La Gallura, aux couleurs de la Sardaigne

Le long des golfes clairs

Le long des golfes clairs
© Geasar

Le paradis artificiel de la Costa Smeralda est plaqué sur une île — et une région — magnifique dans sa simplicité et son authenticité. À l’aéroport d’Olbia, louez une voiture et partez sur les routes de la « vraie » Gallura. Le littoral déchiqueté de la région, d’une exceptionnelle beauté, s’étend en effet sur plus d’une centaine de kilomètres entre San Teodoro (au sud) et la Costa Paradiso (au nord-ouest).

Plages de sable blanc, éperons de granit sculptés par l’érosion, criques isolées, mer aux mille nuances de bleu et de vert : ce coin de Sardaigne, où la Méditerranée se pare de ses plus beaux atours, demeure étonnamment préservé. Un décret restrictif voté en 2004 par l’ancienne majorité de centre-gauche dirigée par Roberto Suru (fondateur de Tiscali) interdit en effet toute nouvelle construction à moins de deux kilomètres de la mer. L’aménagement du littoral est plutôt harmonieux. La transparence de l’eau, quant à elle, fait songer aux Seychelles ou aux Caraïbes.

Notre coup de cœur : l’étonnant rocher de six kilomètres de long de l’île Tavolara (photo), qui domine la mer du haut de ses 565 mètres de roche calcaire. Il est accessible en bateau depuis Porto San Polo à quinze kilomètres au sud d’Olbia. Dans le nord de la Gallura, face à la Corse et aux bouches de Bonifacio, le littoral entre Santa Teresa di Gallura et Vignola est à l’opposé de la Costa Smeralda : ici, le maquis d’un vert profond, battu par le mistral, épouse l’azur translucide du rivage méditerranéen. Des noces d’une beauté à couper le souffle…

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage