Colorado, la porte de l’Ouest américain

La ruée vers l’or et l’argent

La ruée vers l’or et l’argent
Silverton, ancienne ville minière - Claude Hervé-Bazin

Au confluent des terres espagnoles et de la Louisiane française, qui s’étendait au 18e siècle jusqu’au pied des montagnes Rocheuses, le Colorado n’a longtemps été visité que par quelques intrépides coureurs des bois. Leur quête ? Du gibier à chasser, des peaux à échanger et… une inextinguible soif de liberté.

Après le passage de la région sous la tutelle américaine en 1848, quelques colons s’y aventurent. Un premier établissement est fondé trois ans plus tard. Au même moment, un pionnier en route pour la Californie trouve quelques pépites d’or : 8 grammes tout juste, pour une valeur de 5 $. Pas assez pour s’installer, mais assez pour permettre aux premières rumeurs de s’établir : le cœur des Rocheuses serait plein d’or.

En 1857, la première découverte d’importance a lieu près de la future capitale de l’État, Denver. Dans la foulée, quelque 100 000 prospecteurs débarquent au cri de « Pike’s Peak or Bust » (Pike’s Peak ou rien !) – du nom de l’emblématique montagne qui les guide jusque-là.

Des fermiers s’installent pour nourrir tout le monde. Le Colorado devient un territoire (1861), puis un État (1879) de l’Union. Entre temps, les tribus indiennes ont été décimées et déportées vers l’Oklahoma.

À l’or succède l’argent. De Leadville en 1879, à Creede dix ans plus tard, le boom minier voit naître la plupart des actuelles villes et villages du Colorado. Le train arrive, se ramifie, se hisse haut dans la montagne.

Texte : Claude Hervé-Bazin

Mise en ligne :

États-Unis Les articles à lire

Voyage États-Unis

Bons Plans Voyage

Services voyage