Road trip en Alaska : routes d’exception autour d’Anchorage

Road trip en Alaska : routes d’exception autour d’Anchorage
© Patrick - stock.adobe.com

Bout du monde grand comme trois fois la France, l’Alaska offre au voyageur des paysages sauvages à souhait ! Si les distances restent très longues – attention, ici on parle en miles (soit 1,6 km) –, les routes qui se fondent dans le décor permettent de rallier la plupart des richesses naturelles du pays.

Des glaciers de la péninsule de Kenai au sud jusqu’au fameux mont Denali, voici six superbes routes pour sillonner l’Alaska en boucle autour d’Anchorage.  Un road trip de près de 1800 km, à faire en une vingtaine de jours et qui en met plein les yeux. En route !

Seward et Sterling Highway : la péninsule de Kenai, sur les routes du Sud

Seward et Sterling Highway : la péninsule de Kenai, sur les routes du Sud
Hope Highway © Tami Biorn - Shutterstock

Au sud d’Anchorage, la péninsule de Kenai, facile d’accès, est desservie par deux routes : la Seward Highway et la Sterling Highway. Parmi les haltes incontournables à faire sur ce vaste territoire, le paisible village de Hope, à 88 miles d’Anchorage. Sur la Seward Highway, prendre à droite au mile 78,9. Dans cette petite bourgade qui se dessine le long de la boisée Hope Highway, le temps semble suspendu.

Les possibilités de randonnées sont nombreuses, à l’image de Gull Rock et Hope Point, des parcours longs d’environ 15 km. Ils offrent un panorama exceptionnel sur les fjords aux alentours. On y accède par Porcupine Creek au bout de Hope Highway.

Outre les treks, le village possède une bibliothèque – avec accès wifi -, une école, quelques cafés typiques, des campgounds et des bed and breakfast. Il est aussi tout à fait possible de sortir de la Hope Highway et de s’enfoncer dans un chemin de terre afin de contempler les falaises qui tombent à pic dans la mer. Pourquoi ne pas y passer la nuit ? Il faut savoir que les feux de camp sont autorisés en Alaska, à condition de les éteindre s’ils restent sans surveillance.

Homer Spit © Uwe Bergwitz - stock.adobe.com

Revenons sur nos pas pour continuer sur Sterling Highway en direction du sud-ouest. La route longe la côte ouest et prend fin à l’extrême sud, à Homer, situé à quelque 180 miles (280 km). Bienvenue sur le territoire des élans qui n’hésitent pas à traverser la route. Prudence donc.

S’il était difficile de trouver âme qui vive à Hope, c’est un vrai retour à la civilisation à Homer, où le voyageur au long cours pourra trouver de quoi refaire des provisions en tout genre.

Après un tour d’horizon en centre-ville, il faut prolonger le chemin le long de Homer Spit. Les boutiques de souvenirs et les restaurants y sont légion. Il est possible d’y goûter au vin local à base de baies, très différent de ce que l’on trouve dans l’Hexagone. On s’arrêtera également à la pointe de ce bras de mer pour tenter de voir des loutres, des baleines et pourquoi pas des orques ! Ou lever les yeux pour observer les aigles chauves.

Katmai National Park © MelissaMN - stock.adobe.com

Les plus aventureux pourront rejoindre Kachemak Bay, à 25 minutes en bateau – les loueurs se trouvent sur Homer Spit -, une péninsule encore plus sauvage, qui abrite un parc national où les possibilités de randonnées sont nombreuses.

L’une d’entre elles mène à Grewingk Glacier (7 miles). Comment imaginer qu’un tel mastodonte se cache derrière cette forêt dense ? Pour prolonger le plaisir, on peut toujours se rendre à Seldovia, l’autre Homer, en plus sauvage. Les habitants y ont pour la plupart leur « cabine ».

Homer est aussi l’endroit privilégié pour emprunter un avion et se rendre au Katmai National Park afin de voir les ours. Un peu moins de 110 000 ours noirs et 35 000 grizzlis vivent en Alaska. Lors des randonnées, il est conseillé de faire beaucoup de bruit, taper des mains ou accrocher une clochette à son sac – ce qui fait beaucoup rire par ici - pour éviter toute rencontre avec cet animal dangereux.

Exit Glacier © Galyna Andrushko - stock.adobe.com

Rebroussons chemin pour une dernière halte sur la péninsule de Kenai : Seward, que l’on rejoint par la route du même nom. Cette autre ville côtière, à l’est, regroupe de nombreux points d’intérêt. On y vient pour observer les cétacés, surtout les otaries près du port, et pour s’adonner à l’une des nombreuses activités proposées : promenade en bateau, kayak ou paddle pour les plus téméraires dans le Kenai Fjord National Park.

En remontant vers le nord, prendre la route à gauche au mile 3,7 sur Herman Leirer Road. 1890, 1915, 1950… quels sont donc ces panneaux le long de la route ? Tout simplement le triste constat du recul d’Exit Glacier que l’on découvre 8,4 miles plus tard au pied de la Ressurection River. Jadis, le glacier arrivait presque devant Seward Highway

Glenn et Richardson Highway : montagnes et glaciers

Glenn et Richardson Highway : montagnes et glaciers
Ancienne mine à Hatcher Pass © Uwe Bergwitz - stock.adobe.com

Passé le village de Portage aux alentours de Whittier, où certains voyageurs peuvent faire le choix d’emprunter un ferry pour se rendre à Valdez, la route continue et longe Anchorage. Il est possible de faire une halte d’une journée à Eklutna Lake ou à Girwood, en montagne.

On se dirigera ensuite sur Glenn Highway qui relie Palmer à Glennallen. La route croise de magnifiques fermes et ranch où les vaches paissent derrière de jolis enclos blancs.

Mais la grande attraction de cette région se trouve à Hatcher Pass où dort une mine d’or abandonnée depuis 1951, à 1 184 m d’altitude. On rejoint ce site exceptionnel à la sortie de Palmer, à gauche, en prenant Willow Fishhook Road.

Matanuska Glacier © DCrane Photography - stock.adobe.com

Sur Glenn Highway, au cœur de la chaîne de montagnes Chugach, la route laisse découvrir un géant des glaces bleu éclatant d’un côté, recouvert de moraines de l’autre, il s’agit de Matanuska Glacier. Il y a 18 000 ans, ce glacier s’étendait jusqu’à la ville de Palmer à des dizaines de miles de là. On le rejoint aujourd’hui en prenant à droite au mile 102.

La route non goudronnée mène à l’accueil du site où l’on peut opter pour une promenade seule ou accompagnée d’un guide, avec, pour cette dernière option, la possibilité d’explorer cette langue blanche encore plus loin et de pénétrer dans des grottes de glace. Frissons garantis !

Après cette pause rafraîchissante, on est à mi-chemin de Glennallen, où l’on croise la Richardson Highway qui relie Valdez à Fairbanks. À Glennallen, il faut prendre à droite pour rejoindre le paisible et isolé village de McCarthy en plein cœur de Wrangell St Ellias National Park and Preserve, un parc national de la taille de la Suisse !

Denali et Park Highway : sous le toit de l’Amérique

Denali et Park Highway : sous le toit de l’Amérique
Traversée de la rivière Susitna sur la Denali Highway © Pecold - stock.adobe.com

De Glennallen, on emprunte la Richardson Highway vers le nord pour rejoindre Paxson, où débute l’une des routes les plus spectaculaires d’Alaska : Denali Highway, un axe long de 134 miles, dont 15% seulement es asphalté, qui relie Paxson à Cantwell.  

Lors de son ouverture en 1957, elle était la seule route qui connectait l’est de l’Alaska au parc Denali. Passé les premiers 21 miles depuis Paxson, l’asphalte laisse place à la terre et les sapins qui se font plus discrets laissent apparaître la chaîne de montagne Alaska Range qui culmine à 4 216 m d’altitude (Mount Hayes).

Côté faune, si les élans se font rares, faute d’arbres, les écureuils arctiques pullulent. Faire bien attention. Entre le mile 15 et le mile 22, la route traverse le très grand – 226 660 acres, soit 91 726 hectares - site de Tangle Lakes. Une succession de lacs que l’on peut également mieux voir depuis le Landmark Gap Trail dont l’ascension commence au mile 24,6. Le MacLaren Summit Trail permet de pénétrer à l’intérieur de cette toundra encore préservée et de s’approcher un peu plus près du MacLaren Glacier.

Wonder Lake et Mont Denali © schame87 - stock.adobe.com

Au mile 132, le béton reprend ses droits et annonce la fin de ce road trip hors du commun. À Cantwell, il faut tourner à droite pour rejoindre le Denali National Park, dont l’entrée se situe au mile 237,4 sur la Parks Highway qui relie Anchorage à Fairbanks, à 27 miles au nord de Cantwell.

À l’intérieur du parc Denali - où il faut rester au moins trois jours pour apprécier l’étendue de sa beauté - culmine le plus haut sommet d’Amérique du Nord : le mont Denali (6 190 m). On ne le voit entièrement que rarement. La meilleure solution consiste à se rendre à Wonder Lake, accessible uniquement en bus depuis l’entrée du parc. Le mont Denali s’appelait autrefois mont McKinley du nom du 25e président américain William McKinley. Certains voyageurs tentent l’ascension de ce sommet hors normes chaque année.

On vient également à Denali pour apprécier sa faune et sa flore très riche. On y croise des aigles dorés, des élans, des caribous, des ours, des renards ou encore des écureuils. Mais si la nature a été aussi bien préservée ici, c’est parce que la voiture y est proscrite après le mile 23. Ceux qui désirent s’enfoncer au cœur de cette merveille de la nature doivent emprunter le bus ou partir en trek.

Fairview Inn à Talkeetna © EQRoy - Shutterstock

153 miles séparent Denali de Talkeetna, village qui constitue une bonne dernière étape pour un voyage en Alaska, tant il a su allier tourisme et authenticité. Les cafés – le plus vieux, le Fairview Inn, date de 1923 -, boutiques de souvenir et maisons de bois en tout genre s’alignent le long de l’avenue principale dans un décor très léché.

En athapascan – une langue amérindienne -, Talkeetna signifie même « place avec beaucoup de boutiques de souvenirs ». Quoi qu’il en soit, c’est l’endroit idéal pour toucher du doigt le mont Denali par voie aérienne. On peut faire un city tour pédestre autour de Talkeetna pour en savoir davantage sur son histoire, avant de filer sur Anchorage à 120 miles (200 km) au sud.

Fiche pratique

Préparer votre voyage avec notre guide en ligne Alaska

Comment y aller ?
Icelandair propose plusieurs vols par semaine au départ de Paris avec une escale à Rekjavik. Trouvez votre billet d’avion.

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel en Alaska

Où manger ?
Roadhouse : sur l’avenue principale, à Talkeetna. Ce restaurant – qui fait également chambre d’hôtes – est l’un des plus anciens de la ville. Cette grande maison de bois avec son immanquable façade rouge propose le petit-déjeuner le plus réputé en ville, que l’on peut prendre à l’intérieur ou sur la terrasse extérieure qui donne sur la seule grande avenue de Talkeetna. 907-733-1351 trisha@talkeetnaroadhouse.com

La Baleine Café : 4460 Homer Spit Road Bldg. Cet adorable petit café sur Homer Spit propose de copieux en-cas à base de poissons fraîchement pêchés (saumon, flétan, etc.) en burger (les Alaskiens l’aiment bien cuit !) ou en salade. Bières locales également. 907-299-6672.. labaleine@withinthewild.com

Où réserver un van ?

Tom Janezich de Alaska Family Motorhomes propose de la location de vans et de camping-car pour visiter l’Alaska. Ustensiles de cuisine, spray pour les ours, anti moustiques, réchaud et glacière sont fournis gratuitement avec les vans. Le linge de lit est proposé en option. Kilométrage illimité. 5737 Old Seward Highway. 907-223-9351. afmotohomes@gmail.com

Comment voir des ours sans risque ?

Smokey Bay Air, 2100 Kachemak Drive, à Homer. Cette compagnie aérienne locale propose d’aller à la rencontre des ours dans leur milieu naturel (et d’éviter les plateformes touristiques). La compagnie propose également des vols courts pour rejoindre Seldovia ou les alentours. Durée de l’excursion 5h avec 2h de vol A/R. 235-1511. tom@smokeybyair.com

Texte : Maëva Zabner

Mise en ligne :

Alaska Les articles à lire

Voyage Alaska

Bons Plans Voyage

Services voyage