Égypte, sur la route des oasis

Kharga et ses vestiges

Kharga et ses vestiges
Carine Keyvan

La plus importante des oasis, et la plus moderne, constitue la dernière étape avant Louxor à 375 kilomètres. Pas aussi intimiste que les précédentes, elle a connu un développement fulgurant depuis les années soixante, quand Nasser décida d’y tracer un canal pour la relier au Lac Nasser tout au sud. Éloignez-vous du centre-ville peu engageant pour profiter une dernière fois des palmeraies, des dunes et des paysages arborés des hauts plateaux.

Les sites historiques sont l’atout principal de la région de Kharga. Construit en 558 av. J.-C., le temple d’Hibis, hérité par Darius, concentre à lui seul toutes les influences qu’a connues l’Égypte : perse, gréco-romaine, pharaonique. Il est actuellement en travaux, mais on peut l’apercevoir de la route.

Non loin de là, on découvre un site majeur, la nécropole chrétienne de Bagawat qui compte 263 tombeaux coptes datant du Ve siècle. Certains sont remarquablement conservés et on pourra y admirer des fresques relatant des scènes de l’ancien et du nouveau testament : l’arche de Noé, le sacrifice d’Abraham, la fuite des Hébreux vers la terre sainte poursuivis par les soldats des pharaons, les sept vierges... À découvrir aussi les deux chapelles, celle de l’exode, richement décorée, et la chapelle de la paix, la basilique égyptienne après Sainte-Catherine. Les momies retrouvées sur ce site sont exposés au Musée de Kharga.

Texte : Carine Keyvan

Mise en ligne :

Égypte Les articles à lire

L’origine de ses pyramides et temples remonte aux temps antiques des pharaons : de la...

Voyage Égypte

Bons Plans Voyage

Services voyage