Gay Pride dans le monde : planète arc-en-ciel

Gay Pride dans le monde : planète arc-en-ciel
Thelmadatter/Wikimedia. Licence Creative commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported

Chaque année en juin, les Gay Pride réunissent des millions de manifestants pour les droits des gays et lesbiennes sur le pavé des grandes villes de la planète. Sous les drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel, ces défilés festifs se déroulent dans une ambiance carnavalesque irrésistible. L’occasion de faire la fête, au son de la musique dance ou techno. Et de se rappeler, de New York à Sydney, en passant par Paris ou Johannesburg, qu’il y a encore beaucoup à faire pour l’égalité des droits entre homos et hétéros.

Une marche festive et politique

C’est presque devenu une tradition, comme les défilés du 1e mai et du 14 juillet ! Mais dans un genre moins ringard et nettement plus festif… Chaque année, fin juin, plus de 700 000 personnes battent le pavé parisien pour défendre la cause gay, lesbienne et transsexuelle. Paname prend des allures de Rio de Janeiro et les quais de Seine accueillent un défilé carnavalesque. La Gay Pride, rebaptisée « Marche des Fiertés », est désormais l’une des plus grandes fêtes de rue de France, le rendez-vous des gays, lesbiennes, bisexuels et transexuels, mais aussi des hétéros gay friendly qui y voient une (excellente) occasion de faire la fête et de soutenir leurs amis homos.

Car, au-delà de l’aspect festif, la Gay Pride est une manifestation politique qui existe depuis les années 70. Son mot d’ordre : liberté, fraternité et égalité entre toutes les orientations sexuelles. Un programme qui est, aujourd’hui encore, loin d’être accompli.

Le Pacs, voté par la gauche plurielle en 1999, a certes fait avancer les choses. Mais l’égalité entre couples homos et hétéros se fait toujours attendre, notamment en ce qui concerne l’adoption et le droit au séjour des conjoints étrangers. Et il ne faut pas oublier non plus les violences homophobes, les discriminations dans les entreprises, le harcèlement des voisins dans certains quartiers, etc.

La Gay Pride, il faut le rappeler, n’existerait pas sans l’homophobie et les discriminations dont sont victimes les homos en France et à travers le monde. Cette manifestation a d’ailleurs ses origines dans une descente musclée effectuée par la police new-yorkaise, dans la nuit du 27 au 28 juin 1969, dans le bar gay Stonewall Inn, un établissement installé sur Christopher Street. Les clients se rebellent et les altercations avec les flics durent trois jours.

Un an après, les gays de New York organisent une marche pour commémorer les « événements de Stonewall ». Et c’est ainsi qu’est née la Gay Pride, dont le succès ne cesse de grandir au fil des ans à travers le monde.

En France

Le 30 juin prochain, de Montparnasse à Bastille, des centaines de milliers de manifestants feront la fête autour de chars (en fait des camions) diffusant de la techno, de la dance music ou du disco. Un peu comme dans les carnavals brésiliens… Une foule joyeuse et bigarrée, affichant ses tendances sexuelles, va défiler sous le drapeau arc-en-ciel : drag queens, travestis, fans de cuir, sado-maso, adonis en maillots de bains, mais aussi des messieurs-et-mesdames tout le monde. Bref, toute la diversité de la planète gay.

Seront également du cortège, les associations de lutte pour les droits des gays ou contre le Sida, les syndicats et les partis politiques de tout bord, même ceux qui furent farouchement opposés au Pacs. Et oui, c’est aussi branché – et électoralement payant – d’être gai, ne serait-ce qu’un jour par an !

Chaque année, la Gay Pride suit un thème/un slogan ; en France, alors que le nouveau président François Hollande a promis d'ouvrir le mariage et l'adoption aux conjoints de même sexe, le mot d'ordre est : "En 2012, l’égalité n’attend plus".

La Gay Pride n’est pas seulement un phénomène parisien. Les cortèges se sont multipliés en province. Voici les prochains rendez-vous :

- 16 juin : Biarritz - Lyon - Strasbourg - Toulouse
- 23 juin : Caen
- 7 juillet : Le Mans - Marseille

En Europe et dans le monde

Si vous avez l’âme d’un gai routard, sachez que vous pouvez défiler sous le drapeau arc-en-ciel sur les cinq continents. La Gay Pride new-yorkaise a essaimé à travers la planète, même dans des endroits pas franchement gay friendly.

Petite revue des défilés les plus importants dans le monde :

- Berlin (16 au 23 juin): Le Pride Festival, le temps d'un week-end, se décline en concerts, films, fêtes, cabarets...La Christopher Street Day Parade berlinoise (le samedi 23 juin 2010) réunit des centaines de milliers de participants dans le centre de Berlin, lors d'une grande fête pour l'égalité des droits entre homos et hétéros.

