Cinque Terre, l'éternel italien

Cinque Terre, l'éternel italien
Manarola © Freesurf - Fotolia

Cinq villages d'origine médiévale, hors du temps, suspendus entre ciel et mer face au bleu de la Méditerranée. Entre Gênes et La Spezia, sous le soleil de la Ligurie, les Cinque Terre, restés longtemps à l’écart du monde, jouissent d’une cote d’amour exceptionnelle auprès de ceux qui les connaissent.

Et pour cause… Avec leurs petites maisons colorées agglutinées à flanc de falaise ou lovées au creux du vignoble, ces villages de poche semblent indifférents à la modernité et au tourisme de masse.

Certes, les Cinque Terre se méritent. Tant mieux ! N’espérez pas vous y rendre en voiture, c’est en train, à pied ou, mieux, en bateau que vous les découvrirez. Passez-y la nuit. Quand les foules pressées sont reparties, au clair de la lune, ces joyaux retrouvent toute leur sérénité, entre le clapotis des flots et le parfum des essences méditerranéennes. 

Les Cinque Terre : un concentré de beauté méditerranéenne

Les Cinque Terre : un concentré de beauté méditerranéenne
© Martin M303 - Adobe Stock

Situés en Ligurie entre Gênes et la Spezia, les cinq villages médiévaux des Cinque Terre, accrochés à flanc de colline face à la mer, comptent parmi les joyaux de l’Italie. Leur secret ? Longtemps isolés, pratiquement inaccessibles en voiture, ils ont su résister aux assauts de la modernité et aux pelleteuses des promoteurs immobiliers. Ils invitent, dans un cadre enchanteur, à un voyage dans le temps, dans l’éternité de la mer allée avec le soleil.

Riomaggiore, Manarola, Corniglia, Vernazza (photo), Monterosso al Mare… Blotties au cœur de collines arborant des cultures en terrasses, ces cinq perles côtières multicolores semblent en effet vivre au rythme d’activités ancestrales, comme la pêche, la culture de la vigne, de la figue et des citrons qui poussent dans des vergers ombragés. Une sorte de jardin d’Éden que seul vient perturber le passage d’un train ou le bruit d’un bateau à moteur.

Longtemps imprenables, les Cinque Terre sont demeurés à l’écart du monde jusqu’à leur intégration à la république de Gênes au début du XXe siècle. Ayant résisté au fil des siècles aux invasions, notamment par les Sarrasins, ces villages d’Astérix ligures se sont forgés une personnalité à part. Aujourd’hui ouverts au tourisme, ils sont classés comme Parc national et Aire marine protégée, et inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Laissez donc votre voiture à La Spezia, prenez le train jusqu’à Riomaggiore et découvrez les Cinque Terre à pied : vous serez conquis. Et n’hésitez pas à y passer la nuit. Les villages, désertés par les touristes pressés, offrent tout leur calme et leur charme irrésistible au voyageur curieux. C’est un bonheur…

Les villages des Cinque Terre

Les villages des Cinque Terre
© f11photo - Adobe Stock

Distants de quelques kilomètres à peine les uns des autres, les cinq villages, reliés par des sentiers, le train ou le bateau, peuvent facilement se visiter en une ou deux journées (pour les plus pressés). Riomaggiore (photo) est le premier d’entre eux, en venant de La Spezia, la grande ville la plus proche.

Bienvenue dans la « capitale » des Cinque Terre. Pas de panique, Riomaggiore compte environ 1 500 habitants. Avec ses petites maisons multicolores bien serrées au creux d’un vallon traversé par la rivière Maggiore, ce village coloré, bruyant et animé, exhale le charme éternel de l’Italie. Il faut absolument descendre la rue principale (via Colombo) jusqu’au petit port en forme de crique. Le long de cette rue en pente, se succèdent des maisons traditionnelles où le linge pend aux fenêtres, les épiceries qui vendent des spécialités locales (vin, focaccia…) et quelques restos grands comme des mouchoirs de poche.

Ensuite vient Manarola, un petit village lové dans un impressionnant amphithéâtre rocheux recouvert de vignes, dont les maisons colorées descendent tranquillement vers la mer.

Perché sur un éperon rocheux et entouré de cultures en terrasses, Corniglia est le plus élevé des village. On l’atteint par un escalier escarpé de plus de 350 marches que seuls les plus courageux empruntent. Corniglia est donc moins fréquenté. Prendre un verre sous les platanes de sa ravissante place principale demeure l’un des musts des Cinque Terre.

À l’ombre d’une tour génoise, Vernazza, avec ses maisons agglutinées autour d’une anse adorable, semble sorti d’une carte postale. Des barques de pêcheurs posées sur l’eau ou sur la grève, des trattorie près du port, une église en bord de mer, le charme de Vernazza est irrésistible. Merveilleux à la nuit tombée, nous vous conseillons d’y dormir.

Dernier village du périple, Monterosso al Mare possède une belle plage, mais moins de charme. Ne manquez l’église gothique San Giovanni Battista de style gothique ligure-pisan. Sa rosace du XIVe siècle semble le fruit d’un travail d’orfèvre.

Randonnées aux Cinque Terre

Randonnées aux Cinque Terre
© luzicat - Adobe Stock

Reliés par des sentiers côtiers sur une douzaine de kilomètres, les Cinque Terre forment un petit paradis pour les randonneurs. Nulle voiture ne viendra perturber ici les rêveries du promeneur (pas forcément) solitaire, face aux somptueux panoramas marins.

Serpentant entre vignes, oliviers, vergers et maquis méditerranéen, le sentier Azzurro (photo) relie Riomaggiore à Monterosso en longeant la côte. On peut le parcourir d’une seule traite, en 5-6 heures de marche, ou préférer faire des haltes dans les villages ou dans des petites criques pour se baigner. Panoramas superbes à Vernazza, depuis les ruines du vieux château, et de Corniglia à Manarola. Attention, l’accès au sentier est payant.

Entre Manarola et Riomaggiore, le chemin prend le nom de via dell’Amore. Une promenade romantique le long d’un chemin creusé dans la falaise sur 800 mètres et surplombant la mer. Le « chemin de l’amour » est la portion la plus prisée des promeneurs. En route, on trouve un bar donnant sur la mer à une hauteur vertigineuse.

Le sentier côtier est toutefois loin d’être le seul. Demandez une brochure aux offices de tourisme locaux pour découvrir toutes les possibilités de randonnées de la région. Une bonne idée : visiter les sanctuaires où les habitants des Cinque Terre se réfugiaient au Moyen Âge pour résister aux sarrasins.

Les sentiers dei Santuari conduisent les marcheurs (attention, ça grimpe !) jusqu’à ces vestiges de l’histoire, comme le sanctuaire de Soviore, accessible depuis Monterosso en 2 heures de marche. L’église Nostra Signora di Soviore y est perchée, à plus de 500 mètres d’altitude. Vue exceptionnelle surplombant le littoral. De là, on peut rejoindre les villages voisins de Levanto et Portovenere (classé à l’Unesco) par un autre sentier.

D’autres chemins serpentent parmi les oliviers ou au cœur des vignes. Les possibilités de balades sont multiples, aussi bien dans les hauteurs qu’au ras de flots. Et on ne se lasse jamais du paysage, toujours recommencé selon les points de vue adoptés.

Les Cinque Terre : en train, en bateau… pas en voiture !

Les Cinque Terre : en train, en bateau… pas en voiture !
© vitalliy - Adobe Stock

Même si vous n’êtes pas un grand marcheur, oubliez votre voiture. La macchina ne vous sera d’aucun secours dans les Cinque Terre. Certes, chaque village possède un parking, mais la plupart des places sont réservées à leurs résidents. De plus, il est impossible de les relier les uns aux autres par la route. Un conseil : outre la marche à pied, privilégiez le train et le bateau !

Les villages sont desservis par les trains locaux de la ligne Gênes - La Spezia. Les gares sont à proximité des villages. La carte d’abonnement Cinque Terre Treno permet d’utiliser à volonté les trains pendant la durée de sa validité. Idéal pour faire des sauts de puce d’un village à l’autre quand vous êtes fatigué de marcher. Petite curiosité : bloquée entre deux collines, la gare de Vernazza ne s’étend que sur quelques mètres. C’est dire l’étroitesse des lieux. Quand le train s’arrête en gare, la moitié des wagons se trouve dans un tunnel peu éclairé. Attention à ne pas rater l’arrêt !

Enfin, même s’il coûte plus cher que le train, il faut prendre le bateau pour relier les villages, ne serait-ce que pour avoir le contre-champ depuis la mer. Incroyable vision d’un paysage a priori hostile (falaises escarpées, vallées étroites…), apprivoisé par l’homme au fil des siècles. Les liaisons entre Riomaggiore, Manarola, Vernazza et Monterosso sont fréquentes. Et la croisière vaut le coup d’œil.

