les années 1960

La Jamaïque, ses plages, ses grands hôtels, ses mines de bauxite, ses équipes de foot et de bobsleigh, ses ghettos, ses guerres de gang… et sa musique. Ou plutôt ses musiques, car depuis la fin des années cinquante, les styles se sont succédé à grande vitesse sur cette île de la mer des Caraïbes un chouia plus grande que la Corse.

Le ska est le premier style musical jamaïquain de renom à apparaître vers 1958 - il précède de peu l'indépendance de l'île proclamée en 1962. Il est créé à partir du mento, genre local proche du calypso, du gospel, du jazz et du rhythm and blues, par une poignée de musiciens qui ont fait leurs armes en jouant dans les hôtels (dont les Skatalites). Musique trépidante essentiellement instrumentale, le ska est dominé par les cuivres et les percussions.

Les sound systems le répandent dans l'île. Ce sont des discothèques ambulantes où l'on se rend en masse - c'est toujours le cas au début du XXIe siècle. Inventés à la fin des années quarante, les sound se substituent au rôle joué ailleurs par la radio. Ils se composent de grosses enceintes et sont animés par un selecter qui enchaîne les disques, d'un DJ qui met de l'ambiance et d'hommes de main pour faire respecter l'ordre ou semer le désordre chez le concurrent… Le succès aidant, certains patrons de sound se lancent dans la production de disques, qu'ils présentent en exclusivité lors de leurs soirées.

Les studios se multiplient à Kingston. D'abord pauvrement équipés, ils se modernisent peu à peu. Stimulés par une très dure rivalité, les producteurs font appel à des arrangeurs, ingénieurs du son et mixeurs qui innovent en permanence pour fournir aux sound systems la nouvelle chanson ou le nouveau son qui tue. Les labels Studio One et Treasure Isle dominent le marché, tandis que des francs-tireurs tels que Lee Perry ou Bunny Lee inventent de nouvelles formes.

Les rude boys tuent aussi. Sortis des ghettos, petits et gros caïds se mettent au service des deux partis qui se disputent le pouvoir. Ils ensanglantent l'île durant une décennie. Le rocksteady est leur musique, nombre d'entre eux se lancent dans la chanson.

Le rocksteady succède au ska au milieu des années soixante. Style plus lent, mais toujours rapide, il est teinté de soul et offre une palette sonore plus riche. Chaque instrument joue sa partie et fusionne miraculeusement. Aux basse, batterie, guitare, orgue et piano de produire des rythmes, de plus en plus complexes, aux cuivres et aux voix de chanter les mélodies - les ensembles vocaux se multiplient. La grande révolution reggae va commencer…

Accueil
Suite

Jamaïque Les articles à lire

Voyage Jamaïque

Bons Plans Voyage

Services voyage