La Gallura, aux couleurs de la Sardaigne

Les délices de l’arrière-pays

Les délices de l’arrière-pays
Jean-Philippe Damiani

Moins connu que la côte, l’arrière-pays de la Gallura, vert et tranquille, mérite le détour. C’est ici que respire la Sardaigne authentique, fière de sa différence et de sa langue sarde si différente de l’italien, où l’on retrouve l’influence du catalan et du corse. Région autonome, disposant de son propre parlement, la Sardaigne fait entendre sa petite musique dans le concert italien. Toutefois, la revendication de l’identité sarde (la sardità) ne s’accompagne pas, comme dans la Corse voisine, d’hostilité vis-à-vis des non-insulaires.

Depuis la côte, des routes, souvent étroites, gravissent, en serpentant, l’Immara, le massif de granit aux sommets dentelés qui compose l’arrière-pays. Les vallons de la Gallura intérieure sont recouverts de maquis verdoyant où abondent les plantes et les essences méditerranéennes : oliviers, eucalyptus, vignes, myrtes, lentisque, ciste, poiriers sauvages, genévriers, figuiers et, bien entendu, les chênes-lièges dont dépend essentiellement l’économie agraire de la région. Brebis, moutons et vaches sont plus nombreux que les habitants de cette terre très faiblement peuplée. La campagne est ponctuée de villages et de deux petites villes, Aggius et Tempio Pausania, aux austères bâtiments construits exclusivement en granit.

Les agriturismi contribuent au charme de l’arrière-pays gallurais. Ces établissements, spécialisés dans l’agritourisme, sont installés dans des fermes (les stazzi) en activité ou non, reconverties en Bed & Breakfast et/ou en restaurants. Dans un cadre champêtre et généralement soigné, les agriturismi servent de bons produits du terroir qui sont élaborés à plus de 60 % sur place. Attention toutefois : certains hôteliers abusent de l’appellation agriturismi et il vaut mieux se renseigner avant auprès des offices de tourisme ou sur Internet (voir nos « liens utiles ») avant de faire sa réservation.

Les pantagruéliques menus « dégustation » seront l’un des grands moments de votre voyage. Profitez-en pour vous initier à la gastronomie sarde, plus terrestre que marine finalement : goûtez au pane caserau à l’huile d’olive, à la zuppa cuata composée de pain et de fromage mouillés de bouillon de viande et gratinés au four, aux délicieux malloreddus (petits gnocchis) ou aux culurgiones (gros raviolis à la ricotta) recouverts d’une sauce tomate onctueuse. Sans oublier le porceddu, du tendre cochon rôti, l’agneau et le fromage de brebis pecorino que l’on accompagne du puissant vin rouge cannonau ou du blanc fruité de la Gallura, le vermentino. Liqueur de myrte obligatoire pour digérer le tout.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage