La Franche-Comté, au fil de l'eau

Besançon, au bord du Doubs

Besançon, au bord du Doubs
Marie Borgers

Capitale régionale lovée dans un méandre du Doubs, Besançon est classée "Ville d’art et d’histoire". Sa topographie marquée par l’eau et les reliefs a valu au site les faveurs de Jules César, qui y fonda l’oppidum de Vesontio. De cette époque subsistent des vestiges gallo-romains, comme la Porte Noire, un arc de triomphe, ou encore le square Castan, avec ses colonnes corinthiennes qui se perdent dans les feuillages. Romantique à souhait !

Marque de fabrique de l’architecture bisontine, la pierre calcaire bichrome conjugue ses nuances blondes et bleutées sur les façades des hôtels particuliers qui font la renommée de la ville. Le palais Granvelle (photo), d’une inspiration Renaissance interprétée par un architecte flamand, et l’hôtel de Champagney sont parmi les plus beaux.

Il faut pousser les portes de ces hôtels particuliers pour découvrir une curiosité bisontine : les trages, cousins locaux des traboules lyonnaises, et leurs superbes escaliers desservant plusieurs bâtiments.

Aux portes de la vieille ville, c’est déjà la campagne sur les quais verdoyants du Doubs, au parc Micaud, sur la promenade Chamars… Le chemin piéton des berges fait le tour de la boucle. Idéal pour découvrir la ville forte et ses tours bastionnées. Besançon se découvre aussi depuis l’eau : des vedettes panoramiques permettent de faire le tour du méandre.

Ville étudiante, Besançon bouge. Au-delà du pont Battant, emblématique de la ville (nouveau pont inauguré en juin 2013), la rue homonyme égrène boutiques branchées et bars sympas. Elle est à l’image d’un quartier de tout temps populaire et cosmopolite.

Texte : Marie Borgers

Mise en ligne :

Franche-Comté Les articles à lire

Voyage Franche-Comté

Bons Plans Voyage

Services voyage