Thaïlande : Ko Lanta, la vraie !

Lanta Town, melting-pot culturel

Lanta Town, melting-pot culturel
Carine Keyvan

Lanta Town, située sur la côte sud-est de l’île, semble bien paisible. Pourtant, l'endroit a longtemps été le centre névralgique de l’île. Le port principal était autrefois utilisé par les pêcheurs en longboat, les gitans des mers « Chao leh », un peuple semi-nomade. Ils ont été les premiers à s’installer sur l’île, il y a 500 ans.

Les baraquements de leur village, dans le prolongement de Lanta Town, ressemblent plus à un bidonville qu’à autre chose. Quelques guesthouses s’y sont installées, pour ceux qui veulent séjourner au cœur de la population.

Lanta Town est plus agréable. Ses lanternes rouges, qui trônent sur les façades en bois des maisons, rappellent que les marchands chinois en avaient fait un important port commercial. La ville illustre le mélange de communautés (Thai chinois, Thai musulmans, Thai bouddhistes et gitans), qui fait la richesse de l’île.

Une diversité mise en avant chaque année à travers le Lanta festival (en mars). L’animation est alors à son comble : villageois et touristes convergent pour venir écouter les concerts de Rong-Ngen, musique traditionnelle gitane, de jazz ou de reggae, goûter aux spécialités proposées par la cinquantaine de stands de streetfood et faire des emplettes sur le joli marché artisanal. À ne pas manquer : la cérémonie rituelle des gitans pour chasser les mauvais esprits de l’eau.

Cette ambiance fête de village populaire est plutôt rare sur les îles thaïlandaises. C’est sans doute un des atouts de Ko Lanta, qui mise plus sur son authenticité que sur sa beauté.

Texte : Carine Keyvan

Mise en ligne :

Thaïlande Les articles à lire

Voyage Thaïlande

Bons Plans Voyage

Services voyage