La Valette festive : la dolce vita maltaise

La Valette festive : la dolce vita maltaise
La Valette © Office du tourisme de Malte

En partenariat avec l’office de Tourisme de Malte

Ville d’art et d’histoire, la Valette a également les pieds bien plantés dans le présent et la tête tournée vers le futur. En témoignent quelques bâtiments contemporains, ainsi que les multiples événements et les établissements nocturnes. Cité jeune et cosmopolite, La Valette ne rechigne jamais à faire la fête. Entre ses bars, restaurants et boîtes de jazz, les amateurs de virées nocturnes n’auront que l’embarras du choix. Bonne vivante, la ville se découvre également par le biais de sa gastronomie héritée d’ici et d’ailleurs. Découvrez la Valette version dolce vita.

Une ville qui (se) bouge

Une ville qui (se) bouge
Bridge Bar - © Office du tourisme de Malte

La Valette ne se laisse pas intimider par son somptueux patrimoine. La capitale de Malte, bien vivante et animée, n’est plus la ville-musée, couche-tôt de jadis. Le développement du tourisme et la mise en place d’infrastructures culturelles ont permis à La Valette de se faire une place dans le cercle des villes qui bougent.

Les bars ferment désormais leurs rideaux à des heures plus tardives, la musique jazzy ondule dans les rues et les (sou)rires des noctambules réchauffent l’ambiance dans les rues. Même le cinéma Embassy a joué le jeu en rouvrant ses portes après des années de silence.

Pour un apéritif design, rendez-vous sur la terrasse du branché City Lounge. Pour un verre boogie-woogie, installez-vous derrière une table du Django Jazz bar. Si vous préférez siroter des crus locaux, direction le bar à vins Trabuxu.

Et puis, il y a les concepts originaux comme celui du Is-Suq Tal-Belt, un savoureux mélange de marché couvert et d’épicerie fine niché en plein cœur de La Valette. Premier bâtiment maltais construit principalement en fer, il fût le marché principal de l’île dans une autre vie. Après une rénovation complète, il a rouvert ses portes en 2018 et c’est devenu l’un des endroits les plus sympas de La Valette.

Aujourd’hui, on s’y rend pour admirer son architecture, faire quelques emplettes haut de gamme, manger un morceau dans son food court équipé d’une douzaine de stands ou refaire le monde sur la terrasse. On adore !

Les grands rendez-vous festifs

Les grands rendez-vous festifs
Teatru Manoel © wonguy974 - https://wonguy.com

La fête bat son plein toute l’année dans la capitale maltaise, de jour comme de nuit. Du 1er janvier au 31 décembre, la ville accueille pléthore d’événements aussi divers que variés, destinés aux spectateurs de 7 (ou moins) à 77 ans (ou plus).

Les festivités commencent en fanfare dès le mois de janvier avec le Festival international de Musique Baroque qui programme des concerts au célèbre Teatru Manoel ou dans d’autres somptueux sites historiques de la ville depuis 2013.

La cité enchaîne dès février (ou début mars) avec le Carnaval version maltaise. Puis c’est au tour de la régate d’entrer en scène en mars et au Festival international de feux d'artifice de s’installer dans le Grand Port en avril ou en mai. Grande amatrice de jazz, La Valette lui consacre également un festival au mois de juillet.

Plus d’une vingtaine d’événements d’envergure sont ainsi proposés tous les ans. Parmi les autres manifestations à ne pas rater, le Malta Arts Festival ou plus récemment la Nuit Blanche, cousine de l’édition parisienne. Mais l’une des plus grandes fêtes de l'année reste sans nul doute le festival Isle of MTV (du nom de la fameuse chaîne de télévision) qui ramène chaque été de grosses têtes d’affiches à Floriana, située juste à l’extérieur de la Valette. Vous l’aurez compris, aucun danger de s’ennuyer à la Valette.

Une capitale agréable à vivre

Une capitale agréable à vivre
La Valette © wonguy974 - https://wonguy.com

Du soleil, des températures douces toute l’année, une ville à taille vraiment humaine (comptez 1 heure  pour en faire le tour à pied), des hôtels cachés dans de superbes maisons locales… La Valette incarne à merveille la douceur de vivre à laquelle tout le monde aspire.

Avec le nombre de bars et restaurants installés dans ses rues, La Valette pourrait vous garder à table la totalité de votre séjour. La gastronomie maltaise faisant partie intégrante de l’art de vivre et de la culture locale, on vous conseille de prendre le temps d’expérimenter toutes les variantes de sa cuisine, subtil mélange de saveurs héritées de ses ancêtres italiens, français, anglais, arabes ou d’ailleurs. Qu’il est bon de s’attabler en terrasse après une journée de farniente et/ou de visites culturelles, pour s’enivrer de parfums locaux.

