdes. Location de voiture pour se rendre à Luchon : 140 km et 1 h 45 de route depuis Toulouse et 1 h de routes depuis Tarbes.

Depuis Toulouse, compter environ 1 h 45 (140 km) pour Luchon.

Où dormir ?

- Ferme d'Oulan Bât : route de Planque, Arbas. Tenue par Céline et Nicolas, cette jolie exploitation agricole d’une vingtaine d’hectares est un vrai petit paradis en plein Piémont pyrénéen. Ils y élèvent des ânes de bât (ânes des Pyrénées), des cochons, des chèvres, des brebis et des volailles. Et, au beau milieu de ce joyeux petit monde, trois belles yourtes bien équipées accueillent les visiteurs. La ferme fait aussi table d’hôtes : les petits plats de Céline sont tout simplement divins, préparés avec de bons produits, issus en grande partie de la ferme. Tarifs : nuit en yourte 2-3 personnes à partir de 50 euros. Petit déjeuner et repas du soir à partir de 7 et 18 euros (4 et 12 euros pour les enfants). Randonnée avec un âne de bât : 50 euros la journée.

- Village Club du Bois Perché à Aspet. Ce village vacances et hôtel propose des chambres toutes simples au pied des Pyrénées centrales et à proximité de la basse forêt pyrénéenne. De nombreux équipements : une piscine d’été, un terrain de pétanque, une salle de fitness, un terrain de volley… Également une cantine (menu du midi : 15 euros). Chambre double : 60 euros.

- Hôtel Aquitaine : 23, cours des Quinconces, Bagnères-de-Luchon. À deux pas du centre thermal « Luchon Forme et Bien-Être », ce charmant hôtel à l’architecture 19e siècle propose des chambres doubles à partir de 58 euros la nuit.

Où manger ?

- Le Mailh d’Astau : Granges d’Astau. Pile poil au départ de la randonnée pour le lac d’Oô, le restaurant nous régale de spécialités du coin (truite, pistache…). Il vend aussi des produits régionaux et de quoi se préparer un casse-croûte pour la randonnée (fromages, charcuteries, pain). Plats 10-15 euros, bonnes pâtisseries maison (tarte à la myrtille notamment) : 3 euros.

- Les caprices d’Étigny : 30, allée d'Étigny, Bagnères-de-Luchon. Truite, magrets de canard… on déguste ici des plats à la fois simples et raffinés. Ambiance feutrée. Menu entrée, plat, dessert à 26 euros.

- Boulangerie luchonnaise : 22-24, rue Nérée Boubée, Bagnères-de-Luchon. Une bonne boulangerie-pâtisserie pour les petits creux : leurs croissants et pains au lait sont très bons, et réalisés par un artisan boulanger.

- La ferme d’Espiau : Le village, Billière. Dans la vallée du Larboust, face à la vallée d'Ôo, la ferme d'Espiau nous sert de bons plats du terroir : rognons de veau, souris d’agneau confite à l’ail, filet de truite d’Oô, confit de canard…

S’initier à la spéléologie

- Cocktail Aventures On s’en va explorer les galeries souterraines en (bonne) compagnie de Laurent Maffre, guide diplômé de spéléologie et accompagnateur en montagne.

Faire du rafting 

- H2O Vives : Agence : 2, allée d’Étigny à Luchon. Base de rafting : lac de Géry à Saint-Béat.

Thermes de Luchon

- Luchon Forme et Bien-être : cours des Quinconces, Bagnères-de-Luchon. Tarif vaporarium + piscine : 15 euros (16,50 euros en haute saison).

Texte : Aurélie Michel

Mise en ligne :

Midi-Pyrénées Les articles à lire

Voyage Midi-Pyrénées

Bons Plans Voyage

Services voyage