Madère, côté mer

Madère, côté mer
Plage de Machico © Balate Dorin - stock.adobe.com

Si Madère est connue pour ses randonnées le long des levadas – canaux d’irrigation –, elle l’est moins pour son littoral. Pourtant, située au milieu de l’océan Atlantique, l’île portugaise est un spot privilégié pour de nombreuses activités, en particulier pour le surf. Sans oublier Porto Santo et ses magnifiques plages…

Se baigner à Madère : de plage en piscine naturelle

Se baigner à Madère : de plage en piscine naturelle
Plage de Seixal © Francisco Correia Photos - Madeira Promotion Bureau

Les plages de sable sont peu nombreuses sur l’île principale, mais elles ont l’avantage d’être aussi différentes les unes que les autres. On trouve quatre plages de sable noir à Caniçal, Seixal, Porto Moniz et Funchal et deux plages de sable jaune – artificielles – à Calheta et Machico. Coup de cœur pour la plage de Seixal au pied d’une montagne, tout près d’une piscine naturelle. On peut même se rincer sous une cascade d’eau douce après avoir fait trempette dans l’Atlantique.

En raison de la configuration géologique de Madère, avec de grandes falaises se jetant à pic dans l’océan, il n’est pas toujours aisé de se baigner. C’est pourquoi des espaces ont été aménagés un peu partout sur l’île. Ce sont de grandes dalles de béton sur lesquelles sont posés des transats. On accède ensuite à l’eau par une échelle. Fajãs dos Padres, un petit bout du monde à l’ouest de Funchal, par lequel on accède seulement en téléphérique, en est un bel exemple : là-bas on peut louer un transat, pratiquer le kayak et prendre un zodiac pour aller observer les cétacés. Nec plus ultra : le restaurant de poissons frais sur place.

Piscine naturelle à Porto Moniz © Mauro Rodrigues - stock.adobe.com

Phénomènes rares, dus aux éruptions volcaniques : les piscines naturelles, creusées dans la roche volcanique et remplies d’eau. Elles sont la garantie d’une baignade en toute tranquillité, à l’abri des vagues qui agitent l’océan. Deux d’entre elles se trouvent à Porto Moniz et les deux autres à Seixal, au nord, et Porto da Cruz.  

Observer les cétacés à Madère

Observer les cétacés à Madère
Dauphins à Madère © Madeira Promotion Bureau

Il est possible d’observer des cétacés durant toute l’année dans l’archipel de Madère, grâce à sa position géographique, à la croisée des routes migratoires. Madère est aussi un spot de regroupement de ces mammifères qui y trouvent pérennité. Pas moins de 28 espèces marines baignent autour de l’île : dauphin commun, dauphin tacheté de l’Atlantique, grand dauphin, cachalot, baleine-pilote, rorqual de Bryde, mais aussi tortue caouanne.

On peut les voir de plus près au cours d’une balade en bateau reliant Madère à Porto Santo, ou tout simplement en montant à bord d’un zodiac ou de la réplique de Santa Maria, le bateau de Christophe Colomb. Une expérience magique, où l’on se croit revenu au temps des grandes découvertes.

Le départ se fait généralement depuis le port de Funchal, mais l’on peut demander de se faire récupérer ailleurs. La promenade dure environ 2-3 h. Tandis que le capitaine file au large de la côte, un biologiste présente les différentes espèces marines que l’on peut observer et, armé de ses jumelles, il guette la présence des géants des mers.

Lors de ces expéditions, il n’est pas question de déranger les animaux dans leur habitat naturel : une fois leur présence détectée, les moteurs sont coupés pour leur permettre de progresser sans encombre.  

Une autre promenade en mer donne l’occasion d’apercevoir le dernier refuge atlantique du phoque moine, le phoque le plus rare du monde. Celle qui mène aux ilhas Desertas (îles désertes). Jadis omniprésent, ce pinnipède est aujourd’hui une espèce menacée. Il en subsiste environ 650 dans le monde, dont 40 à Madère. Ici, sa population a quintuplé depuis les années 1980. Pour les préserver, la pêche sous-marine et la navigation dans la zone sud de l’île sont interdites  et le lieu est classé réserve naturelle. En revanche, il reste possible de visiter l’ilha Deserta Grande en se procurant une autorisation des Services du Parc naturel de Madère.

Surf et plongée à Madère : petite Hawaï et grandes vagues

Surf et plongée à Madère : petite Hawaï et grandes vagues
Surf à Madère © Madeira Promotion Bureau

Amateurs et professionnels, sortez vos planches ! Certains surfeurs considèrent même Madère comme le « Hawaï de l’Atlantique ». Elle est à bien des égards un endroit de choix pour pratiquer ce sport nautique. En raison de sa position géographique, Madère reçoit les houles de l’Atlantique nord. Les côtes de Jardim do Mar, Paul do Mar, Porto da Cruz et São Vicente, au nord, sont particulièrement réputées pour leurs déferlantes. Les débutants trouveront des écoles de surf pour s’initier en toute sécurité.  

L’autre activité emblématique de l’île est la plongée sous-marine, que l’on pratique plutôt au sud. Madère est l’un des meilleurs endroits d’Europe pour ça. La diversité de ses fonds marins, la température de l’océan – entre 17 et 24°C tout au long de l’année – et la tranquillité des lieux sont l’occasion de belles sorties plus ou moins sportives, destinées aux professionnels comme aux amateurs. Du mérou au phoque moine, il est possible d’observer des espèces très différentes, selon le spot de plongée que l’on choisit.

Plongeur face à un mérou © Madeira Promotion Bureau

Dans le sud de l’île, la réserve naturelle de Garajau, à moins de 100 m de la côte, est très prisée des plongeurs en raison de la diversité des espèces rencontrées. Deux spots intéressants, Arena et Mamas, offrent tous deux la possibilité de rencontrer des bancs de poissons (sars, saupes, grondeurs métis…) et des anguilles jardinières, sur fond de sable. On peut également plonger avec le club naval de Funchal, à Baixas das Moreias. Au cours de cette sortie, on rencontre plusieurs types de murènes : brune, noire, de Méditerranée et des îles, sur fond de coulées de lave.

À l’est, les spots situés sur la Ponta de São Lourenço, Baixa d’Abra et Baixa do Lobo permettent l’observation du phoque moine qui vient ici trouver de quoi manger. Plus à l’ouest, à Caniçal, on peut également observer le pinnipède dans la grotte de Ponta da Oliveira.

Outre les bancs de poissons et mammifères marins, on peut profiter d’une plongée pour se rendre sur certains bateaux naufragés militaires ou commerciaux, qui ont fait l’histoire de l’île : Bom-rei, Prompt, Madeirense, etc.

Porto Santo : la plus belle plage de Madère

Porto Santo : la plus belle plage de Madère
Plage de Porto Santo © eugenesergeev - stock.adobe.com

L’histoire raconte que Porto Santo a été découverte en 1418, un an avant Madère, par trois marins qui y ont trouvé refuge à la suite d’une tempête. João Gonçalves Zarco, Tristão Vaz Teixeira et Bartolomeu Perestrelo la surnommèrent Porto Seguro – « Port sûr » – ou Porto Santo – « Port saint » – car l’équipage lui devait son sauvetage. D’autres grands noms de l’histoire ont habité l’île, à l’image de Christophe Colomb qui y vécut entre 1479 et 1481.

Plus aride et présentant un relief modéré, Porto Santo est bien différente de Madère. L’île de 42,48 km² reste un passage obligatoire pour ceux qui souhaitent lézarder sur la plage, pratiquer des activités aquatiques ou profiter des vertus thérapeutiques du sable.

Sa grande étendue de sable doré de 9 km de long embrasse toute la côte sud. Les dunes rythment le relief et lui confèrent des airs de plages du sud-ouest de la France. On y trouve des bars pour se désaltérer, de grands transats pour piquer un somme, des vestiaires colorés et toutes les commodités nécessaires pour passer un agréable moment. Du fait de ses atouts, elle fait partie des meilleures plages d’Europe.

Plage de Salemas © Francisco Correia Photos - Madeira Promotion Bureau

Porto Santo est également renommée pour son sable. Composé essentiellement de carbonate de calcium, il possède des vertus thérapeutiques reconnues scientifiquement. On peut s’accorder une parenthèse bien-être au centre de soin de thalassothérapie qui jouxte la plage, en particulier si l’on est sujet aux rhumatismes et autres problèmes osseux.

Que serait l’île sans ses eaux limpides ? Turquoise et chaud, de ce côté de l’Atlantique, l’océan permet un large éventail d’activités aquatiques ou tout simplement l’opportunité de se baigner en toute tranquillité. 

Stand up paddle, snorkeling et plongée sont faisables partout autour de l’île. Enfin, à la différence de Madère, Porto Santo possède seulement une piscine naturelle, mais l’une des plus belles, sur la plage des Salemas au nord, dans une crique à côté du port éponyme.

Pour en savoir plus

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos utiles dans le Routard Madère en librairie

Pour préparer votre séjour, consulter notre guide en ligne Madère.

Comment y aller ?
La compagnie aérienne TAP Air Portugal propose des vols réguliers entre Paris (et d’autres aéroports français) et Funchal. Correspondance à Lisbonne ou à Porto avec possibilité de stop-over. Trouvez votre billet d’avion.

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel à Madère.

Voir aussi Madère : 5 expériences à vivre

Texte : Maëva Zabner

Mise en ligne :

Madère Les articles à lire

Voyage Madère

Bons Plans Voyage

Services voyage