Écosse : le Loch Ness, avec ou sans monstre...

Écosse : le Loch Ness, avec ou sans monstre...
Loch Ness et Urquhart Castle © TomasD - stock.adobe.com

On vient au Loch Ness attiré par la fameuse légende du monstre hantant les eaux de ce lac situé en lisière des Highlands. Si la traque a de fortes chances de se révéler infructueuse, la région offre un magnifique concentré d’Écosse au voyageur : forêts profondes, landes battues par les vents, vallons boisés, prairies où paissent vaches et moutons, sans oublier les châteaux, hantés ou pas… De quoi oublier Nessie !

Monstre du Loch Ness : retour sur la légende

Monstre du Loch Ness : retour sur la légende
Statue de Nessie © Jean-Philippe Damiani

C’est l’une des personnalités les plus célèbres d’Écosse et, comme toutes les grandes stars, il sait se faire rare. Un bon millier de témoins prétendent l’avoir aperçu mais il reste, à ce jour, l’une des plus grandes « fake news » de l’histoire.

Le monstre du Loch Ness, ce dinosaure amphibie qui hante les eaux de l’un des plus grands lacs d’Écosse, n’a rien perdu de son pouvoir de fascination à l’heure d’Internet et des GPS. Chaque année, « Nessie » attire plus d’1 million et demi de curieux autour du Loch Ness, et même une ribambelle d’allumés. Parmi ceux-ci, un certain Steve Feltham qui vit depuis les années 1980 dans une caravane au bord du loch dont il scrute quotidiennement les eaux, au cas où…

Steve Feltham alias Nessie Hunter © Olivia Le Sidaner

La légende de Nessie ne date pas d’hier : au 6e siècle, Saint Colomba, un évangélisateur irlandais, fut le premier à avoir affaire à l’animal, qu’il aurait repoussé d’un simple signe de croix. Fortiche, le Colomba ! Car, sans doute impressionnée par le moine, la créature attendra 14 siècles pour faire à nouveau parler d’elle.

En 1934, elle réapparaît et devient mondialement célèbre grâce à une photo publiée par le Daily Mail. On y voit le cou et la tête d’une sorte de serpent de mer surgir de l’eau du lac. La folie Nessie est lancée, et peu importe si l’auteur du cliché avoue quelques décennies plus tard qu’il s’agissait d’un jouet en plastique !

Depuis 85 ans, le monstre refait régulièrement surface au fil de multiples canulars et des témoignages de badauds – un millier à ce jour – persuadés d’avoir vu des formes, des remous ou une tête de serpent dans le lac. Et le Nessie business bat son plein entre babioles souvenirs, croisières sur le loch et autres porte-clés…

Loch Ness Exhibition Center © Jean-Philippe Damiani

L’affaire est toutefois prise au sérieux en Écosse. En 1962, un Loch Ness Investigation Bureau est créé et des recherches scientifiques poussées sont menées depuis à l’aide de sonars, de sous-marins de poche et autres outils sophistiqués. Un musée, le kitschissime Loch Ness Exhibition Center, est consacré au monstre à Drumnadrochit. Et deux naturalistes ont même affublé Nessie d’un nom scientifique : le Nessiteras rhombopteryx !

Mais rien n’a été trouvé à ce jour. Selon certaines études, Nessie ne serait autre qu’un tronc de pin tombé au fond du Loch Ness, où règne une très forte pression. Lors de la décomposition du tronc, du gaz provoquerait des bulles le faisant remonter à la surface, avant de replonger une fois vidé de son gaz.

Pour d’autres, la différence de température entre les masses d’air du lac et de l’eau provoquerait des effets d’optique. À moins que ce ne soit tout simplement un banc d’ombles, des phoques, un silure géant… voire un mirage sorti de l’imagination de ceux qui aiment les contes à dormir debout. 

Le Loch Ness, hors de l’eau

Le Loch Ness, hors de l’eau
Canal Calédonien © Olivia Le Sidaner

Laissez de côté les profondeurs du lac et ses supposés mystères. En fait, le Loch Ness vaut vraiment le coup en surface. Avec 35 km de long et une largeur de 2 km, il s’agit du 2e plus grand lac d’Écosse (après le loch Lomond) et même du plus grand en termes de volume d’eau, car il peut atteindre 230 m de profondeur, soit plus que la mer du Nord.

Cette merveille naturelle se situe dans la vallée du Great Glen, une faille qui coupe les Highlands en deux sur près de 100 km, entre Inverness, au nord-est, et Fort William, au sud-ouest. Elle est reliée aux mers du Nord et d’Irlande par le canal Calédonien qui compte 29 écluses sur 35,4 km, et que l’on peut longer à vélo (superbe promenade).

Se trouvant au sud des Highlands, la région du Loch Ness offre un beau concentré des paysages de l’Écosse, alternant forêts profondes, landes nues, vallons boisés, cascades, prairies où paissent vaches et moutons, sans oublier manoirs, ruines et autres châteaux (hantés ou non).

Urquhart Castle, situé sur la rive nord, est le plus visité de tous. Il faut dire que ses ruines, s’élevant sur un éperon rocheux au-dessus du Loch Ness, ont fière allure. Sous un ciel menaçant, le château, victime des guerres jacobites du 17e s, semble sorti d’un tableau romantique de Constable. On peut le rejoindre en bateau depuis Inverness ou Fort Augustus avec les croisières de Jacobite Cruise ou Cruise Loch Ness. Exceptionnel panorama à 180° sur le lac depuis le donjon.

Plage de Dores © Olivia Le Sidaner

C’est toutefois la rive opposée, au sud du Loch Ness, qui offre les plus beaux paysages, à commencer par la plage de galets de Dores, à 13 km d’Inverness. Outre la perspective sur la longueur et l’encaissement du lac, elle mérite une halte pour aller saluer le plus acharné « Nessie Hunter » de la région, Steve Feltham, installé dans une caravane sur la plage depuis 28 ans !

Après Dores, on peut soit longer le lac, soit prendre la route B 862 pour pénétrer dans les terres. La route traverse de profondes forêts de résineux, de bouleaux et de chênes jusqu’à la gorge encaissée de Foyers. Là, un sentier aménagé d’escaliers conduit jusqu’aux cascades des Falls of Foyers, un site superbe qui a inspiré l’un des poèmes du barde national Robert Burns.

Cimetière Boleskine © Olivia Le Sidaner

Juste avant Foyers, les romantiques feront une halte au petit cimetière Boleskine, avec ses vieilles tombes sculptées et sa vue sur le loch. Le paysage, à la fois bucolique et reposant, est toutefois trompeur…

Car, de l’autre côté de la route, se trouve l’un de ces endroits lugubres dont l’Écosse a le secret : Boleskine House, une demeure construite au 19e par l’occultiste Aleister Crowley et rachetée par Jimmy Page en 1971. Ayant abrité des messes noires et réputée maudite, elle passe pour avoir fait le malheur de ses propriétaires, qui ont tous cherché à s'en débarrasser. Elle a été détruite par un mystérieux incendie en 2015. Bigre…

De Foyers à Fort Augustus (extrémité sud du lac), les arbres se font de plus en plus rares. La route côtière s’enfonce dans les terres, car la rive du loch devient de plus en plus escarpée jusqu’à former une puissante falaise plongeant dans l’eau. On traverse des paysages, austères et battus par les vents, de landes, de tourbières et de petits lochs typiques des Highlands, que l’on peut admirer depuis Suidhe Viewpoint.

Du Loch Ness à Glen Affric, un paradis pour les randonneurs

Du Loch Ness à Glen Affric, un paradis pour les randonneurs
Dauphins dans le Moray Firth © grafxart - stock.adobe.com

Avec sa splendide nature variant au fil des saisons, la région du Loch Ness constitue aussi un beau terrain de jeu pour les amateurs d’activités de plein air, comme le nautisme le long du Caledonian Canal ou le canoë-kayak, notamment sur le Great Glen Canoe Trail entre Inverness et Fort William.

Si vous êtes las de chercher Nessie, de nombreuses espèces d’animaux sauvages peuvent être observées dans l’estuaire du Moray Firth, près d’Inverness : dauphins, marsouins, baleines-pilotes, requins pèlerins, et une foultitude d’oiseaux marins. Sur terre, outre les fameux moutons et les vaches des Highlands, attendez-vous à apercevoir des biches, des cerfs, des écureuils et, en levant la tête, des rapaces, comme les buses et les aigles royaux.

Mais ce sont incontestablement le vélo et la randonnée qui récoltent le plus d’adeptes dans le coin, avec de nombreux itinéraires balisés de tous niveaux. Le plus connu de tous, le Great Glen Way, traverse sur 73 miles (117 km) les magnifiques paysages du Great Glen, de Fort William au sud à Inverness au nord. On le parcourt à vélo ou à pied, dans son intégralité (5 à 6 jours de marche) ou en partie. Il surplombe le Loch Ness du haut des collines environnantes.

Autre must, le Loch Ness 360 Trail (130 km) fait le tour du lac, donnant à voir ses deux rives très différentes.

Loch Affric © Andras - stock.adobe.com

Mais pour en prendre (vraiment) plein la vue, il ne faut pas manquer la vallée de Glen Affric voisine : c’est l’une des plus belles des Highlands, avec ses majestueuses forêts de pins et de chênes, bordées de petites montagnes, et ses lochs aux eaux miroitantes. Un endroit sublime au printemps, lorsque le Glen Affric est en fleurs, ou en automne quand la nature flamboie.

Plusieurs randos sont possibles à la journée dans les environs, comme le circuit autour du Loch Affric (18 km), entre lac, pinède et bruyère, ou la courte promenade (3 km) jusqu’aux cascades Dog Falls. Les plus courageux pourront s’aventurer sur l’Affric-Kintail Way, qui relie le Loch Ness à la côte ouest de l’Écosse (75 km). Prévoyez du temps, de bonnes chaussures de marche et, surtout, un appareil photo !

Inverness, la capitale des Highlands

Inverness, la capitale des Highlands
Inverness © Sergii Figurnyi - stock.adobe.com

Pour explorer la région du Loch Ness, Inverness (65 000 habitants), à la fois porte d’entrée et capitale des Highlands, constitue un excellent camp de base. Située à l’embouchure de la rivière Ness et à une dizaine de kilomètres du lac, cette ville à l’atmosphère provinciale se visite facilement à pied.

Le long de la rivière, le quai de Douglas Row aligne de belles demeures de grès rouge et des églises de style victorien, comme la Old High Church, jouxtée d’un pittoresque cimetière. De là, on franchit la rivière par une passerelle métallique suspendue pour rejoindre la néogothique Saint Andrews Cathedral, située sur l’autre rive.

Leakey’s Bookshop © Olivia Le Sidaner

En chemin, on admire la silhouette de grès rouge du château d’Inverness, reconstruit au 19e s, qui domine la ville du haut de sa butte. Sur Huntley St, le Scottish Kiltmaker Visitor Centre fait découvrir aux visiteurs les multiples nuances du kilt et des tartans. La promenade le long des berges peut se poursuivre jusqu’au Caledonian Canal.

De retour dans le centre-ville, quelques curiosités valent le coup d’œil, particulièrement sur Church Street, où se trouvent la plus vieille demeure d’Inverness (Abertaff House, 1593), un ancien hôpital du 17e s réhabilité (Dunbar Center) et surtout l’incroyable Leakey’s Bookshop, une librairie d’occasion installée dans une église du 18e s !

Enfin, comme toute ville écossaise qui se respecte, Inverness se vit aussi la nuit, dans l’un de ses pubs ou salles de concerts. Parmi les hauts lieux musicaux locaux, le pub Hootananny programme tous les soirs dans ses deux salles du folk, du rock et de la musique traditionnelle écossaise. L’endroit idéal pour siroter un whisky local (comme le Tomatin et le Singleton) et assister à un ceilidh (session de danse).

Culloden, Clava Cairns et Cawdor : balade dans l’histoire écossaise

Culloden, Clava Cairns et Cawdor : balade dans l’histoire écossaise
Culloden © Lance Bellers - stock.adobe.com

La région du Loch Ness est également un territoire marqué par l’histoire. Ainsi, à 11 km à l’est d’Inverness, la lande désolée de Culloden Moor a été le théâtre d'un événement majeur, la bataille du 16 avril 1746, qui vit l’échec de la dernière tentative pour réinstaller la lignée des Stuart sur le trône.

Les rebelles jacobites (partisans des Stuart) furent défaits en 1 h par le duc de Cumberland, à la tête des troupes anglaises loyalistes. Cette défaite, qui fit près de 2 000 victimes, sonna le glas de l’ancien système des clans et entraîna l’expulsion des Écossais des Highlands de leurs terres (les Clearences).

Sur le site, un centre d’interprétation permet de mieux comprendre cet épisode historique et ses enjeux. A l'extérieur, en arpentant la lande déserte et tranquille de Culloden battue par les vents, il est difficile d’imaginer le bruit et la fureur de la terrible journée de 1746.

Clava Cairns © philipbird123 - stock.adobe.com

À quelques encablures de Culloden, la machine à remonter le temps s’emballe à Clava Cairns où se trouvent trois sites funéraires de l’âge du bronze. Un témoignage exceptionnel des premiers habitants de l'Ecosse.

Les fans de la série télévisée Outlander se retrouveront en terrain connu. Les tumulus de pierres et les pierres levées au cœur de la forêt, qui sont loin d’avoir dévoilé tous leurs mystères, ont en effet inspiré le site imaginaire de Craigh na Dun, et notamment la « Split Stone » qui permet de se retrouver en l’an 1743.

