La Crète, l'île aux trésors

Des tombeaux d'Argyroupoli au lac de Kournas

Des tombeaux d'Argyroupoli au lac de Kournas
Adèle Grisard

Il règne à Argyroupoli une douce chaleur lorsque nous arrivons sur la place du village. Nous découvrons tout d'abord une magnifique inscription sur le fronton d'un porche en pierre. Puis c'est une petite chapelle qui attire notre attention, et ensuite, guère plus loin, une colonne ionique. Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! La plus belle sera une splendide mosaïque romaine composée de 7 000 pièces de 6 couleurs. Ses motifs, très géométriques, laissent à penser qu'il pourrait s'agir du sol d'un bain public.

Au bout d'une ruelle qui descend, nous nous apprêtons à partir lorsqu'un villageois, assis sur une chaise en paille, nous interpelle. « German or French ? », nous lance-t-il. À peine lui avons-nous répondu qu'il veut absolument nous montrer quelque chose : de vieilles photos de la nécropole située à quelques centaines de mètres de là. Notre homme croit ainsi nous appâter pour nous vendre les napperons de sa femme !

Il faut reprendre la voiture pour trouver les fameux tombeaux. Les uns sont cachés dans une petite église à laquelle on accède par un chemin caillouteux. À la lumière d'une lampe torche, nous y éclairons, sur la gauche, cinq sarcophages d'une même famille. Les autres - et les plus nombreux ! - se trouvent de l'autre côté de l'édifice religieux, creusés à même la roche. Gardé par un énorme platane vieux de 2 000 ans, l'endroit n'est finalement pas si austère qu'on aurait pu s'y attendre !

Puis nous filons jusqu'au lac de Kournas, le plus grand lac de Crète, long d'1 km et large d'1,5 km. Gardées par des canards multicolores, ses eaux très claires abritent de nombreux poissons d'eau douce, de la truite à l'anguille. La légende raconte qu'il serait né de la volonté de Dieu de punir les villageois de Corissia, qui s'étaient écartés du droit chemin, en leur infligeant des pluies torrentielles. Il les aurait tous fait périr, à l'exception de la fille de leur prêtre, d'une rare beauté, qu'il aurait transformée en sirène. C'est elle qui apparaîtrait, chaque soir, sous les étoiles...

Texte : Adèle Grisard

Mise en ligne :

Grèce Les articles à lire

Voyage Grèce

Bons Plans Voyage

Services voyage