Égypte, sur la route des oasis

Dakhla et la cité d’El-Qasr

Dakhla et la cité d’El-Qasr
Carine Keyvan

Sans doute la plus charmante des oasis. Dakhla s’étend dans une dépression sur 30 kilomètres de long et 70 kilomètres de large d’où surgissent de petits villages en pisé. El-Qasr, une ancienne citadelle remarquablement conservée, constitue le point d’orgue des visites. Une balade dans le dédale des ruelles permet de se projeter dans le passé.

Prenez le temps d’observer les lourdes portes en bois, les inscriptions de nom de rue, le superbe pigeonnier, la salle de la madrasa-tribunal qui offre un bel aperçu de l’architecture musulmane. Le panorama de cette cité située à une trentaine de kilomètres de Mout, la capitale de l’oasis, offre un éventail de couleurs saisissant : le rouge de la terre des maisons en brique crues séchées tranche avec le vert des vergers luxuriants, ainsi que l’ocre des dunes et du plateau montagneux d’Abou Tartour.

Parmi les sites enchanteurs que compte l’oasis, ne manquez pas Qaret el-Mouzawaka, une nécropole de 400 sépultures perchée sur une colline, Deir el-Haggar, un temple en grès consacré à Amon datant de l’époque romaine, et le village de Balat.

Ce dernier renferme les ruines ensablées de Qila ed-Dabba et les tombeaux des gouverneurs de l’oasis de la VIe dynastie (2640-2200 av. J.-C.). À l’intérieur, les fresques ont été restaurées. Quant aux objets qui n’ont pas été pillés, ils sont exposés au musée des Oasis de Kharga. Selon Hérodote, c’est dans cette partie du désert libyque que Cambyse, le learder persan, perdit plus de 50 000 hommes de son armée partis à la conquête de Siwa.

Texte : Carine Keyvan

Mise en ligne :

Égypte Les articles à lire

L’origine de ses pyramides et temples remonte aux temps antiques des pharaons : de la...

Voyage Égypte

Bons Plans Voyage

Services voyage