Manhattan, côté jardin

Mélange de cultures

Mélange de cultures
Chantal Dussuel

Au cours des quinze dernières années, le Lower East Side s’est sérieusement embourgeoisé. Des restaurants, bars et boutiques branchés ont peu à peu remplacé les petites épiceries hispaniques. Aujourd’hui, habitants de longue date et récents arrivants se côtoient dans les jardins communautaires. Dès l’arrivée des beaux jours, on vient y lire, bavarder ou faire la sieste à l’ombre d’une tonnelle. Ou encore écouter le chant d’un rossignol, humer l’odeur du thym ou du romarin après la pluie, voir s’ouvrir les premières roses de la saison – des petits plaisirs rares à New York.
De jeunes gens en costume cravate tapotent sur leur ordinateur. Des retraités portoricains jouent aux dominos ou vous offrent à boire les soirs de fête. Au jardin del Paraiso, une famille dominicaine fait un barbecue dominical tandis qu’un jeune musicien noir écrit des chansons quelques mètres plus loin. La conversation s’engage facilement. Demandez par exemple à Janet, volontaire au jardin Dias y Flores de la 13e rue, ce qu’elle cultive : vous aurez droit à une visite détaillée des lieux, des papyrus autour du bac à poissons à une fleur rare – mujer de la noche - qui s’épanouit la nuit, ramenée de Porto Rico par un voisin, au nez et à la barbe des douaniers américains.

Texte : Chantal Dussuel

Mise en ligne :

États-Unis Les articles à lire

Voyage États-Unis

Bons Plans Voyage

Services voyage