Île de Vancouver, sauvage par nature

Presque aussi vaste que les Pays-Bas, peu peuplée, au relief montagneux et recouverte de forêts, l'île de Vancouver laisse libre cours à une nature préservée où évoluent ours et pumas. Snob Frog a profité de son PVT pour partir à sa découverte.

Myra Falls & Buttle Lake, Strathcona Provincial Park

Myra Falls & Buttle Lake, Strathcona Provincial Park
© Snob Frog

Dans le Strathcona provincial park, on peut longer le Buttle Lake pour aller admirer les Myra Falls.

Mystic beach, Juan de Fuca Trail

Mystic beach, Juan de Fuca Trail
© Snob Frog

Une côte pleine de sapins, une chute d’eau qui donne directement sur la plage… Mystic beach est un petit bout de paradis.

Cathedral Grove, Mac Millan Provincial Park

Cathedral Grove, Mac Millan Provincial Park
© Snob Frog

Certains arbres ont plus de 800 ans et 9 mètres de circonférence, pour une hauteur dépassant les 50 mètres. Cette forêt pluviale reçoit plus de 3 mètres d’eau par an !

Tofino

Tofino
© Snob Frog

Tofino est connu pour être l’un des plus beaux endroits de l’île et aussi l’un des plus touristiques.

Suspension bridge to Mystic Beach, Vancouver

Suspension bridge to Mystic Beach, Vancouver
© Snob Frog

Une randonnée de 2,5 km dans la forêt pour aller voir l’une des plus belles plages de l’île.

Elk Falls, Elk Falls Provincial Park

Elk Falls, Elk Falls Provincial Park
© Snob Frog

Non loin de de la ville de Campbell River, le parc de Elk Falls abrite une très jolie chute d’eau et un pont suspendu de 60 mètres de haut.

Ciel étoilé au Sooke Regional Park

Ciel étoilé au Sooke Regional Park
© Snob Frog

À seulement 40 minutes en voiture de Victoria, le Sooke regional park (à prononcer « souki ») est un lieu idéal pour observer les étoiles et, quelques fois, la voie lactée.

Ucluelet

Ucluelet
© Snob Frog

Non loin de Tofino, la ville d’Ucluelet permet d’observer des lions de mer et une partie du parc de Pacific Rim.

Cathedral Grove, Mac Millan Provincial Park

Cathedral Grove, Mac Millan Provincial Park
© Snob Frog

Le fameux MacMillan provincial park accueille le vertigineux Cathedral Grove, un parc qui abrite de nombreux anciens sapins de Douglas.

Sandcut Beach, Sooke Regional Park

Sandcut Beach, Sooke Regional Park
© Snob Frog

L’une des plages typiques du Sooke Regional Park.

Sur la route

Sur la route
© Snob Frog

Harris Canyon

Harris Canyon
© Snob Frog

La très belle Pacific Marine Road passe dans les montagnes de l’île. On y croise fréquemment des ruisseaux et, quelques fois, des petits canyons.

Chesterman Beach, Pacific Rim

Chesterman Beach, Pacific Rim
© Snob Frog

Chesterman beach est connue pour accueillir de nombreux surfeurs (oui, des surfeurs au Canada !). Ce lieu fait partie d’une série de plages sauvages situées dans le Pacific Rim National Park Reserve, l’un des plus beaux parcs du Canada.

Sproat Lake

Sproat Lake
© Snob Frog

L’un des plus beaux lacs que l’on croise sur la route 4. Entouré de montagnes, le Sproat lake est également connu pour accueillir, de temps en temps, les fameux avions « Canadair ».

Rencontre entre montagnes et forêts

Rencontre entre montagnes et forêts
© Snob Frog

Questions à Snob Frog

Le Routard : Pourquoi avoir choisi cette destination ?

