Écosse : Glasgow, un bain d’énergie

Écosse : Glasgow, un bain d’énergie
Glasgow © chris148 - stock.adobe.com

Bye, bye la morosité, Glasgow a fait sa révolution ! L’ancienne ville industrielle s’affiche désormais comme une destination touristique majeure au Royaume-Uni, mais aussi une ville étudiante et branchée, à la pointe du design. Le long du fleuve Clyde, les chantiers navals ont laissé la place à des édifices futuristes, signés par des grands noms de l’architecture mondiale. Et c’est avec faste que l’on a célébré en 2018 les 150 ans de la naissance de l’architecte et designer Mackintosh, précurseur de l’Art nouveau qui a marqué l’esthétique de la cité.

Désignée Ville créative de musique par l’Unesco en 2008, Glasgow est aussi réputée pour les nombreux groupes qu’elle a vus naître (Texas, Simple Minds, Franz Ferdinand, Belle & Sebastian…) et pour les nombreux concerts qui y sont organisés toute l’année.

Enfin, ce qui ne gâche rien, les Glaswégiens – à l’accent fort difficile à comprendre – sont particulièrement accueillants, chaleureux et festifs. Une réputation facile à vérifier en faisant une petite tournée des pubs !

Merchant City, le cœur historique de Glasgow

Merchant City, le cœur historique de Glasgow
Merchant City © Olivia Le Sidaner

À Merchant City, le centre-ville de Glasgow, les fiers édifices de style néoclassique et victorien témoignent de la prospérité des négociants, qui firent fortune aux 18e et 19siècles grâce, notamment, au commerce des produits coloniaux (tabac, coton).

La tradition marchande est restée, le quartier comptant plusieurs rues commerçantes, comme Buchanan Street, dont l’un des édifices les plus remarquables est le Stock Exchange, de style néogothique vénitien. Ne pas hésiter à entrer dans la belle galerie marchande de Princes Square, qui rend hommage à l’Art nouveau, avec sa façade couronnée d’un paon en fer forgé.

Statues à George Square © Olivia Le Sidaner

Sur George Square, la grande place centrale dominée par l’imposant hôtel de ville à l’architecture victorienne, on repère de loin la colonne sur laquelle est juchée la statue du célèbre écrivain écossais Sir Walter Scott, dont la tête sert de perchoir à des goélands qui ignorent tout de l’auteur d’Ivanhoé. Sur la façade du City of Glasgow College, s’affiche en rose bonbon le slogan de la ville : « People Make Glasgow », rendant hommage aux habitants.

À deux pas, on pourra aller voir la collection d’art contemporain de la Gallery of Modern Art (GoMA), dont le fronton a été décoré par Niki de Saint Phalle. Devant, la statue équestre du duc de Wellington est toujours coiffée d’un cône de chantier, une farce des facétieux Glaswégiens.

Sur les traces de Mackintosh

Sur les traces de Mackintosh
The Lighthouse © Train arrival - stock.adobe.com

La balade sur les traces de l’architecte Charles Rennie Mackintosh commence dans le centre-ville, au Lighthouse (« le Phare »), sa première réalisation (1893). La tour, qui fut le siège du journal local Glasgow Herald jusqu’en 1980, possédait une réserve d’eau en cas d’incendie.

Après avoir été rénové, agrandi et doté d’une élégante façade en verre, The Lighthouse héberge désormais le Centre écossais pour le design et l’architecture. On y découvre des expos et un espace permanent dédié à Mackintosh. Du sommet, on profite d’une vue panoramique sur la ville.

Mackintosh at the Willow © Olivia Le Sidaner

Plus au nord, dans la rue commerçante et piétonne de Sauchiehall, on fait une pause gourmande au salon de thé Mackintosh at the Willow, créé en 1903 (et initialement nommé Willow Tearooms). Sa rénovation s’est achevée l’été dernier. À l’étage, dans le « Salon de Luxe », on retrouve l’esthétique Art nouveau de Mackintosh, et notamment ses fameuses chaises à haut dossier. À côté, une boutique dédiée au designer et un centre d’expo ont aussi vu le jour.