Les délices de la gastronomie maltaise

Les délices de la gastronomie maltaise
Ġbejna © Cuisine moi un mouton

Soupes

On vous l’accorde, la soupe n’est pas forcément le plat auquel on penserait après une chaude journée et pourtant, il serait dommage de faire l’impasse sur ce mets typique de l’archipel. La plus connue porte le nom d’aljotta et se compose de poisson, tomates, riz et d’un paquet d’ail ! Si vous avez l’occasion, goûtez également au kusksu, une version à base de fèves de saison et de petites pâtes, accompagnée de fromage de brebis frais (ġbejniet).

Pâtes

Les Italiens voisins ont laissé leurs pat(t)es sur l’île. Influence transalpine oblige, la pasta est donc devenue également un élément aussi savoureux qu’essentiel de la gastronomie maltaise. Parmi les spécialités « classiques », on retrouve les cannellonis, les raviolis (Ravjul) ou les spaghettis déclinés en mille et une saveurs.

Mais l’archipel a su se débarquer de ses voisins en concoctant des plats plus insolites tels que les penne au lapin (penne biz-zalza tal-fenek), les pâtes à la grecque (Ghaġin Grieg) cuites avec du porc haché et du lard dans un bouillon de poulet, ainsi que la fameuse timpana, une tourte aux macaronis avec viande (ou aubergine cuite), fromage râpé et œufs en bonus. Un délice !

Feuilletés et pains

Feuilletés et pains
Pastizzi © Michael Jurick

Avant toute chose, il va falloir apprendre à prononcer le nom de ce feuilleté (servi le plus souvent chaud) fourré de ricotta et petits pois hachés. Vendu dans les bars ou des petites échoppes, les pastizzi permettent de calmer les petites faims contre quelques centimes d’euros.

Autre solution économique et savoureuse : le pain traditionnel répondant au nom de ħobż ou de ħobż biż-żejt dans les restaurants. L’un de se déguste nature, l’autre accompagné de tomates, d’huile d’olive et d’autres ingrédients tels que le thon et divers condiments (oignons, câpres, olives, ail). Enfin, le ftira, un pain garni de différentes saveurs, vous fera voyager à Gozo, l’île dont il est originaire.

Viandes, poissons et fruits de mer

Entre les trois votre cœur balance ? On vous conseille de rester suffisamment longtemps pour savourer tout ce petit monde. Véritables carnivores, les Maltais ont une passion particulière pour le lapin (fenek) décliné sous à peu près toutes ses formes.

Les autochtones apprécient également le bœuf, sous la forme de ragoût (stuffat tal-laham) ou de paupiettes (braġioli) farcies de bacon et d’œuf dur. Ils aiment également mélanger les viandes comme le prouve le tigieġa mimlija, un poulet rôti farci de bœuf, porc, jambon et œufs ! A cette ribambelle de plats, il faut ajouter le rôti de porc traditionnel (majjalata) et les saucisses maltaises (zalzett tal-malti) à déguster sèches ou fraîches.

Côté produits de la mer, vous trouverez tout ce que les flots méditerranéens ont de meilleur. Parmi les produits plébiscités, il y a la dorade (lampuka) proposée de manière classique ou en tourte (avec tomates, oignons, olives noires, épinards, raisins secs et noix), ainsi que le mérou, le bar, le saint-pierre, la morue ou le poulpe.

Mets sucrés

Mets sucrés
Qagħaq tal-għasel © Cuisine moi un mouton

S’il vous reste de la place, n’hésitez pas à terminer votre repas par quelques douceurs maltaises : le rouleau à la ricotta, chocolat et/ou fruits confits (kannoli tal-irkotta), le nougat maltais (qubbajt), l’anneau de pâte sucrée au miel (qagħaq tal-għasel) ou le « bonbon » maltais traditionnel à base de pâte concocté à base de dattes et d’épices (imqaret).

A boire, tavernier !

A boire, tavernier !
© Office du tourisme de Malte

Pour arroser votre repas de manière locale, vous aurez le choix entre le soda du coin (Kinnie) ou l’un des alcools proposés sur l’île, à consommer avec modération bien entendu. Le pays fabrique ses propres bières, à l’instar de la Cisk (Lager) et l’Hopleaf Pale Ale, et se défend également en matière de vins. Elaborés à base de cépages locaux ou de raisins provenant de l’Italie voisine, ils prennent du galon année après année. Notez que certains domaines viticoles proposent visites et dégustation !

Enfin, Malte est aussi une productrice de liqueurs comme les Zeppi’s (à base de miel, anis ou figue de Barbarie) ou le limunċell (cousin du limoncello italien), décliné ici à l’orange et à la mandarine. Saħħa ! (santé !)

Pour en savoir plus

Voyage Malte : www.voyage-malte.fr

Texte : Routard.com

Malte - Les articles à lire