La grande aventure de La Boudeuse, Mon tour du monde à la rencontre des peuples en péril

Auteur : Patrice Franceschi

Editeur : Plon

336 Pages

La grande aventure de La Boudeuse, Mon tour du monde à la rencontre des peuples en péril

Bienvenue à bord de La Boudeuse, ce trois-mâts battant désormais pavillon français, construit en 1916, par les Hollandais. Quelques chiffres : il mesure 46 m de long, compte 13 voiles, 4 500 m de cordage, 200 poulies de bois et aura parcouru en 3 ans un peu plus de 50 000 milles, après avoir été réparé et bichonné pendant une année.
Réhabilitée en 2002, cette « belle cathédrale de toile » est un vrai laboratoire où vivent de concert, marins, scientifiques, philosophes ou chercheurs. Il y a un côté utopique, voire carrément fou dans ces huit expéditions de l’équipage (on en suit qu’une partie dans ce tome, le suivant viendra en avril 2009). N’y a t-il pas plus beau rêve que de remonter l’Amazone – fait rare avec un tel navire – de traverser l’Atlantique, le Pacifique, l’Océan indien et de revenir à quai ?
L’ouvrage qui a été tiré de cette expérience, rédigé comme un journal de bord, nous invite à partir naviguer avec ces 25 hommes et femmes à l’aventure, vers les mers du sud et de vivre au plus près leur quotidien sur terre et sur mer (un réveillon, un requin, la force d’Eole, une piqûre, la chasse avec Ado, etc.). Toutes les missions visaient à aller à la rencontre des peuples proches des sources d’eau, autant de « nomades de la mer ».
Ainsi découvre t-on aussi bien les Indiens Yuhup en Amazonie – émouvantes retrouvailles de l’auteur avec un peuple qu’il avait déjà rencontré, joli chassé-croisé d’images d’autrefois – que les Géants de l’île de Pâques, à la rencontre des Rapa Nui, avec un petit passage par les Marquises, entre autres. Ça ne se lit pas comme un roman, et c’est pour ça qu’on aime cet ouvrage.
On croque un passage, on dévore une description et on s’élance sur les mers avec l’équipage. Et puis on aime à se perdre dans le lexique maritime à la fin de l’ouvrage (savez-vous ce qu’est un bras de vergue ? une trinquette ?). Autant de quarts à prendre pour goûter chacune de ces missions. C’est vivant, enthousiasmant et si on ne se retenait pas, on partirait à l’abordage tout de suite, maintenant. Vivement la suite !

Texte : Gavin's Clemente-Ruiz

Mise en ligne :

Je commande ce livre

Les articles à lire

Bons Plans Voyage