Le Tarn, cinq raisons d'y aller

Le Tarn, cinq raisons d'y aller
Christian Riviere/CDT Tarn

Le Tarn, c’est tout le charme du Sud-Ouest. On y parle encore l’occitan par endroits, l’architecture est typique, la gastronomie raffinée et les habitants sont chaleureux. De Cordes-sur-Ciel à Castres en passant par Albi, vous n’aurez pas l’impression d’être dans le même département tant les paysages sont diversifiés. Voici cinq idées de courts séjours pour explorer une partie des richesses du Tarn.

Nature et plein air

Des gorges du Viaur à la Montagne Noire, le Tarn comblera tous les amateurs de sport en plein air et les amoureux de la nature en quête d’évasion. Les vingt-deux entités paysagères dont s’enorgueillit le Tarn permettent toutes les balades pédestres ou équestres et la pratique de tous les sports : vallées, plaines, gorges, collines, montagnes, rochers insolites du Sidobre…

Ces paysages époustouflants peuvent se découvrir en toute saison, la meilleure étant sans doute l’automne, où les couleurs sont tout simplement splendides. Les plaines sont propices au vélo, les falaises autour d’Albi idéales pour l’escalade, et les magnifiques gorges du Viaur, encore préservées, offrent un sentier de randonnée remarquable.

On ne se privera pas non plus d’une promenade dans la Montagne Noire, d’où l’on peut voir par beau temps le massif pyrénéen ou encore dans les monts de Lacaune, qui s’élèvent à 1 200 mètres d’altitude. Au fil de l’Agout ou du Tarn, faites le plein de sensations en combinant canyoning, descente en rappel et natation.

Mais le Tarn c’est surtout le fief du rugby, la passion locale qui fait vibrer les habitants de 7 à 77 ans. Des joueurs de renommée internationale y ont été formés, tels que Vincent Moscato ou encore Yannick Jauzion.

Culture et patrimoine à Castres

Les vieilles maisons colorées qui semblent suspendues au-dessus de l’eau donnent à Castres (photo) un air de Venise. Ce sont les célèbres maisons sur l’Agout, véritable carte postale du pays d’Autan. Vous pourrez siroter un verre sur une des terrasses de la place centrale cernée d’arcades avant d’entamer l’agréable balade le long de l’Agout et dans les ruelles piétonnes bordées de maisons à pans de bois du XVIIe siècle.

Côté culture, le musée Goya est un must : il expose une rare collection de chefs-d’œuvre (tableaux et sculptures) du XIVe siècle à nos jours de grands maîtres hispaniques. Admirez le jardin « à la française » du musée dessiné par Le Nôtre et classé Jardin Remarquable depuis 2004. Vous ne pourrez pas quitter la ville sans avoir vu le musée Jean-Jaurès, le carillon musical de l’église de la Platé et la cathédrale Saint-Benoît.

À une trentaine de kilomètres, l’Abbaye-école de Sorèze mérite le détour. Unique en son genre, cette abbaye bénédictine devint aux XVIIe et XVIIIe siècles une école militaire où les cadets du roi étaient formés. Quelques ministres et artistes ont fait un passage ici. Des uniformes de l’époque et des œuvres d’artistes contemporains sont exposés. Faites un tour dans l’ancien théâtre baroque à l’italienne orné de fresques d’origine et surtout dans la magnifique salle des fêtes.

Balade dans la Cité épiscopale d’Albi

Albi la rousse, la pourpre, la rouge… Autant de noms pour qualifier la particularité architecturale qui fait d’Albi une ville unique en France. Dans le centre, tout est construit en brique, ce qui colore la ville d’une teinte rose orangée. Et pourtant, rien ne prédestinait la ville à porter ce surnom, car Albi vient d’Alba (qui veut dire blanc), la ville étant entourée de falaises !

Aujourd’hui, elle garde fière allure avec ses maisons au bord du Tarn. Vous ne pourrez pas rater la monumentale Cité épiscopale en brique, au pied de laquelle on se sent vraiment tout petit… La cathédrale Sainte-Cécile, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2010, est aussi époustouflante de l’intérieur que de l’extérieur. Autour de l’impressionnant orgue, les châtiments contre les sept péchés capitaux (sauf celui de la paresse !) font froid dans le dos. À noter, le magnifique bleu roi intense sur les voûtes, qu’il est impossible de reproduire. Admirez également les statuettes d’une grande finesse représentant tous les saints et les somptueuses peintures.

Juste à côté, la visite du musée Toulouse-Lautrec s’impose. Situé dans le palais de la Berbie, il abrite la plus grande collection au monde de l’artiste avec plus de 1 000 œuvres. La partie des affiches est la plus connue, mais celle des tableaux est aussi remarquable. Attention, le musée ferme en décembre 2011 pour rénovations et rouvrira en avril 2012.

