Finale historique

Finale historique
© Office national italien de tourisme

Le 24 juin, la ville de Florence fait doublement la fête, à l’occasion de la Saint-Jean, le patron de la ville, mais également de la finale de sa compétition de football historique, le Calcio Storico. Chaque année, les joueurs de ce sport traditionnel, mélange étonnant de foot, de rugby et de lutte, s’affrontent en costume du XVIe siècle devant un public rendu enthousiaste par la vigueur du jeu. Ce jour-là, Florence retrouve des airs de passé : un joli exemple de tradition perpétuée.

Un peu d’histoire


Les origines du jeu de calcio, que d’aucuns considèrent comme un ancêtre du football actuel, remonteraient à des temps fort lointains. Les légionnaires romains de la Florence antique pratiquaient déjà un sport similaire, l’arpasto, lui-même inspiré d’un jeu grec...
Pendant des siècles, le calcio a été pratiqué régulièrement par les Florentins, comme loisir informel ou, de façon plus officielle, à l’occasion du carnaval ou d’événements comme le mariage d’un grand de la ville, la visite d’un personnage important, etc. Dans ces circonstances particulières, on recouvrait d’une couche de sable une des grandes places de Florence, la Piazza Santa Maria Novella, la Piazza Santo Spirito ou la Piazza Santa Croce, et c’était alors les nobles qui se livraient à la compétition.
17 février 1530 : une date gravée dans l’histoire du jeu et de la ville, celle de la partie probablement la plus célèbre. Alors que les Florentins étaient affaiblis par des mois de siège que leur faisait subir l’armée impériale de Charles Quint, ils n’hésitèrent pas à narguer les troupes en leur offrant le spectacle d’une partie effrénée sur la Piazza Santa Croce ! On saisit maintenant l’importance symbolique du spectacle...
Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les exhibitions de calcio étaient régulières, puis elles sont tombées en désuétude. Ce n’est qu’en 1930, pour l’anniversaire du fameux siège, que la tradition a été reprise. Depuis, chaque année au mois de juin, à l’occasion des célébrations en l’honneur de Saint-Jean, le patron de la ville, la compétition reprend.

Il va y avoir du sport...


Le moment est venu d’exposer les principes de ce sport où se mêlent muscles, sueur et sens tactique. Trois matches au total opposent quatre équipes, qui représentent les quartiers principaux de la ville : San Giovanni (les verts), Santa Maria Novella (les rouges), Santa Croce (les bleus) et Santo Spirito (les blancs). Aujourd’hui, les parties se déroulent uniquement sur la Piazza Santa Croce.
Après les deux premiers matches, qui se sont déroulés cette année les 7 et 8 juin, la grande finale aura lieu mardi 24, jour de la Saint-Jean. Une grande parade en costumes du XVIe siècle précèdera la partie : départ à 16 h de la Piazza Santa Maria Novella, pour se rendre à travers le centre historique jusqu’à la Piazza Santa Croce. Puis à 17 h, les joueurs entreront, en livrée, sur le terrain de jeu aménagé sur la place. Après les présentations aux officiels et au public, la partie de 50 mn pourra commencer.
Pour ce qui est des règles du jeu, chaque équipe est constituée de 27 joueurs. Ils se disputent un ballon rond, qu’ils peuvent manier au pied ou à la main, et qui doit toujours rester en mouvement. Un arbitre est là pour le vérifier, assisté de juges de ligne. Le but, pour chaque équipe, est d’envoyer la balle dans les filets situés en retrait du demi-terrain défendu par leur adversaire. Chaque but rapporte un demi-caccia, c’est-à-dire un demi-point. Mais si un joueur rate son tir, le demi-point revient à l’équipe adverse. Ajoutons que presque tous les coups sont permis, et qu’il s’agit d’un sport de force, d’où ses liens avec la lutte... Très vite, le jeu devient musclé, et l’ambiance se réchauffe dans le public !
Au terme de cette épreuve spectaculaire, les vainqueurs sont ceux qui ont accumulé le plus grand nombre de points. Ils reçoivent comme prix, non plus un veau blanc comme il était d’usage auparavant, mais son équivalent en steaks, avec du vin pour accompagner. De quoi reprendre des forces, lors d’un banquet final bien mérité !

Bonne adresses


Où dormir ?
- Hôtel Dali, via dell’Oriuolo, 17. Tél. : (00-39) 055-234-07-06. Internet : www.hoteldali.com . De 60 à 75 € pour une chambre double avec ou sans salle de bains. Pension fort accueillante, située au 2e étage d’un vieil immeuble du centre. Chambres lumineuses et convenables. Parking privé gratuit pour les clients.

Où manger ?
- Ristorante-pizzeria I Ghibellini, piazza San Pier Maggiore, 8-10 r. Tél. : (00-39) 055-21-44-24. Ouvert midi et soir jusqu’à 0 h 30. Antipasti de 3 à 7 €, primi de 4 à 5 € et secondi de 6 à 15 €. Ajouter 12 % pour le service. Installé dans un bel immeuble médiéval, l’un des restos les plus populaires du centre. Terrasse aux beaux jours.

Infos pratiques

Finale le 24 juin à 17 h, Piazza Santa Croce.
Billets de 14 à 40 € (à la tribune d’honneur centrale), en vente au Box Office, via Alamanni 39. Tél. : (00-39) 055-21-08-04.
Internet : www.comune.firenze.it et www.aboutflorence.com.

Texte : Clémentine Bougrat

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Saine et métissée : la palette des saveurs vénitiennes puise dans sa richesse...

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage