Humeurs vagabondes

Auteur : Daniel Roche

Editeur : Éditions Fayard

1031 Pages

Humeurs vagabondes

Voici un voyage littéraire de plus de mille pages ! « Ce travail a duré longtemps » note humblement Daniel Roche dans ses remerciements. En lisant cette somme livresque consacrée à la mobilité sous tous ses angles (historiques, sociaux et culturels) dans l’Europe du XVIIe au XVIIIe siècle, on ne peut s’empêcher de songer à l’écrivain Bruce Chatwin. L’auteur d’En Patagonie qui avait pour ambition de faire l’anatomie de l’errance. Il aurait apprécié cette magistrale méditation sur l’apparition de la civilisation nomade et ses répercussions. À l’instar de Chatwin, Daniel Roche oppose la pensée de Pascal où tout le malheur de l’homme provient de ce qu’il ne sait pas rester à sa place à celle du nomadisme pédagogique de Rousseau. L’auteur d’Humeurs vagabondes met en scène, au fil des siècles, partisans et adversaires du déplacement, accompagnés des arguments et citations des uns et des autres. À Kant qui conseille de voyager dans son fauteuil et dans les livres, Baudelaire répond que « les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent ». Au débat sur l’utilité des voyages viennent s’ajouter de nombreuses autres réflexions comme le contrôle des hommes en déplacement (passeport, identité, etc.), la nécessité de se confronter à l’ailleurs habité par l’étranger, l’hospitalité de la mythique auberge, ainsi que le mobile du voyage. Un débat comme le souligne l’auteur dans sa conclusion qui « concerne tout le monde » et qui « peut orienter l’avenir de la civilisation aujourd’hui comme il l’a fait autrefois ».
Qui voyageait dans l’Europe d’avant la Révolution ? Dans quelles conditions voyageait-on et pourquoi voyageait-on ? Dans quelle mesure les individus étaient-ils libres de circuler dans un système politique où tout était mis en œuvre pour contrôler les individus et donc réglementer les « humeurs vagabondes » ? C’est l’ampleur de la mobilité dans l’Europe du XVIIe et surtout du XVIIIe siècle que met en évidence ici Daniel Roche, en montrant comment la circulation des hommes et des objets a transformé la société. À travers cette magistrale étude, l’auteur nous propose une réflexion sur la naissance de la civilisation nomade et ses multiples enjeux.
Professeur au Collège de France, Daniel Roche est l'auteur de nombreux ouvrages novateurs sur le XVIIIe siècle (La France des Lumières, Fayard, 1993 ; Histoire des choses banales, Fayard, 1997).

Texte : Jean-Luc Bitton

Mise en ligne :

Je commande ce livre

Les articles à lire

Bons Plans Voyage