Autour du Louvre-Lens

Autour du Louvre-Lens
Iwan Baan

Avec l’ouverture du Louvre-Lens, le bassin minier du Nord a rejoint le club des grandes destinations culturelles. Or, il n’y a pas que le Louvre à Lens. La visite de la région, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, réserve de belles surprises : les magnifiques places d’Arras, l’épatant musée de la Chartreuse à Douai ou le Centre historique minier de Lewarde, qui rend hommage aux mineurs. Un territoire à (re)découvrir.

Un musée ouvert et accessible à tous

C’était l’événement culturel de la fin 2012 : l’ouverture du Louvre-Lens, au cœur du bassin minier fortement touché, depuis des décennies, par la désindustrialisation. A priori, pas franchement le genre d’endroit où on s’attendrait à voir l’antenne du plus grand musée du monde. Or,  le succès est déjà au rendez-vous. Plus de 300 000 personnes, dont la moitié ne vient pas de la région, ont déjà visité le musée.

Une performance amplement méritée : le Louvre-Lens est une belle illustration du vieux rêve de Malraux de "rendre accessible au plus grand nombre" les œuvres d’art. Rien de compassé, ni d’intimidant dans l’édifice d’aluminium et de verre poli qui s’élève sur le site de l’ancienne fosse n° 9 de Lens, au milieu des cités minières et à l’ombre des terrils.

Lumineux et sobre, le musée joue la carte de la transparence et de la convivialité, avec un parc de 20 hectares, un espace pique-nique et toute une série d’animations culturelles autour des expos.

La visite du Louvre-Lens

Point fort du Louvre-Lens, la Galerie du Temps ( photo) expose quelque 200 œuvres issues des collections du Louvre. Elles sont présentées de manière chronologique, de la naissance de l’écriture (3500 ans av. J.-C.) jusqu’au XIXe siècle. Rien de moins que l’histoire de l’Art "condensée" dans une vaste salle de 125 m de long, un peu comme si les sections du Louvre avaient été dynamitées.

Les époques, les cultures, les géographies se juxtaposent, tout comme les genres (peintures, sculptures, dessins, objets d’art…). L’ensemble demeure clair, grâce à des panneaux indicatifs et au remarquable audio-guide multimédia (distribué gratuitement !).

Parmi les œuvres phares du Louvre que l’on retrouve dans la Galerie du Temps, citons "La Liberté guidant le peuple" de Delacroix, "La Madeleine à la veilleuse" de Georges de la Tour, mais aussi des Rubens, Raphaël, Goya, El Greco, de l’art islamique, égyptien, grec, romain… Environ 20 % de l’expo sera renouvelé chaque année.

Dans la continuité de la Galerie du Temps, le Pavillon de verre est destiné à recevoir des expositions prolongeant une thématique de la Grande Galerie. Enfin, une galerie d’exposition temporaire de 1 800 m2 est, quant à elle, implantée à l’extrémité opposée de la Grande Galerie. Deux grandes expos sont prévues par an.

Saluons également l’important effort de médiation du musée, avec un guide mis à la disposition des visiteurs, mais aussi l’ouverture d’un Centre de Ressources multimédia. Dix médiateurs et médiatrices seront présents en permanence dans les salles du musée, à la rencontre des visiteurs. De plus, les réserves ouvertes à la visite permettront au public d’assister, via des visites guidées, à la restauration des œuvres. 

Le centre historique minier de Lewarde

Après la visite du Louvre-Lens, il faut partir à la découverte du patrimoine  et de la culture du Nord, à commencer par ces grands hommes de la région qu’étaient les mineurs. Le bassin minier, où se trouve Lens, vient d’ailleurs d’être classé à l’Unesco : une reconnaissance de la mémoire et des luttes ouvrières, mais aussi de tout un pan de l’histoire de France liée à l’extraction du charbon.

Même si les mines ne sont plus en activité, les terrils et les cités minières sont toujours debout. L’histoire du bassin minier continue à vivre dans la mémoire collective de cette région qui, loin d’un décor à la Zola, offre un visage verdoyant au visiteur, notamment du côté du parc naturel régional de Scarpe-Escaut, à l’est de Lens. Et oui, l’herbe a repoussé sur les terrils et on peut même y faire des randonnées !

Le formidable Centre historique minier de Lewarde (30 km à l’est de Lens) est un véritable conservatoire de la mémoire des mineurs. Un site exceptionnel, situé sur une ancienne fosse minière et visité par plus de 150 000 visiteurs chaque année. 

Outre l’histoire de l’extraction du charbon dans le Nord, Lewarde permet de découvrir l’univers de la mine et les dures conditions de travail (bruit, poussière…) des ouvriers. Expositions et reconstitutions, mais aussi des "rencontres-témoignages" avec d’anciens mineurs, éclairent sur le contexte social, culturel et économique de la mine. Le clou du spectacle demeure la visite guidée ( 1 h environ) : une "descente" dans les galeries des mines. Une surprise vous attend, mais on ne vous en dit pas plus…

Arras et Douai, les belles du Nord

Depuis Lens, Arras et Douai sont facilement accessibles en train. Ces deux villes témoignent du riche passé historique du Nord. 