Snob Frog : Parce que j’ai vécu 1 an à Toronto et que j’en étais à mon deuxième hiver canadien ! J’ai cherché sur internet les endroits les moins froids du Canada pendant l’hiver et je suis tombé sur l’île de Vancouver. Les températures y sont relativement douces et l’ensoleillement fait partie des plus élevés du pays à la feuille d’érable. Ensuite, j’ai regardé à quoi ressemblait l’île sur internet et ma décision était prise.

Le Routard : Peux-tu nous en dire plus sur ce voyage ?

Snob Frog : Je suis en PVT au Canada (visa vacances travail) et il me restait 1 an à faire. Comme je le disais, j’ai passé ma première année à Toronto et j’avais besoin de voir la nature canadienne, ce pour quoi j’avais choisi ce pays pour mon PVT. Je n’ai pas vraiment eu besoin d’organisation particulière car je travaille en freelance et donc il me suffit d’avoir un toit sur la tête avec une bonne connexion wifi et je peux travailler partout dans le monde, ou presque. En tout, je suis resté deux mois sur l’île et j’ai pu en visiter une bonne partie depuis Victoria jusqu’à Tofino à l’Ouest et Campbell River à l’Est. Je n’avais que les week-ends pour me déplacer donc je n’ai, hélas, pas pu aller jusque dans le Nord de l’île.

Le Routard : As-tu des coups de cœur ou des expériences qui t'ont particulièrement marqué et que tu recommanderais ?

Snob Frog : Oui, le vol en hydravion à Tofino reste un souvenir mémorable que je recommande à tout le monde. De même, visiter le parc de Strathcona juste à la fin de l’hiver, quand les dernières neiges sont en train de fondre, est la période idéale pour profiter du lac Butle et des chutes d’eau, tout en évitant le tourisme de masse très présent en été.

Le Routard : As-tu des anecdotes particulières ?

Snob Frog : Oui, je suis allé à Vancouver Island entre autres parce qu’il ne neige que très peu là-bas. À peine arrivé, j’ai eu 30 centimètres de neige et l’organisation de mes différents week-end était complètement à revoir.

Outre ce contretemps fâcheux, j’ai également tenté une randonnée en pleine forêt pour aller voir Mystic Beach au coucher du soleil. La randonnée fut périlleuse et je ne m’attendais pas à ce que le soleil se couche si vite. J’ai dû rentrer de nuit et je me suis complètement perdu. J’ai croisé deux Canadiennes qui avaient l’air plus débrouillardes que moi et qui m’ont gentiment proposé de m’accompagner jusqu’au parking, ce que j’ai accepté jusqu’à ce que je me rende compte que nos parkings n’étaient pas au même endroit. J’ai donc décidé de continuer seul tel un jeune loup solitaire jusqu’à ce que, justement, j’entende des loups au loin dans la forêt. J’ai alors arrêté de faire le brave et j’ai rejoint les deux randonneuses afin d’être escorté en toute sécurité.

Et comme il y a très peu de routes sur l’île, le moindre accident peut provoquer des embouteillages monstrueux. J’en ai été témoin à la suite d’un double accident de voitures sur la route 4 qui m’a bloqué toute la journée dans ma voiture. Sur l’île, il vaut donc mieux prévoir un plan B !

Le Routard : Que représente la photographie de voyage pour toi, es-tu photographe professionnel ?

Snob Frog : Oui et non. Je suis directeur artistique, donc il m’arrive de faire de la photo de produit pour gagner ma vie mais ce n’est pas mon cœur de métier. Je fais surtout de la photographie de paysage par passion mais si je pouvais en vivre, ce serait génial !

Le Routard : As-tu un sujet et/ou un style de prédilection, essaies-tu de faire passer un message dans tes photos ?

Snob Frog : Je fais essentiellement de la photographie de paysage, que ce soit en pleine nature ou en ville mais je préfère largement photographier la nature et ses grands espaces. Quelque fois, lorsque je suis assez proche, je fais des portraits d’animaux mais je ne suis pas équipé pour faire de la photographie animalière.

En 2017, j’ai créé un blog (www.snobfrog.com) où je poste régulièrement des articles sur mes différents voyages et j’essuie souvent la critique de ne jamais avoir « personne sur mes photos ». C’est pourtant l’un des buts de mon travail !

C’est aussi pour ça que les photos ne vont pas vraiment sans les articles, car mon travail est un tout.

Les rencontres que je fais, je les décris dans mes textes, j’en fais même parfois des bandes dessinées, mais j’ai pris le parti (qui peut, certes, paraitre misanthrope) de ne pas les photographier, de les faire passer en second plan.

On a trop souvent considéré la peinture ou la photographie de paysage comme un art mineur. Coluche disait qu’on a tendance à faire passer les comédies au second plan dans le cinéma mais qu’il est pourtant aussi difficile de faire rire que de faire pleurer. C’est un peu la même chose pour la photo : on a tendance à faire passer la photographie de paysage en second plan, derrière la photographie de portrait. Pourtant, il est peut-être plus difficile de faire passer une émotion à travers un paysage qu’à travers un portrait.

Lorsqu’Alexis Cordesse sort une série de photographies sur le Rwanda, ce ne sont peut-être que des photos de paysages idylliques, mais les légendes qui expliquent qu’il y a eu 800 000 morts à tel endroit pendant le génocide des Tutsis transforment la perception de ses clichés.

Cependant, je ne veux en rien opposer la photographie de portrait et la photographie de paysage. D’ailleurs, Alexis Cordesse a également fait une série de portraits des Hutus génocidaires avec des témoignages glaçants qui est saisissante.

Par ailleurs, et de manière plus légère, je reste un grand fan du travail de JR ou de Lee Jeffries et, plus personnellement, du travail de Paolo Raeli, qui me fait penser aux films de Gregg Araki ou a certains plans de séries britanniques sur l’adolescence.

Le Routard : Quel équipement photographique emportes-tu en voyage, comment retravailles-tu tes photos au retour ?

Snob Frog : Je prends très peu de choses : un Nikon D610 et un Nikkor 24-85mm f/3.5-4,5 achetés d’occasion sur un site de vente entre particuliers, un filtre ND 1000 et un trépied classique. J’ai également une petite télécommande pour les longues expositions mais c’est à peu près tout. Je n’ai qu’un seul filtre et qu’un seul objectif.

Pour la post-production, je passe par Lightroom et j’applique un filtre très léger sur toutes mes photos avec Photoshop pour garder une cohérence dans mes séries. Photoshop me permet également, parfois, d’effacer des éléments parasites sur mes clichés s’ils viennent perturber le sens de lecture de mes photos. S’il faut effacer un car de touristes en bas d’une pyramide en Egypte, je le ferai sans aucun scrupule si mon sujet est la pyramide et non le tourisme de masse.

La retouche est très importante et parfaitement assumée dans mon travail. J’explique d’ailleurs longuement pourquoi dans ma vidéo YouTube « Le mythe de la retouche photo » sur ma chaine Snob Frog en faisant, notamment, une analogie avec le cinéma.

Lorsqu’on fait de la photographie de paysage, on dépend totalement de la lumière naturelle. C’est la grosse différence avec la photographie en studio et, en ce sens, la photographie de paysage peut devenir très difficile à réaliser. Lorsqu’on est en voyage, la plupart du temps, on passe par un endroit et il est probable qu’on n’y revienne peut-être jamais. Il devient alors très stressant de réussir à réaliser la photo qu’on souhaiterait absolument. Et si le temps ou la luminosité n’est pas de notre côté, ça peut être très frustrant. J’ai raté un nombre incalculable de photos à cause de ça et la retouche me permet, parfois, de rattraper ce manque de chance.

Découvrez d'autres images de Snob Frog sur son profil Routard et son site personnel.

À voir également nos autres portfolios et toutes les photos de la communauté.

Cet article peut également vous intéresser :
Road trip en Amérique du Nord

Vous aussi, montrez-nous vos plus beaux clichés.

 

Mise en ligne :

Canada Les articles à lire

Voyage Canada

Bons Plans Voyage

Services voyage