Le mystère des nuraghi
Jean-Philippe Damiani

C’est l’une des surprises que réserve un premier voyage en Sardaigne : cette île est un gigantesque musée à ciel ouvert. On n’y compte pas moins de 9 000 sites archéologiques ! Nombre de peuples ont occupé cette île rude au fil des siècles : Phéniciens, Carthaginois, Romains, Arabes, Génois, Pisans, Catalans, maison de Savoie et même, très brièvement, les Français avec Napoléon.

Parmi les civilisations qui se sont succédé sur l’île, les peuples nuragiques, apparus uniquement en Sardaigne au IIe millénaire avant J.-C., sont demeurés mystérieux, et pour cause : ils n’ont laissé aucune trace écrite. Les archéologues — le plus célèbre étant Giovanni Lilliu — en sont donc réduits à élaborer des hypothèses à partir des vestiges de l’ère nuragique, comme les statuettes votives, les sculptures de bronze et les monuments, dont les tours nuraghe. Ces forteresses de pierre à larges base qui se rétrécissent vers le sommet sont même devenues les monuments-symboles de l’île, qui n’en compte pas moins de 7 000.

En Gallura, il ne faut pas manquer le nuraghe Majori (grand nuraghe) qui se trouve à deux kilomètres de Tempio Pausania. Érigé sur un socle granitique au cœur d’une forêt de chênes-lièges, cet ensemble de tours de granit, abritant trois chambres, offre un point de vue aussi remarquable que stratégique sur les alentours.

Près d’Olbia, d’autres vestiges témoignent du passé nuragique de la région : la tombe des géants de Su Monte’ e S’abe, sépulture collective et lieu de culte des morts, et le puits sacré de Sa Testa, l’un des mieux conservés de la Sardaigne, consacré au culte de l’eau, d’une importance capitale dans la civilisation nuragique. Devant la bouleversante austérité de ces deux sites de pierre qui ont traversé les âges, le luxe superficiel de la Costa Smeralda semble bien loin. En Sardaigne, dix kilomètres suffisent pour parcourir plus de trente siècles.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage