Espagne : en Galice, face à l’Atlantique

Espagne : en Galice, face à l’Atlantique
Claude Hervé-Bazin

À l’extrême ouest, l’Espagne verte se fait bleue. Au pied des forêts de pins et d’eucalyptus, la Côte de la Mort dissimule dans les nappes de brouillard son littoral déchiqueté, semé de phares et chahuté par les tempêtes hivernales.

L’été, de longues plages de sable clair s’étalent, bientôt avalées par le roc, le vent et le jusant. Passé le promontoire du cap Finisterre (avec deux « r »), où l’on aimerait croire que finit l’Europe, une autre côte se dessine : plus douce, plus peuplée, entaillée de profondes rias, ces vallées fluviales reconquises par la mer, aujourd’hui consacrées à l’élevage des moules.

Là, dans les replis bien abrités, des villes ont grandi sur les routes du commerce de la sardine et du sel : Noia, Cambados, Pontevedra : autant d’escales charmantes marquées du sceau de l’architecture médiévale, Renaissance ou baroque.

Pour Saint-Jacques-de-Compostelle, lire notre idée week-end consacrée à la ville.


Texte : Claude Hervé-Bazin

Mise en ligne :

Espagne Les articles à lire

Voyage Espagne

Bons Plans Voyage

Services voyage