En sortant, on peut aller voir le musée Lapérouse, ou le cloître et la collégiale Saint-Salvy. Mais on s’imprègne le mieux de l’atmosphère de cette ville en flânant dans les ruelles typiques du vieil Albi (Alby de son ancien nom) bordées de maisons à colombages et d’hôtels des pastelliers du XVIe siècle, qui témoignent encore des beautés cachées derrière les façades de briques.

Du côté de Cordes-sur-Ciel

Cordes-sur-Ciel, dite la « Cité aux mille ogives », est un village médiéval de caractère, en pierre et en brique, construit en 1222. Ses habitants ont longtemps vécu de la broderie et de la maroquinerie (la présence des cordonniers lui a valu le nom de Cordes), laissant place aujourd’hui aux artistes et aux pittoresques échoppes.

Nichée sur une butte, la cité médiévale fortifiée offre une vue époustouflante sur la campagne environnante. On admire la maison gothique du Grand Fauconnier, qui abrite un musée d’Art moderne et contemporain, et, en face, le puits de 113 mètres de profondeur sous les Halles. Observez les tiges en fer sur les murs des maisons, qui servaient à accrocher des bannières et des tapisseries les jours de fête religieuse.

En redescendant, on se prélasse au jardin des Paradis (qui porte bien son nom), à la fois oriental et médiéval, classé Jardin Remarquable. À quelques kilomètres de là, au cœur des vignobles, faites étape au village de Cahuzac-sur-Vère.

Le Tarn gastronomique

Le Tarn ne compte plus ses restaurants étoilés et ses spécialités culinaires aux accents du Sud-Ouest. Le Pays de Cocagne est celui du safran et le joli village médiéval de Lautrec, entre Castres et Albi, est la capitale de l’ail rose. L’ail rose est plus sucré, sans acidité, et se conserve plus longtemps : même les plus réticents l’apprécieront. Dans le village, vous remarquerez la dizaine de portes en bois sculptées d’époque Renaissance plutôt atypiques.

Du côté de Montredon, vous pourrez visiter la safranière lors de la floraison du safran en octobre, et savourer des produits goûteux tels que le miel ou le sirop au safran. L’étape incontournable de votre week-end gastronomique est la visite du vignoble millénaire de Gaillac, doté du label national « Vignobles et Découvertes ». Sept de ses vins sont classés AOC. Les vignobles à perte de vue, parsemés de petites maisons à toit quercynois typique du Tarn, offrent un tableau dépaysant.

Vous dégusterez les délicieux produits tarnais tels que le veau du Ségala, la truffe du plateau cordais, les fromages de chèvre et de brebis, sans oublier la bougnette, fameuse spécialité charcutière de Lacaune. Pour les plus gourmands, les pâtisseries tarnaises éveilleront vos papilles : gimblettes (pain sucré parfumé aux agrumes), échaudés (sablé à l’anis), mesturet (gâteau au potiron) et autres délices.

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Midi-Pyrénées.

Office de tourisme du Tarn

Comment y aller ?

- En avion : liaisons quotidiennes au départ de Paris-Orly Sud vers Castres-Mazamet avec Airlinair.

- En train : depuis Paris, gare Montparnasse, gare de Lyon ou gare d’Austerlitz, vers Albi : minimum 7 heures de trajet selon le nombre de changements.

- En voiture :
- De Paris : autoroute A6 - A10 - A20 - A62 - A68
- De Bordeaux (via Montauban) : autoroute A62- A68
- De Toulouse : A68.
- De Nice (via Montpellier) : autoroute A8 - A54 - AA9 - N112

Où manger ?

- La table du sommelier : 20, rue Porta à Albi. Resto-bar à vin avec une cuisine de marché bien troussé. Le patron a été élu meilleur sommelier en 2004.
- Restaurant du Château de Salettes : menu à 27 € le midi puis entre 39 et 90 € : un restaurant gastronomique qui vaut vraiment son prix, on y mange extrêmement bien. Possibilité d’y dormir aussi. Le château est un hôtel 4-étoiles, à partir de 135 € la chambre double. Pour un séjour en amoureux...

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel dans le Tarn.

Pour réserver un package de court séjour thématique (gastronomie, bien-être, golf, grands sites culturels) de 3 jours/2 nuits, ou une nuit d’hôtel, un gîte, un camping, un spectacle, etc. : www.tarn-vacances.com

Texte : Anissa Hammadi

Mise en ligne :

Midi-Pyrénées Les articles à lire