Cawdor Castle © Olivia Le Sidaner

Le voyage temporel s'achève en beauté à Cawdor Castle, un château du 14e s posé dans un écrin de verdure. Les connaisseurs de Shakespeare se souviendront que le barde de Stratford-sur-Avon a qualifié Macbeth de « sire de Cawdor » dans sa pièce. Une autre légende... car il y autant de Macbeth à Cawdor que de monstre dans le Loch Ness. Le château a été bâti plus de 300 ans après la mort du véritable roi écossais qui a inspiré Shakespeare !

L’endroit, toujours habité par l’élégante Lady Cawdor, est ouvert à la visite en été. On s’y promène avec délice, le temps d’admirer les coquets salons, les tapisseries du 18e s, les portraits d’ancêtres, le lit à baldaquin, la collection de boules de cristal, l’antique cuisine et le mobilier précieux où se lit la longue histoire de la famille Cawdor.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le Routard Ecosse.

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide Écosse

Visit Britain, site officiel du tourisme en Grande-Bretagne

Visit Inverness Loch Ness, site de l’office de tourisme de la région du Loch Ness

Comment y aller ?

L’aéroport d’Inverness est desservi quotidiennement par Air France et Flybe (en partage de codes) via Birmingham au départ de Paris-CDG, par KLM (via Amsterdam) et British Airways (via Londres) au départ de leurs escales françaises. Trouvez votre billet d’avion.

Adresses

- Kingsmills Hotel : Culcabock Road, Inverness. Dans un grand jardin un peu à l’écart du centre-ville, cet hôtel comprend plus d’une centaine de chambres de grand confort réparties dans un bâtiment principal du 17e siècle et deux annexes luxueuses. Piscine, salle de sports et spa. Également une bonne table de cuisine locale, ainsi qu’un bar à whisky. Doubles à partir de 100 £ (115 €).

- Bazpackers Hostel : 4 Culduthel Road, Inverness. Une AJ bien située, dans deux bâtiments avec vue sur la Ness et le château. Lounge, kitchenette, dortoirs mixtes et appartement pour 4. Compter 15-26 £ (18-30 €) le lit.

-Prime Restaurant : 4-6 Ness Walk, Inverness. Une table moderne et élégante, spécialisée dans les steaks et les produits de la mer. Goûter à l’étonnant surf and turf mariant boeuf Angus et homard. Un délice ! Mention spéciale pour les desserts. Compter 16-29 £ le plat (18-32 €) et 35-50 £ pour un repas complet (38-55 €).

- Mustard Seed : 16 Fraser Street, Inverness. Niché dans une ancienne église (!), ce bistrot moderne invite plaisamment au péché de gourmandise avec une cuisine de terroir subtilement inventive et épicée. Un « grain de moutarde » qui a bien du caractère. Compter 30 £ (33 €) pour un repas.

- Loch Ness Inn : Lewiston, à la sortie de Drumnadrochit. Un resto installé dans une vénérable demeure du 19e s qui sert une cuisine généreuse mariant le terroir aux influences orientales. Également des plats vegans et sans gluten. Plats 10-20 £ (11-22 €).

- Cameron’s Tea Room : juste après Foyers, sur la B652 en direction de Fort Augustus, une halte des plus recommandables, au milieu des prés, pour prendre un thé et une pâtisserie (succulent scones) après une balade en forêt.

- The Brasserie @ Lovat Hotel : Fort Augustus. Le resto de l’hôtel Lovat (catégorie chic) propose une excellente formule du midi à 10 £ (12 €) comprenant soupe et sandwich. Une aubaine pour un établissement d’une telle qualité.

- Corner on the Square : 1 High Street, Beauly. Un sympathique deli au cœur du village de Beauly pour acheter (ou manger sur place) de bons produits écossais (fromages, confitures…), des pâtisseries maison accompagnées d’un thé ou d’un jus de fruits.

- Johnny Foxes and the Den : 26 Bank St, Inverness. Un complexe comprenant bar, resto, boîte et pub. Musique live tous les soirs. Très populaire.

- Hootananny : 67 Church St. Incontournable à Inverness, ce pub musical très animé propose de la musique folk au rez-de-chaussée (ceilidh le samedi, vraiment super) et de la pop-rock au 1er étage. Le tout, en concert live comme il se doit. Ambiance au top.

- Campbells of Beauly : High St, Beauly. Ouverte depuis 1858, une institution pour le tweed et les lainages, idéal pour les amateurs de scottish style, classique et vintage. Pas donné, mais la qualité a un prix !

Trouvez votre hôtel en Ecosse

Croisières sur le Loch Ness

Au départ d’Inverness en direction d’Urquhart Castle avec Jacobite Experience Loch Ness 

Au départ de Fort Augustus vers Urquhart Castle avec Cruise Loch Ness

 

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Écosse Les articles à lire

Voyage Écosse

Bons Plans Voyage

Services voyage