République tchèque : balades en Bohême du Nord

République tchèque : balades en Bohême du Nord
Château de Trosky © JackF - stock.adobe.com

La Bohême… un nom ô combien évocateur qui incite les curieux à la flânerie insouciante. La région couvre une grande partie de la République tchèque, notamment le Nord, et l’on y trouve des endroits portant des surnoms aussi insolites que poétiques : le paradis tchèque, les monts des Géants et la « montagne neigeuse » (Sněžka).

Été comme hiver, sous le soleil ou dans la poudreuse, randonneurs et skieurs s’élancent sur les sentiers et les pistes balisés, à la découverte de châteaux orgueilleux, rochers mystérieux et sommets majestueux. Cap à une centaine de kilomètres de Prague, dans la région des Monts de Géants, avec de belles balades en perspective…

Châteaux en Bohême

Châteaux en Bohême
Kost © Kletr - stock.adobe.com

La République tchèque possède l’une des plus fortes densités de châteaux au monde… et le « Paradis de Bohême » ne fait pas exception.

Kost est la forteresse la plus connue, qui se trouve le plus près de Prague, à 85 km au nord-est. Érigée à l’origine au milieu du 14e s, elle se dresse sur un petit piton rocheux, dominant étang et campagne vallonnée. Son bel état de conservation permet de distinguer les différents styles architecturaux, médiévaux ou baroques, du donjon à la chapelle en passant par la salle de torture.

Le château le plus ancien de la région est celui de Vladštejn, bâti vers 1260, et qui rassemble aujourd’hui ruines médiévales et palais romantique.

Trosky © Tom - stock.adobe.com

Mais le symbole du Paradis tchèque, c’est le fort gothique de Trosky, fondé à la fin du 14e siècle sur deux éperons basaltiques d’origine volcanique. Situé à une centaine de kilomètres au nord-est de Prague, ce duo de tours imprenables lui donne une étrange silhouette que l’on aperçoit de loin, suscitant la curiosité comme l’admiration. Elles dominent d’environ 50 m de haut la cour principale et sont reliées par des tunnels secrets.

À quelques encablures, Hrubá skála est un joli château de la première moitié du 14e s, accessible par un pont et qui a été transformé en hôtel-restaurant. C’est le point de départ idéal pour explorer les étonnantes formations rocheuses du Paradis tchèque.

Un paradis tchèque tout en extravagances naturelles

Un paradis tchèque tout en extravagances naturelles
Paysage du Paradis tchèque © Kletr - stock.adobe.com

Le Paradis tchèque, ou Český ráj, a été baptisé ainsi par les écrivains, peintres et autres artistes romantiques quand ils découvrirent ses incroyables formes naturelles sculptées par l’érosion dans le grès, au milieu des forêts de pins et feuillus.

Des « cités de pierre » labyrinthiques, jalonnées de canyons, de falaises, de grottes, de passages étroits comme le fameux « trou de souris », ou de belvédères, comme celui de Kozákov, au sommet des rochers les plus élevés, atteignant parfois 60 m.

Cette zone préservée, classée comme géoparc par l’Unesco et située entre les communes de Jičín et Železný Brod, comporte trois sites remarquables : Prachovské skály, Hruboskalsko et Maloskalsko, dédales sillonnés de chemins de randonnées sous les arbres. Les amateurs d’escalade apprécient de relever le défi de ces parois abruptes. Mais pour grimper encore plus en altitude, c’est vers les Monts des Géants qu’il faut se diriger…

Les Monts des Géants

Les Monts des Géants
Parc national de Krkonoše © pyty - stock.adobe.com

Le parc national de Krkonoše, ou « Monts des Géants », créé en 1963, est le plus ancien de République tchèque. Depuis 1992, son écosystème unique est également reconnu comme réserve de biosphère et intégré, à ce titre, au réseau mondial de l’Unesco.

