Le Luberon, la Provence en couleurs

Le « Colorado provençal » : le Luberon en jaune et rouge

Le « Colorado provençal » : le Luberon en jaune et rouge
Colorado provençal © Kushnirov Avraham - Fotolia

Une montagnette d’ocre a permis le développement économique du pays d’Apt aux 19e et 20e  siècles. Ces sables aux teintes allant du jaune très pâle au rouge violet forment aujourd’hui encore un des paysages les plus étranges et saisissants qui soient.

On se balade dans ce « Colorado provençal » à Rustrel, où l’érosion autant que la main de l’homme (ces carrières d’ocre ont été exploitées depuis la Révolution) ont façonné un paysage à l’apparence fantasmagorique. Petit conseil : l’ocre tache sérieusement. Pour nettoyer d’éventuelles taches : savon de Marseille et eau froide.

Un itinéraire cyclo-touristique balisé de 50 km sillonne à travers les ocres. Les moins sportifs s’offriront une balade en calèche dans le massif ocrier… ou survoleront ces étonnants paysages colorés en montgolfière.

On peut même apprendre à confectionner sa propre peinture avant d’aller poser son chevalet face à l’un des plus beaux villages perchés du Luberon, Roussillon. Artistes et artisans potiers y exposent leurs œuvres dans leurs ateliers et galeries.

Pour en savoir plus sur l’ocre, direction les mines d’ocres à Gargas et surtout l’ancienne usine d’ocre Mathieu à Roussillon, qui abrite le conservatoire des ocres et de la couleur, Ôkhra, qui perpétue les savoir-faire. Un lieu « en or ».

Texte : Gérard Bouchu

Provence Les articles à lire

En décembre, la Provence fête Noël en se parant de mille feux. Dans toute la région, la...

Bons Plans Voyage

Services voyage