Drapeau Islande

Géographie Islande

Géographie

La superficie de l'Islande est de 103 000 km², composée pour environ 12 % de glaciers, 40 % de sables, 25 % de champs de lave, 20 % de pâturages, 3 % de lacs et 1 % seulement sont des terres cultivées.
Au centre, des toundras marécageuses, où se réfugient, l'été, des oiseaux migrateurs. Peu d'arbres sur cette île, d'où une érosion préoccupante.

L'altitude moyenne de l'île est de 500 m et son point culminant est le Hvannadalshnjúkur (2 110 m), situé sur le plus grand glacier d'Islande, qui est aussi le plus vaste d'Europe (il a la même superficie que la Corse) : le Vatnajökull (8 100 km²).

Phénomènes des latitudes nordiques

L'été et l'hiver, le jour et la nuit

À cause de la latitude de l’Islande, à partir de juin et en juillet, il ne fait jamais, ou presque jamais, nuit sur l’île. C’est perturbant, mais aussi grisant, de perdre ce repère, d’autant plus que les paysages sont alors nimbés d’une lumière dorée très particulière. Au mois d’août, la nuit daigne de nouveau s’imposer pour quelques heures sur le pays, puis, peu à peu, devient dominante en hiver, laissant très peu de place au jour de novembre à février.

Détail pratique : si vous ne pouvez dormir que dans le noir, munissez-vous absolument d’un bandeau pour les yeux, car non seulement il ne fait jamais nuit en été, mais en plus, il n’y a pas de volets et les rideaux occultants sont chose rare.

Le soleil de minuit

Le soleil de minuit, c’est lorsque à son point le plus bas, le soleil ne disparaît pas complètement sous l’horizon. Ce phénomène éphémère propre à l’été austral ne s’observe qu’au-dessus du cercle polaire, or l’Islande est juste au-dessous. Seule la petite île de Grímsey, au nord, est traversée par le cercle polaire.
En été, des excursions sont spécialement organisées pour y admirer ce soleil qui ne se couche pas (mais pour jouir de ce magnifique spectacle, encore faut-il que le ciel soit dégagé !).

Les aurores boréales

Les anciens leur prêtaient des pouvoirs surnaturels (les jeunes couples japonais, nombreux en hiver en Islande, le pensent encore : un enfant conçu sous une aurore boréale aura un destin exceptionnel !).
C’est, en dehors des villes et villages, la nuit, par temps clair et durant les mois d’hiver, que l’on peut avoir l’occasion de contempler ce fascinant phénomène lumineux, provoqué par l’entrée de particules solaires ionisées dans les hautes couches de l’atmosphère terrestre aux abords des pôles.
Plus l’activité solaire est intense, plus le phénomène est beau. Avec un peu de chance, on peut voir des aurores dès septembre et jusqu’en avril.

Géologie et géothermie

Située sur la dorsale médio-atlantique, l’Islande est un point chaud de l’activité volcanique et géothermique : 30 volcans sont entrés en éruption au cours des deux derniers siècles, et les phénomènes volcaniques fournissent à la population de l’eau chaude gratuite et un chauffage peu onéreux et peu polluant.

On se rend en Islande en espérant voir des geysers, une éruption (une tous les 5 ans en moyenne...), ou plus sûrement des coulées de lave. Ce serait dommage de quitter l’île sans avoir senti l’odeur sulfureuse des fumerolles, s’être baigné dans des sources chaudes et s’être émerveillé à la vue de régions dénudées où la terre est jaune et rouge et la boue des mares bouillonnantes couleur plomb...

L'Islande : un cas géologique

L’Islande est unique : c’est la plus grande île volcanique au monde. Partie émergée d’un gigantesque plateau basaltique sous-marin de 750 km de diamètre, elle est née d’éruptions survenues sur le rift médio-atlantique et d’un point chaud secondaire. Les plus anciennes roches de surface n’ont que 15 à 20 millions d’années, ce qui est très jeune : en France, par exemple, on trouve en Bretagne Nord des roches de 2 milliards d’années !
La partie de l’île la plus ancienne, figée, est constituée par la péninsule de Snæfellsnes et les fjords du Nord-Ouest. Ailleurs, le volcanisme règne encore en maître : le rift, constitué d’une succession de fissures de 5 à 10 km de large (longues de 30 à 100 km) occupe près du tiers de la superficie de l’île.