En effet, ses 550 km² recouvrent des paysages variés : en dessous de 600 m d’altitude se trouvent les forêts de feuillus, relayées, jusqu’à 1 200 m, par les sapins. Sur les plateaux et sommets les plus élevés, c’est le règne de la toundra alpine et des tourbières, où ne poussent que les mousses arctiques, les lichens qui prennent des couleurs jaunes fluorescentes au soleil rasant, ou encore les pins nains de montagne, dont la petite taille ne laisse pas deviner le grand âge : certains ont plus de 200 ans et leurs plus vieilles branches développent des racines pour continuer à s’étendre, malgré la neige, le froid et le vent.

Lynx, tétras-lyres et hiboux grands-ducs vivent dans ces conditions climatiques rudes en hiver, qui font pourtant la joie des skieurs (de piste ou de fond). Aux beaux jours, les marcheurs s’élancent sur les 700 km de chemins balisés. En particulier, le sentier de l’amitié tchéco-polonaise le long des crêtes et de la limite entre les deux pays.

Régulièrement, les bornes rouges et blanches indiquent le passage de la frontière, qui reste virtuelle aux yeux des randonneurs. Ils en prennent surtout plein la vue avec ces panoramas grandioses sur les lacs glaciaires de Wielki Stav et Maly Stav ou sur Pančavský vodopád, la cascade de Pančava, la plus grande du pays avec plus de 100 m de haut.

Vallée glaciaire de Labský důl © Jakub - stock.adobe.com

Tout en bas serpentent les premiers méandres de l’Elbe dans la belle vallée glaciaire de Labský důl. Car les Monts des Géants abritent la source de ce fleuve qui, au bout d’environ 1 100 km, finit par se jeter dans la mer du Nord.

Au milieu des tourbières, à 1 386  m d’altitude, une statue de naïade allongée symbolise la source du cours d’eau qui n’est encore qu’un ruisseau. Sur un muret, une mosaïque colorée représente les blasons des principales villes traversées par l’Elbe, notamment Dresde et Hambourg.

Au fil de la promenade, de surprenantes constructions en béton émergent de la toundra. Il s’agit des bunkers et casemates installés en 1937-1938 pour se défendre face à l’expansionnisme nazi. Hélas, cette ligne Maginot tchèque fut aussi inefficace que la française : les accords de Munich, signés en septembre 1938 entre le Britannique Chamberlain, Édouard Daladier et Hitler, permirent à l’Allemagne d’annexer les Sudètes, région à majorité germanophone dont une partie se situe au nord de la République tchèque.

Sněžka, point culminant tchèque

Sněžka, point culminant tchèque
Sněžka © pyty - stock.adobe.com

Les Monts des Géants, ou Krkonoše, ont été ainsi baptisés à partir d’une légende : celle de Krakonoš, ogre inventé par les chercheurs de métaux précieux qui voulaient décourager les éventuels concurrents de venir creuser des mines dans le massif… Puis, avec l’essor du tourisme dans le courant du 19e s, cette figure terrifiante s’est transformée en bon géant protecteur de la nature, pour ne pas faire fuir les visiteurs !

Mais les géants, ce sont surtout les cimes qui se détachent de cette chaîne longue de 38 km et large de 25 km : c'est-à-dire sept des dix plus hauts sommets tchèques dont le point culminant du pays, le mont Sněžka, avec ses 1 603 m. Il est partagé entre la Pologne et la République tchèque : le sentier qui y donne accès, côté polonais, est plus long mais moins escarpé.

Panorama sur les plateaux tcèques depuis Sněžka © pyty - stock.adobe.com

Une fois arrivés, les grimpeurs peuvent profiter d’une superbe vue sur la plaine polonaise ou les crêtes et hauts plateaux tchèques. Ils peuvent aussi jeter un œil à la jolie chapelle Saint-Laurent en bois sombre, ronde et trapue, qui remonte au 17e s. Elle contraste avec la station météorologique bâtie par les Polonais dans les années 1970 et qui évoque des soucoupes volantes posées à pic.

Impossible de deviner que la forme pyramidale du mont Sněžka cache, dans ses entrailles, des kilomètres de galeries autrefois destinées à extraire métaux, pierres semi-précieuses (dont le célèbre grenat de Bohême) et granit… D’ailleurs, la première ascension recensée « officiellement » est celle d’un marchand vénitien venu prospecter en 1456.