- New York (16 au 24 juin) : Lors de la New York Pride, les homos new-yorkais célèbrent leur culture et leurs différences avec des fêtes et des activités ouvertes à tous les gay friendly de Manhattan. La parade du dimanche sur la 5e Avenue est tout bonnement époustouflante. Un million de personnes (voire plus) s'éclatent lors d'un défilé sexy et haut en couleurs !

- Londres (23 juin au 8 juillet) : C’est la ville où il faut être pour célébrer la Gay Pride en 2012. Avant le traditionnel défilé de la Gay Pride le 7 juillet - qui attire désormais un million de personnes -, Pride London organise environ 80 manifestations et un festival artistique pour célébrer la "fierté gay".
Mais, en plus d’accueillir les Jeux Olympiques d’Eté, Londres sera la ville hôte de l’Euro Pride, manifestation similaire à la Gay Pride mais à un niveau pan-européen, et de la World Pride, événement qui se réunit tous les cinq ans pour une lutte mondiale contre l’homophobie.

- Madrid (29 juin au 1er juillet): Le quartier de Chueca fait la fête pendant une semaine, avec de nombreuses activités de rue ouvertes à tous, pour célébrer la Gay Pride madrilène. Point d’orgue des réjouissances : l’Orgullo Gay, un défilé gigantesque, réunissant près d’un million et demi de personnes le 1er juillet dans les rues de Madrid !

- Amsterdam (28 juillet au 5 août) : L'Amsterdam Pride est l'une des plus grosses fiestas gay friendly d'Europe. Le clou du festival est la parade sur les canaux qui sont alors investis par plus de 70 péniches défilant dans une ambiance survoltée, aux sons de la house et de la techno. En marge de la parade sont organisées des activités sportives et culturelles (compétitions, fêtes de rue sur le Rembrandtplein et sur la Regulierdwarsstraat, festival de films...). Pensez à réserver vos vols et hôtels en avance, c’est l’un des week-ends qui attirent le plus de monde en Europe.

- San Francisco (29 juillet) : Grâce à l'importante communauté gay de Castro Street, la San Francisco Pride, qui draine des centaines de milliers de fêtards, est l'un des événements majeurs de la métropole californienne, et pas seulement pour les gays. Fêtes un peu partout dans Castro, grand défilé, chars délirants, convivialité et extravagance sont de rigueur sur des sons dance et techno.

- Montréal (30 juillet au 5 août) : Depuis 1993, la célébration annuelle de la fierté gay et lesbienne donne lieu à une semaine d'activités et de spectacles en plein air : danse moderne, projections de films, concerts de rock, de jazz, de musiques électronique et latino, spectacles de drag-queens et prestations de DJ... Le point culminant de Divers/Cité est le défilé des Fiertés, qui devrait être particulièrement suivi cette année pour fêter les 20 ans de l’événement avec pour invité d’honneur le DJ David Morales, originaire de Montréal. Près d'un million de personnes se retrouvent dans le centre-ville de Montréal, toutes tendances sexuelles confondues.

- Johannesburg (6 octobre) : La Joburg Pride, plus grande Gay Pride d'Afrique, outre un défilé festif de plusieurs dizaines de milliers de personnes, propose un festival d'une semaine avec de nombreuses fêtes, attractions et manifestations.

- Bangkok (novembre) : La Bangkok Pride ou Silom Soi 4 Festival est réputée pour son défilé particulièrement extravagant qui réunit des milliers de personnes à Silom, l’un des quartiers gay les plus chauds d’Asie.

- Sydney (10 février au 3 mars 2013) : à Sydney, la Gay Pride s’appelle « Mardi Gras ». Attirant chaque année plus d’un million de personnes, c’est l’une des plus grandes fêtes gays et lesbiennes du monde. Au programme, près d’un mois de festivités, avec une centaine d’événements en tous genres : foire, expositions, compétitions sportives, musique, littérature et les incontournables raves techno.

Et rendez-vous en juin prochain pour ces deux grandes gay prides qui viennent d'avoir lieu :

- São Paulo : La « Parada » , la plus grande Gay Pride du monde a eu lieu le week-end dernier à São Paulo : plus de 3 millions de gays, lesbiennes et « sympathisants » (comme on dit ici) ont battu le pavé paulista en un défilé carnavalesque.

- Tel Aviv : La Gay Pride de Tel Aviv , qui a eu lieu le 8 juin, peut tout à fait concurrencer celle de Berlin ou encore de New York. « On ne bâtit rien sur le rejet ou l’indifférence » est le slogan de la Gay Pride, qui reprend une citation de David Ben Gourion, fondateur de l’Etat d’Israël. Plus de 100 000 participants tous les ans parcourent les rues en musique pour célébrer le respect, la tolérance et la liberté.

Pour en savoir plus

Consultez notre dossier sur le tourisme gay et les droits des gays à travers la planète.

Liens utiles

Texte : Jean-Philippe Damiani et Léocadie Brothier

Mise en ligne :

Les articles à lire

Bons Plans Voyage