Irlande, mythique Connemara

Parc national du Connemara et abbaye de Kylemore

Parc national du Connemara et abbaye de Kylemore
Anne-Marie Minvielle

Il est grand temps d’entrer dans l’enclave du Parc national du Connemara qui couvre, sur plus de 2 000 hectares, ce haut plateau de quartzite. En partie boisé, ce qui est rare car l’Irlande a perdu pratiquement toutes ses forêts, il est dominé par les Twelve Bens (728 m). C’est dans cette région que l’on extrait le célèbre marbre vert du Connemara, car ici tout est vert, même le sous-sol !

L’entrée du parc, à Letterfrack, est le point de départ de trois sentiers balisés dont l’ascension du Diamond Hills (445 m). Parmi les poneys, cerfs et autres mammifères, on remarque la rare martre des pins, rousse à la gorge blanche. Dans le bog, on observe la pédiculaire et la narthécie aux fleurs orangées ainsi que le pinguicule carnivore. Des souches de bois fossilisés dans la tourbe, remontent à 4 000 ans.

De l’autre côté du Diamond Hill, la N 59 vous mène à l’abbaye de Kylemore (photo), emblématique du Connemara. Bien qu’abbaye bénédictine depuis 1920, Kylemore reçoit quelque 200 000 touristes par an. Ils visitent les salons de l’ancien château, la chapelle et surtout la maison du jardinier et les jardins dont les murs fleuris de beaux massifs servaient à cacher le potager.

La R 344 permet de descendre au sud par les rives romantiques du lac Inagh environnées du bog et de black faces, jusqu’à Recess. Près d’une jolie gare rénovée, Ballynahinch Castle, édifié au XIX° s par le parlementaire Richard Martin, est devenu un hôtel cosy de luxe, voué à la pêche à la mouche.

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Irlande Les articles à lire

Services voyage