Forum Sénégal

anti palud artemisia

75 réponses

Dernière activité le 28/03/2010 à 12:16

Signaler
mado74
Le 15 avril 2008
Je suis intéressée par le médicament contenant de l'artemisia en huiles essentielles ou autre. Comment se procurer ce produit en France (herboristerie ...)et au Sénégal , quelle est la posologie ? en curatif ou préventif ? Merci de me faire part de votre expérience si vous avez déjà utilisé l'artemisia. A bientôt de vous lire.

l'artémésia seule n'est pas suffisante...

Signaler
Beeroot
Il y a 9 années
les différentes études médicales ont montré que l'artémésia seule ne semble pas suffisante pour un traitement préventif.
C'est pour cela qu'il existe un médicament ou d'autres composants entrent en ligne de compte.
Par exemple ALAXIN PLUS, dont la composition est : Dihydroartémisinine +Pulfadoxine+pyrémethamine.
Cet anti palu semble efficace en prévention: je l'ai utilisé ainsi que nombre de mes connaissances qui passent plusieurs mois par an au Sénégal.
Il s'agit d'une boite de 3 comprimés à prendre en une seule prise tous les 15 jours.
Prix : 1554 cfa la boite
En curatif il existe un autre médicament:: le Co-Arinate, dont la composition est : Artésuante; sulfaméthoxypyrazine/pyriméthamine: 3 comprimés double à prendre en 3 prises en cas de poussée paludéenne.
Prix : 4317 cfa la boite.
Ces médocs sont vendus au Sénégal et on les trouve dans presque toutes les pharmacies.

prevention

Signaler
nati
Il y a 9 années
bonjour,
ces traitements suffisent pour prevenir le palu, donc pas besoin de malarone?

prévention palu

Signaler
Beeroot
Il y a 9 années
L'ALAXIN PLUS est avant tout un traitement préventif (même si sur la notice il est indiqué qu'il est également curatif).
Son avantage réside sur deux aspects qui me paraissent importants:

- 3 comprimés tous les 15 jours, peu ou pas d'effets secondaires. Ce qui offre l'intérêt de pouvoir l'utiliser pendant de longues périodes (les "toubabs" qui résident plusieurs mois l'utilisent quasiment en permanence -ce qui est délicat et ...onéreux avec des anti palu européens tels que le Malarone ou le Lariam)

- le prix est dérisoire par rapport aux anti palu occidentaux: il correspond plus aux pouvoir d'achat pour une prophylaxie accessible aux polpulations locales.

Enfin, il faut savoir qu'un anti palu quel qu'il soit n'est pas une protection garantie à 100%: on peut attraper le palu en suivant un traitement mais ses effets sont largement atténués. C'est dans cette éventualité que j'ai signalé le traitement dit curatif (CO-ARINATE)

anti palu pour beeroot

Signaler
oups14
Il y a 9 années
Bonjour,
Je serais intéressée par l'ALAXIN PLUS, pensez-vous que on peut le prendre lorsque l'on part qu'une semaine. Est-ce que l'on peut le trouver uniquement au Sénégal.
Merci de votre réponse

en tous cas non disponible en France

Signaler
Beeroot
Il y a 9 années
pour une semaine, ça vaut le coût de le prendre: il suffit d'aller dans une pharmacie en arrivant et se procurer une boite.
Je ne pense pas que cet anti palu est en vente en Europe. On doit le trouver plus particulièrement dans les zones endémiques.

attention aux utilisations prolongées

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
bonjour à tous,l'utilisation d'un antipaludéen a titre préventif,doit se faire sur une durée LIMITEE,comme pour un séjour en vacances notamment.Il va de soit que pour un résident,ou un africain, prendre un antipaludéen de maniére systématique(plus de 2mois consécutif) c'est la guarantie d'affaiblir ses defénses naturelles face à l'anapholéle et surtout la garantie de mettre son foie et sa vision dans un sale état.Un antipaludéen n'est pas un médicament anodun.Voyez vous beaucoup d'africains sur place faire des traitements preventifs ?La premiére précaution c'est la moustiquaires,la deuxiéme s'ecarter au maximum des piqures en portant des vetements longs le soir et des repulsifs.Pour quelqu'un qui à les moyens de se soigner ,le paludisme n'est PAS une maladie mortelle.Une fois les premiers signes apparaissant,il faut commencer un traitement curatif et bien le respecter.Un PALUDISME bien guéri ,vous immunise pendant un an.votre corps produisant des anticorps.
Lorsque l'on parle de PALU CHRONIQUE c'est une personne qui ne s'est PAS soignée,qui s'est MAL soignée,ou qui n'a pas suivi suffisamment LONGTEMPS son traitement:Après une accalmie,le palu se redeveloppe.Un palu mal soignée,amméne à un NEUROPALU,affecte le cerveau ,crée de sérieux dommages pouvant aboutir à la mort.
Je suis médecin et je travaille pour l'ONG ENDA TIERS-MONDE

antipalu pour hervé

Signaler
oups14
Il y a 9 années
Bonjour,
Puisque vous êtes médecin que préconiez-vous en préventif pour un séjour d'une semaine. Ls 2 dernières années je prenais Lariam, mais vu les effets secondaires je n'ai pas envie d'en prendre.
Sur ce forum j'ai lui de prendre sur place ALAXIN Plus. qu'en pensez-vous

ANTIPALU I

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
Voici l'ensemble des moyens dont nous disposons à ce jour:
Aralen = chloroquine

Artecom = artémisinine + pipéraquine + triméthoprime

Arsumax = artésunate

Artsuna = artésunate

Camoquin = amodiaquine

Coartem = artéméther + luméfantrine

Daraclor = chloroquine + pyriméthamine

Daraprim = pyriméthamine

Falcidin = sulfadoxine + pyriméthamine

Fansidar = sulfadoxine + pyriméthamine

Fansimef = sulfadoxine + pyriméthamine + méfloquine

Flavoquine = amodiaquine

Halfan = halofantrine

Lariam = méfloquine

Malachlo = chloroquine

Malafree = primaquine

Malaquin = chloroquine

Malaridine = pyronaridinne

Malarone = atovaquone + proguanil

Maloprim = pyriméthamine + dapsone

Melubrin = chloroquine

Méphaquine = méfloquine

Nivaquine = chloroquine

Nivaquine Forte = chloroquine

Paludrine = proguanil

Paluject = quinine

Paluther = artéméther

Plasmotrim = artésunate

Quinimax = quinine

Quininat = quinine

Quinine chlorhydrate = quinine

Quinine hypochloride = quinine

Quinine sulfate = quinine

Quinoforme = quinine

Resorchine = chloroquine

Riamet = artéméther + luméfantrine

Savarine = chloroquine + proguanil

Wellvone = atovaquone
Comme tu le le vois,cela n'est pas petit,et surtout ce que l'on ne dit pas c'est que plusieurs de ces molecules possedent des effets secondaires,des risques en cas de surdosages ou d'utilisation prolongée.PRENDRE une medicament ANTIPALU n'est pas un geste à faire à la légére.Comme tu peux t'en rendre compte ,certains noms evoqués sur ce forum ne figurent pas dans cette liste tout simplement parce qu'ils ne sont ni reconnu par les autorités sanitaires françaises ni par les autorités sanitaires anglo saxonnes.Le sénégal est un pays indépendant et sa comission peut delivrer des autorisations à la vente UNIQUEMENT pour le SENEGAL.JE ne saurais trop mettre en garde les gens contre ces medicaments vendus UNIQUEMENT en pharmacie sénégalaise car le plus souvent ils ne possedant pas le recul necessaire,l'echantillonnage et la periode de test en laboratoire insuffisante pour offrir des garanties.

Palu soigné peut rester mortel

Signaler
Aircrow
Il y a 9 années
Bonjour,

Une petite nuance sur le danger du palu: il ya 20 ans, alors que le virus était moins résistant qu'aujourd'hui, j'étais coopérant au Nigéria et j'ai vu un anglais mourir en 48 heures d'une crise de palu foudroyante. Il ne suivait aucune prophilaxie, alors qu'à l'époque la nivquine lui aurait suffit.
Je suis donc surpris de lire un médecin affirmer que le palu soigné n'est jamais mortel.
Soyons clair, je ne suis pas un ayatollah de la chloroquine ou du proguanil (je pars 4 jours au Sénégal début juin et me limiterai à une prophylaxie homéopathique) mais j'assumerai aussi si je suis malade et conseillerai à ceux qui partent en Afrique pour la première fois de s'en tenir aux conseils de leur médecin.

nivaquine l'aurait soigné??

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
bonjour,la nivaquine comme tous les autres antipaludeens preventif,ne garanti AUCUNE IMMUNITE contre le PALU sinon cela porterait le nom de VACCIN ANTI MALARIA.Un antipaludeen diminue les risques ,mais en aucun cas ne protege à 100%.Tout ce que je dis et ce que toutes les etudes montrent ce sont les risques sur la santé des antipaludeens pris de maniere PROLONGEE qui affaiblissent les defenses et ont des effets nefastes sur le foie.Pendant des dizaines d'années on a appliqué le principe de la nivaquine prise preventivement dans les ecoles partout,et aujourdhui tout le monde scientifique reconnait que cela a été une erreur,d'ailleurs toutes ces politiques ont été abandonnées.Il suffit de penser au nombre de femmes enceintes qu'on a gavé de niivaquine,pendant cette periode.On priviligie desormais des politiques nationales de distribution de moustiquaires.C'est bien là le meilleur des projets eviter les piqures de moustiques et supprimer les bassins d'infection des moustiques.
Un dernier point ,il y a 4 formes differentes de Palu, l'un d'entre eux ,le plus rare est le plus vivace et peut te durer en quelques jours PERSONNE ne dit le contraire,il peut meme te tuer lors de ton prochain voyage en 48H et avec ta boite de malarone.....Ne t'inquiete pas cette forme de faciparum sevit le plus souvent en Asie du Sud est et en Afrique Centrale.
Tu as chaque jour des sénégalais qui cotoient une forme differente du palu: une fatigue,un mal de tete,ils se soignent simplement de façon traditionnelle avec des plantes et en quelques jours ,il disparait.Il disparait car il ne s'agit que d'une forme bénine de la maladie....Je penses qu'il serait bon que tu te renseignes sur le PLASMODIM OVALE,PLASMODIUM MALARIE,PLASMODIUM VIVAX,PLASMODIUM FACIPARUM.
Quant à tes exemples ,je peut te citer l'exemple egalement du proprietaire de l'hibiscus à WARANG mort en 48H devant nous tous, ALAIN un toubab de SOMONE mort en 48H, ou encore ATILIO GERANT du bougainvillier à Nianing terassé en 48H par un faciporium rapatrié en allemagne,aujourdhui,cerveau atteint et paralysé sur un fauteuil roulant.UN PALU mal traité,mal décelé et mal soigné,devient un NEURO PALU,un Palu touchant le cerveau.En medecine on appelle cela des faits,et jamais en medecine l'exeption ne fait regle.La SEULE façon de ne jamais attraper un PALU mortel (FACIPARUM) est soit de ne jamais se rendre en Zone infectée,,soit d'eviter la moindre piqure de moustiques! (moustiquaires repulsifs!

