Rencontres avec la faune
Wapitis - Claude Hervé-Bazin

En attendant le retour des beaux jours, synonyme de montée en altitude, les wapitis (elks) campent dans la vallée de Moraine Park.

D’une année sur l’autre, leur nombre évolue entre 600 et 800, sans compter ceux qui, flegmatiques, se sont installés sur le gazon du terrain de golf de la station d’Estes Park, aux portes de la zone protégée…

Avec 1,5 m au garrot, un bon 300-400 kg pour les mâles et une ramure pouvant atteindre 1,20 m, ce grand cerf américain a tout pour impressionner. Mieux vaut ne pas les croiser à l’automne, lorsque débutent les violents combats du rut.

Les petits cerfs-mulets (mule deer) sont partout et les mouflons (bighorn sheeps) facilement visibles tout au long de la belle saison. Ils établissent logiquement leurs quartiers dans le secteur de Sheep Lakes, au pied de Bighorn Mountains, où ils savent trouver des sources de sels minéraux. Pas toujours beaux à voir, les bestiaux, lorsque, avec la chaleur, ils perdent leur toison d’hiver grisonnante par touffes entières pour revêtir leur manteau estival…

Dans les pierriers de la toundra alpine, un sifflement bref et aigu donne l’alerte. Mais où est donc la marmotte qui l’a poussé ? La voilà, tête noire, nez tâché de blanc, manteau brun-roux, qui détale vers son antre par petits bonds.

Ailleurs, rôdent les ours noirs (en bas) et les pumas (en haut), invisibles mais nombreux si l’on en croit les rangers.

Texte : Claude Hervé-Bazin

Mise en ligne :

États-Unis Les articles à lire

Voyage États-Unis

Bons Plans Voyage

Services voyage