Se connecter

Avec
Ou par email erreur de saisie erreur de saisie Mot de passe oublié
 
Vous n'avez pas de compte Routard.com? S'inscrire
Drapeau Norvège

Transports Norvège

Le train (NSB)

Les couchettes ne sont pas trop chères et offrent tout le confort possible. Réservations obligatoires sur 90 % du réseau, surtout en été.

Les tarifs sont dégressifs : ainsi pour 40 km, vous paierez deux fois plus cher que chez nous, mais pour 1 000 km, le tarif sera inférieur aux prix nationaux. Les trains locaux sont donc chers.

Minipris et pass : voir aussi « La Norvège pas chère ».

Le bus

Quand le rail s'arrête, des services de bus prennent le relais. En règle générale, la réservation n’est pas indispensable.

- Nor-Way Bussekspress, qui opère un vaste réseau de Kristiansand à Trondheim, assure aussi la liaison avec le chemin de fer à partir de Fauske via Narvik et Alta jusqu'au cap Nord.

- Boreal dessert tout le Finnmark avec une réelle efficacité compte tenu des distances et du faible nombre d'habitants.

Après Fauske et Bodø, plus de train, donc pas moyen d'y couper pour aller plus au nord. Dans le sud du pays, les bus sont assez nombreux et relient des villes que le train ne dessert pas. Pas mal de compagnies privées sont en concurrence sur les lignes les plus chargées : celles-ci affichent donc logiquement les tarifs les plus attrayants. Ailleurs, c’est un peu une compagnie par secteurs géographiques. Attention, les bus roulent souvent moins le week-end qu’en semaine.

L'avion

La Norvège dispose de près de 50 aéroports ! Pour en avoir la liste complète : avinor.no. Chaque aéroport y est détaillé avec ses services, les destinations et fréquences de ses vols, et les moyens d’accès.

Les vols intérieurs sont assurés par la compagnie nationale SAS, sans oublier Norwegian, Widerøe et d’autres petites compagnies locales...

Les possesseurs de la carte InterRail peuvent par exemple monter en train et bateau (ou bus) jusqu'au nord, puis revenir en avion. Une bonne formule, plus économique qu'on ne croit.

Le bateau

Des bateaux, vous risquez d’en prendre un certain nombre, notamment pour traverser les fjords ou rejoindre certaines îles. Il faut absolument les prendre en compte dans votre budget, car ils sont chers, d’autant que seul le passage du véhicule et de son chauffeur est compris dans le tarif ; les passagers paient en plus. Et comme le prix varie selon la longueur du véhicule, c’est encore plus onéreux avec un camping-car. Les enfants paient moins cher, tout comme, bien souvent, les seniors.
Bien entendu, vue superbe sur les fjords. L’organisation de l’embarquement se révèle efficace. Sur les axes importants, il y a constamment des rotations de ferries depuis tôt le matin jusque tard le soir. Sur les liaisons avec les îles Lofoten - destination très courue en été -, pensez à réserver votre traversée.

Remarque pour les camping-cars : afin de payer le tarif correct lors des passages en ferry, pensez à emporter une photocopie des documents décrivant les dimensions de votre véhicule. À partir de plus de 6 m, vous paierez plus cher ; si le vôtre est d’une taille inférieure, n’hésitez pas à l’afficher sur votre vitre gauche, histoire qu’on ne vous passe pas automatiquement dans la catégorie du dessus.

L'Express côtier et les autres bateaux

- Les navires de l'Express côtier (Hurtigruten) relient tous les jours Bergen, au sud, à Kirkenes, dans le Grand Nord, en longeant la côte et en marquant des escales dans 34 ports. Formule intéressante (mais très chère) pour monter ou redescendre du cap Nord.
Dans les plus grandes villes, le bateau s'arrête entre 30 mn et 3h30.

Chaque bateau est de style et de caractère différents et aucune traversée ne sera la même. Les changements de saison, le climat, la faune et la flore, ainsi que la population locale que vous rencontrerez font de chaque voyage une expérience unique.

L'Express côtier prend le relais du chemin de fer lorsqu'il n'y a plus de lignes de train dans le Nord. Il fonctionne toute l'année, et, d'août à fin mai, les plus de 67 ans peuvent profiter d’importantes réductions.

