Forum Libye

Envoyer à un ami

Exportation véhicule en libye, quels sont les modalités

Posté par
avatar

itsme  

35 ans, France

Inscrit depuis le 15/04/2005

  • 17 messages  
  • 0 photo  
  • 0 avis d'hôtel  
  •  
 
itsme
(17 messages)
le 30 octobre 2009 à 12:16 dans Formalités Libye

bonjour

je suis libyen résidant en france et je souhaite exporter un véhicule en Libye pour le laisser labas
je souhaite avoir des renseignements sur les modalités à suivre, si quelqun connais ce cas ou a déja effectué une telle démarche , merci de me renseigner
mmgrand merci d'avance !

pour commerce le mieux est depuis Allemagne

Posté par
avatar

adammatou  

81 ans, Allemagne

Inscrit depuis le 30/07/2009

  • 3 messages  
  • 0 photo  
  • 0 avis d'hôtel  
  •  
 
adammatou
(3 messages)
le 22 février 2010 à 16:59

ASSÉLAMOU ÉLEIKOUM

Cette réponse est peut-être un peu retardetaire. Cependant je vous l'envoie. Si vous le faites en but de commerce, c'est rentable depuis l'Allemagne.
Si vous avez besoin d'autres informations, n'hésitez pas de poser une question sur ce même forum ou -si vous voulez- m'envoyez un message particulier sur mon boite e-mail à travers ce forum aussi. Bonne chance
Bons souhaits

encore le commerce des vehicules

Posté par
avatar

adammatou  

81 ans, Allemagne

Inscrit depuis le 30/07/2009

  • 3 messages  
  • 0 photo  
  • 0 avis d'hôtel  
  •  
 
adammatou
(3 messages)
le 18 mai 2010 à 04:10

J'avais écrit dans la page consacrée à répondre de ce site-ci à environ des 40% de cette réponse ; ensuite elle a desparu. Peut-être le nombre des caractères était limité ou le temps attribué s‘est écoulé ; peut-être une autre cause ignorée. Ainsi donc je n'ai pas préféré dépendre cette page uniquement puisqu'il est possible qu'une partie de cette réponse vous arrive découpée.
J'ai préféré donc vous faire parvenir la réponse à travers la même page ainsi que je la publie sur le forum de la Libye où vous pouvez la lire entière en cas d'arriver moins. Cela ne vous dérange pas -je crois- car votre message n'a pas compris de matériel personnel. En outre je n’indique pas votre nom ni emploie vos mots. Alors, c'est bon d‘ajouter un document pour enrichir la connaissance des autres membres.

D'autre part, et à mon avis personnel, je trouve qu'il vaut mieux prendre une décision sur ce type d'action par la direction du site. Si tels messages sont envoyés en personnel et leurs contenus sont courants, il est préféré de les faire arriver aux propriétaires en notifiant qu'ils seront publiés pour le bénéfice de tous. Peut-être je vais plus loin et propose l'ouverture de deux forums de la semaine, un soit (la meilleure question) et un autre soit (la meilleure réponse).

J'espère donc que vous acceptez cette tendance de répondre pas prévue, comme je l'ai acceptée.

Ci-après ma réponse à votre message :

Premièrement : la priorité de l'Allemagne
En parlant de l'occasion, l'importation des machines de l'Allemagne est le plus rentable parce que la fabrication est solide et son prix est concurrentiel ; et partant l'importateur vendra plus rapidement et avec un bon prix.
Cette réalité n'est pas restreinte à la Libye en particulier mais inclut aussi l'Europe, l'Afrique presque entièrement et l'Orient prochain. Ce résultat est confirmé quand l'on voit ici les demandes des différents marchés internationaux, y compris les marchés des pays industrielles.

On ne sait pas encore pourquoi l'Allemagne ne profite pas cette réputation
à la mieux face afin d'élargir ses exportations et sa langue. Par un bon plan il est possible de réaliser une réussite culturelle. Des produits abandonnés entraînent à l'utilisation de leur langue. Puis plus tard, savoir une langue encourage la consommation des produits des siens. Rendre celle-ci comme la deuxième ou la troisième auprès de beaucoup des pays est une question du plan.

Deuxièmement : le passage routier
Pour vous procurer beaucoup des informations, il est bien utile de consulter les sites arabes de voyage. Cependant je vous réunis dans cette partie et la suivante ce qu‘il restait à ma mémoire.

Tout d‘abord, cette idée est un peu vague. La signification derrière laquelle arrête peut-être soit penser en le visa et changer un montant de devises, en l'esprit de traitement avec l'étranger, en la supposition d'obligation de passer par le pont de corruption, ou soit exprimer un sentiment de préoccupation. Il y a aussi intervention entre cette idée et l'idée suivante «les conditions administratives».

Quoi qu'il en soit, l'esprit de tolérance est visible dans la région pendant la décennie
des quatre-vingt et aussi la décennie des nonante, mais dans une moindre mesure. Il était possible, par exemple, pour les Africains arrivant du désert au point de la frontière d'entrer en Libye ou l'Algérie sans passeport, pour vivre et travailler. En Libye elle-même, il est possible jusqu'aux nos jours-ci d'entrer par visa après son expiration. En Tunisie cet esprit existe aussi. Toutefois, cet esprit est annulé ou est réduit dans une large mesure. La cause était la pression internationale. Les actions armées par des petites cellules contre les grands états (ou le terrorisme en l'appellation courante), et l'immigration clandestine vers l'Europe étaient les propulsions causantes.

Après la levée des sanctions contre la Libye, le dirigeant libyen Kadhafi a décidé concéder l'honneur aux pays africains qui les ont rompu et l'ont soutenu les jours durs en ignorant les pays les plus puissants dans le monde, les imposants ces sanctions. Une des formes de cet honneur était la facilitation de l'entrée et de séjour de leurs citoyens dans son pays. Mais les agences des nouvelles ont signalé la frénésie des citoyens libyens à Tripoli contre les Africains et la survenue des dommages. Puis les forces de sécurité ont réussi à contrôler la situation et restaurer la sécurité à son état naturel.
Les raisons étaient le manque de respect par les Africains aux conditions de l'hospitalité ; l'exploitation de l'écart intellectuel entre eux et les citoyens ; la transportation de leurs maladies sociales ; les activités illégales actionnées. Du point de vue des Africains, les Libyens ne leur avaient pas donné tous les droits financiers et la mauvaise organisation et administration.

Cette expérience a gêné sans doute les dirigeants libyens, parce qu'ils apparaissaient par un peuple ingrat. Et aussi les dirigeants africains parce qu'ils ont présenté des citoyens ne sont pas dignes pour l'hospitalité et considération.
En tout état de cause, c'était une expérience qui a contribué et restera contribuant à la passivité de la société libyenne envers les Africains en particulier. Mais cela ne reflète pas automatique sur le comportement des autorités des frontières avec les Africains ou les étrangers en général. Toutefois, l'intérêt de l'étranger est de garder la gentillesse, le respect et la politesse.

À la frontière, la corruption n'existe pas ni sur le côté tunisien, ni sur l'autre libyen. Après l'achèvement des examinas légaux (l'identité du voyageur et le droit de sortir de la Tunisie puis le droit d'entrer en Libye, c'est -à- dire le visa et le change de monnaie), il n'y a pas d'obstacles face de l'accès libre au territoire libyen.

Troisièmement : les procédures
S'il s'agit de faire entrer d'une voiture des numéros étrangers, je mentionne ma connaissance aux points suivants :

– Les deux pays ne conditionnent pas que la date de la mettre en marche ne dépasse pas un nombre limité des ans ni un certain nombre de kilomètres.

– À la Tunisie, un véhicule étranger ne doit pas dépasser le délai fixé de trois mois ; puisque soit quitter le territoire soit avoir une plaque d'immatriculation nationale.

– Les autorités douanières tunisiennes à la frontière ou dans les villes confisquent les véhicules étrangers dépouillés de légitimité comme ceux falsifiés de numéro sur le châssis ou de la carte grise ; puisqu'il y a une coopération entre la Tunisie et l'Italie dans ce domaine.
– Au poste frontière libyenne le fonctionnaire fait l'enregistrement de la voiture étrangère, donne au propriétaire une plaque temporaire en chiffres rouges, fait l'assurance et touche immédiatement une somme entre 50 et 100 $ en monnaie libyenne (le dinar).
– Pas de souci du retard en libyenisation de l'immatriculation. Un an après ou plus de la date de l'entrée ; et l'acheteur non plus n'y pense pas.

Quatrième : le commerce de l'automobile en Libye
Ce que l'on conclut est que vos questions s'occupent des deux thèmes suivants :
1 - la priorité de l'Allemagne par rapport à l'exportation des voitures à la Libye
2 - Le cas du passage routier de la Tunisie à la Libye

Le texte du message ne montre pas de lien entre les deux sujets, mais comme la Libye est le dénominateur commun entre eux, une impression de l’exister arrive comme exercer le commerce des automobiles de profession principale ou assistante pour augmenter les revenus.
En dépit de l'incapacité de confirmer le lien, je vais expliquer les ports de cette profession là-bas :

La politique libyenne depuis la disparition de la royauté à nos jours-ci concède aux travailleurs étrangers la possibilité de vivre et de se construire une vie, sans leur donner l'opportunité de richesse. Ainsi un d'eux ne sera capable à établir une société unipersonnelle d'importation des voitures à vendre au marché local.

Après la fin des sanctions internationales imposées à la Libye, on a lancé la politique de l'ouverture économique. Cependant un étranger ne peut pas exercer officiellement une profession de richesse comme (commerce des voitures et des machines).
Les sociétés internationales, y compris des multinationales, peuvent le faire d'une certaine manière. On a vu -il y a quelques mois- la visite des hommes d'affaires et des entreprises américain à la Libye pour y investir ; ou si vous voulez le dire par langue un peu ennemie (pour y envahir).

Mais en face de l'individu étrangère adroite, et dans une société que les valeurs de la bédouinité encore y prennent un aspect important, il y a une marge d'exercer une certaine profession de richesse comme cette en question. Et par la suite il pourra réaliser une certaine fortune. En tout cas, elle est une marge légale, pas secret.

Par rapport à un individu touriste, il peut vendre facilement sa voiture en Libye et touche le prix sans problème et sans nécessité de posséder un permis de séjour. L'acheteur est ce qui paye la taxe de douane et tout d'autre qui s'y rapporte. Or vous imaginerez qu‘il n'est pas pratique d'entrer et sortir à plusieurs reprises pour vendre une voiture. Il lui faut obtenir un nouveau visa et passer le montant de devises en monnaie locale.

Le travailleur étranger doit faire un visa de "sortir et revenir" autorisée par l'employeur.

* * *
Je vous souhaite un bon voyage et que ma réponse soit utile. Si vous avez d'autres questions de ce niveau, sentez libre de les poser. Si mes réponses viennent retardataires, cela indique mon peu passage sur Routard.





Rechercher
Plus de résultats Exportation véhicule en libye, quels sont les modalités


 Photos Libye


Applis Routard Iphone Ipad