Sur la route des vins, à Patrimonio

40 ans d’AOC Patrimonio

40 ans d’AOC Patrimonio
Julien Nessi

En haut du col de Teghime (563 mètres), le point de passage obligé en arrivant par la route depuis Bastia, la vue sur la vallée de Patrimonio est de toute beauté. Les nombreux vignobles se dessinent tels des tableaux de maître autour du village, avec en arrière plan les premiers reliefs du Nebbio et le golfe de Saint-Florent. C’est une vraie carte postale, entre mer et montagne, pour les amateurs de paysages idylliques. Bienvenue à Patrimonio, le village de la vigne et de la guitare, niché à l’entrée du Cap Corse.

Cerné par les vignobles, ce village paisible, où se succèdent les nombreuses caves de dégustation, doit sa réputation à la culture de la vigne. Les vins de Patrimonio (blancs, rosés, rouges) furent les premiers de Corse à être classés AOC (Appellation d’origine contrôlée) en 1968. Pour rappel, l’AOC désigne un produit qui tire son authenticité et sa spécificité de son origine géographique. Elle est l'expression d'un lien intime entre le produit et son terroir.

« Nous fêtons cette année les 40 ans de l’AOC Patrimonio », confie Guy Maestracci, le maire de ce village de 800 habitants. Lui-même vigneron, à la tête d’un domaine de 15 hectares (le domaine de Pastricciola), situé sur la route de Saint-Florent à la sortie de Patrimonio, le maire explique les raisons de ce succès : « La qualité du sol argilo-calcaire, l’ensoleillement et les brises marines qui chassent l’humidité assurent des conditions idéales pour nos cépages ».

Malgré cette reconnaissance et ce savoir-faire, le maire vigneron ne cache pas son inquiétude face à l’évolution de sa filière. « Autrefois, chaque habitant cultivait sa petite parcelle qui faisait souvent moins de 7 hectares. La vigne, qui se vivait au quotidien, était partagée par tous les habitants. Nous vivions d’une certaine façon l’âge d’or de la vigne populaire. Puis, la crise viticole est passée par là. Aujourd’hui, la modernisation des outils de production et la concurrence provoquent une concentration des domaines dans les mains de quelques gros producteurs en Corse ou ailleurs. Bref, la vigne a tendance à devenir une aristocratie », regrette ce maire engagé et attaché aux traditions viticoles de son village.

Texte : Julien Nessi

Mise en ligne :

Corse Les articles à lire

Voyage Corse

Bons Plans Voyage

Services voyage