Les ferge et les hurtigbåt

Les ferge (ou ferje selon les régions) sont les ferries ou les bacs, qui prennent voitures et passages. Les hurtigbåt, ce sont des bateaux express qui n’embarquent pas les voitures.

La voiture

Premier conseil : en préparant votre itinéraire en fonction du temps dont vous disposez, faites deux prévisions. Une optimiste et une pessimiste. Prenez la pessimiste et doublez-la, vous serez dans le bon !
La vitesse est VRAIMENT limitée, les routes étroites et sinueuses, et souvent les véhicules lents, camions, camping-cars ou caravanes, provoquent des ralentissements. Ajoutez à cela les attentes de ferries, et cela expliquera que vous soyez souvent en retard. Limitez vos ambitions à 300 km par jour grand maximum, ce qui est déjà beaucoup.

La route qui monte jusqu'au cap Nord est en excellent état. Certaines routes de montagne sont fermées l'hiver (qui peut durer de novembre à mai !). En dehors des grands axes, les routes sont parfois un peu moins bonnes, mais des efforts sont entrepris. Dans le Nord, les travaux sont parfois mal signalés. Patience, car le réseau routier ne permet pas toujours de doubler et les Norvégiens sont particulièrement respectueux des animaux. On ne klaxonne pas pour forcer le passage quand un rennes est planté au milieu de la route ! On attend patiemment qu'il reprenne son élan (!).

Les « Nasjonal turistveg » ou « Routes touristiques nationales »

Les Norvégiens ont parmi les plus beaux paysages au monde (oui !), en revanche, pour le patrimoine architectural ancien, c’est beaucoup plus limité. Alors pourquoi ne pas mettre le paquet sur l’architecture contemporaine ? Et voilà ce qu’ils ont mis en place. Afin, notamment, de dynamiser le tourisme dans certaines régions, ils ont commencé par choisir 18 routes ou itinéraires qu’ils estimaient être parmi les plus beaux du pays.
À partir de 1993, afin de mettre encore plus en valeur ces routes, le ministère des Transports et la fondation Norsk Form pour le design et l’architecture ont demandé à plus d’une cinquantaine d’architectes, designers et artistes, de construire des édifices le long de celles-ci. Il s’agit souvent de « simples » (façon de parler !) points de vue, aires de pique-nique, toilettes ; ici un pont, là une passerelle. Un projet, somme toute, remarquablement pensé et mené.
Les « Routes touristiques nationales » sont signalées par un motif blanc entrelacé sur fond marron et, sur celles-ci, les différents sites sont eux aussi très bien indiqués. Tous les détails sur le site, avec la carte des routes en pdf sur nasjonaleturistveger.no.

Carburants

L'essence connaît des variations de prix étonnantes selon la région et la station-service. En gros, environ 15-16 Nok pour l'essence sans plomb et 14-15 Nok pour le gazole. Encore un bon exercice pour les consommateurs avertis qui compareront les tarifs. Le GPL est assez rare.

Conduite

Les limitations de vitesse sont plus basses que chez nous et, en général, bien mieux respectées.

Les codes sont obligatoires de jour comme de nuit. On double large, la distance de sécurité n'est pas un vain mot.
Par temps de pluie, les Norvégiens ralentissent... vraiment. Par ailleurs, si les panneaux de limitation de vitesse abondent dès qu'on approche du moindre hameau, la limitation n'est pas toujours indiquée dans des coins perdus où la route dangereuse mériterait vraiment d'être signalée.

- IMPORTANT : le piéton norvégien et les enfants à vélo sont VRAIMENT habitués à ce qu'on les laisse traverser, soyez donc très attentif.

Respect du code de la route

On vous recommande chaudement de vous conformer aux règles du code de la route et aux limitations de vitesse.

- Alcoolémie maximale autorisée : 0,2 g/l.
- Limitations de vitesse : sur les quelques tronçons autoroutiers, la vitesse est limitée à 90 km/h (!). Dans les villes, 30 km/h, et aux abords des agglomérations (il suffit de trois maisons au bord d’un fjord) : 50 km/h ou 60 km/h.

- Pneus neige : en période hivernale, la loi norvégienne n’autorise pas l’usage de véhicules dont les pneus ne sont pas adaptés aux conditions de la route.

Amendes

On n’en ferait pas un fromage de ces limitations de vitesse (après tout, la loi, c’est la loi !) si les amendes à la clé n’étaient pas proches d’une véritable extorsion de fonds : entre 1 et 5 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, c’est 600 Nok ; 6 à 10 km/h, 1 600 Nok et 11 à 15 km/h 2 600 à 2 900 Nok selon la vitesse autorisée, et ainsi de suite (et ce n’est pas dégressif !).

Dans le même registre, dans ce pays de cocagne où le plein emploi est garanti, on trouve assez de personnel auxiliaire pour relever les horodateurs suffisamment souvent pour coller une amende dès 5 mn de dépassement de l’heure de parking autorisée.

Et celle-ci est considérablement plus élevée que les nôtres pour non-affichage du ticket (ou dépassement).

Péages

Voici une rubrique à lire attentivement.

Nous insistons sur le fait de bien s'informer des tarifs des tunnels, ponts, entrées des villes et autres péages afin d'établir son budget. Ces sommes varient en fonction du poids du véhicule, et surtout de l'amortissement des travaux de construction.

À Oslo, Bergen ou Stavanger, par exemple, il faut s'acquitter d'un droit d'entrée pour pénétrer dans la ville : le prix n'est pas exorbitant pour les voitures (entre 15 et 35 Nok), mais c'est un peu râlant d'être obligé de payer à chaque coup si on se trompe de direction en cherchant le fameux panneau sentrum ! Méfiance aussi avec certaines routes (toll roads) et certains tunnels à péage car ceux qui viennent d'être construits n'affichent pas toujours leurs tarifs avant d'être franchis.

Les panneaux bleus affichant le signe Kr (couronnes) et l’inscription « Bomstasjon. Toll Plaza » puis la distance à parcourir avant la gare de péage indiquent la présence d’un guichet avec un « humain » et la possibilité donc de régler votre passage (attention, mieux vaut se munir d’espèces).

Or ce système devient de plus en plus rare au profit de péages automatiques indiqués par les panneaux « Automatisk bomstasjon. Automatic Toll ». Et là, pas de guichets pour régler ni de barrières à franchir, juste un simple portique métallique sur lequel sont suspendus des caméras.

Mais alors comment fait-on pour régler ces passages ? En Norvège, tous les véhicules sont équipés d'un boîtier gris de paiement électronique nommé AutoPASS. Si vous louez une voiture, les sommes dues à chaque passage vous seront débitées de la carte de crédit.

Si vous avez loué votre véhicule au Danemark ou en Suède, il se peut qu’il soit équipé d’un dispositif de télépéage nommé BroBizz, similaire à l’AutoPASS et compatible avec celui-ci.

Si, en revanche, vous partez avec votre véhicule immatriculé en France, Belgique, Suisse ou un autre pays de l'UE, vous devez souscrire au préalable sur site d'AutoPASS un contrat nommé Visitors' Payment.

Location de voitures (bilutleie)

Très cher de louer en Norvège ! Facilement 1 200 Nok par jour (environ 144 €) pour une catégorie A. Beaucoup plus intéressant de faire une réservation auprès d'un grand loueur international avant le départ pour une plus longue période.
Pour aller dans le Grand Nord, beaucoup de loueurs n'acceptent pas de drop-off de la voiture au-delà de Tromsø, et encore à des prix prohibitifs pour la laisser dans cette ville (près de 750 € !).

Caravanes et camping-cars

L’état des routes norvégiennes s’est bien amélioré ces dernières années, mais certaines d’entre elles ne sont cependant pas praticables avec une caravane. La loi norvégienne interdit en outre toute conduite d’un véhicule motorisé en dehors des routes. On peut donc se garer le long des routes tant que l’on ne gêne pas les autres véhicules et que la signalisation et la réglementation locale sont respectées. Dans certaines villes, on trouve des parkings spécialement aménagés pour accueillir les camping-cars.