Délices de Ligurie

Délices de Ligurie
Farinata © clphotos - stock.adobe.com

Impossible d’aller en Italie sans goûter aux plaisirs de la table. Les Cinque Terre sont réputées pour leur vin, qui provient des vignobles plantés en terrasses surplombant la mer et enserrant des villages comme Manarola (photo). Le plus noble est le schiacchetrà, un vin doux liquoreux, produit en petite quantité (et assez cher) qui accompagne idéalement les desserts. L’autre appellation, le cinqueterre, est un blanc sec à boire en dégustant du poisson.

Cela tombe bien : la cuisine locale, assez simple, est essentiellement marine. Anchois, morue, seiches, calamars et fruits de mer sont les rois de la table. Grillés ou cuisinés à l’huile d’olive, on les accompagne de légumes (courgettes, aubergines, tomates, fenouil…), dont les délicieuses fleurs de courgette en beignet.

Comme partout en Italie, après les antipasti, les repas débutent par le primo piatto : minestrone en hiver, à partir des nombreux légumes locaux, et pâtes en toutes saisons. En Ligurie, les trofie (de petits gnocchis), les trenette (sortes de linguini), et surtout les pansoti (raviolis farcis de fromage et herbes) font très couleur locale, avec les succulentes sauces aux clovisses (alle vongole) ou au pesto (basilic, huile d’olive, ail, pignon et fromage), cousin du pistou niçois.

Pour manger sur le pouce, pas de problème : la foccacia (équivalent de la fougasse provençale) remplace ici la pizza. On la mange nature, aux herbes et à l’huile d’olive, ou accompagnée de fromage, tomates, jambon, artichauts, etc. Un délice ! Autre variante ligure d’un mets niçois, la farinata est une galette de pois chiche cuite au four, à l’instar de la socca.

Enfin, pour les desserts, en accompagnement de votre caffè, goûtez aux canestrelli, des biscuits au beurre en forme de fleur ou au pandolce génois, une variante locale du panettone. Et terminez vos agapes par un verre de limoncino, un digestif au citron qui est à la Ligurie ce que le limoncello est à Capri.

Fiche pratique

Fiche pratique
© ZoneCreative - Adobe Stock

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide destination Italie.

Infos touristiques sur les Cinqueterre

Parc national des Cinque Terre

Tourisme en Ligurie

Agence nationale italienne pour le tourisme (ENIT)

Comment aller aux Cinque Terre ?

Il vaut mieux s’y rendre en train depuis la gare de Genova Principe, de La Spezia ou de Pise. Les gares des Cinqueterre se trouvent sur la ligne Gênes-La Spezia-Rome.
Gênes et Pise sont accessibles en avion depuis Paris-CDG en vol direct avec Air France, Alitalia ou EasyJet (également depuis Lyon). Vols en correspondance depuis la province.

Quand y aller ?

Privilégier les demi-saisons, à l’automne et au printemps. En été, vu l’exiguïté des lieux, les Cinque Terre arrivent rapidement à saturation.

Comment se déplacer dans les Cinque Terre ?

La Cinque Terre Card permet de se déplacer durant 1, 2, 3 ou 7 jours à volonté en train et/ou à pied entre les villages. Tarif à partir de 8,50 € pour un jour. Moitié prix pour les moins de 12 ans. Sans carte, accès aux sentiers payant.

En bateau, service de navettes avec le Consorzio Marittimo Turistico Golfo Dei Poeti. Également des excursions à la journée depuis La Spezia d’avril à octobre.

Où dormir ?

- AJ ostello Cinque Terre : via Riccobaldi, 21. Auberge sympa sur les hauteurs du village. À partir de 20 € la nuit en dortoir.
- Pensione Sorriso : Via Gavino, n°4, à Vernazza. Tél. : +39 0187 812 224 Petite pension dans les hauteurs du village de Vernazza (le plus beau des Cinque Terre), à deux pas de la gare. L'hôtel porte bien son nom puisque la propriétaire a une bonne humeur contagieuse et l'accueil est des plus chaleureux. Super petit déjeuner buffet avec des bons produits frais. Doubles à partir de 85 €.

Trouvez votre hôtel dans les Cinque Terre.

Où manger ?

Ristorante Al Carugio : via san Pietro, 9. Tél : 0187-81-73-67. Osteria traditionnelle qui sert de la cuisine ligure bien troussée. Menu à partir de 18,50 €.

Réservez votre excursion dans les Cinque Terre au départ de Florence.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Saine et métissée : la palette des saveurs vénitiennes puise dans sa richesse...

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage