Nord-Ouest de l’Argentine, sur la route des Andes

Humahuaca, l’étoile du Capricorne

Humahuaca, l’étoile du Capricorne
Olivier Page et Bertrand Deschamps

Dans un vaste paysage montagneux et pelé, planté sur le côté droit de la route Panaméricaine, un grand panneau vert métallique signale : Tropico del Capricornio, le Tropique du Capricorne ! Mon GPS frémit de joie et indique : 23’’26’16 latitude sud.

Cette ligne invisible, qui enlace la terre comme celle de l’équateur, est plus qu’un repère géographique sur la mappemonde : c’est bel et bien une ligne de fuite, la seule qui comble les esprits vagabonds et les âmes fugitives, assiégées par la sédentarité. Est-ce un hasard si, il y a 2000 ans, le soleil entrait dans la constellation du Capricorne lors du solstice de décembre ? Généreux Tropique du Capricorne, tu nous donnes un avant-goût d’une virée intersidérale dans les galaxies lointaines !

À 41 km de Tilcara, au bord du río Grande, Humahuaca est juchée à presque 3 000 m d’altitude, le long de la fantastique quebrada du même nom. Le bourg a conservé son caractère rustique avec ses ruelles pavées, ses maisons en pisé, ses habitants aux traits andins, portant des churros et des pulls en laine de lama, ses enfants au visage tanné par le vent sec et le soleil.

Quand on a la chance de venir en février, pendant le carnaval, on prend vraiment conscience de la vivacité des traditions même si la civilisation inca a disparu. Dans ce gros bourg, on respire enfin, Buenos Aires l’agitée semble être à des années-lumière. Le flanc andin de l’Argentine a des vertus thérapeutiques et apaisantes. Et ce fut un soulagement lorsque notre téléphone portable, en ces terres extrêmes, cessa de capter les ondes planétaires.

Texte : Olivier Page

Mise en ligne :

Argentine Les articles à lire

Voyage Argentine

Bons Plans Voyage

Services voyage