Environnement

En 2010, une étude menée par des chercheurs des universités de Yale et Columbia classait l’Islande comme le pays le plus propre du monde (sur 163 nations étudiées). L’Islande devrait ce résultat flatteur à son eau propre et abondante, à son système de soins performant, sa grande quantité d’énergie géothermique très peu polluante (quoique...) et à de nombreuses réserves naturelles.
Le parc national du Vatnajökull, le plus grand d’Europe, créé en 2008 par la réunion de plusieurs petits parcs, couvre à lui seul 13 600 km², soit environ 13 % de la superficie du pays !

L’Islande bénéficie, c’est vrai, d’une nature très généreuse : 85 % de son énergie est basée sur des ressources renouvelables - la géothermie comptant pour 65 %, l’hydro-électricité pour 20 %. On atteint même les 100 % si l’on ne considère que la seule consommation d’électricité, et 85 % des maisons islandaises sont chauffées grâce à la géothermie.
Présentée comme extrêmement peu polluante, cette dernière a toutefois un inconvénient : ses émanations de soufre, qui semblent bien favoriser l’asthme à Reykjavík, par exemple. Autre point litigieux : le haut niveau de vie, la nécessité de se chauffer beaucoup et la présence croissante d’industries sur l’île font de l’Islande le premier consommateur d’énergie au monde par habitant (5 fois plus qu’en France et près de 3 fois plus que les États-Unis).

Une énergie bon marché qui attire les convoitises

Depuis les années 1960, l’Islande a compris qu’elle avait économiquement une carte à jouer avec l’hydroélectricité et la géothermie. Mais, contrairement aux hydrocarbures, cette énergie s’exporte difficilement : il faut donc faire venir les industries jusqu’à elle. Ainsi, depuis la fin des années 1960, l’Islande a ouvert ses portes à la production d’aluminium, l’une des plus polluantes qui soit et l’une des plus grosses consommatrices d’électricité.

Certains rêvent déjà d’un nouvel eldorado industriel alimenté par les énergies dites « vertes ».

Chasse à la baleine

En 2006, l’Islande décide de reprendre la chasse commerciale à la baleine de Minke (ou petit rorqual), arguant que l’espèce n’est ni protégée ni menacée et que sa prolifération nuit aux pêcheurs et plus particulièrement aux bancs de morue. Des quotas sont également fixés pour le rorqual commun qui, lui, est pourtant classé comme espèce en danger...
L’Islande devient donc le 2e pays, avec la Norvège, à défier ouvertement le moratoire en pratiquant la chasse commerciale (le Japon, en effet, prétend pratiquer la chasse à but scientifique - autorisée -, ce qui ne l’empêche pas de vendre la viande de l’animal...).
L’année 2010 voit un record de prises. Le tollé international n’y fait rien et c’est finalement l’effondrement de la demande japonaise dans le sillage du tsunami qui met un terme transitoire à la chasse au rorqual commun.
Elle a néanmoins repris de plus belle en 2013, pour atteindre un total de 169 cétacés tués, dont 134 rorquals communs, et annonce pour 2014 un quota colossal de 383 animaux, faisant menacer le pays de sanctions économiques américaines !




On en parle sur le forum Islande

> Tous les messages Climat Islande

SUJET dernier
  Tenue vestimentaire en juin 24/05/2015
  Séjour mi-octobre en Islande (7 réponses) 28/04/2015
  Quantité de neige en Islande ? (6 réponses) 09/03/2015
  Pantalon de randonnée en Islande (4 réponses) 08/03/2015
  Trajet Reykjavik - Akureyri en hiver. (2 réponses) 24/02/2015
  L'Islande en Hiver ? (36 réponses) 23/02/2015
  Fjords de l'ouest en Islande en mai (2 réponses) 28/01/2015
  Météo Islandaise (1 réponse) 26/01/2015
  Islande - juin 2015 (5 réponses) 12/01/2015
  Climat et T° en mai en Islande ? (3 réponses) 29/11/2014
Accéder au forum Islande
Drapeau sejours week end Islande

Partir en Islande

  • Réservez un trek ou une randonnée
  • Réservez votre voyage aventure
  • Réservez votre voyage en immersion
  • Réservez un hôtel
  • Trouver un billet d'avion
  • Louer une voiture
  • Trouvez une location
  • Réservez un ferry
  • Réservez un vol + hôtel
  • Réservez une auberge de jeunesse

Réussir sa randonnée avec Gore-Tex®