nivaquine

Signaler
Aircrow
Il y a 9 années
La longue diatribe de Patrice me laisse supposer que je n'ai pas été clair... ou qu'il a mal lu.
Il n'est pas question de dire que les prophylaxies contre le palu sont des vaccins. Il est certain en revanche que des zones (Afrique de l'ouest en particluier), sont résistantes à la nivaquine (d'où la préconisation de malrone) alors qu'elles ne l'étaient pas il y a 20 ans.
On a tous compris qu'il fallait utiliser des répulsifs, merci Patrice.
Dernière chose, la nivaquine est une prophylaxie: elle n'aurait donc soigné personne; elle aurait pu en revanche atténuer ou éviter la crise foudroyante.

nivaquine attenuant un faciparum mortel?????

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
La longue diatribe sert à informer ceux qui croient detenir des informations medicales sans en avoir la compétence.Pour l'avoir il faut par exemple rentrer en fac de medecine pour quelques années.Lorsque l'on travaille comme médecin depuis plus de 20ans en Afrique,on dispose sur son bureau de toutes les etudes sorties durant toute cette période sur des zones souches ou des echantillons de populations:afrique de l'ouest,etude de 1985 sur le paludisme au Congo.LA NIVAQUINE aura été la plus grande erreur sur toute les politiques sanitaires pratiquées en afrique.Et ecoute bien ça: AUCUN PLASMADIUM FACIPARUM, je te cite " elle aurait pu en revanche atténuer ou éviter la crise foudroyante. " n'aurait pu etre soigné par de la nivaquine!Aucune chance,pour te donner une idée, l'aspect curatif se faisait avec du FANSIDAR,du KINIMAX à la rigueur et bien d'autres molecules associées.Ton ami aurait pu avaler la boite entiére de nivaquine qu'il n'aurait pas survecu.Dans les 4 classes differentes de Palu, le plasmodium faciparum ne peut JAMAIS etre traité de maniére curative par de la nivaquine simplement.Il faut eviter de raconter des choses qui pourraient induire les gens en erreur!
Fait un couper coller de ton mail et envoie le à l'OMS cela les fera sans doute bien rire.......

artemesia

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
Artémisia Annua
une plante contre le paludisme
Présentation de la plante
L'Artemisia Annua est une espèce de la famille des Ambroisies. Elle peut atteindre une hauteur de plus de 2,5 m en culture (en Europe) . Il s'agit d'une plante à jour long, c'est à dire qu'elle arrive plus vite à maturité lorsque la durée du jour est long. Sa répartition naturelle s'étend à l'ensemble des zones tempérées chaudes et également dans certains pays des zones intertropicales.
Les feuilles de l'armoise annuelle (Artemisia Annua), originaire d'Asie, renferment une propriété antipaludique "L'ARTEMISINE" . Cette plante a été utilisée pendant des siècles par la médecine chinoise traditionnelle contre la fièvre et le paludisme.
L'Artémisine, est efficace contre plusieurs souches de parasites responsables du Paludisme. La seule possibilité de se procurer de l'artémisine pour la fabrication de médicaments est la récolte de plantes cultivées d'Artemisia

Date Teneur en artemisinine
16/08/2006
26/08/2006
2/09/2006
9/09/2006 0.13%
0.31%
0.31%
0.25%


Comment l'utiliser
Utilisation comme Antipaludéen :
Artemisia Annua s'est révelée efficace à titre curatif et non préventif contre des formes graves de paludisme (en particulier contre Plasmodium falciparum devenu en de nombreux endroits résistants aux médicaments classiques). C'est donc une alternative simple à la portée des populations soumises à ce fléau.
De bons résultats sont obtenus avec des cures sous forme de tisanes :
Quand l'utiliser ?
Au moment des fièvres
Comment l'utiliser ?
Faire bouillir 1 litre d'eau puis ajouter 10 g de feuilles séchées, boire dans la journée. Il est conseillé de boire 1 litre par jour de cette tisane pendant 5 jours

Il existe bien sur beaucoup de medicaments tirés de cette plante vendus en pharmacie sous forme de comprimés,notamment l'ARSUMAX.Toutes les etudes en cours actuellement laisse presager de grands espoirs concernant cette plante.Des etudes sont à l'essai dans notre centre de dakar pour une utilisation à vocation preventive de cette plante.

idees recues sur le paludisme

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
Les touristes sont mal informés par les divers opérateurs (médecine, institutionnels, voyagistes). Comme pour la grippe aviaire, on en fait beaucoup trop, ou on le fait mal.

C'est dommage pour les pays "du sud" qui voient ainsi leur ressources réduites, alors que le tourisme est souvent parmi les sources de revenu les plus importantes.

C'est dommage également pour les touristes, qui se privent souvent de destinations de rêve, par méconnaissance.

Dans l'état actuel des choses , pour un voyage en Afrique noire, il est recommandé de prendre des antipaludéens une semaine avant, pendant tout le séjour et une semaine après le retour. Or, vu le prix des antipaludéens recommandés actuellement, le coût pour un séjour d'une semaine (donc 3 semaines de prises) peut atteindre 150 euros. Même à ce tarif là - si l'on en croit les autorités sanitaires - la protection n'est pas de 100%. Certaines souches du parasite sont devenues résistantes aux antipaludéens. De surcroît, il y a de forts risques d'effets secondaires (foie, cerveau, oreilles).

Or :

- Il y a 6 souches du parasite, dont une seule est grave, principalement sur les organismes faibles (bébés et vieillards). Les adultes et adolescents n'ont pas à avoir de craintes sérieuses. Certes l'infection - hypothétique - leur sera peut être très désagréable, mais pas pire que certaines grippes. Le problème est le plus souvent l'ignorance des médecins de métropole, qui retarde la prise en charge correcte de la maladie. Mais, un voyageur revenant des pays à risque devrait éveiller l'attention de son médecin sur ce risque spécifique.

- les moustiques porteurs du parasite ne piquent que la nuit. Il y a donc des méthodes simples pour réduire le risque (moustiquaires, antimoustiques...)

- les régions côtières, particulièrement en saison touristique (novembre à mai) ne sont pas propices à la présence du moustique responsable

- il y a des traitements curatifs pratiquement efficaces à 100% qui sont peu coûteux (Co-Arinate, Arsucam : 6 euros pour un traitement). Ces molécules synthétiques sont sans effets secondaires et sans contre indication majeure.

La bonne stratégie n'est donc pas de consommer préventivement de mauvais antipaludéens, chers, mais d'utiliser le remède 100% efficace et peu coûteux lorsque des signes d'infection se manifestent. Ce qui veut dire que dans ce dernier cas, on doit toujours avoir avec soi le remède, pendant le voyage et au retour. Autre stratégie : prendre systématiquement le remède curatif et peu cher au retour de voyage. Ainsi, tout parasite éventuel que vous auriez contracté serait détruit, de telle sorte que la maladie ne pourrait jamais se déclarer. Attention : les produits efficaces et pas chers ne se trouvent pas en France! Il faut se les procurer sur place.

Malheureusement, on doit déplorer que la communication sur ce fléau occulte la stratégie basée sur les médicaments efficaces, peu chers et sans effets secondaires. On peut comprendre que les laboratoires pharmaceutiques ne soient pas enclins à voir leur chiffre d'affaires chuter : pourquoi pousser à une solution à 6 euros au lieu d'une à 150???

idees recues sur le paludisme II

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
Le problème est un peu différent pour les populations, africaines, mais aussi d'autres continents (le parasite touche toutes les régions équatoriales et sub-équatoriales du globe.

D'abord, il y a le problème du revenu : le "smic" sénégalais est de 75 euros, par exemple. Et encore, beaucoup ne le touchent pas : beaucoup d'employés du tourisme par exemple ne perçoivent que 45 euros. Et hors saison touristique, ils sont au chômage technique, non indemnisé. Ne parlons pas de certains villageois qui n'ont que l'équivalent de 5 euros par mois, voire moins....

Dans ces conditions, comment se protéger, comment se soigner? Les moustiquaires sont trop onéreuses pour leur budget, les répulsifs anti-moustiques sont des produits de luxe et le remède miracle à 6 euros est encore trop cher pour beaucoup (il est surtout inconnu de la plupart) Or, ceux là sont sur place pendant la saison des pluies, favorable aux moustiques et leur implantation n'est pas limitée aux zones saines des côtes touristiques.

Alors, pour les populations, 2 solutions :

- les remèdes curatifs, que les laboratoires occidentaux acceptent de vendre aux ONG à 1 euro pour un adulte et 0,5 euro pour un enfant.

- la plante artemisia annua, qui guérit le paludisme à 97%, sans résistance connue des souches du parasite le plus virulent.

Malheureusement, le mal le plus profond des pays en voie de développement est d'abord la corruption, aggravée de mauvaises habitudes culturelles. Toute subvention va d'abord dans des poches où elle ne devrait pas être. La priorité de certains organismes et même d'ONG est de se doter de véhicules 4x4 à 45000 euros. Et puis il y a cet autre mal qui est la réunionnite. Participer à des séminaires, être invité, loin, par des laboratoires, ça prend du temps. J'abrège.....
Ceci fait que le remède curatif à 0,5 ou 1 euro, on le trouve surtout dans la communication officielle, mais pas sur le terrain. La dernière mode consistant à prélever quelques euros sur chaque billet d'avion pour financer la lutte contre le SIDA et le paludisme est surtout une façade pour hommes politiques qui veulent se donner bonne conscience. Il est peu probable que les sommes collectées arrivent à bon port. Il y aura certainement des résultats, mais juste pour la télévision et la communication des politiques.

L'OMS reconnaît la valeur curative de la plante artemisia annua et essaye de développer des plans partout où le mal sévit. Mais là encore, on ne voit guère de résultats sur le terrain. Ce n'est pas un bisness lucratif. Ca ne peut concerner que le bénévolat et l'associatif. Même les populations ont du mal à se motiver. Il y a dans les mœurs une sorte de fatalisme qui fait qu'on vit avec ses problèmes.

Pourtant, sachant que le sachet de feuilles séchées d'artemisia annua en quantité pour une guérison d'adulte coûte environ 0,75 euros, la culture de la plante pourrait être une source de revenus pour ceux qui la cultiveraient. Selon les données techniques de rendement, un hectare de terre peut produire un revenu annuel variant de 10000 à 45000 euros. Une culture bien organisée permettrait même deux récoltes par an. Cela nécessite quelques investissements : un peu d'eau (plus pour deux récoltes), de la main d'oeuvre (abondante et pas chère), un local (séchoir pour feuilles) et un laboratoire (broyage et ensachage). Le laboratoire pouvant être communautaire s'il s'agit de matériel ayant un coût important. Mais la main d'oeuvre étant abondante, le traitement manuel convient très bien.

Si la culture de l'artemisia annua et sa diffusion étaient menées avec résolution, le paludisme disparaîtrait en quelques années. En effet, la maladie perdure à cause d'un cercle vicieux :

Les humains constituent un réservoir à parasite. C'est en piquant un humain qu'un moustique (l'anophèle femelle) se contamine. C'est en piquant un autre humain qu'elle propage le parasite. Si le premier porteur de parasite est soigné, il ne peut plus contaminer les moustiques (ils piqueront toujours parce qu'ils se nourrissent de sang). Les moustiques n'étant plus contaminés ne pourront plus propager le parasite.

Au lieu du cirque médiatique qu'on nous sert (mené par Jacques Chirac, Richard Branson, Bono, chanteur du groupe U2, par exemple), ce qu'il faut c'est de l'action massive sur le terrain pour la généralisation du traitement par la plante. Il faut aussi arrêter de dramatiser la situation, ce qui nuit au tourisme, et donc au revenu des populations. Mieux vaut leur apporter des revenus par le tourisme que de leur fournir des subventions qui s'évanouissent dans la nature.

Il y a un autre aspect de la question, qu'on masque par fausse pudeur :

Les pays occidentaux – outre qu'ils ne trouvent pas matière à bizness dans le paludisme – voient d'un mauvais œil que des populations d'immigrés potentiels aient leur nombre accru soudainement par l'éradication d'un fléau.

De même pour les dirigeants locaux : moins de morts par le paludisme, c'est plus de bouches à nourrir, mais avec quelles ressources?

La réponse : le tourisme! Si les pays à paludisme ne sont plus les repoussoirs comme le voient certains, un tourisme plus important pourrait être développé, accroissant ainsi les ressources. Les bouches à nourrir supplémentaires ne seraient plus une menace, mais une nécessité.

Donc, il faut à la fois des mesures radicales de diffusion des moyens de lutte contre le paludisme et une communication dirigée vers les touristes potentiels. Il faut peu de temps pour renverser le cours des choses. Il y a bien sûr des contraintes : capacité d'accueil des aéroports. Mais l'Egypte (par exemple) a montré comment il était facile de mettre en œuvre des moyens temporaires dans ce sens.

Ce qu'il faut surtout, c'est une implication forte des ONG et du bénévolat. Il faut que dans chaque village, dans chaque foyer, on cultive "la plante qui guérit le paludisme". Il faut que les organisations sanitaires associatives agréés puissent dispenser rapidement les produits pharmaceutiques efficaces et peu cher.

Une autre réalité déformée est celle du SIDA. La répartition géographique de ce fléau est très variable. Or, dans un pays démocratique et "évolué" comme le Sénégal, c'est un problème mineur. Les opérateurs sanitaires locaux ne comprennent pas qu'on veuille mettre l'accent sur le SIDA, alors qu'il ne représente qu'un pour cent du problème du paludisme. Là encore : arrêtons de "déconner"! Le mot d'ordre, c'est "haro sur le paludisme", pas sur le SIDA.

idees recues sur le paludisme III

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
A 80 km au sud de Dakar, au nord du village de M'Bour, se trouve le centre ENDA MADESAHEL qui est un jardin botanique de 6 hectares regroupant toutes les plantes médicinales du Sénégal. Il y a là des plantes qu'on ne trouve plus désormais ailleurs.

C'est également un centre de formation pour médecins des pays du sud. Il s'agit de ramener les pratiques médicales aux réalités économiques de ces pays.

La collection botanique est complétée par des cultures organisées dans des villages extérieurs, afin de donner du travail là où est la main d'oeuvre. Ceci permet de produire quelques spécialités locales aux vertus thérapeutiques. Le centre dispose d'un grand séchoir à feuilles et d'un laboratoire permettant le broyage, le tri et la confection d'infusettes.

Cette opération mériterait d'être mieux soutenue. Elle peine financièrement. Les formations et la vente de spécialités ne suffisent pas à assurer l'équilibre. Pourtant, les moyens initiaux ont été mis en oeuvre pour réussir. Les locaux (hébergement, restauration, salles de cours) sont de très bonne qualité. D'autres formations pourraient s'y développer, avec un coté touristique indéniable. La production de plantes médicinales ou de confort pourrait intéresser les circuits bio européens.

Le centre est actuellement sous la responsabilité du médecin-colonel Aby SY. Ce sénégalais a beaucoup baroudé dans toute l'Afrique et connaît les réalités. Il a oeuvré pour l'OMS. Nous avons bâti un plan pour le développement de la culture de l'artemisia annua

Les résultats sont excellents : les 1 700 plants qui ont occupé 2000 m2 ont permis de récolter environ 200 kilos de feuilles brutes, soit 40 kilos de produit fini, ayant permis de produire 1200 doses de préparation pour adultes.

Les feuilles d'artemisia ont été séchées, puis broyées en 3 étapes dans le laboratoire du Centre ENDA MADESAHEL. Ensuite elles ont été conditionnées en infusettes de 1,5 grammes chacune. Le traitement consiste en une cure de 7 jours, à raison de 3 sachets-infusion par jour

A ce jour et dans ce cadre (association sans profit), il est certes difficile d'avoir des statistiques pointues. Toutefois, les témoignages directs sont parlants : dès le 2è jour de traitement, les symptômes du paludisme disparaissent.

Par précaution, il faut toutefois aller jusqu'au terme du traitement et prendre la totalité des 21 sachets, afin d’assurer une vraie guérison.

L'association commercialise la cure pour adulte au-dessus de 13 ans au prix de 650 fcfa, soit 1 euro, et espère descendre le prix de vente à 500 fcfa

Les doses pour enfants et nourrissons seront évidemment plus faibles, avec un prix par conséquent moindre.

Le docteur Sy est un homme doté d'un très grand charisme. Ancien Directeur Général de la Santé, c'est un homme très fortement impliqué, exigeant, battant. Son enthousiasme et son dynamisme sont communicatifs.

L'OMS s'est rendue sur place et valide le protocole

Non seulement les personnes atteintes de paludisme vont pouvoir être guéries pour un prix très modique, mais, en plus, cela va donner du travail et des revenus à ceux qui vont faire la culture de l'artemisia, puisque l'association achète les feuilles fraîches à 1 000 cfa le kilo aux agriculteurs qui travaillent en partenariat.

On va ainsi pouvoir venir désormais au Sénégal sans craindre le paludisme, et sans se ruiner le porte-monnaie et la santé avec les anti-paludéens conventionnels.

Nous avons apporté des graines d'une nouvelle variété de l’artemisia annua, produite par un laboratoire fédéral suisse, qui viennent d’être mises en culture. Elle promet de produire 10 fois plus de substance active. Reste à vérifier si la promesse sera tenu sous ce climat.

artemisia pour claire

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
bonjour claire,je me présente je suis le docteur patrice Hervé, je suis médecin pour le PNUD (programme des Nations-Unies pour le developpement) depuis une vingtaine 'années,chargé de mission de l'OMS,spécialisé en medecine tropicale,et en medecine des plantes.Je partage mon temps entre le SENEGAL et le Cameroun.Je viens de consulter ton site et je suis très heureux de voir des gens motivés,concernés par cette tragedie qu'est le paludisme, mais surtout des gens qui ont bien compris les necessités et les imperatifs concernant cette maladie: La priorité doit etre les politiques sanitaires visant à limiter les piqures de moustiques,avec bien sur l'etendue generalisée des moustiquaires.La deuxieme idée, est de generaliser l'artemisia.Sa culture,sa diffusion,dans CHAQUE village du senegal.
Votre concept est le bon aussi je te conseille prioritairement de travailler en relation avec le docteur SY d'ENDA MADESAHEL( methode appliquée au developpement du sahel).Son fondateur le docteur hervé de lauture est un grand ami,il a quitté la direction il y a deux ans pour partir à la retraite et se trouve aujourdhui en nouvelle-caledonie.Enda est une ONG du Sud qui fait un boulot de terrain remarquable.Je te donnerais prochainement tous les contacts pour te mettre en rapport avec cette ONG.Ellle possede son propre laboratoire et a mis en place la transformation d'artemisia en sachet-infusette,diffusé partout.Elle possede egalement un jardin ou est cultivé l'artemisia.
Bonne continuation

artemisia sénégal

Signaler
paquerette
Il y a 9 années
bonjour patrice,

merci beaucoup pour ce soutien.
nous avons une famille sénégalaise qui accueille les voyageurs à m'bour, une personne de cette famille était passée au centre, mais c'était avant le démarrage des cultures.
je veux bien les contacts sur place, à bientôt!

claire

excellent exposé...

Signaler
Beeroot
Il y a 9 années
Félicitations pour cet exposé didactique sur le palu.

Ayant pas mal bourlingué en Afrique, je souscris aux idées et réflexions exprimées ici.

Je n'y mettrais qu'un petit bémol toutefois: en discutant avec Gérard Wartraux à la ferme de Djibelor, il ne semble pas que la culture de l'artémésia soit aussi simple et exploitable qu'en Asie: les plants sont beaucoup plus petits et il en faudrait d'énormes quantités cultivées (en Afrique) pour que la prophylaxie à partir de cette plante soit délivrée en quantité suffisante et à un prix local modique.

En attendant que soit développée l'information... et la plante, il y a toujours les moyens de préventions qui peuvent être utilisées, souvent via les ONG: moustiquaires imprégnées (prix unitaire au détail 4500 cfa), anti palu type ALAXIN Plus à 1600 cfa, ou le Co-Arinate à titre curatif au prix de 4600cfa. (j'ai cité ces médocs dans un post au dessus).

artemisia

Signaler
pas44
Il y a 9 années
peux t on avoir l adresse excacte du centre qui cultive et qui vend ? artemisia a m bour je dois my r endre bientot et est ce compatible avec alaxin plus que je pense prendre sur place comme traitement merci

conseils douteux...

Signaler
Dr I. Hiesse
Il y a 9 années
Beaucoup d'informations erronées ici et affirmées avec beaucoup d'assurance !
Je suis très choquée sur la banalisation de la crise de palu (en l'occurence le Falciparum est responsable des encephalites palustres mortelles ,très fréquent en Afrique de l'Ouest) et par la façon de dissuader les voyageurs de prendre une prophylaxie adaptée en diabolisant les produits.
La stratégie la plus pertinente est de prendre une prophylaxie adaptée et non pas de soigner la crise ;les vomissements sont fréquents alors et le risque de vomir le traitement évident.
Ceci étant,chacun est libre dans la gestion de sa santé,une fois qu'il est correctement informé ...
Dr I. Hiesse
Praticien attaché Hopital-responsable d'un Centre de Vaccinations Internationales.

continuez de vacciner,nous nous SOIGNONS (curatif)

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
informations erronées? Les etudes de l'OMS se dirigeraient donc vers la mauvaise voie je suis ravi de trouver quelq'un de plus competent que tous ces medecins travaillant sur le terrain.C'est cela le gros probléme du palu,l'approche d'un medecin de famille,d'hopital ,d'un centre de vaccination internationale (je connais certains medecins responsable de ces centres en France qui n'ont jamais mis les pieds une seule fois en Afrique!)Et je crois surtout que certaines personnes un peu sur le recul se cachent derriére de nouveaux pseudos.
Pour revenir serieux allons points par points.Je crois que vous devriez relire mon mail precedent,je detaille en effet le faciparum comme la plus severe des formes , à traiter le plus rapidement possible.Ce n'est pas le paludisme que je banalise mais l'aspect preventif dont se delecte les medecins en France.Le plus souvent ils se contentent de consulter leurs fiches: "C'est ou le Senegal?quelle zone??? tu prendras de la malarone mon fils"
je travaille depuis 20ans en AFrique chargé par le PNUD de la mise en place de politique sanitaire.Je ne sais pas combien d'accès palustres vous avez pu constater,et combien de fiche de deces vous avez pu signer: Moi j'en suis à plusieurs milliers...Dans les petits hopitaux de brousse,de kedougou,du fouta,du sine,du fleuve,je travaille au plus près des malades.
Lorsque vous parlez d'informations erronées il faut savoir que le vomissement est un des signes de l'evolution aggravante de la maladie .C'est dejà un palu que vous avez laissé trainer et qu'il faudra traiter par perfusion.Vous croyez sans doute monsieur que l'on perfuse des senegalais à la queue leu-leu chaque année?Bien evidemment que non parce que les premiers signes ne sont pas le vomissement.La plupart des gens sont traités sans probléme par comprimés ou par injection pour une action rapide.Il faut faire attention à ce que l'on dit et en matiére de palu rien ne vaut l'experience du terrain.Bon nombre de petits infirmiers de dispensaire se revelent plus competent que certains medecins en Europe.Ils analysent très vite la crise et savent adopter le traitement approprier.
Je n'ai jamais interdit de prendre des antipaludeens à titre preventif.Mais je souligne la verité des effets nefastes de ceux ci lors d'une utilisation prolongée.Consulter les derniers bulletins sur les analyses avant traitement et celles après un sejour d' un mois en Afrique (1 semaine de prise avant,4semaines sur place,1 semaine au retour) et vous serez effarés: bilan sanguin,ECG,bilan du foie......
Je ne parle pas bien sur d'un sejour d'une semaine à l'hotel meridien en chambre climatisée.Votre reflexion stigmatise un peu le frein qui est mis à la lutte anti palu.Lutte qui ne doit s'articuler aujourdhui qu'en deux points: GENERALISATION des moustiquaires,repulsifs,traitement des zones fortement infestées en moustiques.Et deuxiemement, GENERALISATION de l'artemisia.C'est cette politique monsieur qui est developpée aujourdhui au sénégal ,au cameroun et un peu partout en afrique.Connaissez vous monsieur le nombre de morts chaque année du palu en Afrique?Pourquoi ne proposé vous pas de GENERALISER VOS ANTIPALUDEENS à titre preventif?
Nous connaissons dejà les effets de cette mesures.
" de prendre une prophylaxie adaptée en diabolisant les produits. "PERSONNE ne parle de diabolisation mais bel et bien de verité.Verité concernant les risques de ces produits sur la foie,l'audtion et la vue,lors d'une utilisation prolongée.
Vous savez selon votre theorie ,on pourrait choisir le mois ou nous constatons le plus de malades dans nos dispensaires(parce que nous tenons des stratistiques et voyons des malades chaque jour monsieur et pas en photos).Allez tiens nous prenons Septembre et nous decidons chaque année de faire prendre à toutes ces populations un traitement preventif de 3 semaines afin d'eviter meme quelques milliers de morts!Monsieur soyez serieux nous connaissons les realités et nous savons quelles consequences cela aurait.
Pour conclure , une personne prenant sa malarone n'a aucune certitude à 100% de ne pas attraper le palu (serez vous d'accord sur ça)Parce que moi je peux vous citer bon nombre de touristes que j'ai consulté à l'hopital principal de dakar , avec la boite de malarone dans le sac à main, et declarant "je ne penses pas que cela soit un palu,j'ai pris ma malarone,cela doit etre une grippe,une hepatite ou je ne sais quoi!" Par contre monsieur,ce que je sais,c'est que tous les patients senegalais qui se sont présentés dans mon dispensaire dès les premiers signes du palu,et qui ont été traités par des molecules curatives d'arthémisia ont TOUS eté sauvés.
DERNIER BULLETIN DE L'OMS SENEGAL-MALI de JANVIER 2008: 95% de guerison.Ca c'est la réalité CONSTRUCTIVE.
Peut etre que si vous suiviez regulierement les dernieres publications de l'OMS etes vous au courant du nombre de décès du à un antipaludeen, LE LARIAM au cours de ces 20 dernieres années.....PREVENTIF?????????
J'ai moi meme connu durant l'année 1996 au Cameroun, 8 morts d'EUropeens du à un traitement preventif au LARIAM.Qu'auriez vous dit à ces personnes?Qu'ils vont attraper le palu s(ils ne prennet pas leur lariam?Le plus triste monsieur,c'est qu'il y en a beaucoup sur les 8 qui seraient rentrés sans soucis en France sans avoir pris ce traitement.
Nivaquine sans soucis?Paludrine sans soucis?Malarone sans soucis?J'ai connu toutes ces epoques et toutes les politiques de lutte sur le terrain.Pouvez vous le CERTIFIER lorsque vous signer l'ordonnance.
Il ne s'agit pas de generaliser et c'est ce que je vous repproche: Reconnaissez la verité sur les risques de ces produits lors de sejour depassant deux semaines!
Vous avez signé à l'epoque les ordonnances de nivaquine,puis plus tard de paludrine? Vous connaiseez les resultats aujourdhui 20 ans après de la politique de prevention du palu avec de la nivaquine sur la santé des individus principalement des femmes enceintes et des jeunes enfants en Afrique?UN DESASTRE reconnu publiquement par toutes les autorités et par l'OMS.Souhaitons qu'il n'en soit pas de meme dans 20ans....

pour beeroot

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
bonjour,
Je suis toujours intéressé par les témoignages de terrain, c'est selon moi la seule réalité qui compte.Ton commentaire sur l'artemisia est juste,c'est le gros probléme que nous essayons de resoudre aujourdhui.Notamment tirer le maximum de principe actif de cette plante.L'objectif bien sur est une lutte localisée,villages par villages.A chacun ses plants d'arthemisia.Au Cameroun au Sénégal nous menons des projets pilotes sur cette plante,augmenter sa productivité,son rendu.Nous etudions tant la qualité du sol,que le degré d'humidité adequat,la culture protégée sous serre.......En tout cas les resultats des traitements de crise de faciparum aigu, sont exceptionnels: plus de 95%.cette plante est un veritable espoir pour toute l'AFRIQUE mais necessite encore beaucoup de travail je te l'accorde.Parfait pour les medicaments ,le coarinate est celui que je prescris avec une efficacité redoutable.

2 cas d'ecole concernant l'aspect preventif

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
Pour bien comprendre l'approche differente entre un médecin exerçant en France et un medecin de terrain en Afrique,voici deux exemple:
Prenons 2 personnes qui se presentent dans le bureau d'un medecin d'un centre de vaccination à Paris.La premiére de ces personnes declare vouloir partir une semaine de vacances au Sénegal.Le medecin lui parle de l'aspect preventif,regarde la zone,et lui prescrit de la malarone.En revanche pas de developpement et pas de prescription pour une boite d'un traitement curatif!
10mn après arrive une autre personne ,qui elle part pour travailler dans l'humanitaire au Sénégal pour une durée de un an.Et là quelles prescriptions?? "pour un sejour aussi long vous ne pouvez pas prendre de preventif,le palu est une maladie dangereuse et qui tue,aussi je ne saurais trop vous conseiller d'eviter les piqures de moustiques,d'utiliser une moustiquaire,des repulsifs."Le medecin en question développe les aspects du paludisme,les signes et la manifestation de la maladie et comment la TRAITER CURATIVEMENT.
2 poids ,2 mesures, etonnant non?Lorsque l'on dit que prendre un antipaludeen à titre preventif n'est pas une certitude,une obligation,on crie au scandale,"comment peut on mettre la vie d'une personne en danger devant cette maladie mortelle?""Je ne comprends plus.Y a t'il une vie qui IMPORTE PLUS;Le pronostic VITAL est engagé pour la premiere pas pour la deuxieme personne?!Cela montre bien l'absurdité du systéme preconisée en Europe.On trouve bizarre de laisser partir la premiere personne sans sa boite de malarone,et pas la deuxieme?Nous sommes des milliers d'EUROPEENS à vivre toute l'année en Afrique sans TRAITEMENT PREVENTIF.Nous avons une crise de Palu......Nous nous soignons et nous sommes toujours là!
Nous ne prenons pas le risque de nous pourrir la santé avec des traitements preventifs lourds et terrible pour l'organisme sur la durée.
Notre vision est simple ici en Afrique: Pourquoi tous ces medecins ne developpent pas plus tot,la description du paludisme,l'apparition des signes,sa manifestation et surtout comment le traiter curativement en prescrivant une boite curative à utiliser en cas d'urgence.Il est bon de preciser certaines verités: lorsque vous etes en Afrique,que vous etes pris d'une fievre de plus de 40 et de maux de tete violent: SANS HESITER commencer le traitement curatif.Soigner un palu c'est une question de jour parfois d'heures ,plus il est pris tot avant son developpement ,plus vite on se dirige vers une guerison rapide.C'est cette politique que nous pratiquons ici : lorsqu'un patient senegalais se presente au dispensaire avec ces symtomes ,pensez vous que nous allons attendre de voir l'evolution,non!Nous engageons tout de suite.
Ne nions pas le fait des effets sur l'organisme des preventifs pris à long terme: c'est une realité.Ne nions pas egalement les effets secondaires chez beaucoup de personnes de ces preventifs: lariam,paludrine en son temps,malarone....Quand je vois des medecins s'offusquer sur ce site: "Vous etes sur?Pourtant elle est bien supportee,vous exagerez là!",cela resume bien leur attitude.Entre un curatif à 6 euros et un traitement lourd preventif à plus de 100 euros, leur choix est vite fait!Il suffit de regarder le nombre de post sur ce site ,denoncant les effets secondaires de ces preventifs,temoignages direct de touristes rentrant d'Afrique....Tous des menteurs??
Il faut comprendre une chose LE PALUDISME FAIT PARTIE DE L'AFRIQUE.C'est livré cadeau dans le pack.Le seul moyen réel pour ne jamais attraper le paludisme est de ne jamais y mettre les pieds.Interrogé un Sénégalais de 50 ans aujourdhui et parler lui du palu: Il vous racontera sa premiere crise,celle ou son fils ainé a failli y passer,celui de sa femme l'année passée.....On vit avec, chaque famille vit ,pense et comprend le palu,sans crainte de le voir venir et de l'affronter. "DAFA SIBIRU" c'est le palu!
Attraper le palu cela n'est pas attraper une maladie à l'issue irremediable.Bien detecté et bien soigné on le soigne sans probleme.La realité est surtout une relalité economique ici.Devant le peu de moyens beaucoup de personnes ne prennent pas leur medicament faute d'argent, je vois souvent des gens venir au dispensaire très affaibli,souvent trainé par un membre de leur famille.Si je leur prescrit devant leur palu avancé,un traitement de 8 perfusions à prendre,je les vois prendre leur premiere bouteille,sortir disant revenir demain matin pour continuer..... et ne plus revenir.Connaissez vous le prix de tous ces medicaments,ces injections ,ces perfusions?Connaissez vous le poids economique du paludisme sur le budget des familles au senegal ?C'est enorme.C'est pour cela que l'alternative de l'arthemisia est un espoir enorme.Offrir la possibilité à moyen terme à chaque senegalais de se traiter avec 500 fcfa.

equipement dispensaire

Signaler
Thierry Dufour
Il y a 9 années
Bonjour Patrice .

Pourriez vous m indiquer l endroit ou l on peut se procurer les doses d arthemisia afin d en faire bénéficier un petit dispensaire dans le Sine Saloum .

Cordialement
Thierry

Prévention palu

Signaler
Dr I. Hiesse
Il y a 9 années
Je suis surprise par votre ton agressif ,à la limite de la courtoisie.
Peut-être avez-vous des comptes à règler avec certains médecins exerçant en France....Comment pouvez-vous décrire de façon si stéréotypée nos modes de prescription ,et ce avec un tel mépris ?Qui vous dit que nous n'expliquons pas à nos voyageurs la physiopathologie du palu ?
Je respecte votre activité,alors ,de grace un peu d'humilité et de déontologie !
Ni vous ,ni moi ne tenons le monopole du savoir...
Oui je connais l'Afrique (Mali entre autre) ,oui j'ai soigné des crises de palu aussi (moins que vous !).Non je ne prescris pas la Malarone de façon aussi primaire que vous le décrivez et moi aussi j'insiste sur les répulsifs et les moustiquaires imprégnées
Je vous remercie de noter que je suis une femme et d'éviter votre" Monsieur" un peu théatral lorsque vous m'interpelez !
Confraternellement,
Dr I. Hiesse.

pour thierry et toutes les personnes desireuses de trouver de l'arthemisia

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
bonjour thierry,toujours heureux de trouver des personnes desirant s'investir dans la lutte contre le paludisme au coté des populations.Travaillant pour le PNUD je suis au souvent au contact des ONG de terrain tant au senegal qu'au Cameroun.L'ONG Enda Tiers-Monde fourni un travail exemplaire.ONG du SUD crée à dakar par Jacques Brugnicourt,elle agit au plus près des populations pour un travail de proximité.Son entité "MADESAHEL" methodes appliquées au developpement du sahel" est installée à mbour,quartier grand mbour,derriére l'hopital ,non loin de l'hotel TAMALODGE.Le centre s'appelle "centre SEYDOU NOUROU TALL".Le fondateur de madesahel ,le professeur Hervé de Lauture aujourdhui à la retraite est un grand ami,40 ans d'Afrique au compteur,specialisé en medecine des plantes et autrefois professeur de medecine à l'université de dakar.Le nouveau directeur le medecin colonel SY est un homme courageux et volontaire ,ouvert à tous les projets constructif concernant l'arthemisia.Vous pouvez vous rendre directement sur place et demander à prendre rendez vous avec le docteur SY ou alors vous rendre directement sur le site d'ENDA et cliquer sur le lien vers ENDA MADESAHEL.
amicalement
www.enda.sn

Merci pour les renseignements

Signaler
Thierry Dufour
Il y a 9 années
Merci pour le message nou spasserons a Mbour le 27 novembre .
Je vous avais envoye un message privé hier apres midi .

Cordialement
Thierry

C est parti !!!!!!!

Signaler
Thierry Dufour
Il y a 9 années
Merci Patrice .
Nous venons de prendre contact via email a Mbour .
De plus ton message avec l adresse de Enda , nous a permi d entrer en contact avec le responsable de l hydraulique , car la aussi nous avons de gros probleme . Le village n a PLUS accés a l eau potable depuis que le dessalinisateur est tombé en panne ...................... naturellement personne ne veut s engager a faire réparer ce systeme a osmose inverse , systeme tres onéreux installé il y a 10 ans par les japonais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Cordialement
Thierry

enfin un message clair

Signaler
Aircrow
Il y a 9 années
Merci Dr Hiesse pour vos clarifications concises, précises et modestes - loin d'être inutiles sur ce forum... Je retourne en Afrique de l'ouest en juin et confirme que l'approche des médecins et CVI est effectivement plus fine que certains posts le sous-entendent.

Invitation pour connaitre l Arthemisia

Signaler
Thierry Dufour
Il y a 9 années
Bonjour , jepense qu il vaudrait mieux éviter les polemiques m certainements que tout les interlocuteurs de ce forum veulent et pensent apporter leurs connaissances . Alors restons calme , il me semble que le probleme du palu , mais aussi de bien d autres maladies est bien plus important .

Le phenomene arthemisia m interraisse largement , en faisant quelques recherches j ai trouvé ces 3 sites que je vous invite a visiter .
Pour notre part , nous commencerons a cultiver l arthemisia dans le village de Djinag Bara en esperant juste que cette plante supporte les sols saumatres .

http://www.acp-paludisme.org/
http://www.mediplant.ch/francais/artemisia.html

Restons calmes et que chacun partage ses connaissances en respect avec l autre .

Cordialement
Thierry

message clair pour aircrow seulement!

