Santé et sécurité Brésil

Santé

La situation de la santé publique au Brésil s'améliore malgré l'existence de secteurs géographiques difficiles et quelques cas isolés de choléra et de méningite.
La dengue est en progression considérable, et la fièvre jaune a fait un retour en force un peu partout et particulièrement dans le Sud touristique.
Les risques généraux graves restent cependant limités en dehors des favelas et des zones rurales amazoniennes, pour peu que l'on fasse attention à l'eau.
Enfin, si vous choisissez de vous rendre dans un hôpital privé, sachez que les prix des soins sont très élevés. Prenez une bonne assurance voyage avant le départ.

> Découvrez les assurances voyages Routard Assurance.

Routard Assurance - AVI International

Consultez notre dossier pratique : Comment faire le bon choix dans les assurances voyages ?

En Amazonie

Pour les séjours en forêt amazonienne, une consultation médicale dans un centre de vaccinations internationales et de conseils aux voyageurs est indispensable, ne serait-ce que pour évaluer les risques de paludisme (c'est également là qu'un traitement contre ce dernier vous sera prescrit) et aborder aussi la prévention de la leishmaniose cutanéo-muqueuse (sic) en expansion régulière. Vaccination contre la fièvre jaune impérative.
Pensez également, le cas échéant (séjours en forêt), à emporter des systèmes de purification de l'eau : selon les cas, comprimés pour désinfection chimique ou filtres microbiens type Katadyn.

Les moustiques

Le principal risque de maladies vient des moustiques. En forêt, c'est le palu, la fièvre jaune, le virus zika, la leishmaniose, la dengue... Cette dernière, en très forte progression, sévit aussi dans les zones urbaines, avec des taux records recensés chaque année.

En raison de la présence du virus Zika transmis par des piqûres de moustiques-tigres, il est recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de différer leur séjour, ou de se protéger contre les piqûres de moustiques.

Préservez-vous, autant que possible, des piqûres ! Et ce, de nuit (paludisme) comme de jour (dengue, etc.). En forêt, dans les zones infestées de moustiques, couvrez-vous, aspergez-vous de répulsifs efficaces (DEET supérieur à 35 %) et, à défaut de clim, évitez de dormir sans une bonne moustiquaire.

Pour la plupart, les répulsifs antimoustiques/arthropodes vendus en grande surface ou en pharmacie sont peu ou insuffisamment efficaces. Il existe néanmoins une gamme fiable et conforme aux recommandations du ministère français de la Santé : Insect Ecran. Signalons aussi Cinq sur Cinq.

En Amazonie, le germe responsable du paludisme étant résistant à la Nivaquine, on conseille la Malarone, ou à défaut le Lariam ou la Doxycycline. Attention, cette dernière est potentiellement photosensibilisante. Dans tous les cas, demandez l'avis de votre médecin ; de toutes les façons, ces médicaments ne sont délivrés que sur ordonnance.

Quelques recommandations

- Risque permanent pour les touristes : le soleil. N'oubliez pas casquette ou chapeau, de bonnes lunettes et une crème solaire, indispensables sous ces latitudes ! Faites attention les premiers jours et évitez de faire la crêpe trop longtemps sur les plages... Buvez beaucoup d'eau pour éviter les coups de chaleur et la désydratation. Méfiez-vous aussi pendant les balades en bateau.

- Autre problème possible : les parasites, qui pullulent dans la campagne brésilienne et sur les plages. Ne marchez pas pieds nus et évitez de vous baigner dans les eaux douces. À Bahia en particulier, mais sur toutes les plages en général, attention au bicho de pé (larva migrans), un parasite qui vit dans le sable et pénètre dans le pied. Pour l'éviter, une seule solution : porter des chaussures - ou des tongs - et s'allonger sur une natte !

- Se méfier également des punaises et des tiques, notamment en Amazonie. Quant aux serpents, scorpions et autres araignées, il suffit de regarder où l'on marche et de ne pas mettre ses mains n'importe où... En forêt, pour éviter ces désagréments, on dort dans des hamacs recouverts d'une moustiquaire imprégnée. Et si on est prudent, on secoue ses chaussures avant de les enfiler.

- Les consultations dans un cabinet médical sont très chères (de 45 à 75 €). C'est également le cas pour les médicaments.

- Pharmacies (droguerias) : dans les grandes villes, aucune difficulté pour en trouver ouvertes nuit et jour.

- Enfin, n'oubliez pas de vous protéger contre le sida en utilisant des préservatifs.

Faux médicaments

La contrefaçon de médicaments touche tous les pays et toutes les classes thérapeutiques. Un faux médicament est au mieux inefficace et au pire mortel. Mais, parce qu’il ne soigne jamais convenablement et qu’il est fabriqué dans la clandestinité sans aucun contrôle sanitaire, le faux médicament est toujours dangereux.

Sécurité

Les images de violence sociale et urbaine ont de quoi inquiéter. Pourtant, les Brésiliens ne paraissent pas en être tant affectés dans leur quotidien. Le jour, les plages et les rues sont bondées ; le soir, terrasses et bistrots restent animés fort tard.
Le Brésil est-il un pays violent ? La misère, le trafic de drogue, la délinquance et le crime organisé ne sont pas les seuls responsables de ce désastre. Il y a aussi des homicides pour des raisons futiles et stupides : disputes, bagarres, altercations sous l’effet de l’alcool, crimes passionnels... Cette violence spectaculaire concerne peu les voyageurs. L’écrasante majorité des crimes est le fruit des conflits entre une police corrompue et une jeunesse pauvre et désespérée ; ils ont lieu dans les fevalas, les quartiers misérables des périphéries des grandes villes.
Pour sécuriser les zones touristiques, des polices spécifiques (polícia turística) ont été créées dans certaines grandes villes (à Belém et à Salvador, par exemple). Leurs agents sillonnent toute la journée les lieux fréquentés par les visiteurs (les plages, centres historiques, etc).