Pratiquement rasé après la Première Guerre mondiale, le centre d’Arras  a été en grande partie reconstruit à l’identique dans les années 20-30. Le style baroque-flamand de la place des Héros et de la Grand-Place, l’hôtel de ville et son beffroi ou la cathédrale Saint-Vaast raviront les amoureux de "vieilles pierres".

Derrière Saint-Vaast, le musée des Beaux-Arts accueille d'intéressantes expos. Et oui, si le Louvre va à Lens, Versailles se délocalise à Arras.

À signaler, pour les amateurs de visites insolites : Arras possède aussi des souterrains ouverts à la visite, les Boves, des anciennes caves et carrières aménagées par les Britanniques pendant la Grande Guerre (carrière Wellington). Une balade étonnante dans le cœur souterrain de la ville !

Autre possibilité d’excursion : Douai, à une trentaine de kilomètres à l’est de Lens. Aux confins de la Flandre et de l’Artois, Douai a longtemps été une ville de premier plan dans la région. Le superbe beffroi (XIVe s.) témoigne de l’importance de cette ville d’art, qui est toujours la capitale judiciaire de la région. Grande cité drapière au Moyen Âge, siège d’une université jusqu’en 1887, important centre minier au XIXe s., Douai a hérité de superbes monuments (hôtel de ville, collégiale Saint-Pierre) qui ont échappé aux destructions des deux guerres mondiales.

Autre joyau à ne pas manquer : le musée de la Chartreuse, situé dans l’ancien couvent des Chartreux de style Renaissance flamande (XVIe-XVIIIe s.). Il abrite des chefs-d’œuvre de la peinture flamande, de la Renaissance italienne, mais aussi des tableaux du XIXe s. (Maurice Denis, Bonnard, Courbet…).

Fiche pratique

Pour préparer votre voyage, consultez notre guide en ligne Nord-Pas-de-Calais

Comité régional du tourisme Nord-Pas-de-Calais

Comment y aller ?

- En train : plusieurs TGV quotidiens de Paris-Nord à Lens, Douai et Arras (compter 1 h de voyage).

Une navette dessert directement le Louvre, gratuitement (la 1ère année) depuis la gare de Lens.

Chemin piéton paysager entre la gare et le musée (20 min environ).

- En voiture, parking payant à proximité du musée à Lens et à Liévin.

- En avion, Lille-Lesquin est l’aéroport le plus proche, à 30 km de Lens environ.

- Sur place : liaisons ferroviaires quotidiennes entre Lens, Arras et Douai. Voiture conseillée pour se rendre à Lewarde, qui se trouve à 8 km de Douai.

Le Louvre-Lens

Accès par la rue Paul Bert ou par la rue Georges Bernanos (parkings stade Bollaert et Dumortier à Lens et parking Jean-Jaurès à Liévin). Tél. : 03-21-18-62-62.

Entrée gratuite, sauf pour les expositions temporaires : 9 €, réduc. Fermé le mardi et le 1er mai.

Toutes les infos pratiques sur www.louvrelens.fr

Centre historique minier de Lewarde

Entrée à 8 km à l’est de Douai, sur la D645, direction Valenciennes. Tél. : 03-27-95-82-82. Entrée : 11,50 €, réduc. Ouvert tous les jours de mars à mi-novembre, fermé le dimanche de mi-novembre à fin fev. (sauf jours fériés et vacances), fermé en janvier. Toutes les infos pratiques sur www.chm-lewarde.com

Musée des Beaux-Arts d’Arras

22, rue Paul Doumer. Tél. : 03-21-71-26-43. Entrée : 7 €, réduc. Gratuit 1er dimanche du mois. Fermé le mardi. Toutes les infos pratiques sur http://www.arras.fr/culture/musee-des-beaux-arts.html

Musée de la Chartreuse de Douai

130, rue des Chartreux. Tél. : 03-27-71-38-80. Entrée : 4,40 €, réduc. Fermé le mardi et jours fériés. Toutes les infos pratiques sur www.museedelachartreuse.fr

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel dans le Nord-Pas-de-Calais.

Où manger ?

Le Pain de la Bouche, à Lens : 41 bis, rue de la Gare. Tous les classiques du Nord dans un décor d’estaminet. Compter 20 € à la carte.

O’Déjeuner à Lens : 78, rue René Lanoy et place du Cantin. Pour manger de bonnes frites, c’est l’ancienne friterie "Sensas", réputée dans le coin.

Liens utiles

Office du tourisme de Lens-Liévin

Office du tourisme d’Arras

Le bassin minier à l’UNESCO  

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Nord-Pas-de-Calais Les articles à lire

Services voyage