Aujourd’hui, on n’arrive plus au sommet en solitaire, car beaucoup de visiteurs se rendent sur le site, notamment par le téléphérique depuis Pec pod Sněžkou, bourg dans la vallée dont le nom signifie « le four en dessous du mont Sněžka ». En effet, il y avait de nombreuses fonderies autrefois, pour transformer le fer issu des mines. Désormais, c’est une pépite touristique qui attire les foules !

Fiche pratique

Retrouvez toutes les infos pratiques, les bons plans et les adresses dans le Routard République tchèque, Slovaquie en librairie. 

Consultez notre guide en ligne République tchèque

Site de l’office du tourisme de République tchèque

Comment y aller ?

Air France et Czech Airlines proposent des allers-retours quotidiens entre Paris-Charles de Gaulle et Prague. Ryanair assure plusieurs allers-retours hebdomadaires entre l’aéroport de Beauvais et Prague. Location de voiture pour sillonner la région à sa guise.

Trouvez votre billet d’avion.

Où dormir ?

- Bouda v Obřím Dole : Obří důl 116 à Pec pod Sněžkou. Tél. : +420 728 465 454. Chambre double à partir de 39 € avec le petit déj. Au pied du mont Sněžka, à l’écart du centre de Pec pod Sněžkou, cette auberge conviviale charme par son environnement : nichée dans une petite vallée, entourée de pâturages et de forêt, bordée par la rivière Upa, la bâtisse en bois surmontée d’un clocheton propose des chambres très simples, avec sanitaires communs, de 2 à 7 lits. Encore plus bucolique, il est possible, aux beaux jours, de dormir, comme dans une grange, sur un lit de paille !

- Aparthotel Svatý Vavřinec : dans le centre de Pec pod Sněžkou. Tél. : +420 770 122 121. Studio : à partir de 54 € pour 2 sans petit déj. Appartement : à partir de 65 € pour 2 sans petit déj. Dans le bourg en contrebas des Monts des Géants, des bâtiments récents abritent 90 hébergements au style scandinave épuré mais cosy, ainsi qu’un spa avec sauna, jacuzzi et massages, pour bien récupérer après la randonnée ou le ski. Les studios, de 25 à 38 m², avec kitchenette et salon, peuvent accueillir jusqu’à quatre personnes, tandis que les appartements, de 30 à 124 m², ont jusqu'à 4 chambres.

Trouvez votre hôtel en République tchèque

Où manger ?

- Enzian Grill : En face de la mairie de Pec pod Sněžkou. Tél. : +420 499 736 357. Plats : 6,50-13 €. Dans un chaleureux décor de chalet traditionnel en bois clair, avec de vieux objets rustiques aux murs, le restaurant sert des spécialités, très copieuses, de viandes au barbecue ou de recettes régionales (confit de canard aux knödels de pomme de terre, escalope de porc au chou, tarte aux myrtilles, etc.).

- Luční bouda : à 1 410 m d’altitude, dans les Monts des Géants. Tél. : +420 733 740 888. Plats : 7-13 €. Perdu au milieu de la toundra, le plus ancien refuge des Monts des Géants est aussi le plus grand, regroupant à la fois hébergement, brasserie (qui produit la bière locale Paroháč), restaurant et cafétéria. Les plats roboratifs (goulasch de bœuf à la bière, poulet grillé, saucisses, soupes, etc.) redonnent des forces aux randonneurs qui peuvent même profiter de la halte pour se relaxer au spa dans un bain de houblon et de malt !

Texte : Stéphanie Condis

République tchèque Les articles à lire

Prague, « la capitale magique de l’Europe », n’a pas seulement inspiré André Breton et...

Voyage République tchèque

Bons Plans Voyage

Hôtels 5* en Provence à -70%

Hôtels 5* en Provence à -70%

Hôtels
Séjours en Crète jusqu'à -70%

Séjours en Crète jusqu'à -70%

Soleil à moins de 4h
Hôtel 5* sur la Côte d'Azur à -70%

Hôtel 5* sur la Côte d'Azur à -70%

Hôtels

Services voyage