Tours et détours en Sardaigne

Bandits et bergers à Orgosolo

Bandits et bergers à Orgosolo
Anne-Marie Minvielle

Je craque enfin pour l’achat d’un couteau sarde, avant de repartir pour le parc naturel du Gennargentu et les montagnes du Supramonte perdues dans les brumes. Dommage. Il y a même une station de ski — la seule de Sardaigne — sur les hauteurs de ce massif, paradis de la randonnée et de l’alpinisme. Tout le terroir de la Barbagia est intéressant malgré le handicap du conducteur dans les ruelles étroites des villages perchés qui se terminent parfois en escaliers, sans prévenir.

Ainsi Orgosolo(photo), véritable musée en plein air, attire pour ses fresques murales de qualité, lancées dès 1960. Ces messages politiques, populaires et colorés, fréquents en Sardaigne, sont l’attraction principale de ce village connu du grand public par le film Bandits à Orgosolo de Vittorio de Seta (1961). N’ayez crainte, seuls les yeux de braise des Sardes, peut-être un peu agacés par les foules de la rue principale, peuvent encore effrayer, mais le sourire est toujours là.

Fonni, bourg voisin le plus élevé de l’île à 1 000 mètres d’altitude, possède aussi des fresques relatant la pittoresque cavalcade qui a lieu le premier dimanche de juin, en l’honneur de la Madone. Orani, autre village à visiter, abrite le musée du sculpteur moderne Constantin Nivola, reflétant ainsi le particularisme sarde « d’un homme pour un village » que ce soit pour l’art, l’artisanat ou encore les spécialités locales comme à Oliena et son vin cannonau. Bien entendu, entre cabanes de bergers et fresques, les sites archéologiques sont toujours présents pour les amateurs.

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Sardaigne Les articles à lire

Voyage Sardaigne

Bons Plans Voyage

Services voyage