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
bonjour,interessant de voir une personne s'offusquer d'un manque de courtoisie alors que sa reponse dans le mail precedent n'est pas pour le moins "cordial" rien que dans le titre....Et alors là le clou c'est avec la deontologie.Nous vivons dans la deontologie ici chaque jour,quand à l'humilité ,il faut relire votre post ,cela n'est apparemment pas votre qualité premiére.
Dans le monde medical asseptisé français certaines verités font mal aux oreilles,elles sont pourtant les verités du terrain,celles des organismes de santé travaillant en Afrique et c'est sans doute cela l'essentiel.
"Qui vous dit que nous n'expliquons pas à nos voyageurs la physiopathologie du palu ? " Au debut des années 2000 je consultais à l'hopital principal de dakar, et tous les touristes de passage que je rencontrais ne connaissaient rien des manifestations du palu ni des traitements d'urgence curatif à prendre en cas de crise.C'est un fait.Que prendre?A quel moment?Pendant combien de temps?Pourtant ils avaient consultés leur medecin de famille avant le depart et avaient leur traitement preventif en poche.
Je ne reviendrais pas encore une fois sur toutes les politiques preventives menées en afrique et aujourdhui abandonnées.Ces politiques ont eu deux effets negatifs: affaiblir les defenses immunitaires des individus,atteindre leur santé et SURTOUT provoquer une mutation du paludisme qui est devenu resistant.Ou est la nivaquine aujourd'hui?Ou est la savarine aujourdhui? Et ou se trouvera la malarone demain?Le sénégal est monté de deux categories de zone de resistance en 20 ans pour quelles raisons???
L'echec des tentatives de traitement preventif du palu,me concerne directement.Il nous empeche de travailler efficacement d'un point de vue curatif avec des souches de plus en plus resistance,l'obligation de donner des traitements de plus en plus lourds.Obligeant la recherche à se tourner vers l'elaboration de nouvelles molecules pendant que chaques mois des milliers de personnes decedent.
Comme le dit si bien Thierry sus à la polemique!De toute façon nous ne serons jamais d'accord et heureusement.Heureusement que nous sommes là chaque jour sur le terrain,365 jours par an.Nous en Afrique à mener cette guerre contre le palu,et vous en Europe a soigner les angines , les gastroanterites et à prescrire de la malarone pour aircrow...lol..Aircrow avait disparu du forum et je m'inquietais pour sa santé.
"Peut-être avez-vous des comptes à règler avec certains médecins exerçant en France" Non aucun compte en particulier , une petite pensée emue seulement pour les medecins ayant prescris du lariam après un bon ECG en regle à nos 8 compatriotes décédés au Cameroun.Je léve mon verre à leur santé et les invite bien sur à decouvrir l'Afrique.....en s'autoprescrivant du lariam bien sur! Chose bien sur qu'ils ne feront pas....
J'ai reçu enormement de mail d'encouragement pour le travail realisé sur le terrain,par TOUS les personnels de santé présent au Sénégal, dans ma boite,je vous remercie tous en leur nom.Egalement beaucoup de mails concernant l'arthemisia, cela denote d'une prise de conscience generale aujourdhui qui n'est pas pour me deplaire.Je vous invite donc tous à vous mettre en rapport avec madesahel qui s'aura vous orienter dans vos recherches et vos projets.Leur centre se trouve à grand-mbour derriére l'hopital.

réponse Patrice

Signaler
Dr I. Hiesse
Il y a 9 années
Mais pourquoi diable êtes-vous venu me solliciter sur mon forum !?
J'espère que vous vous sentez mieux après avoir déversé votre aigreur, et votre rancoeur à l'égard de certain médecins !
Vos explications sur les résistances du palu me font douter de vos sources,vous ne faites aucune allusion à la prémunition des individus qui vivent en zone d'endémie palustre et aux non-immuns qui séjournent et/ou reviennent dans leur pays.
Vous oubliez (ou ignorez peut-être) l'usage de la Doxy,alternative excellente à la Malarone à très bas coût et remboursée,qui prévient en même temps du choléra.
Je vous rappelle qu'il y a de nombreux Africains vivant en France et qui retournent au pays avec leurs enfants (96% des palu d'importation que nous soignons en France sont d'origine africaine par manque de prophylaxie).
Vous menez une lutte de terrain efficace et reconnue ,je vous en félicite.
Je cesse cette polémique stérile et ne répondrai plus à vos vomissements agressifs à mon égard.
Dr I. Hiesse
Commission Pédagogique de la Société de Médecine des Voyages (SMV).

palu algide

Signaler
janine jirou
Il y a 9 années
Patrice


Je suis loin d’avoir tes compétences que je salue (et suis bien d’accord sur à peu près tout) mais je ne crois pas complètement inutile de compléter tes « exposés » ça peut servir à d ‘autres.

Je « traine »au Sénégal depuis 9 ans . Pour ma première crise de palu j’ai eu de la chance : un peu de fièvre mais pas de symptômes classiques, juste de temps en temps de très bizarres nausées partant du bas de l’abdomen.
Comme j’étais « perdue » dans le parc du sine saloum, les médecins les plus proches étaient ceux du village de Dielmo, alors centre de recherche de l ‘institut Pasteur. Ils m’ont immédiatement fait « une goutte épaisse » qui décelait une « très jolie infestation » ont ils dit . Ils m’ont prescrit un traitement de piqûres .Exit le falciparum !
Mais j’ai eu moins de chance à Nantes un an après.
Rentrée depuis 15 jours, je commence un dimanche après midi à avoir mes nausées bizarres. Pas la moindre fièvre mais prudente, je me pointe au CHU où il y a un service concernant les maladies tropicales pour faire faire une goutte épaisse. Ah non, me dit la fille de l’accueil ,il vous faut une ordonnance d’un médecin généraliste.
J’ai beau arguer que je ne me sens pas très solide , que trouver un dimanche après midi un toubib qui connaisse quelque chose au palu n’est pas facile, que pas un labo privé n’est ouvert, et que de toutes façons dans mon cas c’est la première chose à vérifier…..rien à faire.
J’ai dû aller aux urgences. Comme je n’avais pas l’air malade, ils ont d ‘abord soigné les accidentés de la route et fait attendre 3 heures et demie.
Et là, la charmante dame qui m ‘a prise en charge ne croyait pas du tout au palu parce que ma température était tombée à 35°8 . Devant mon insistance , car je suis têtue, elle a quand même fait faire une goutte épaisse (par le service des maladies tropicales évidemment)
A nouveau très « jolie infestation au falciparum .Elle décide de me soigner au lariam. Je dis que je ne souhaite pas prendre ce médicament et que je préférerais l’halfan ., que j’avais même fait un examen cardiologique six mois avant pour être sûre que je pouvais. Rien à faire et entre le palu et le lariam, j’ai dû me plier au lariam à raison de 8 ou 12 ?en 24 heures .
Les toubibs de Dielmo m’ont expliqué plus tard que j’avais fait un palu algide , rare mais en général assez mauvais et que j’avais fort bien fait d’insister.

merci pour cet exposé sur le palu

Signaler
jannick
Il y a 9 années
bonjour,
Félicitations pour cet exposé brillant sur le palu, patrice,auquel j'adhére totalement.Je viens au Sénégal depuis 13ans, d'abord comme touriste,j'ai une maison sur la petite cote depuis 2002.Comme Janine je tiens à apporter un petit témoignage montrant l'absurdité du systéme médical en France et leur capacité à discerter sur le palu.Lors de l'un de mes voyages,je reviens en France et une semaine après une fiévre se declenche.Je file aussitot chez mon médecin traitant.Je lui explique que je reviens d'afrique.L'afrique me dit il!aaaaaaaaaahh! Avez vous pris un préventif? Bien sur lui dis je(!A l'epoque de la Savarine).Vous en etes sur???Résultat hospitalisation directe.J'arrive donc à l'hopital Manchester à Charleville Mézieres chez moi dans les Ardennes,(centre de vaccination et des maladies tropicales).Première visite du medecin dans ma chambre:Vous revenez d'Afrique,avez vous pris un antipaludéen preventif?Oui lui répondis je! VOUS EN ETES SUR????
Je suis resté hospitalisé 8 jours.On m'a fait une bardée de tests en tout genre.Le médecin arrive et declare: On va attaquer un traitement contre le Palu dès demain,car actuellement le médicament manque dans notre pharmacie nous avons du le commander.Veridique.Si ce n'etait pas aussi triste on en rigolerait.Qu'aurait elle fait (c'etait une femme medecin) si j'étais arrivé avec un veritable accès palustre.Fin de l'histoire j'ai donc fait 8 jours sans que personne puisse me confirmer que j'avais ou non le palu! Elle m'a meme regarder les dents pour voir si la fiévre ne venait pas de là.Pour finalement me dire quand je sors ,on se sait pas d'ou s'est venu.Un jour elle passe dans ma chambre avec un interne marocain en stage dans cet hopital,le mec était effaré à l'idée que j'ai un palu.
Mon premier voyage en Afrique grand souvenir aussi.Avec la psychose du palu,je me mets à psychoter dans ma chambre d'hotel, je me sens malade,et je décide de commencer un traitement.A l'époque c'était les grandes boites de nivaquine,je regarde la notice à l'interieur pour un traitement curatif,et là quand je vois le nombre de comprimés à avaler à la premiere prise,je suis estomaqué.finalement je ne prends rien,j'avais du juste prendre un coup de fatigue.
Patrice a raison en expliquant que c'est le diagnostic qui fait la difference et la qualité du traitement.Aujourdhui je possede toujours sur moi une boite de traitement curatif achetée dans une pharmacie dakaroise.Si la crise doit se presenter près d'un dispensaire je m'y rendrais pour avoir l'avis d'un medecin local.Si elle doit me trouver en plein desert,j'aurais au moins ma boite.J'attends avec impatience le prochain post de patrice c'est un délice.Surtout après celui de madame hiesse sur les bienfaits du doxy,cela risque de chauffer des braises.Doxy au senegal?mooouuais

soyons pratique

Signaler
loulou-17
Il y a 9 années
Bonjour,
Voilà plus de dix ans que je passe mes vacances au sénégal (15 jours).
J'ai bien connu la savarine qui donne mal à l'estomac, la malarone qui fait trembler, le doxy qui fait rougir et le lariam qui rend fou.
Je n'ai jamais contracter le Palu, je n'ai jamais vu personne en mourir mais j'ai vu des personnes atteintes et je ne tiens pas à l'être.
Cette année, j'envisage d'y passer plus de temps, disons un bon mois(retraite oblige) et me pose la question que bon nombre de personnes se posent :

QUE DOIS-JE FAIRE?

Rester chez moi, surement pas.
ALAXIN PLUS, ARTHEMISIA, CO-ARIMATE, ...
Où les trouver, quelle en est l'utilité, la posologie, ...?
Messieurs et Mesdames les autorités médicales, j'attends votre avis (et pour une fois, évitez de vous engueuler)

Loulou.

que dois tu faire?

Signaler
janine jirou
Il y a 9 années
Lire attentivement tout ce qui a déja été écrit dans ces posts en réponse à tes
questions, réfléchir un peu et te faire une opinion......en n'oubliant pas d'être poli et de dire merci aux toubibs qui se donnent la peine de t'informer.

