La fête en Guadeloupe

La fête en Guadeloupe
© Office du Tourisme de Guadeloupe

Rendez-vous dans le garde-manger de la Guadeloupe, aux Grands Fonds, pour la grande fête de fin d'année qui s'y déroule du 28 décembre 2001 au 1er janvier 2002. Situé à 9 km au nord-ouest de Sainte-Anne (sur la Grande Terre) au cœur d'une micro-région à l'intérieur des terres, le village des Grands Fonds est un endroit peu fréquenté par les touristes. Raison de plus pour découvrir cette région luxuriante qui enchantera les amoureux d'authenticité.

Une invitation à partager


Même si Sainte-Bernadette est la patronne de l’église des Grands Fonds, elle n’a rien à voir avec la fête même. Il ne s'agit donc pas d'une fête religieuse, mais profane. C’est une fête familiale, traditionnelle, populaire et conviviale.
Familiale, parce qu'à l'origine les gens allaient se rendre visite d'une maison à l'autre. Les parents, les enfants et les cousins se recevaient, passant des heures et des heures à discuter, à palabrer, à jouer, à manger, à rigoler, à faire la fête, au rythme indolent des tropiques. Autrefois, pour marquer le début de la fête, un porc était tué.
Populaire, parce que n'importe qui y participe, quelle que soit sa classe sociale.
Traditionnelle, parce qu’elle n'a pas été inventée par l'industrie touristique.
Conviviale, parce qu'elle crée du lien social entre les êtres.
Aujourd'hui, la fête se perpétue : elle a lieu chaque année, autour du premier de l'an. « Elle est un peu moins conviviale qu'avant, mais l'esprit demeure », précise Christian Baptiste, organisateur de la fête et chef du cabinet à la mairie de Sainte-Anne.
Cette fête offre aussi l’occasion de découvrir une succession de paysages de collines et de petites vallées verdoyantes et fertiles, où poussent des bananiers, des manguiers, des papayers, des caramboliers, toute la flore tropicale qui fait la richesse de l’île.

Bêtes de concours et convivialité tropicale


Le 29 décembre, le programme prévoit plusieurs concours. Un concours de bœufs tirant de force où des attelages doivent accomplir un parcours chronométré en pente raide sur des courtes distances. Ils portent une charge de 1 440 ou de 1 680 kg et le charretier n'a droit qu'à douze coups de fouets maximum. Le gagnant est celui qui va le plus vite. Un concours de la plus belle vache est également prévu. Les vaches furent introduites en Guadeloupe au XVe siècle par les premiers navigateurs espagnols. Et le plus beau bouc est également l’objet d’un concours. Héritage d'une lointaine Afrique ?
Le soir, on écoute des contes. Les sportifs peuvent suivre des courses cyclistes par monts et par vaux, le relief se prêtant au vélo.
Le moment fort de la fête est le jour du 1er janvier : les habitants des « sections » se reçoivent dans la bonne humeur, sans rendez-vous. Les sections ? Ce sont les différents quartiers, hameaux ruraux qui composent la commune (celle-ci est très étendue). Les noms de certaines sections sont très poétiques : Montchéry, Morne à Choute, Belle Hôtesse, Beaumanoir, Bois Plaisir. D'autres moins : Calvaire, Coma ou Molasse. On va chez qui on veut, quand on veut. On peut arriver les mains vides, mais c'est mieux d'apporter quelque chose. Une façon de retrouver la simplicité humaine et la douceur de la Guadeloupe d'avant le boom touristique. Nostalgie !

Informations pratiques


Renseignements
Syndicat d’initiative de Sainte-Anne :
Galbas.
Tél. : 05-90-88-09-49.
Fax : 05-90-88-10-34.
Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 17 h ; le samedi, de 8 h à 12 h.

Où manger ?
Les Pieds dans le sable : à l’entrée de Sainte-Anne, côté mer.
Tél. : 05-90-88-37-13.
Ouvert tous les jours, midi et soir.
Menus à partir de 7,62 € (50 F), et menu langouste complet à 18,29 € (120 F).
Un petit lolo, où on est vraiment les pieds dans le sable tout en étant à l’intérieur. Cuisine sans prétention, mais très appréciée.

Photographie : © Office du Tourisme de Guadeloupe

Texte : Olivier Page

Mise en ligne :

Guadeloupe Les articles à lire

Voyage Guadeloupe

Bons Plans Voyage

Services voyage