À quelques minutes de là, la Glasgow School of Art, considérée comme le chef-d’œuvre de Mackintosh, a malheureusement été complètement ravagée par le feu en juin dernier, alors qu’elle était encore en cours de rénovation après un précédent incendie. Un choc pour les Glaswégiens, très attachés à leur patrimoine. Malgré le coût exorbitant des travaux, il est question de reconstruire l’édifice.

Le West End, quartier universitaire et branché de Glasgow

Le West End, quartier universitaire et branché de Glasgow
Kelvingrove Art Gallery and Museum © Olivia Le Sidaner

À l’ouest du centre-ville, on rejoint l’agréable quartier étudiant du West End, charmant avec ses maisons cossues et ses ruelles où l’on trouve de bonnes tables, des bars branchés, des boutiques vintage.

C’est également l’un des poumons verts de Glasgow, avec le grand parc paysager de Kelvingrove, où serpente la rivière Kelvin. Là s’élève le Kelvingrove Art Gallery and Museum, imposant édifice néobaroque de grès rouge (1901). Superbe, cet immense musée, gratuit, comme tous les musées municipaux de la ville, est très apprécié des Glaswégiens, qui aiment venir s’y balader en famille le week-end.

Sur trois étages, les collections explorent tous les domaines : archéologie, sciences naturelles, histoire écossaise, et bien entendu beaux-arts, avec notamment une œuvre de Dali, le Christ de saint Jean de la Croix. Un espace est également réservé au « Glasgow Style » et au groupe des Quatre (The Four), dont Mackintosh était la figure de proue.  

Jardin botanique © Olivia Le Sidaner

Au nord, les bâtiments de l’université de style gothique écossais ne sont pas sans évoquer l’univers d’Harry Potter. Là se trouve le plus vieux musée de Glasgow, le Hunterian Museum (1807), actuellement fermé (réouverture en 2021). La Hunterian Art Gallery, elle, est ouverte et vaut le déplacement. On y admire une belle collection d’œuvres de Whistler, mais aussi de Corot, Boudin et Walton, ainsi que des peintures écossaises. Juste à côté a été reconstituée la maison où Charles Mackintosh et son épouse Margaret vécurent de 1906 à 1914.

Enfin, on ira se promener dans les allées du Jardin botanique (Botanic Gardens) créé au 19e siècle, flânant dans la moiteur des serres victoriennes, notamment sous l’élégante charpente métallique du Kibble Palace.

De la cathédrale aux rives du Clyde, un voyage dans le temps

De la cathédrale aux rives du Clyde, un voyage dans le temps
Cathédrale de Glasgow © Olivia Le Sidaner

À l’est du centre-ville, la cathédrale gothique fut bâtie à partir du 12e siècle à l’emplacement de l’église fondée au 6e siècle par saint Mungo, saint patron de Glasgow. Installée sur une verte colline, la nécropole voisine domine la cité.

Au sud, on rejoint un autre poumon vert : Glasgow Green, le plus ancien parc public de la ville (15e s), où s’élève le People’s Palace. Ce palais de style néo-Renaissance retrace la vie des Glaswégiens depuis le 18siècle.

Ayant traversé le fleuve Clyde, on découvre une autre tranche de la vie des habitants au Scotland Street School Museum, bâti par Mackintosh. Fermée en 1979, l’école abrite aujourd’hui une passionnante expo sur l’éducation écossaise depuis la fin du XIXe siècle.

Puis, direction la House for an Art Lover, où l’on retrouve encore Mackintosh, qui a dessiné en 1901 les plans de cette maison construite entre 1989 et 1996 dans le parc de Bellahouston, jouxtant une insolite station de ski (si si !).

Riverside Museum © Olivia Le Sidaner

Sur les rives du fleuve, se révèle le visage futuriste de la cité, en lieu et place des anciens chantiers navals, devenus le terrain de jeu des plus grands architectes mondiaux. Norman Foster y a signé le Clyde Auditorium, une salle de spectacle surnommée « le tatou », et le palais des sports SSE Hydro. Richard Rogers a conçu le siège de BBC Glasgow, près du bâtiment métallique du Glasgow Science Centre.