"Homo Homini Curator " mais j'ai un doute sur une personne.....

Signaler
mickael08
Il y a 9 années
Bonjour à tous les lecteurs de ce forum.La polemique si elle a lieu se doit d'etre constructive,et voyons.....allons-y! Je ne resiste pas à en remettre une couche devant tant d'inepties de la part de madame hiesse.Procedons dans l'ordre:
"Vos explications sur les résistances du palu me font douter de vos sources"Je noterai au passage que cette madame n'a de son coté aucune source,mais se permet tranquillement de balancer des phrases insidieuses.Je suis ravi d'apprendre que cette madame est plus COMPETENTE que l'OMS dont elle devrait lire les publications regulieres sur les echecs des politiques preventives passées.Tous les chiffres,tous les bilans viennent d'ORGANISMES OFFICIELS: Ministére de la santé du Senegal,IRD institut de recherche et developpement,CENTRE des GRANDES ENDEMIES de dakar,PNUD et OMS....Madame Hiesse en connait plus que tous ces organismes de terrain,organismes qu'elle denie et regarde de haut.
Citons l'OMS dans son dernier bulletin FEV 2008:
"L’Organisation Mondiale de la Santé devant le desastre de toutes les politiques preventives menees en Afrique,notamment le desastre sanitaire de celle à base de choroquine,entend desormais mettre en place une nouvelle politique sanitaire efficace.L’Organisation Mondiale de la Santé ne recommande plus l’utilisation d’une chimioprophylaxie antipalustre pendant la grossesse mais un programme intégré comportant le traitement préventif intermittent (TPI) par de associations médicamenteuses contournant le problème des résistances (sulfadoxine-pyriméthamine , associations comportant un dérivé de l’artémisinine…), l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticides, la prise en charge individuelle des accès palustres et le diagnostic et traitement de l’anémie."
ENCORE:"L’abandon de la chloroquine et des systemes preventifs à large echelle ainsi que l’introduction des combinaisons thérapeutiques ont été largement débattus à l’OMS et à l’INRSP lors de la journée africaine du paludisme, le 25 avril 2007.

Les acteurs de la lutte contre le paludisme ont célébré la journée africaine dédiée à cette croisade en organisant des conférences au siège de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS-Mali) et à l’Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP), le 25 avril dernier."


Depuis 20ans que suis je present en Afrique,TOUTES les preventions ont échoué, tous les chercheurs le reconnaisse,et meme l'OMS se trouve obligé de plaider coupable.Les tentatives dans certains pays sur les enfants de 5-10ans ont échoué, les politiques preventives continues et massives concernant la femme enceinte et les jeunes enfants de moins de 5ans ont été un désastre.Désastre reconnu aujourd'hui par toutes les autorités scientifiques.Nous avons mis 18 mois de colloques,de seminaires,de reunnions pour trouver une nouvelle alternative à cet echec,que vous déniez madame.18 mois pour comprendre que donner un traitement continu à une femme einceinte etait une abération pour elle et son enfant.18 mois de palabre pour mettre en place l'idée d'une prevention intermittente chez la femme enceinte: Avec un plasmodium isolé et reconnu,des medicaments allégés dans le dosage et la durée.Et surtout un choix correcte des molecules afin de NE PAS CREER DE pharmaco-resistance du PALU.Cette resistance du faciparum du AUX TRAITEMENTS PREVENTIFS INADEQUATS, reconnue aujourdhui par toutes les instances insternationales SAUF VOUS.
A tel point que la mise en place de ce programme pour femme enceinte auquel j'ai participé à choisi l'association avec un derivé de cette fameuse plante chinoise,vecteur d'espoir comme base de traitement.Pourquoi?Tout simplement parce que jusqu'à present cette molecule offre le plus de garantie contre une mutation et une RESISTANCE du faciparum!
Je ne suis pas contre l'idée d'un systeme preventif mais contre l'idée que vous vous en faites et que vous vous nous imposer loin,très loin de la realité africaine.UN SYSTEME PREVENTIF doit repondre à 5 critéres:
-Il doit bien localiser et cerner la souche de plasmodium incrimée suivant la region,la zone infestée et la population.
- Il doit etre sans EFFETS SECONDAIRES NOTOIRES( des effets que vous semblez largement ignorer)
-il doit garantir l'integrité et la santé de la personne APRES TRAITEMENT PROLONGE.Et donc ne pas presenter de risques neuroleptiques,psychiatriques,neurologiques....
-Il doit etre d'un prix abordable pour TOUTES les populations.
-Et enfin le plus important: l'association des molecules de ce traitement ne doit pas permettre une RESISTANCE du plasmodium incriminé à terme.
Le systéme preventif que vous preconisez:Lariam,savarine par le passé,DOXY,MALARONE,ne repond à AUCUN de ces critéres.......

Continuons."vous ne faites aucune allusion à la prémunition des individus qui vivent en zone d'endémie palustre et aux non-immuns " Madame connait apprament beaucoup de choses elle doit avoir beaucoup de livres à la maison.Bien evidemment je n'ai pas pu PARLER DE TOUT.Il me faudrait faire une centaine de posts.Ce post ci etait sujet sur l'arthemisia et son utilisation preventive.Ce post s'adresse à des français desireux de venir au sénégal.Le caractere de la premunition n'est valable que pour les populations africaines de SOUCHE,residant en Afrique.Pas pour les touristes de passage ni les residents europpeens.DONC HORS SUJET.C'est marrant cette habitude de balancer des petites phrases insidieusement,lorsque l'on se trouve un peu isolée.En evoquant ce sujet ,pensez au moins à le developper et à l'expliquer à nos lecteurs:
En zone d’endémie (pays touchés en permanence), les individus développent une immunité partielle appelée «prémunition».
Certaines personnes ne présentent qu’une prémunition faible ou en sont totalement dépourvus : les enfants en bas-âge, les femmes enceintes et l’embryon, les personnes affaiblies par certaines maladies (notamment le VIH/sida), les personnes qui passent d’une zone de paludisme instable à une zone de paludisme stable et les sujets dits «neufs» tels que les expatriés du Nord.
L’enfant de moins de cinq ans est susceptible d’être gravement touché. Les conséquences sont dramatiques, avec des séquelles neurologiques (troubles de l’apprentissage, de la mémoire...), des anémies majeures, etc...
Les femmes enceintes sont les adultes les plus exposés. La grossesse diminue la prémunition. Le paludisme est une cause d’anémie chez la femme enceinte et chez l’enfant, il est une cause de faible poids de naissance, de naissance prématurée voire de mortalité infantile.
Dans les régions où le paludisme est hautement endémique, les personnes sont tellement souvent infectées qu'elles finissent par être naturellement immunisées (" immunité acquise ") et tolèrent le paraiste, généralement après de nombreuses années d'infection chronique. Elles sont alors des porteurs asymptomatiques du parasite.


Après nous avoir vanter les merites du malarone voici le doxy.Bien que sa prescription pour le Senegal soit très recente, connaissez vous ses effets secondaires madame?La photosensibilité cela vous dit quelque chose?La mise en garde"EVITER DE TROP LONGUES EXPOSITIONS AU SOLEIL" egalement.Je penses que bon nombre de touristes venant au senegal une semaine dans un hotel au bord de mer viennent pour le soleil,la plage,un minimum de bronzette quoi! Vous les conseillez d'allez bronzer avec UNE PARKA?????
Encore quelques chiffres et quelques etudes precises ,d'ORGANISMES RECONNUS sur les antipaluddeens preventifs.Etude INCONNUE pour madame hiesse:
EFFETS INDESIRABLES DES ANTIPALUDEENS
Angles A. et coll. La Presse Médicale 2003; 32(3): 106112

L'article rapporte les résultats de l’exploitation des données de la base nationale française de pharmacovigilance (obtenues entre le 1996 et 2000). Les effets indésirables sont classés comme graves dans 41,4% des cas, ce qui peut s ‘expliquer par une meilleure notification des effets graves. Sans préjuger de leur gravité, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés concernent les effets cutanés (17,5%) , neurologiques (16,5%), psychiatriques (15,2%), gastro-intestinaux (13,1%). Les troubles cardiovasculaires, hématologiques et hépatiques représentent chacun moins de 10%.

Avec l’association chloroquine-proguanil (Savarine*),
les atteintes cutanées sont en première ligne (28%) avec principalement éruption cutanée, prurit, desquamation et alopécie.
Les troubles neurologiques (14%) sont à type de convulsions, neuropathies, vertiges, céphalées.
Les troubles psychiatriques (10%) sont graves dans 56,3% des cas et surviennent plus fréquemment chez l’homme (72,2%) avec un délai d’apparition moyen de 16 jours (extrêmes 1 – 70).
Concernant la méfloquine (Lariam*),
les effets indésirables les plus fréquemment notifiés sont les effets neurologiques. On note que les effets neurologiques arrivent en tête lors de chimio-prophylaxie.
Les effets psychiatriques. Le délai moyen d’apparition des troubles psychiatriques est de 14 jours lors de chimio-prophylaxie versus 4 jours en traitement curatif.
Les effets rapportés à la quinine sont dominés par les effets cochléo-vestibulaires et neurologiques.

L’halofantrine (Halfan*) est impliquée principalement dans les atteintes cardiovasculaires (26%) prédominant chez les femmes (multiplié par 3,6 dans cette étude), hématologiques (21%), hépatiques (13%) et rénales (8%).

Les auteurs soulignent que le profil des effets indésirables des médicaments anciens (chloroquine, quinine) apparaît bien évalué mais que les données comparatives du rapport bénéfice/risque des médicaments plus récents restent insuffisantes.
Ainsi leur travail a montré un nombre important de troubles psychiatriques liés à l’utilisation de Savarine.

