Feria de Cali : ¡ Toros no, salsa si !

Feria de Cali : ¡ Toros no, salsa si !
Gabriel Arboleda

Depuis cinquante ans, cette cité colombienne, connue comme la « capitale mondiale de la salsa », termine l’année dans l’allégresse avec sa feria où les pistes de danse sont plus remplies que les arènes. De bals populaires en concours de salsa, on peut y découvrir la passion des Colombiens pour la musique afro-caribéenne et, surtout, entrer dans le rythme endiablé de la salsa. Cali en décembre, c’est la ville qui ne dort jamais.

Cali, la capitale mondiale de la salsa

De la Colombie, nous ne connaissons que trop les images de guérilla, d’otages et de violence. Cette triste réalité ne doit pas nous faire oublier la formidable vitalité du peuple colombien et de sa culture métissée, aux racines amérindiennes, espagnoles et africaines. La musique, de la cumbia à la rumba, en passant par le vallenato et la champeta, est l’exemple parfait de cette étonnante diversité culturelle.
Prenez Santiago de Cali, par exemple. Cette ville vaut mieux que son sinistre cartel. Troisième cité de Colombie avec deux millions d’habitants, la capitale de la Valle del Cauca, située pas loin du Pacifique, passe également pour la « capitale mondiale de la salsa ». Rien de moins ! Les Caleños sont réputés pour adorer danser, particulièrement sur des rythmes caribéens et africains endiablés. Il paraît même qu’à l’époque des vinyles, les salseros de la ville jouaient les 33 tours en 45 tours pour que les rythmes soient plus rapides.
Yuri Buenaventura, El Grupo Niche, El Orquesta Guayacan et Joe Arroyo, excellents ambassadeurs de la salsa caleña, ont su agrémenter les influences portoricaines et cubaines. À Cali, la salsa est créée pour être jouée dans les clubs de danse populaires, les bailadores. Elle est donc l’expression profonde de la culture populaire.

L’épicentre de la fête

La folie de la salsa culmine lors de la Feria de Cali, qui a lieu chaque année pendant la deuxième quinzaine de décembre. C’est simple, la ville ne dort pas pendant tout le mois ! Cette année, ce festival inclassable risque d’être encore plus remuant, car il fête son 50e anniversaire. Également appelé « feria de la canne à sucre » ou « feria de la salsa », l’événement culturel majeur de Cali était à l’origine une feria classique, lancée en 1957 à l’occasion de l’ouverture de la plaza de toros locale. Les traditionnelles corridas étaient accompagnées de la célébration de la canne à sucre et, surtout, par les bals populaires. Au fil des années, ce sont eux qui ont pris le dessus sur les taureaux et, peu à peu, la feria de Cali devint la feria de la salsa.
Attirés par la réputation d’effervescence du public local, de grandes stars de la salsa se sont produites ici, dont Richie Ray, Roberto Cruz, Johnny Pacheco et Celia Cruz. Aux bals populaires, se sont ajoutés des concours de salseros amateurs et des rencontres de passionnés. L’épicentre de la fête se trouve au bien-nommé Parque de la Música où un podium (le rumbodrome) avec un immense système sono diffuse de la salsa, avec chaque jour un thème différent, et des commentaires de collectionneurs de disques. Entrée gratuite et ambiance assurée.

Festival de mets aphrodisiaques

Pour son 50e anniversaire, Cali offre une feria plus longue, puisqu’elle a été officiellement lancée le 4 décembre et se termine le 31. En fait, les fêtards ont droit à quatre ferias en une : les deux premières ont été dédiées au sport et à la culture, tandis que celles de la deuxième partie de décembre sont consacrées aux traditions de Noël et à la salsa. C’est à ce moment-là, entre le 20 et le 31 décembre, que la fête est à son apogée. Grande nouveauté de l’année : une rencontre internationale de salsa réunira treize pays qui présenteront leurs différents styles et chorégraphies.
Quant aux piliers de la feria, ils seront toujours au rendez-vous : concours de salsa, foires gastronomiques, foires aux douceurs de Noël, défilés carnavalesques, concerts (on jouera même la 9e de Beethoven !), corridas, bals et même le festival des mets aphrodisiaques… Ça va chauffer après la salsa ! En revanche, la traditionnelle cavalcade qui ouvre les festivités a été annulée afin de protéger les chevaux. Et les taureaux, alors ?

Pour en savoir plus

Site officiel de la feria de Cali
www.feriadecali.com

Site de la municipalité de Cali
www.cali.gov.co

Vidéos de la salsa de Cali
www.tryptico.com/general/demo-salsa-colombienne-ou-de-cali

Lire notre dossier « Où danser la salsa ? »

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Colombie Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage