Autour de Lascaux, dans la vallée de la Vézère

Autour de Lascaux, dans la vallée de la Vézère
"Chevaux « chinois » - Diverticule Axial, paroi droite – LASCAUX II. Site ouvert à la visite ( www.semitour.com ) Crédit : APPI / SEMITOUR

On célèbre en 2010 les 70 ans de la découverte de la grotte de Lascaux dans la vallée de la Vézère, un des joyaux de la Dordogne. Des sites préhistoriques à foison, une nature généreuse agrémentée de châteaux, de villages et de restaurants remarquables… Bienvenue dans le royaume de l’homme de Cro-Magnon !

La vallée de la Vézère et ses trésors

Cette petite vallée fait partie du Périgord noir, lequel est situé au sud-est de la Dordogne - sa capitale est Sarlat. Elle est exceptionnelle : on y trouve vingt-cinq sites préhistoriques majeurs, dont quinze sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Beaucoup se visitent. Comme les distances les séparant sont courtes, vous ne perdez pas trop de temps en transport. Cela dit, circuler dans la vallée n’est en rien un calvaire !

Le cours de la Vézère offre en effet des paysages d’un charme fou. Cette rivière est bordée de falaises couvertes de forêts dominées par les chênes verts, arbres aux teintes foncées qui donnent son surnom au Périgord noir. Des prairies et quelques champs forment un tapis d’un vert plus clair d’où l’on voit jaillir de merveilleux petits villages tels que Saint-Léon-sur-Vézère, Saint-Amand-de-Coly et Limeuil. Deux agréables bourgs sont vos points de repère dans la partie préhistorique de la vallée : Montignac et Les Eyzies-de-Tayac. Vous y trouvez tous les services nécessaires. Évidemment, des hébergements et des restaurants variés vous attendent tout autour de la Vézère.

Si tout cela ne vous suffit pas, notez que la vallée recèle des grottes à cristaux, des gouffres, des jardins, des châteaux, des musées. On peut aussi y pratiquer divers sports et loisirs. À pied, à cheval, en voiture, en canoë ou à vélo, sa découverte se fait comme vous voulez.

Un voyage dans le temps

Ici, près de 20 000 ans de préhistoire vous contemplent ! La grande originalité de la vallée est d’être un des rares territoires où nos ancêtres ont vécu sans interruption, y compris durant les périodes glaciaires. On vous le dira partout lors de vos visites : s’ils y ont exprimé leur tempérament artistique, ce n’est pas dans les grottes qu’ils se logeaient, mais sous les falaises, dans de vastes cavités aérées. Faire du feu dans une grotte vous refroidit définitivement, car c’est produire du gaz carbonique qui a pour effet de vous asphyxier.

Les visites de sites sont relativement courtes (souvent moins d’une heure). Mais ce qui peut vous prendre du temps, c’est de ne pas vous organiser. Ici vous aurez besoin de réserver votre place, là d’aller retirer votre billet en ville, etc. Consultez à l’avance les conditions de visite pour que rien n’entrave votre voyage dans le temps. Et prévoyez un vêtement chaud avant de pénétrer dans les grottes !

Lascaux II et Les Eyzies

« Oh merde !... Pardon, les enfants… » L’instituteur de Montignac ne peut exprimer autrement sa surprise devant les peintures qui ornent la grande salle de la grotte de Lascaux en ce jour de septembre 1940. Quatre adolescents sont venus le chercher afin de partager leur découverte avec un adulte digne de confiance.

Rapidement, Lascaux deviendra la grotte ornée la plus célèbre au monde. Les peintures se dégradant, le site est fermé au public en 1963. Il faut attendre 1983 pour que l’on puisse revoir l’essentiel des œuvres dans un espace souterrain construit à proximité, sous la forme d’une reproduction à l’identique, relief compris, des salles les plus riches de la grotte. C’est au peintre Monique Peytral que l’on doit ce stupéfiant fac-similé. On reste pantois devant la qualité du travail de ces artistes qui, voilà environ 17 000 ans, ont représenté les animaux sauvages qui les environnaient : aurochs, bisons, chevaux, cerfs, bouquetins…

Vous voulez de l’authentique ? Parmi les dernières grottes ornées de peintures préhistoriques que l’on peut visiter figure celle de Font-de-Gaume aux Eyzies-de-Tayac. Un guide vous mène à travers un conduit semi obscur, déclenchant au fur et à mesure des projecteurs vous faisant apparaître des représentations de bisons. Ils sont là, à quelques dizaines de centimètres de votre visage…

D’autres sites à visiter

Entre ces deux hauts lieux, vous pouvez faire halte dans d’autres sites ; la distance entre Montignac et Les Eyzies est de 25 kilomètres. À Thonac, vous avez Le Thot, un petit musée où vous retrouvez les fac-similés des peintures de Lascaux qui ne figurent pas à Lascaux II, car elles sont disséminées dans le dédale de la grotte originale. Dans des salles de projections avec écran reproduisant le relief des parois, des films détaillent la réalisation des peintures. Fascinant !

Non loin de là se trouve le Site préhistorique de Castel-Merle à Sergeac (Tél. : 05-53-50-79-70) où une équipe très sympathique organise des activités pour les groupes : tir au propulseur de sagaie, allumage de feu, taille de silex... Faites ensuite un arrêt au Village troglodytique de la Madeleine à Tursac. La découverte sur place d’objets et d’ossements en 1863 a permis de mieux connaître les homo sapiens de la période située entre environ 17 000 et 10 000 ans av. J.-C – on la nomme magdalénienne en référence à ce village. Ici on imagine bien de quelle manière nos ancêtres vivaient. Ils avaient bon goût : le site est superbe !

Arrivé aux Eyzies, il ne faut pas manquer d’aller voir l’Abri de Cro-Magnon, cavité située sous une petite falaise où ont été trouvés en 1868 des ossements et des silex taillés. Le site a longtemps donné son nom aux premiers homo sapiens. En occitan, il signifie « grotte de Magnon », lequel était tout simplement son propriétaire ! L’accès est libre (route de Tayac, contourner l’hôtel Cro-Magnon sur la gauche). À quelques mètres de là, au centre du bourg, le moderne Musée national de Préhistoire présente des collections de tout premier ordre.

Pour conclure ce trajet, n’hésitez pas à faire quelques kilomètres de plus afin de voir la Grotte du Sorcier à Saint-Cirq. Placée au pied d’une falaise, à côté d’une superbe petite maison du XVIIe siècle, elle est accessible par une simple porte. Il s’agit d’un ancien cellier où l’on a découvert, chose rare, la représentation d’un homme. Sa position et son apparent accoutrement (plus un pénis en érection !) l’ont fait surnommer « le sorcier ».

D’autres grottes et gisements historiques se visitent dans la vallée : renseignez-vous auprès des offices de tourisme et du Pôle international de la Préhistoire.

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Aquitaine.

Comment y aller ?

Par la route
- Les grands axes routiers les plus proches sont les autoroutes A20 Paris Barcelone et A89 Bordeaux Lyon.

Par avion
- Aéroport de Bergerac Dordogne Périgord : liaisons avec Paris et Bruxelles-Charleroi.
- Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne à Cressensac : liaisons avec Paris.
- Aéroport de Périgueux Bassilac : liaisons avec Paris.

Par le train
- Plusieurs grands lignes vous déposent à proximité de la vallée : Paris-Agen (arrêt Périgueux), Paris-Toulouse (arrêt Brive ou Souillac), Bordeaux-Lyon (arrêt Périgueux ou Brive), Paris Bordeaux en TGV (arrêt Libourne).
- Des TER vous rapprochent ensuite. De Bergerac ou Libourne à Sarlat : TER Bordeaux-Sarlat. De Périgueux aux Eyzies ou au Bugue : TER Périgueux-Agen. De Sarlat aux Eyzies : TER Bordeaux-Sarlat, changement au Buisson, puis TER Périgueux-Agen.
- Vous pouvez prendre aussi un car du Réseau Transpérigord : liaisons Brive-Montignac ; Sarlat-Montignac ; Périgueux-Montignac ; Souillac-Sarlat.

Où manger ? Deux restaurants qui concilient avec talent tradition et inventivité.
- La table du très bel hôtel Les Glycines aux Eyzies.
- Lou Cantou de la Coste à Montignac. Tél. : 05 53 51 86 92.

Liens utiles

Texte : Michel Doussot

Mise en ligne :

Aquitaine - Bordelais, Landes Les articles à lire

Voyage Aquitaine - Bordelais, Landes

Bons Plans Voyage

Services voyage