Dont acte.Des etudes sont actuellement en cours sur l'utilisation de la malarone et du doxy,deux jeunes medicaments utilisés en Afrique suite à la resistance developpée du aux traitements anterieurs.Nous n'avons pas encore le recul necessaire,mais de toutes les etudes tests qui arrivent sur mon bureau:Deux choses ressortent.La malarone developperait des chimioresistances diverses.,quand au doxy les risques liés à l'exposition au soleil seraient d'un niveau aujourdhui largement sous evalué.
DES FAITS rien que des faits.Des chiffres ,des etudes,des analyses faites par des gens competents que vous regardez d'un peu trop haut à mon avis.
Moi j'ai juste quelques questions precises:
1- PRESCRIVEZ VOUS OU AVEZ VOUS PRESCRIS DU LARIAM? reconnaissez vous ses effets secondaires et les risques epileptiques notamment? OUI ou NON
2- RECONNAISSEZ VOUS LES EFFETS SECONDAIRES DE LA MALARONE ET DU DOXY ntoamment les risques à l'exposition au soleil? OUI OU NON
3- RECONNAISSEZ VOUS L'ECHEC DE TOUTES LES POLITIQUES DE TRAITEMENT PREVENTIF DU PALU EN AFRIQUE? OUI OU NON.
4- PRESCRIVEZ VOUS DE LA MALARONE OU DU DOXY A UN JEUNE FRANCAIS PARTANT EN AFRIQUE POUR 6 MOIS? OUI OU NON.
5- INFORMER VOUS TOUS VOS PATIENTS AVANT LE DEPART SUR QUEL TRAITEMENT PRENDRE EN CAS D'ACCES PALUSTRE SUR PLACE EN AFRIQUE?PAR LA MEME PRESCRIVEZ VOUS UNE ORDONNANCE POUR L'ACHAT D'UNE ANTIPALUDDEN CURATIF A UTILISER EN CAS D'URGENCE? OUI OU NON.

Continuons.Et là le clou du spectacle,une petite phrase balancée incognito,le paludisme "d'importation".Là encore elle oublie les chiffres et les references:
je cite source :CNREPIA (Centre National de Référence de l'Epidémiologie du Paludisme d'Importation et Autochtone).

"L'Europe connaît des cas de paludisme dits d'importation. En France, en 1999, plus de 7000 cas ont été rapportés dont une vingtaine de décès : 95 % ont été contractés lors d'un voyage en Afrique subsaharienne"
Encore,
"En France, le nombre de cas de paludisme d'importation, en progression depuis le milieu des années 90, a commencé à diminuer depuis 2001 et 2002 alors que le nombre total de voyageurs vers les zones d'endémie a peu varié. A l'heure actuelle il poursuit sa décroissance annuelle de 6 à 7 % et est estimé à 6 400 cas en 2003 (7223 cas en 2001) par le CNREPIA (Centre National de Référence de l'Epidémiologie du Paludisme d'Importation et Autochtone).

GARDONS CES CHIFFRES EN MEMOIRE EN VOICI D'AUTRES:
Le paludisme en chiffres
- Le paludisme à falciparum tue plus d’un million de personnes par an dont près de 90% en Afrique.
- Le paludisme tue 1 enfant africain de moins de cinq ans toutes les 30 secondes.
- Le paludisme est la quatrième cause de mortalité des enfants en Afrique, devant le sida.
- On dénombre 350 à 500 millions cas de crises de paludisme chaque année.
- Fin 2004, 107 pays et territoires comptaient des zones où il y avait un risque de transmission du paludisme. Environ 40% de la population mondiale vit dans des zones à risque.
- Environ 60% des cas dans le monde, quelque 75% des cas de paludisme à falciparum et plus de 80% des décès par paludisme se produisent en Afrique subsaharienne. Plasmodium falciparum est responsable de la grande majorité des infections dans cette région et de 18% des décès d’enfants de moins de cinq ans
- Dans les pays d’endémie africains, il est à l’origine de 25% à 35% des consultations ambulatoires, de 20% à 45% des hospitalisations et de 15% à 35% des décès à l’hôpital, faisant ainsi peser une lourde charge sur des systèmes de santé déjà fragiles.
- L’OMS estime que 90% des décès liés au paludisme touchent les enfants.
- Chaque année, le paludisme grève la croissance économique de l’Afrique de 12 milliards de dollars, affectant le quotidien de millions d’individus qui privés de leur travail s’enfoncent encore plus avant dans la pauvreté (source : Coalition française contre le paludisme, CP 16 novembre 2006).
- Le partenariat mondial «Faire reculer le paludisme» a chiffré à 3,2 milliards de dollars par an les fonds nécessaires pour lutter efficacement contre le paludisme dans les 82 pays endémiques les plus touchés.
Source : Rapport mondial sur le paludisme, OMS mai 2005

Je me trouve depuis ce lundi dans la région de Tambacounda pour mettre en place la politique sanitaire d'hivernage dans cette région.Pas plus tard que ce matin,j'ai constaté 3 DECES par PALUDISME , dont une fillette de 6ans emportée par un NEUROPALU:Aussi madame vous comprendrez aisément que je n'ai pas le temps ni l'envie de penser à l'INVASION de la France par le paludisme et l'HECATOMBE qu'il réalise là bas,cela me passe très très haut.
TOP!!!!!!!!!!!!!REGARDEZ VOTRE montre 30 secondes viennent de s'ecouler!
Le plus grave dans tout cela ce sont vos certitudes.Avoir des certitudes pour quelque chose que vous ne maitrisez pas ,que vous connaissez mal et dont vous etes très eloignée au quotidien.Mettez un medecin generaliste de France,un responsable de centre ,dans un dispensaire de brousse,loin de tout,donnez lui 100 malades tous atteints d'un accès palustre à des stades divers,de differentes souches.Parrallelement donnez 100 malades à des agents de santé africains meme simplement infirmier de campagne et REGARDEZ!!Madame soyons sérieux ,un peu de décence dans vos propos ne serait pas de trop!
On retrouve le monde medical,l'avis medical OMNISCIENT ,tel qu'il a été decris dans de nombreux posts.Croire connaitre des vérités hors du terrain et vouloir les exporter à tous prix..DENIER tous effets secondaires,tous risques,ne pas oublier la malarone mais oublier de prescrire obligatoirement une boite curative d'Urgence ....C'est cela avoir une attitude responsable.??LES bébés on les fait dormir allongés sur le ventre ou sur le dos????Parce que moi les bébés que je vois dormir debout sur le dos" emballés""dans un pagne ,ils ne m'ont pas l'air malheureux ,non?Vos préoccupations et les notres sont à des années lumieres!
Jeune médecin en France,je suis très vite parti à l'etranger en integrant MSF medecins sans frontiére,puis après avoir beaucoup observer,regarder,et appris de par le monde,je me suis fixé en Afrique ,travaillant pour le PNUD et integrant plus tard,parralelement ,un groupe de recherche pour l'OMS.J'ai toujours appris enormement des Africains faites en de meme...........

ps: Devant les demandes le prochain post sera sur l'arthemisia.Et un autre ,porteur d'espoir enorme, sur nos tentatives realisées au sénégal d'un traitement préventif INTERMITTENT pour les jeunes enfants de moins de cinq ans.Traitement garantissant les 5 aspects developpés en debut de ce post,bien loin des theses preventives developpées par mme HIESSE.
Amicalement.

C'est le lapin Duracell !!

Signaler
Amadou
Il y a 9 années
Patrice, c'est le lapin Duracell...
Quelqu'un sait-il comment le débrancher ?

Eh, bien je remets une couche au risque...

Signaler
regina
Il y a 9 années
de me faire incendier.
Tout d'abord merci à tous pour tous ces rapports, messages et témoignages aussi passionnants que passionnés. Je dois tout de même avouer que ça fait bcp d'infos et je m'y perds un peu, mais je me lance quand même à poser encore des questions quitte à passer pour une cruche.

Tout d'abord j'adhère plutôt à la thèse de Patrice, rien ne vaux l'expérience sur place. J'ai horreur de toute sorte de médicamments car en général (même les plus "anodins" ) provoque chez moi tjs des effets secondaires. Mais je ne suis pas toute seule, j viens au Sénégal avec mes 3 enfants, donc j'ai la responsabilité de faire le meilleur choix. Si j'étais toute seule je ne prendrais rien et ferais surtout du préventif. Mais quand même le préventif . On a tous passé des vacances en Thailande du Nord et Laos avec risque de Palu ou fièvre Japonaise. On avait la Doxy mais, je n'étais chaud de la prendre ni de la donner à ma famille. Donc j'ai abusé de la prévention; vêtements blancs et amples impregnés de permethrine à 6% (Repel Insecte "Tiques et Atoutât " 200 ml 7,90 Euros au lieu de Repel Insecte " Vëtement" à 3 % 100 ml 6,50 Euros.LOL ) plus braçelets au jambes et bras de Mousticare plus à partir de 16 h 30 tropic 5sur 5, plus diffuseur prise la nuit plus clim. On a pas été piqué, mais dans les rizières où les moustiques attaquent sévères, bien sur en dehors de la chambre, les moustiques se posent env. 6 fois et repartent mais finissent par piquer la septième. Donc prévention ça marche mais jusqu'à une certaine limite. Donc je vais faire pareil ,mais j'ai encore tout mon arsenal de Doxy. Alors ma question, est-ce cette fois-ci on prend quand même le Doxy, si j'ai bien compris pas en traitement préventif mais en curatif, pour atenuer la crise ? En me disant d'une part, c'est peut-être le moins (nocif) puisque les ados en prennent sur des années contre l'acnée, (ce que j'ai tjs réfusé pour les miens, mais bon ici je cherche de solutions) ;d'autre part c'est une prévention contre le la typhoide.Mais la doxycycline ne figure même pas dans la liste des antipaludéen !
Et l'Alaxin Plus que l'on peut se procurer sur place, sans ordonnance , c'est quoi comme molecule, est-ce vraiment anodin ?
Qu'en pense Patrice qui est sur place ? ??
Sinon, si on ne prends rien, quels sont les premiers signes du Palu, apparement ce n'est pas tjs une forte fièvre ça peut aussi être ds nausées sans fièvre comme chez janine, quel est le temps d'incubation ? c'est quoi le teste de la goutte épaisse,? Dans la région de Saly où est-ce qu'il faut aller s on a un doûte? Et au retour combien de temps faut-il rester vigilant ?
Je remerçie infiniment d'avance tous ceux qui veulent bien m éclairer

Services voyage