En ce qui concerne les dimensions des caravanes, la largeur maximale autorisée est de 2,55 m. La longueur totale d’une voiture et d’une caravane ne doit pas dépasser 18,75 m. La longueur d’un camping-car ne doit pas dépasser 12,50 m et la largeur 2,55 m. Ayez toujours les documents relatifs à ces caractéristiques à portée de main, surtout pour les traversées en ferry.

Le stop

C’est possible, mais vraiment compliqué ! L’attente est souvent longue, très longue. Encore faut-il que des voitures passent. Et puis le stop n’est pas vraiment dans la culture norvégienne.
L’un des meilleurs plans consiste à se poster à la sortie des bacs et des ferries, ou de repérer, lors de la traversée, les voitures qui ne sont pas trop encombrées et d'aborder les gens lorsqu’ils s’apprêtent à repartir.
Si c’est encore faisable dans le sud du pays, dans le Nord ça se complique sérieusement. Beaucoup de voitures sont pleines.

En revanche, lorsqu’on vous prendra dans le Grand Nord, les distances qu’on vous fera couvrir seront parfois importantes.
En résumé, ce n’est pas une très bonne solution.

À pied

Les Norvégiens marchent très sportivement et les sorties de petite randonnée pédestre sont plutôt proposées par des clubs locaux.

- Sinon, la randonnée en montagne reste le privilège du DNT (Den Norske Turistforening). Cette association norvégienne organise toute l’année de nombreuses sorties en montagne.

Il est naturellement aussi possible de monter soi-même sa randonnée, par exemple entre deux refuges (hytter). Les refuges norvégiens sont confortables et loués tout équipés, ce qui permet de randonner léger.

La saison va de mai à septembre pour la campagne et le littoral, du 15 juillet au 15 août en altitude. Une vingtaine de parcs nationaux et plus de 1 000 réserves naturelles proposent des sentiers aménagés.

Il est possible de demander des guides pour la traversée des glaciers auprès du DNT.

Le vélo

La Norvège est loin d'être un plat pays. Cela dit, ils sont nombreux à braver les éléments et à pédaler jusqu'au cap Nord.
De nombreux tunnels à péage sont gratuits pour les vélos. Cependant, certains leur sont interdits et le détour n'est pas toujours possible même si, en général, un itinéraire alternatif (beaucoup) plus long est proposé. Le trajet vers le cap Nord n'est pas sécurisé pour la circulation à vélo.

Il est obligatoire d'être habillé de façon bien voyante pour la traversée des tunnels autorisés.
Le transport des vélos est gratuit sur les ferries et l'Express côtier. Les bus des régions rurales les embarquent volontiers, ainsi que les trains, sauf les express (tarif pas très élevé et réservation recommandée).

Et si vous voyagez en camping-car ou avez de la place pour vos vélos dans votre voiture, les emporter peut être une idée : ce peut être une solution agréable pour circuler dans les grandes villes, surtout si votre hébergement est excentré.




On en parle sur le forum Norvège

> Tous les messages Transport Norvège

SUJET dernier
  Moto et péages en Norvège (3 réponses) 28/07/2015
  Problème compagnie norwegian!! 25/07/2015
  Laisser sa voiture stationner à Bergen 24/07/2015
  Flam à Voringfossen ? (4 réponses) 14/07/2015
  Lofoten: liaison Narvik-Leknes en Bus (4 réponses) 07/07/2015
  3 semaines de camping sauvage et marche en août en Norvège (2 réponses) 07/07/2015
  Permis de conduire Suisse en Norvège (1 réponse) 07/07/2015
  Express côtier en Norvège et mal de mer (2 réponses) 07/07/2015
  Îles Lofoten fin aout 28/06/2015
  Aéroport Sandefjord à Oslo (1 réponse) 23/06/2015
Accéder au forum Norvège

Drapeau sejours week end Norvège

Partir en Norvège

  • A voir, à faire en Norvège
  • Réserver avec une agence locale
  • Réserver unvoyage sur mesure
  • Réserver un voyage aventure/trek
  • Réservez un hôtel
  • Trouver un billet d'avion
  • Louer une voiture
  • Trouver une location
  • Réserver une auberge de jeunesse
  • Réservez un ferry
  • Réservez un vol + hôtel
  • Voyage en cargo