Alors, le Brésil est-il un pays dangereux pour le voyageur ? Notre réponse est formelle : vous pouvez voyager sans inquiétude, à condition d'observer certaines règles.

Il faut avant tout distinguer l'intérieur du pays, les petites villes, où la violence est rare, des grands centres urbains. À Rio, São Paulo, Salvador, Recife, Natal, Fortaleza ou Belém, prudence, une concentration de misère s’est accumulée à côté d’une grande richesse. Conséquence, tout ce qui est convoité est bon à prendre. Si un gamin vous demande les trois frites qui traînent dans votre assiette, c’est parce qu’il a vraiment faim.

Précautions élémentaires

- Faites des photocopies de tous vos papiers avant de partir : passeport, permis de conduire, etc. Mieux, scannez-les avant de les envoyer à votre adresse mail.

- Il n’est jamais superflu de conserver au chaud une petite liste de numéros utiles, au cas où toutes vos affaires seraient volées

Conseils pratiques

- Tenue vestimentaire : règle numéro un, évitez de ressembler à un touriste ! Habillez-vous sans ostentation. Évitez les vêtements et accessoires de marques. Votre meilleur prêt-à-porter pour partir, c’est en gros : pantalon de toile ou jean, chemisette ou tee-shirt sobre, sandales, tongs ou baskets bon marché...
- Sortez avec le strict nécessaire : généralement, les Brésiliens gardent tout simplement leurs affaires (clés de voiture, lunettes, cigarettes...) à la main. Si vous ne pouvez vous passer de votre sac, choisissez-en un porté en bandoulière, que vous pourrez placer devant vous dans la foule. Mais pour passer inaperçu, le mieux est encore de mettre ses affaires dans ses poches...
- Évitez les signes extérieurs de richesse.
- Photos : si vous prévoyez de faire des photos, un petit appareil qui tient dans la poche vaut mieux qu'une sacoche remplie d'objectifs sophistiqués.
- À la plage, n'emportez que le strict minimum.
- La nuit : dans les grandes villes, évitez de vous balader à pied une fois la nuit tombée (en tout cas après 21h), déplacez-vous plutôt en taxi. Si vous avez une voiture, faites comme les autres automobilistes et utilisez les parkings ou emplacements surveillés.

Conseils pour l'argent

C'est évidemment la cible première.

- Effectuez toujours le change dans des officines spécialisées.
- Ne changez jamais avec un inconnu qui vous propose un taux intéressant, c'est un coup à se faire détrousser.
- La sortie du bureau de change est un endroit où le braquage est tentant et courant.
- En général, ne gardez sur vous que l'argent indispensable et laissez le reste au coffre de l'hôtel ou correctement caché dans vos bagages (fermés avec un cadenas).
- Les ceintures avec zip intérieur ou à fixer sous votre pantalon sont une bonne solution, à condition de prendre un modèle discret (en tissu) et, bien sûr, d'éviter de s'en servir comme d'un portefeuille en y mettant tout son argent et en l'ouvrant en public !
- Évitez d'avoir des grosses coupures, supérieures à l'équivalent de 20 €. Si vous avez des euros sur vous, sortez-les discrètement et non par liasses.
- Évitez de laisser votre portefeuille ou vos papiers dans la poche arrière de votre pantalon !
- N'acceptez jamais de partager une boisson avec un inconnu : il se pourrait qu’il ait versé un hypnotisant dans le verre.
- Pendant le carnaval à Salvador, à Recife ou à Rio, respectez toutes les consignes précédentes. Le mieux est de sortir chaussé de vieilles baskets et vêtu d’un short léger (muni d’une pochette intérieure). Les nombreux pickpockets qui sévissent ne pourront rien vous voler (ou presque). Pensez aussi à faire une photocopie de votre passeport.

Ultime conseil

Si vous vous faites braquer, surtout ne résistez pas et videz vos poches. Que votre agresseur soit armé d’un simple cutter ou d’une arme à feu, ne prenez en aucun cas le risque de le provoquer en lui refusant ce qu’il exige. C’est une règle élémentaire à respecter impérativement.

Drogues

Des revendeurs proposent parfois de la drogue aux étrangers de passage. Cela dépend des lieux... et des voyageurs !
De grandes quantités de drogues illicites à bas prix circulent, principalement marijuana (maconha) et cocaïne. Leur consommation est fréquente : maconha dans les classes populaires, la jeunesse et chez les intellectuels, cocaïne dans les classes aisées et pendant le carnaval.

Contrairement à ce que l’on croit, la répression de leur possession, transport, usage ou trafic, est extrêmement sévère, quelle qu’en soit la quantité. La corruption globale de la police et son implication généralisée dans le trafic ne font qu’aggraver les choses. Aussi, ne vous laissez pas griser par le sentiment d’exotisme et évitez toute imprudence dans ce domaine.

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Services voyage



Forum Brésil

Voir tous les messages
Santé et sécurité

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Santé et sécurité Brésil

Vos discussions préférées du forum Santé et sécurité Brésil

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Brésil

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Brésil

Agenda Brésil

Brésil Les articles à lire