Siwa, la berbère
Jean-Louis Choubry

C’est la plus au nord des oasis et la plus isolée. Contrairement aux quatre autres grandes oasis, Siwa n’a jamais été sous la domination de la Vallée du Nil, ce qui lui vaut d’avoir conservé sa propre identité, d’origine berbère. On y parle le Siwi, un dialecte berbère, et les traditions restent très ancrées dans cette société. Il faut les respecter. Aussi, même si cela est tentant, évitez de vous baigner en maillot dans une des 300 sources d’eaux chaudes - comme le fameux « Bain de Cléopâtre » ou les lacs salés - auxquelles on prête de nombreuses vertus thérapeutiques.

Montez dans la vieille ville de Shali, afin de profiter du panorama exceptionnel sur la palmeraie et la mer de sable. Juchée sur un piton, cette cité a été abandonnée en 1926 en raison de pluie diluviennes qui ont fait fondre ses maisons en pisé. Explorez également le Gebel El-Mawta, ou Montagne de la mort, une nécropole datant de la XVIe dynastie.

Plus à l’est, les maisons colorées du village fortifié d’Aghourmi abritent les vestiges du Temple de l’Oracle. Selon la mythologie, c’est ici qu’Amon reconnut Alexandre le Grand comme son fils et qu’il se fit proclamer Roi d’Égypte en 331 av. J.-C. Au fond du temple, un passage secret mène à une arrière-salle où le prêtre délivrait les messages divins.

Texte : Carine Keyvan

Mise en ligne :

Égypte Les articles à lire

L’origine de ses pyramides et temples remonte aux temps antiques des pharaons : de la...

Voyage Égypte

Bons Plans Voyage

Services voyage