Enfin, Zaha Hadid a créé le superbe Riverside Museum, le musée des transports, où sont exposés quantité de véhicules : voitures, locomotives, camions de pompiers, vélos, calèches, et même une station de métro. En face, les enfants sont aux anges en explorant tous les recoins du Glenlee (The Tall Ship), majestueux trois-mâts construit sur les chantiers du Clyde.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le Routard Ecosse.

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide Écosse

Office de tourisme de Glasgow

Office du tourisme d’Écosse

Comment y aller ?

Avion : vol direct Paris-Glasgow, 1 h 45 avec EasyJet et Air France. Vols en correspondance depuis les autres aéroports français. Trouvez votre billet d’avion.

Comment se déplacer ?

L’idéal est de loger dans le centre-ville, qui se découvre idéalement à pied.

Sinon, pour se déplacer, plusieurs options :

- Métro : une seule ligne effectue un cercle autour du centre-ville, dans un sens (Inner Circle) et dans l’autre (Outer Circle), £1,50/ticket, £4,10/jour (All Day Ticket).

- Bus : un peu compliqué, le service étant assuré par plusieurs compagnies. £4,50/jour.

- Vélo : en libre-service (Nextbike) ou en location. Attention : conduite à gauche.

- Taxi : black cabs à héler dans la rue ou stations de taxis.

- Les bus touristiques du City Sightseeing Glasgow : une bonne option pour visiter les principaux sites touristiques (monuments, musées, parcs…) de Glasgow, si vous manquez de temps. Le principe du « hop-on and off » : vous montez et descendez aux stations que vous souhaitez sur le parcours, qui compte 21 arrêts (dont George Square, l’université, la cathédrale, People’s Palace, Riverside Museum). Selon les bus, le commentaire est assuré par un guide (en direct et en anglais) ou enregistré (en français, écouteurs fournis). Tarif à la journée : £7 (enfant), £14 (adulte), £17 avec métro inclus.

Où manger et boire un verre ?

À Ashton Lane, une charmante ruelle pavée du West End, le quartier étudiant. Branchée, animée et décorée de guirlandes lumineuses qui lui donnent un air festif, elle est l’un des lieux incontournables de la vie nocturne glaswégienne, avec ses bars et ses restos. Parmi eux, Ubiquitous Chip sert une cuisine raffinée dans un luxuriant jardin d’hiver. Après le repas, on enchaîne au pub installé juste en dessous, en écoutant de la musique live.

Art Lover’s Café : Park Bellahouston. On mange très bien, au café de la House For an Art Lover, qui propose une cuisine aux accents écossais, simple, fraîche et goûteuse : salades, saumon fumé, œufs brouillés, traditionnel black pudding, sans oublier les nombreuses pâtisseries, pour le dessert ou pour tea time.

Alston Bar & Beef : Gordon Street, Central Station. L’entrée de ce resto est bien cachée, dans la gare centrale de Glasgow ! Dans une salle voûtée à l’ambiance cosy, il sert deux spécialités que l’on n’aurait pas forcément associées d’emblée : le bœuf et le gin. Dans les deux cas, vous ne serez pas déçus. La viande est excellente, tout comme le gin, pur (plus de 100 références à la carte) ou en cocktail.

Où boire une pinte ?

Au Horseshoe Bar, sur Drury St. Ce superbe pub victorien est doté du plus long comptoir d’Europe : près de 32 mètres ! Ambiance garantie au moment des matchs.

Où dormir ?

Malmaison Hotel. Ce boutique-hôtel installé sur West George Street, dans le centre-ville, était autrefois… une église orthodoxe ! Reconversion réussie pour ce lieu à la déco chic et sobre. Également un bar et un restaurant, Chez Mal. Double à partir de £90 la nuit (env. 100 €).

Glasgow Youth Hostel : 8, Park Terrace. Dans West End, une belle AJ nichée dans deux vieilles maisons collées l’une à l’autre. Dortoirs spacieux et chambres twins à partir de 40£ (50 €).

Texte : Olivia Le Sidaner

Mise en ligne :

Écosse Les articles à lire

Voyage Écosse

Bons Plans Voyage

Services voyage